Faitlemou

Doug Ford élimine le projet de l'Université de l'Ontario français et le Commissariat aux services en français

Recommended Posts

I live in Toronto and yes he's a very controversial populist who angers a lot of Ontarians. He just barely attained the leadership and was in fact opposed by many in his own party. If he has any designs to enter Federal politics he might have just sunk his chances. It's actually surprising to me that Toronto doesn't have a French language university as it is. I also think it will eventually happen- as it should. 

Modifié par Sheepman

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

There is very little public outrage here (in Toronto), that I can discern, at the moment over this decision. Business as usual.

Canada is bilingual in name only, like a trophy for participation just because you're on the soccer team. The hypocrisy is real though. The holier-than-thou garbage that we're (Quebec) treated to from the ROC every time the OQLF does something annoying but rather inconsequential is thick with irony. Sad but true.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le gouvernement Ford retire une subvention promise à La Nouvelle Scène

La Nouvelle Scène ne recevra pas du gouvernement conservateur ontarien le montant qui devait lui permettre d'éponger sa dette. C'est un coup dur pour le centre de théâtre francophone d'Ottawa, de l'avis de plusieurs acteurs de la communauté franco-ontarienne et du milieu des arts de la scène.

Un texte de Kevin Sweet

Selon la responsable des communications à La Nouvelle Scène, Élyse Enright, le président du conseil d'administration, Jean Lalande, a eu la confirmation par téléphone que le nouveau gouvernement a retiré la subvention de 2,9 millions de dollars de son budget.

Dans la foulée des compressions du gouvernement provincial envers la francophonie ontarienne, nous ne sommes pas surpris du retrait de la promesse d'investissement envers La Nouvelle Scène Gilles-Desjardins.

Chantal Nadeau, directrice générale, La Nouvelle Scène

Nous travaillons présentement à l’élaboration d’une stratégie de financement et nous continuons à faire la promotion de la francophonie par l’entremise des arts et de la culture, indique la directrice générale de La Nouvelle Scène, Chantal Nadeau, par voie de communiqué.

L’établissement, situé rue King Edward, à Ottawa, traîne une dette de 3 millions de dollars depuis sa réouverture en 2016 en raison d’un projet de construction.

Une promesse des libéraux

Avant l’élection du gouvernement Ford, les libéraux ontariens avaient promis d’investir 2,9 millions de dollars pour assurer la pérennité des programmes de l’organisme culturel et alléger le fardeau de la dette.

Nathalie Des Rosiers, la députée provinciale d'Ottawa-Vanier, avait annoncé l'octroi de cette enveloppe en mai dernier.

Selon elle, l'annulation de cette subvention met en péril l'existence même de La Nouvelle Scène. D'ailleurs, c'est Radio-Canada qui lui a appris la nouvelle à Queen's Park.

C'est encore un autre affront à la francophonie.

Nathalie Des Rosiers, députée provinciale d'Ottawa-Vanier
 

Un défi de taille

Le directeur artistique et codirecteur général du Théâtre du Trillium – l'une des quatre compagnies fondatrices de La Nouvelle Scène – n'est pas surpris.

C'est une longue série de gestes qui sont évidemment très dangereux pour la culture, d'abord et avant tout, affirme Pierre Antoine Lafon Simard.

Je vais vous avouer que, dans la foulée de toutes les activités, tous les gestes qui ont été posés par ce gouvernement depuis qu'il est entré en poste pour minimiser, oublier et même, je dirais, rayer les livres d'histoire la communauté francophone, si importante en Ontario [et] qui est au coeur du tissu de la société ontarienne, je n'étais pas tout à fait surpris.

Pierre Antoine Lafon Simard, directeur artistique du Théâtre du Trillium

Il se veut rassurant en affirmant que La Nouvelle Scène n'est pas sur le point de fermer et que les quatre compagnies qui sont hébergées à l'intérieur de l'immeuble ne se laisseront pas abattre.

La directrice générale de l'Association des théâtres francophones du Canada (ATFC), Geneviève Pineault, déplore d'ailleurs l'incidence que pourrait avoir cette nouvelle sur les créateurs en question.

Maintenant, cette nouvelle fait en sorte qu'une bonne partie de leurs énergies va être investie à appuyer La Nouvelle Scène dans ses démarches pour relever ce défi, plutôt que de s'investir dans la création, dit Mme Pineault, jointe à Banff.

N'oublions pas que des lieux comme La Nouvelle Scène, dans nos communautés de la francophonie canadienne, [...] servent [souvent] de lieux de rassemblement. Ce sont des lieux qui sont des catalyseurs dans une communauté.

Geneviève Pineault, directrice générale, Association des théâtres francophones du Canada (ATFC)

Quid du projet du MIFO à Orléans?

Les dirigeants du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO) sont aussi en attente d'un financement de la province (4,2 millions de dollars), promis par les libéraux au mois d'avril.

L'argent servirait à la construction d'un nouveau bâtiment de 14 millions de dollars. Ce dernier abriterait une galerie d'art et des locaux insonorisés pour offrir des cours de musique. La bâtisse actuelle date de 1985.

Jointe au téléphone, la directrice générale du MIFO, Marie-Claude Doucet, dit que le dossier est actuellement au ministère de l'Infrastructure de l'Ontario. Elle ajoute qu'elle continue d'espérer un dénouement heureux pour ce projet.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1137221/nouvelle-scene-retrait-subvention-conservateurs-ontario

nouvelle-scene-facade.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, nephersir7 a dit :

Quelle bonne nouvelle pour débuter le week-end !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Faits saillants extraits de l'article de La Presse partagé par @nephersir7 ci-haut:

Le premier ministre Ford a annoncé que son gouvernement va maintenir le poste de commissaire aux services en français et qu'il jouira toujours du pouvoir de mener des enquêtes indépendantes, même si ce poste se retrouvera sous la houlette de l'ombudsman de la province, et il ouvre la porte au financement d'une Université de langue française en Ontario dès que les finances de la province le permettront. En outre, il compte recréer un ministère des Affaires francophones en bonne et due forme. Enfin, M. Ford compte embaucher un conseiller principal en politiques responsable des affaires francophones à son bureau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fédéral accorde près de 2 millions à l'Université de l'Ontario français

L'Université de l'Ontario français recevra 1,9 million de dollars de la part du gouvernement fédéral, a annoncé dimanche soir la ministre des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, deux jours seulement avant que le financement provincial ne prenne fin.

MARISSA GROGUHÉ - La Presse

Cet argent permettra de garder en vie le projet de l'Université jusqu'en 2020, a déclaré la ministre sur Twitter, au moment d'annoncer l'injection de cette somme provenant des fonds du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023, qui est doté d'une enveloppe de 2,7 milliards. 

L'équipe qui assure le développement du projet pourra ainsi travailler au moins un an de plus. C'est cette équipe qui a envoyé la demande de financement au gouvernement fédéral, afin de poursuivre les travaux préliminaires vers la mise en place d'un Carrefour francophone du savoir et de l'innovation à Toronto, qui hébergerait notamment l'Université de l'Ontario français.  

Mélanie Joly a publié une lettre adressée à Caroline Mulroney, procureure générale et ministre des Affaires francophones du gouvernement ontarien, dans laquelle elle rappelle que la contribution du gouvernement fédéral est conditionnelle à une demande de financement émise par la province et un engagement à prendre en charge 50% des coûts du projet. 

«Soyons clairs, la responsabilité revient au gouvernement de l'Ontario de mener à bien ce projet», a-t-elle également écrit.  

Dans son tweet faisant l'annonce du financement, la ministre Joly a soutenu que «les Franco-Ontariens pourront toujours compter sur notre appui à titre de partenaires dans le projet de l'Université de l'Ontario français». 

Suite à l'annonce en novembre dernier du gouvernement provincial ontarien de Doug Ford de ne plus assurer le financement du projet, les Franco-ontariens et leurs alliés ont manifesté leur mécontentement, mais n'ont pu faire reculer le premier ministre. 

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario a salué cette décision du gouvernement canadien sur Twitter, peu après l'annonce.

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201901/13/01-5210896-le-federal-accorde-pres-de-2-millions-a-luniversite-de-lontario-francais.php

1605983-ministre-langues-officielles-francophonie-melanie.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant