Jump to content

Brigade chantiers - Montréal


ScarletCoral
 Share

Recommended Posts

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136323/inpsection-surveillance-travaux-embauches-ville

La brigade chantiers promise par Projet Montréal prendra vie au printemps

Publié aujourd'hui à 15 h 23

 

L'une des promesses phares de Valérie Plante en campagne électorale se réalisera en 2019, confirme l'étude du budget 2019 de la Ville de Montréal : 11 postes seront créés pour donner vie à une « brigade chantiers ».

Un texte de Jérôme Labbé

La nouvelle équipe aura pour mission d'« encadrer de façon structurée la surveillance des chantiers effectuée en prestation externe par des audits bonifiés et par un monitoring ciblé ». En d'autres mots, la brigade pourra se rendre sans avertissement sur les chantiers de la Ville de Montréal pour vérifier si un entrepreneur respecte le contrat octroyé.

Les embauches promises avaient déjà été annoncées par le responsable du transport au comité exécutif, Éric Alan Caldwell, lors de la présentation du budget, la semaine dernière, mais elles se sont confirmées vendredi avec la distribution d'un document officiel pendant les travaux de la Commission des finances et de l'administration.

On y apprend en outre que la brigade s'intéressera au « contrôle de la qualité des travaux », à « la surveillance environnementale des sols contaminés » et à « la standardisation de la gestion des contrats de services professionnels en surveillance externe »

« Cette équipe dédiée au suivi de la qualité des chantiers produira un bilan annuel », ajoute-t-on, précisant que celui-ci portera sur les « audits réalisés », les « matériaux utilisés » ainsi que sur le « monitoring ciblé des pratiques ».

À noter que la création de la brigade chantiers n'apparaît pas comme telle au budget 2019 de la Ville de Montréal, ce qu'a notamment déploré la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

La « brigade chantiers » ne doit pas être confondue avec « l'escouade mobilité » – une autre promesse phare de Projet Montréal –, qui a vu le jour au mois d'août et dont le mandat est d'assurer la fluidité de la circulation, entre autres en marge des chantiers, dans certains secteurs du territoire montréalais.

Promesse faite, promesse tenue

La création d'une brigade d'inspection des chantiers faisait partie des engagements de Projet Montréal lors de la campagne électorale de l'automne 2017.

Sa chef, Valérie Plante, avait assuré que la brigade verrait le jour dans sa première année de mandat à la tête de l'Hôtel de Ville, mais cette promesse n'a pas été réalisée dans les temps.

Il faudra encore attendre quelques mois, a confirmé vendredi Sylvain Ouellet, vice-président du comité exécutif.

« On veut que les industries qui travaillent pour nous sachent qu'elles peuvent à tout moment se faire inspecter de façon aléatoire, explique-t-il, que ça soit sur le chantier ou même une fois que le chantier est complètement refermé [si la brigade soupçonnait, par exemple, un problème en sous-sol. »

« On va creuser, on va regarder, on va faire l'échantillon et on va le faire analyser en laboratoire », illustre M. Ouellet, ajoutant qu'en cas de non-conformité, les entrepreneurs pourront « non seulement être obligés de réparer à [leurs frais] les choses », mais également se retrouver « sur la liste des entreprises à rendement insatisfaisant, et là, après ça, ne plus pouvoir soumissionner ou avoir des restrictions pour soumissionner à Montréal ».

« Ce qu'on veut, c'est que les entrepreneurs respectent ce pour quoi ils se sont engagés lors de leur appel d'offres », résume-t-il.

La Ville supervise déjà les chantiers privés sur son territoire, précise M. Ouellet, mais seulement « les plus complexes ». Dans les cas des travaux de planage, par exemple, l'ensemble de la surveillance était jusqu'à maintenant confiée au privé. Ce ne sera plus le cas.

On veut faire de l'audit pour vraiment être certains d'en avoir pour notre argent.

Sylvain Ouellet, vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal

Pour Ensemble Montréal, cependant, la création de cette nouvelle brigade est de la poudre aux yeux.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière de finances, Alan DeSousa, estime que l'administration Plante tente d'infantiliser les entrepreneurs, alors qu'elle devrait plutôt les rendre responsables.

Le surveillant de chantier, selon lui, « doit être maître d’œuvre du chantier ». Ajouter des surveillants supplémentaires, « c’est uniquement un effort pour donner raison à Projet Montréal, qui avait fait la promesse de faire quelque chose qui, en fin de compte, n’est même pas nécessaire », juge-t-il.

« Si les gens pensent que la brigade des chantiers, ça va être la solution magique, j’ai des nouvelles pour eux », conclut-il.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et de Julie Marceau

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value