Jump to content

p_xavier

Recommended Posts

Pinned posts
  • 1 year later...

9 février 2021 | mise à jour le: 9 février 2021 à 07:04

Zacharie GoudreaultMétro

Voies réservées: la STM veut mieux desservir Griffintown et LaSalle

https://journalmetro.com/actualites/montreal/2613671/voies-reservees-la-stm-veut-mieux-desservir-griffintown-et-lasalle/

Photo: Josie Desmarais | MétroLa rue Notre-Dame, au coin de la rue Atwater.

La Société de transport de Montréal (STM) envisage d’aménager de nouvelles voies réservées afin de mieux desservir le quartier Griffintown, en pleine effervescence, de même que l’arrondissement de LaSalle, a appris Métro.

La STM mandatera d’ici la fin du mois une firme spécialisée afin d’analyser la possibilité d’aménager des voies réservées et des feux prioritaires pour bus sur cinq axes routiers où des besoins en matière de transport en commun se font sentir. Ceux-ci se situent principalement dans le Sud-Ouest et LaSalle.

Mieux desservir Griffintown

Les documents détaillés de l’avis d’appel d’offres, que Métro a consultés, font notamment état de l’aménagement potentiel de mesures préférentielles pour bus (MPB) sur la rue Notre-Dame Ouest. Une voie réservée pourrait ainsi voir le jour sur cette artère entre le boulevard Monk et la rue de la Montagne, sur une distance d’un peu plus de 4 km.

Cet aménagement permettrait de relier un secteur industriel près de l’échangeur Turcot au quartier Griffintown, un quartier à deux pas du centre-ville qui a connu un véritable boom immobilier au cours des dernières années. Griffintown accueillera d’ailleurs, d’ici quelques années, une gare du futur Réseau express métropolitain.

«Un développement immobilier important peut apporter une augmentation d’achalandage et donc des besoins en MPB», indique à Métro la porte-parole de la STM, Isabelle Tremblay, lorsque questionnée sur ce projet.

De façon plus générale, plusieurs facteurs déterminent le choix d’installer une voie réservée et des feux prioritaires sur un axe routier plutôt qu’un autre, ajoute Mme Tremblay. La congestion routière, la ponctualité des bus et leur achalandage comptent parmi ceux-ci. La STM espère ainsi rendre ses bus plus compétitifs avec la voiture, en termes de temps de déplacements.

«On ne peut pas voler par-dessus la congestion routière. C’est pour ça qu’on installe des [voies réservées]», illustre la porte-parole au bout du fil.

L’ajout de ce corridor sur la rue Notre-Dame Ouest viendrait aussi compléter l’offre existante de la STM à l’est de cette artère, alors qu’une voie réservée relie depuis déjà depuis quelques années Pointe-aux-Trembles au centre-ville de Montréal.

«On veut utiliser les bons outils aux bons endroits pour faciliter la fluidité des déplacements et le confort des clients. On veut éviter que les bus soient pris dans des bouchons.» -Isabelle Tremblay, porte-parole de la STM

Plusieurs voies réservées à LaSalle

Trois axes routiers dans l’arrondissement de LaSalle sont aussi dans la mire de la STM pour un total de 6,7 km de voies réservées potentielles. Une desserte par bus sur l’avenue Lafleur pourrait faciliter l’accès à un secteur commercial de l’arrondissement. Un axe nord-sud de 3 km sur l’avenue Dollard pourrait quant à lui faciliter l’accès à l’Hôpital de LaSalle à partir du site de l’échangeur Saint-Pierre, actuellement en travaux.

D’autre part, une voie réservée de moins de 2 km pourrait voir le jour sur la rue Lapierre, entre les boulevards Newman et de la Vérendrye. Elle offrira ainsi une desserte en transport en commun près du Cégep André-Laurendeau, situé un peu plus à l’est.

Le cinquième axe cité par la STM est celui de l’avenue Fielding, entre la rue West Broadway et le chemin Côte-Saint-Luc, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. D’autres artères routières pourraient par ailleurs faire l’objet d’études par la firme choisie en fonction des «besoins opérationnels» de la STM, indiquent les documents consultés par Métro.

Ces derniers précisent par ailleurs que ces voies réservées pourraient autoriser la circulation des vélos, comme c’est de plus en plus le cas à Montréal.

Comité de sélection

Jusqu’à maintenant, huit firmes ont déposé leur candidature dans le cadre de cet avis d’appel d’offres. Un comité de sélection devrait arrêter son choix sur l’une d’entre elles d’ici la fin du mois, indique Mme Tremblay. En attendant, impossible de savoir combien la société de transport prévoit débourser pour ce contrat.

«Le montant sera connu lorsque le processus d’octroi sera terminé», explique la porte-parole.

Une fois que la STM aura accordé ce contrat, la firme sélectionnée disposera d’au plus 36 mois pour remplir son mandat, soit d’ici 2024. Son mandat consistera à réaliser toutes les analyses nécessaires entre l’étape des études préparatoires et celle de la rédaction d’un avant-projet définitif.

Les élus de la Ville de Montréal et des arrondissements concernés devront par la suite donner leur appui à ces projets de voies réservées avant que ceux-ci se concrétisent, le cas échéant.

À terme, la STM souhaite que l’aménagement de nouvelles voies réservées à Montréal permettent de réduire de 10 à 20% le temps de déplacements de ses clients sur les artères routières «à fort achalandage» de la métropole. Elle espère aussi, après la pandémie, que la bonification de son offre de service par bus contribuera à désengorger la ligne orange du métro.

-Avec Lylou Nicastro, Métro

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...

Des bureaux à 56 M$ pour la STM

En raison d'un manque d'espace

Journal de Montréal - 14 août 2021

Trop à l’étroit dans ses bureaux actuels, la Société de transport de Montréal (STM) construira un nouveau centre administratif de 56 M$ dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Ça faisait déjà quelques années que la STM songeait à construire un tel centre, a indiqué au Journal la porte-parole de l’organisation, Isabelle A. Tremblay, dans un échange de courriels.

Le bâtiment de 50 000 pieds carrés hébergera des équipements pour les opérations du métro, en plus des employés administratifs et techniques qui vont les opérer.

«Dans la foulée d’une étude, il s’avère qu’aucun espace existant ne peut accueillir ces équipements», a-t-elle affirmé.

Les nouvelles installations seront situées à un jet de pierre du métro L’Assomption, sur la rue de Marseille.

Le contrat a été conclu le 2 juillet dernier après un processus d’appel d’offres. Il a été octroyé dans le cadre de la phase 4 du projet Réno-Systèmes de la STM.

Nombreux projets

Ce programme d’investissements pour mettre à niveau les équipements liés au transport en commun est subventionné par le ministère des Transports du Québec et par la Ville de Montréal.

C’est la firme Tisseur, de Val-David, qui se chargera des travaux de construction du nouveau centre administratif.

Le nouveau bâtiment devrait être construit en 2023.

Les prochaines années s’annoncent occupées pour l’opérateur du transport en commun à Montréal avec, notamment, le prolongement prévu de la ligne bleue du métro vers Anjou.

La STM est également en train d’ériger, d’ici 2022, un immense garage souterrain pour les trains du métro, à la station Côte-Vertu, sur la ligne orange.

Mentionnons également la construction du service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX.

Link to comment
Share on other sites

9 minutes ago, Rocco said:

Station de recharge des bus électriques.

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Wow, tu prends une photo de nuit de ton téléphone  pour montrer une recharge électrique pour autobus….Cette situation n’aurait jamais pu exister il y a quelques années !

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      REM de l'est
      Je propose de créer un nouveau fil pour ce projet sorti de nulle part cet après-midi.
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1655839/quebec-allonge-15m-pour-etudier-de-grands-projets-de-transport-collectif/
      "de même que l’extension du Réseau express métropolitain (REM) dans l’emprise du train de l’Est."
    • By ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM) phase 1

      26 stations / 67 km
      Liens utiles :
      http://www.rem.info/ http://www.nouvlr.com/ https://surlesrails.ca/ https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&dv_pjv_sPjvName=Reseau Express Metropolitain https://www.youtube.com/channel/UCRulWJrtFo8KNxr-2FgILhQ https://twitter.com/REMgrandmtl https://www.instagram.com/rem_metro/ https://www.facebook.com/REMgrandmtl/
      TRAINS
      Voiture de type métro léger, électrique Flotte de 212 voitures Alstom Metropolis Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout) Configuration entre deux voitures de type "boa" Alimentation électrique par caténaire Systèmes et conduite automatisée des trains Vitesse maximale de 100 km/h STATIONS / GARES
      Quais d'environ 80 m de long Portes palières sur les quais Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture Accès universel Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo Wi-Fi offert sur toute la ligne Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle ---
      Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
      https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/
       
       
       
    • By mtlurb
      https://pq.org/deblocage/
       
      EXCLUSIF Publié le 20 mars 2018 à 05h00 | Mis à jour à 06h08
      Un gouvernement péquiste enverrait le REM sur une voie de garage
      Le Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec devrait coûter près de 6 milliards $.
      PHOTO FOURNIE PAR LA CDPQ
      DENIS LESSARD
      La Presse (Québec) Porté au pouvoir, un gouvernement du Parti québécois (PQ) mettrait pour l'essentiel au rancart le projet de Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec. En lieu et place, le gouvernement Lisée proposerait un réseau de tramways, plus modeste et moins coûteux, et s'appuierait davantage sur les trains de banlieue et le métro.
      Le chef du PQ, Jean-François Lisée, doit, ce matin, annoncer la stratégie de son parti en matière de «mobilité pour Montréal», dans une conférence de presse depuis son bureau de chef de l'opposition à la Place Ville Marie.
      À l'interne, des élus péquistes sont surpris de la rapidité de cette annonce. Mercredi dernier, les députés avaient eu une première présentation au caucus hebdomadaire. La réunion s'était prolongée pour les élus de Montréal et du 450. À la différence du REM, le projet mis de l'avant par le PQ déborde largement l'île de Montréal pour rejoindre davantage les électeurs du 450, essentiels pour les prochaines élections générales.
      Depuis des mois, les interventions du PQ à l'Assemblée nationale sont invariablement opposées au projet de la Caisse de dépôt. Mais les stratèges de Jean-François Lisée en conserveraient un élément, indiquaient des sources péquistes hier. Le changement de cap sera l'occasion d'imposer une balise qui fait cruellement défaut au projet actuel : le matériel roulant devrait comporter au moins 25% de contenu provenant du pays. Le REM ne prévoit aucune règle quant au contenu canadien ou québécois. Une décision prise pour avoir accès aux appels d'offres internationaux, avait soutenu la Caisse.
       
      Annoncé vendredi, le projet de tramway de l'administration Labeaume, à Québec, promet déjà 25% de contenu canadien, et le PQ avait publiquement dit que cela était plein de bon sens, confie-t-on.
      Une position qui fait jaser
      Dans le milieu des affaires de Montréal, en coulisses, la position du PQ faisait déjà jaser hier. Il faut s'attendre à ce que les groupes patronaux, unanimement favorables au REM, montent vite au créneau pour défendre le projet de la Caisse. Aussi, a relevé un des intervenants du patronat, les contrats sont déjà alloués, et les expropriations ont débuté. L'abandon du projet, ne serait-ce qu'en partie, suppose de très lourdes pénalités.
      On ne s'attend pas à un tracé précis ce matin, mais on devrait avancer un coût, qui devrait être en deçà de la barre des 6 milliards de dollars du REM actuel. Du côté des trains de banlieue surtout, on s'appuie sur un réseau existant.
      Avec son projet étonnant, le PQ veut, à l'évidence, se démarquer des autres partis, adopter une position qui le distinguera clairement dans l'esprit des électeurs.
      La position du PQ n'est qu'un pas de plus vers l'opposition systématique du parti envers le projet de la Caisse de dépôt. Il y a un an, le parti avait tenté, en vain, de convaincre le gouvernement d'accepter la tenue d'une commission parlementaire sur le projet. Pour le PQ, les frais de fonctionnement du REM et l'obligation de rendement de la Caisse de dépôt rendent inaccessible la rentabilité, à moins de lourdes subventions gouvernementales. Pour Jean-François Lisée, le manque de transparence du gouvernement devrait faire craindre le pire aux contribuables.
      D'ailleurs, l'opposition péquiste avait fait valoir que le REM rendrait nécessaire une hausse de taxe foncière dans plusieurs villes de la couronne.
      Pour élaborer sa position, le PQ a aussi échangé avec les dirigeants de Trainsparence, une organisation opposée au REM et vouée au développement durable en transports collectifs. L'un d'eux, Jean-François Lefebvre, a repoussé jusqu'à cet après-midi ses commentaires. «Je ne peux rien commenter pour l'instant. Il y a des propositions qu'on fait depuis des mois, qui circulent», se contente de dire le chargé de cours en études urbaines de l'UQAM.
    • By Nameless_1
      La Ville de Montréal dévoile sa programmation hivernale
      26 novembre 2020 | mise à jour le: 26 novembre 2020 à 17:14 temps de lecture: 5 minutesPar:  Zacharie GoudreaultMétro

      De nouvelles places publiques, des sentiers mieux entretenus dans les parcs, des patinoires: la Ville de Montréal a présenté jeudi sa programmation hivernale. Elle espère ainsi inciter les Montréalais à «bouger en sécurité» au cours des prochains mois, tout en stimulant l’achat local.
      La pandémie, combinée aux journées plus courtes et grises qui marquent l’arrivée de l’hiver, ont affecté le moral des citoyens, constate la mairesse de Montréal, Valérie Plante.
      «Il y a cette fatigue qui s’installe et qui est plus difficile pour certaines personnes. C’est un climat qui est assez anxiogène», a-t-elle souligné jeudi après-midi lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville. Elle a alors présenté la programmation hivernale 2020-2021 de la Ville de Montréal.
      ...
      Des stations hivernales
      Ce plan prévoit notamment l’aménagement de 25 stations hivernales dans 17 arrondissements de la métropole au cours des prochaines semaines. Celles-ci prendront forme près d’artères commerciales, voire sur celles-ci, afin d’inciter les Montréalais à aller faire leurs emplettes dans les commerces locaux. Ces petites places publiques seront lumineuses afin d’attirer le regard.
      ...
      Pas pour se réchauffer
      Afin d’éviter que ces petites places publiques deviennent des lieux de rassemblements, aucune programmation d’activités culturelles ou ludiques ne sera mise en place pour ces lieux. Par ailleurs, les stations hivernales ne seront pas chauffées.
      ...
      Plus d’activités dans les grands parcs
      Le programme prévoit par ailleurs la création de nouvelles patinoires, dont une au square Cabot et une seconde au parc Jean-Drapeau. Ce dernier accueillera également une glissade, de même que de nouveaux kilomètres de sentiers pédestres et d’autres dédiés aux fat bike et au ski de fond, entre autres.
      Par ailleurs, bien que la Fête des neiges n’aura pas lieu cette année au parc Jean-Drapeau, plusieurs activités gratuites y seront offertes à partir du 19 décembre, assure la Ville. Cette programmation proposera notamment la découverte d’un sentier historique en raquettes et une exposition extérieure baptisée «Océans».
      ...
      Contrôler l’achalandage
      La Ville entend d’ailleurs s’assurer de surveiller les grands parcs cet hiver pour en limiter l’achalandage. Cet été, l’administration municipale a notamment dû fermer le stationnement du parc du Mont-Royal à plusieurs reprises parce que trop de personnes s’y sont rendues les jours de beau temps.
      «Il y a le mont Royal, mais il y a d’autres endroits. C’est ce que je veux dire aux Montréalais.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal
      https://journalmetro.com/actualites/montreal/2583376/la-ville-de-montreal-devoile-sa-programmation-hivernale/
       
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value