greenlobster

montréal Nouvelle Tour Banque (Big 5) - ?? étages

Recommended Posts

Pinned posts

Nouvelle tour banque (big 5)

Rumeur de Greenlobster sur une nouvelle tour construite par une des grosses banques canadiennes. Bail signé en 2019, pas une tour très haute.

Citation

Emplacement: 
Hauteur en étages: 
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
8 hours ago, FrancSoisD said:

Y aurait-il possibilité que ce soit une tour existante, genre le 700 dlG, que la BNC pourrait louer, plutôt que de la vendre?

 

Quelqu'unE aurait une idée de ce que sont les 10 "entailles" positionnées environ aux 3 étages sur la façade sud, face à la place d'Armes? 

Je n'avais jamais remarqué ça avant, et imagine que ce doit être pour y ancrer un élément structurel ou décoratif... (?)

je dirais qu'ils y ont retirés les pierres grises et ca sert d'encrage aux monte-charge

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je peux vous confirmer que tout ce que bob vient de dire est vrai. Je serais très surpris de voir la BNC garder le 600 de la Gauchetière! Aussi, plusieurs des étages de la BNC ont été rénovés dernièrement!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎2018‎-‎11‎-‎29 à 22:31, greenlobster a dit :

2019 reserve une autre surprise pour nous , une annonce de nouveau bureau Québec est du Canada pour un des Big 5 banques canadien.

Oui Montréal monte la côte .

I love when you do that.

Merci pour ces petits scoop !!! :)

Le ‎2018‎-‎11‎-‎29 à 23:12, Gotti a dit :

BMO or RBC. 

TD, Scotia and CIBC are not as strong in the Quebec market. 

BMO has old offices on St-Jacques (but very historical) and RBC is firmly installed at PVM. 

I would bet on BMO, they are the last bank remaining in Old Mtl, all the others have left…

BNC will leave 500 Place d'Armes once the new HQ is completed, TD left earlier this year, CIBC left a few years ago (their building is now a theater if I am not mistaken?). RBC left their gorgeous branch last year too (and that is still a shame). 

So all points towards BMO.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎2018‎-‎11‎-‎30 à 10:49, ScarletCoral a dit :

à moins que la TD veut concentrer toutes ses divisions dans une même tour? TD Meloche Monnex (assurances) est actuellement sur Crémazie/Saint-Laurent

Ils viennent tout juste de déménager dans le Mile End, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 minutes ago, monctezuma said:

Ils viennent tout juste de déménager dans le Mile End, non ?

Non. TD Assurances (anciennement Meloche Monnex) sont sur Crémazie depuis plusieurs années et vont rester là pour encore un bout. Je crois que c'est du "back-office" et des centre d 'appels de la TD qui sont déménagé dans le Mile End.

Share this post


Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Habsfan said:

Non. TD Assurances (anciennement Meloche Monnex) sont sur Crémazie depuis plusieurs années et vont rester là pour encore un bout. Je crois que c'est du "back-office" et des centre d 'appels de la TD qui sont déménagé dans le Mile End.

Si, près de Jean-Talon et Parc.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, bob a dit :

Si tu voulais parler du 600DlG, lui appartient bien à la Banque (quelques étages sont loués à d’autres: Raymond Chabot et Investissements QC principalement), mais il me semble que la vente a déjà été décidée car ce revenu sera utilisé pour construire la nouvelle tour. Changer de stratégie maintenant pour une location serait difficile en terme de cash flow.

il reste la possibilité que l’acheteur du 600 (sait-on de qui il s’agit d’ailleurs?) loue à cette fameuse big 5 qui s’en vient. Ça serait plausible, surtout qu’un certain nombre d’étages viennent d’être rénovés par la BNC en mode « environnement de travail collaboratif » ce qui pourrait intéresser le locataire s’ils veulent s’installer à moindre coût. Mais cela suppose qu’ils seraient ok de ne pas choisir leur aménagement (sinon tant qu’à tout refaire, probablement mieux d’aller dans un édifice neuf: c’est le même calcul qu’à fini par faire la BNC d’ailleurs).

Ah! merci de me corriger: je me mélange encore parfois entre les 600 et 700 dlG, même si j'y livrais du courrier au début des années '90!

Sinon votre explication sur le cash flow puis l'aménagement des étages tiennent la route... à moins qu'un deal était en discussion depuis des mois avec la BNC et budgété (mais ce serait effectivement risqué!) ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Lappy a dit :

Ouin, ça regarde bien pour un bureau régional pour le Qc puis les provinces Maritimes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Flynnster
      I just I take this photo of solar panels on our bus shelter, It’s would be nice if this is the norm. 

    • By acpnc
      Publié le 11 octobre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 00h10
      https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201810/10/01-5199801-la-stm-songe-a-devancer-lachat-de-bus-electriques.php
      La STM songe à devancer l'achat de bus électriques
        Bruno Bisson
      La Presse   La Société de transport de Montréal (STM) songe à devancer à 2023 ses acquisitions de bus exclusivement électriques en raison des progrès actuels de la technologie et des résultats «étonnamment intéressants» des expériences en cours.
      Dans une entrevue à La Presse, la directrice exécutive du réseau de bus à la STM, Renée Amilcar, a affirmé que la STM allait multiplier les essais avec d'autres technologies et d'autres modèles de bus afin de déterminer quels types de véhicules sont les mieux adaptés pour assurer les services sur ses circuits, qui ont des exigences différentes.
      Le futur parc d'autobus électriques de la société pourrait ainsi intégrer plusieurs types de véhicules différents, à recharge lente ou rapide, plutôt qu'un seul type d'autobus ou une seule technologie.
      «À la STM, dit Mme Amilcar, nous faisons du balisage et tout le monde, actuellement, s'en va dans la même direction, en faisant plus d'essais que moins afin d'être prêt à temps et de pouvoir aller vers l'électrification.»
       
      «Devant les progrès et les résultats plus qu'intéressants qu'on a vécus avec nos trois bus actuels, nous pensons qu'on doit étendre ce projet-là.»
      «Avec nos partenaires, à l'interne, on s'est dit que nous serions peut-être même en mesure de nous en aller vers l'électrification dès 2023», au lieu de 2025, comme le prévoit actuellement le Plan stratégique de la STM, ajoute Mme Amilcar.
      La STM serait ainsi la deuxième société de transport du Québec à devancer l'achat de véhicules électriques seulement, après la Société de transport de Laval, qui en a déjà pris l'engagement.
      Souplesse et voisinage
      Cette volonté d'expérimentation explique pourquoi la STM a annoncé, à quelques semaines d'intervalle, l'acquisition de 30 bus à recharge lente du constructeur manitobain New Flyer, et de quatre véhicules à recharge rapide de Nova Bus similaires aux trois bus qui circulent déjà, en service ordinaire, entre le terminus Angrignon et le square Victoria sur la ligne 36-Monk.
      La STM a de plus fait l'acquisition de quatre «midibus» de 30 pi (9 m) construits par la société chinoise BYD, et explore le marché pour acquérir deux minibus qui seront affectés au transport adapté.
      Ces véhicules utilisent des technologies différentes et imposent aussi des conditions d'exploitation différentes. La directrice exécutive du réseau de bus de la STM affirme qu'elle a une préférence pour les bus à recharge lente «en raison de la flexibilité qu'ils permettront». «Je peux l'envoyer n'importe où [sur le réseau]», parce que le bus n'a pas besoin de recharge en cours de service. Son autonomie théorique est toutefois limitée à 200 km, sans tenir compte de la consommation liée à la climatisation, en été, ou du chauffage, en hiver.
      Les autobus à recharge rapide, dit Mme Amilcar, sont mieux adaptés aux exigences des «grosses lignes» de la STM, comme la 121 du boulevard Côte-Vertu, la ligne 139 du boulevard Pie-IX ou l'Express 467 du boulevard Saint-Michel, pourvu qu'on puisse aménager des pantographes sur leur parcours pour les recharger.
      «Mais on sait qu'on ne peut pas installer des pantographes partout», ajoute-t-elle, en soulignant que des résidants ou des commerçants exprimeront souvent des réticences à la présence de ces structures de recharge faisant plus de 5 m de hauteur en bordure du trottoir.
      Des coûts d'intégration élevés
      La possibilité de recharger le bus en trois ou quatre minutes grâce au pantographe permet aux véhicules de demeurer en service continu, à la manière d'un bus au diesel actuel qui peut faire jusqu'à 600 km, de 5h30 du matin jusqu'en fin de soirée, sans avoir à refaire le plein de carburant.
      Après un an d'exploitation des trois autobus à recharge rapide sur la ligne Monk, la technologie de recharge a montré une fiabilité élevée, avec une disponibilité de recharge dans 96% des branchements.
      Les quatre nouveaux Nova Bus acquis par la STM, au coût de près de 5,6 millions, seront aussi mis en service sur la ligne 36, de sorte que les services sur ce circuit de bus seront entièrement assurés par des bus électriques après la livraison des autobus, prévue pour 2020.
      Quant aux bus à recharge lente, qu'on branche le soir, au garage, comme un véhicule électrique ordinaire, leur autonomie est plus limitée, mais peut satisfaire aux exigences d'un «petit bus», pour assurer les services sur une ligne plus courte, ou roulant strictement à l'heure de pointe.
      L'avantage de ces véhicules, dit Mme Amilcar, «c'est qu'on peut les opérationnaliser comme des bus diesel, sans dépendre d'une logistique de pantographes, à l'extérieur». Ces autobus pourront être mis en service sur une grande variété de lignes de la STM, dont celle du mont Royal (ligne 11), de même que sur des lignes estivales à service restreint.
      Les autobus électriques New Flyer, attendus pour 2020, seront entretenus et garés au garage Stinson de la STM, dans l'arrondissement de Saint-Laurent. Mme Amilcar souligne que les coûts des installations électriques, des bornes de chargement et des installations propres à ces véhicules seront élevés. Elle les estime à environ 500 000 $ par véhicule, soit une facture d'environ 15 millions pour l'adaptation du garage Stinson.
    • By AMTFan1
      Lien: https://www.journaldemontreal.com/2019/05/13/la-stm-annonce-des-mesures-pour-alleger-la-ligne-orange?fbclid=IwAR2kbOQ77sTHUrXySYLsz45d5INyb1BderhI8APQcQoZD8TRFWmzzsIdTXg
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier

    • By Gilbert
      Développement vert de l'îlot du Monument National, entre les rues Clark/René-Lévesque/St-Laurent/Ste-Catherine.