Jump to content

Montréal en tête de la croissance économique au pays


Recommended Posts

il y a 33 minutes, Né entre les rapides a dit :

Sur le site de StatCan, les données pour Saint-Jean-sur-Richelieu sont incluses pour 2016 dans le total pour la RMR de Montréal (ainsi que, rétrospectivement pour 2011, afin de fournir une juste base de comparaison).  La population dénombrée pour 2016 était 95,114.  Quel site as-tu consulté?  (Je pose la question parce que tu n'as sûrement pas inventé ce que tu écrits: je suis aussi intéressé que toi à éclaircir ce mystère)

Je prend mes chiffres sur le site de StatCan aussi! J'explique....!

Tu utilises les chiffres du recensement de 2016. Ces chiffres de 2016 pour la RMR de Montréal donnent 4 098 927 en incluant les additions à la RMR telles que St-Jeans-sur-Richelieu et d'autres plus petites. Le recensement a été fait en mai 2016.

Voir: https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/dp-pd/prof/details/page.cfm?Lang=E&Geo1=CMACA&Code1=462&Geo2=PR&Code2=24&Data=Count&SearchText=montreal&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&TABID=1

Lors de la publication des résultats, ils mentionnent toujours qu'il y a un ''undercount'' et qu'ils vont ré-ajuster les chiffres ultérieurement.

 

Ensuite, les estimations de population annuelles qui sont toujours mises à jour début février, et qui représente la population totale le 1er juillet de l'année d'avant. Ex: en février 2019, les nouvelles estimations seront pour le 1er juillet 2018.

Or, il se trouve que la dernière estimation pour Montréal est pour le 1er juillet 2017, à 4 138 254.  Voir:  https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/180213/t001a-eng.htm

Mais ces chiffres sont pour le territoire équivalent de la RMR en date du recensement de 2011, donc qui ne tiennent pas compte de St-Jean et autres.

 

 

Montréal, Quebec (map)
  Both sexes
Age group8 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
  Persons
All ages 3,885,709 3,935,063 3,977,214 4,015,919 4,045,877 4,089,739 4,138,254

 

source: https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/cv.action?pid=1710007801#timeframe (juste à cliquer sur geography et coche Montréal au lieu de la ville qui apparaît par défaut).

Si tu regardes en bas de page: ''Statistics Canada.  Table  17-10-0078-01   Annual demographic estimates by census metropolitan area, age and sex, based on the Standard Geographical Classification (SGC) 2011''

Donc les limites de RMR de 2011! Et si tu cliques sur ''map'', tu zoom sur Montréal et tu vois clairement que St-Jean-sur-Richelieu n'est pas inclus dans l'estimation de 2017. Si on inclut toutes les annexions du dernier recensement, on devrait avoir Montréal à environ 4 250 000 en 2017! 

 

J'espère que c'est bien expliqué ;) 

Edited by Dirt_Devil
Link to post
Share on other sites
  • Replies 72
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

That ship has sailed...  Même si on ne recevait plus de péréquation (ce que je souhaite qui arrive) ou que le programme était aboli, on se ferait chialer après si on refuse quoi que ce soit au ROC.  O

L’Ontario recoit seulement 923 millions je pense tout en ayant presque le double de notre population. Chaque fois qu’on refusera un projet (oleoduc ou autre) tout en recevant des milliards en perequat

Attention : les politiques migratoires de la CAQ vont ralentir la croissance de la population immigrante. Il faudra que ce soit temporaire, comme le dit Legault. Mais il reste que c'est un sérieux bém

il y a 38 minutes, Dirt_Devil a dit :

J'espère que c'est bien expliqué

Merci beaucoup  pour la recherche détaillée.  J'ai bien vu que la carte présentée avec le tableau 17-10-0078-01 est celle de 2011 qui n'inclut pas Saint-Jean-sur-le Richelieu.

Toutefois, curieusement la population estimée pour 2016 selon ce tableau, soit 4,089,739, est très proche de celle fournie  par la source que j'avais utilisée, soit 4,098,927.  Cela m'incite à penser que le total «réel» se rapporte effectivement à la même carte.  Il y aurait eu erreur à quelque part, vraisemblablement dans la sélection de la carte affichée avec le tableau que tu as porté à mon attention.  Je noterai que dans la source que j'avais cité, la population pour Saint-Jean-sur-le-Richelieu était explicitement incluse.  Naturellement, je ne cherche absolument pas à avoir raison; j'essaie juste comme toi de réconcilier des éléments apparemment divergents.  Je serai aussi content si tu découvres une erreur de ma part.?

p.s. j'espère pouvoir trouver le temps, dans un message distinct, de commenter les données sur les pib régionaux et ceux des RMR. 

Link to post
Share on other sites

On sait que le total de population pour la ville de Montréal est d'environ 60k plus bas sur StatCan que sur StatQuébec. 1.704M vs 1.765M

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=6897,67887840&_dad=portal&_schema=PORTAL
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_municipalités_du_Québec_par_population#cite_note-decret2017-1

Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Né entre les rapides a dit :

Merci beaucoup  pour la recherche détaillée.  J'ai bien vu que la carte présentée avec le tableau 17-10-0078-01 est celle de 2011 qui n'inclut pas Saint-Jean-sur-le Richelieu.

Toutefois, curieusement la population estimée pour 2016 selon ce tableau, soit 4,089,739, est très proche de celle fournie  par la source que j'avais utilisée, soit 4,098,927.  Cela m'incite à penser que le total «réel» se rapporte effectivement à la même carte.  Il y aurait eu erreur à quelque part, vraisemblablement dans la sélection de la carte affichée avec le tableau que tu as porté à mon attention.  Je noterai que dans la source que j'avais cité, la population pour Saint-Jean-sur-le-Richelieu était explicitement incluse.  Naturellement, je ne cherche absolument pas à avoir raison; j'essaie juste comme toi de réconcilier des éléments apparemment divergents.  Je serai aussi content si tu découvres une erreur de ma part.?

p.s. j'espère pouvoir trouver le temps, dans un message distinct, de commenter les données sur les pib régionaux et ceux des RMR. 

 

Comme tu dis, il y a une irrégularité à quelque part ...! Je crois que nous serons fixé début février 2019. On peut donc dire que le temps nous éclairera ;)

Link to post
Share on other sites

Re: PIB (produit intérieur brut)

Dans mon dernier message à @Dirt_Devil  (on discutait de démographie) j'avais indiqué que  j'espérais trouver le temps de commenter les données sur le PIB, eh bien voici:

Les données qui attirent notre attention portent naturellement sur la progression du PIB de Montréal; nous sommes aussi intéressés par des comparaisons avec le reste du Québec.   Mon commenaire ce soir porte sur ce second point  (il pourrait y avoir une autre occasion, où l'attention serait dirigée sur l'évolution des composantes du PIB  de la RMR).

Pour commencer, il faut savoir que le PIB est mesuré de deux façons, soit 1) en termes de dépenses, et 2) en termes de revenus.  Les deux méthodes sont censées aboutir au même résultat (une identité), mais en pratique il y a toujours des ajustements mineurs à faire (divergence statistique).  Ce n'est pas vraiment un problème.  Nous sommes «habitués» à voir le PIB en termes de dépenses, sous la forme de l'équation simplifiée C+I+G+X-M  (consommation +investissement+ gouvernement+exportations-importations) .  Quant à la définition en termes de revenus, elle comprend principalement la rémunérarion des salariés (un peu plus de la moitié du total), les profits des entreprises, la consommation de capital fixe (alias dépréciation), les impôts, et d'autres éléments secondaires (on n'entrera pas dans les détails, c'est inutile pour le sens du propos).  Le principal point qu'il faut retenir ici, c'est que la rémunération des salariés ne peut pas logiquement dépasser le total du PIB. 

A l'échelle d'un pays,  la portion attribuée à la rémunération des salariés correspond pratiquement toujours à la «norme».  Même chose pour une province, et même (dans possiblement une moindre mesure) pour une région bien définie (où l'essentiel des activités économiques recensées se produisent à l'intérieur de la région).  Les données pour les régions métropolitaines de recensement  (RMR) sont aussi globalement conformes.  Un problème peut toutefois survenir lorsqu'on découpe une région ou une RMR en parties distinctes, par exemple pour des raisons administratives qui font abstraction du mouvement des personnes et des flux économiques à l'intérieur de l'ensemble.  Je suis absolument certain que c'est le cas en ce qui a trait au découpage des «régions administratives» (RA) qui composent en tout ou en partie la RMR de Montréal;  comme on sait, celle-ci regroupe la totalité des RA de Montréal et de Laval, ainsi que partie importante (en population) des RA de Montérégie, Laurentides et Lanaudière.  Ceci donne des résultats étonnants (et trompeurs d'une certaine façon) lorsqu'on observe la distribution par RA du PIB mesuré en termes de revenus. Ainsi, on attribue à la RA de Montréal un PIB 9 x supérieur  à celui de la RA de Laval, alors que la population de la RA de Montréal est moins de 5x plus élevée que celle de l'autre.  La même chose se produit pour les données des RA de Montérégie, Laurentides et Lanaudières.  Si on mettait en relation les données sur le revenu personnel par habitant avec celles portant sur le PIB par habitant, on découvrirait une incongruité, soit que le revenu personnel par habitant  égale ou dépasse le PIB par habitant!   Comment expliquer ça?  -- Il y a une réponse toute simple:  c'est que le PIB est mesuré et attribué à l'endroit où l'activité économique a lieu, tandis que le calcul du revenu personnel par habitant se fait sur la base du lieu de résidence.  On devine très facilement, par intuition, que le portrait général est celui du banlieusard qui travaille à Montréal et y obtient sa rémunération.  Si on comprend ça, il n'y a pas de problème.  Là où il y en a un, c'est quand on fait le calcul du PIB par habitant, et qu'on conclut que la RA de Montréal est très riche, et que ses voisines sont pauvres.  Un tableau plus fidèle à la réalité consisterait à dire que l'activité économique de l'ensemble de la RMR de Montréal (PIB en 2016: 201 milliards) se concentre dans la RA de Montréal (PIB en 2016: 126 milliards), même si cette dernière ne regroupe qu'un peu moins de la population totale de la RMR.   Prenons un «exemple» extrême, la ville de Hampstead:  je n'y connais pas d'activités industrielles ou commerciales, son PIB est probablement très faible, et pourtant le revenu personnel par habitant y est très élevé.  A l'inverse, la ville de Montréal-est englobe de très importantes activités industrielles, son PIB doit être très élevé par rapport à sa population, et pourtant le revenu personnel par habitant est probablement faible. Morale de l'histoire: l'indice PIB par habitant à l'échelle locale peut être trompeur.

Dans un prochain «épisode», je voulais examiner l'évolution des composantes du PIB  en termes de dépenses,  en portant une attention particulière à la formation brute de capital fixe (les investissements): ceux du secteur privé, divisés entre le résidentiel et le non-résidentiel, et ceux des administrations publiques. Ça serait plus pertinent et plus intéressant en relation avec ce qui nous intéresse vraiment, la croissance économique de Montréal (ça concernera l'ensemble de la RMR de Montréal, pas spécialement la RA du même nom ).  A l'heure où j'écrivais ces lignes, je n'avais toutefois pas mis la main sur les données nécessaires (elles ont disponibles pour l'ensemble du Québec, mais c'est trop général pour tirer des conclusions montréalaises).

Ceci dit, un tel exament serait loin d'être suffisant pour fournir des explications valides sur les fondements de la croissance de l'économie montréalaise.  Il y a une foule de facteurs et de politiques qui concernent plus globalement l'ensemble du Québec, le Canada et l'économie mondiale, et qui ont pu contribuer significativement à la croissance de Montréal.  Ce qu'on vise, c'est de «découvrir» les facteurs qui sont particuliers à Montréal  (et que d'autres villes du monde possèdent peut-être aussi).  A ce niveau, le risque est grand de s'embourber dans une myriade de statistiques: seules de grandes «équipes» composées de spécialistes chevronnés pourraient s'y aventurer. Par contre, le terrain «qualitatif», qui comprend l'observation d'autres villes qui connaissent aussi du succès, pourrait s'avérer plus palpable pour la plupart d'entre nous.  Sur ce plan, nous disposons déjà de certaines avancées; par exemple, nous sommes de plus en plus ouverts à l'idée que l'expansion de notre bassin de main-d'oeuvre (très) qualifiée est un facteur déterminant.  Nous pouvons aussi nous inspirer d'études (récentes) réalisées ailleurs par des auteurs reconnus.

Toutes ces réflexions nous éloignent de mon point de départ, qui se voulait simplement un commentaire sur les statistiques portant sur la progression du PIB montréalais.  A l'instant même, je m'interroge sur la pertinence de consacrer temps et énergie à examiner un aspect (le PIB en termes de dépenses) qui serait largement impuissant à éclairer l'avenir.  Répondre par un «oui» ou un «non» à la question de savoir par exemple si les projets Turcot et Champlain ont contribué significativement à la croissance de l'économie pour la période considérée ne nous avançerait pas tellement, il me semble.  Néanmoins, on pourra quand même observer la série «formation brute de capital fixe des administrations publiques à Montréal» sur une période de (disons) cinq ou dix ans, et voir jusqu'à quel point ces deux projets ont fait varier les totaux annuels.  On pourra aussi faire le même exercice en ce qui a trait aux investissements privés (résidentiel et non-résidentiel).  Mais de là à être capable d'en tirer des conclusions qui départagent les causes et les effets, il y aura toute une marge.

Link to post
Share on other sites
Quote

Il y a d autant plus beaucoup de gens qui quittent Toronto pour Montréal, ce qui est historique. 

Ce n'est pas que je doute de ton affirmation, mais pourrais tu me diriger dans la bonne direction pour trouver le site où tu as trouver les chiffres qui indiquent ce que tu affirme?!

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Montréal est à +64.2k emplois depuis novembre 2017. C'est la meilleure performance des 3 plus grandes villes au pays. +3% de croissance. Mieux que Toronto et Vancouver combinées. Et une très forte hausse de la population active avec +68.9k ou +2.5%, encore là, de loin meilleure que Toronto et Vancouver.

https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/181207/t008a-fra.htm

Link to post
Share on other sites

C'est un peu hors sujet,malgré cette performance toujours plus de gens vont en Ontario que des gens vers le Quebec...

Esperons que cette performance n est pas une exeption et que à long terme le Quebec ait un jour une migration provinciale positive.

Autre fait interessant,le Quebec est enfin gagnant avec l'Alberta du jamais vu.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



×
×
  • Create New...