Jump to content

Dossier exportation Hydro-Québec


acpnc

Recommended Posts

Un nouveau dossier où on pourrait rassembler tous les fils de discussions qui concernent l'exportation et l'interconnexion du réseau d'H-Q au Canada et aux USA.

 

Publié le 01 novembre 2018 à 00h00 | Mis à jour à 06h33

https://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201810/31/01-5202511-le-ministre-champagne-appuie-les-interconnexions-entre-provinces.php

Le ministre Champagne appuie les interconnexions entre provinces

François Legault veut augmenter les exportations d'hydroélectricité vers l'Ontario et... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

François Legault veut augmenter les exportations d'hydroélectricité vers l'Ontario et les provinces atlantiques.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

629983.png
 

(OTTAWA) Resserrer les liens énergétiques entre les provinces, comme le propose le premier ministre François Legault, pourrait s'avérer un projet tout aussi structurant pour l'avenir du pays que l'a été le projet de construction du chemin de fer à la fin du XIXe siècle.

C'est du moins ce que croit le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités du gouvernement Trudeau, François-Philippe Champagne, qui appuie sans hésiter l'idée de construire de nouvelles interconnexions entre le Québec et les provinces voisines afin de faciliter les exportations d'hydroélectricité.

Le ministre Champagne a confirmé hier que le gouvernement Trudeau voyait d'un très bon oeil les ambitions de M. Legault d'augmenter les exportations d'hydroélectricité - une énergie propre - vers l'Ontario et les provinces atlantiques et qu'il était tout à fait disposé à donner un coup de pouce financier au gouvernement caquiste, s'il le souhaite, pour mener à bien un tel projet qui permettrait du coup au Canada de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

« C'est sûr que c'est le genre de projet que nous regardons avec beaucoup d'intérêt. Vous savez, si on veut faire une différence, il faut penser grand. Certainement, les interconnexions, c'est une façon intelligente de faire mieux au Canada afin de profiter de toute l'énergie verte que l'on produit au pays, et de la distribuer dans l'ensemble du pays. »

 

- François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités

Reconnu pour être une boule d'énergie au sein du gouvernement Trudeau, M. Champagne a indiqué avoir déjà soulevé ce dossier avec divers intervenants au Québec et ailleurs au pays. Son propos visait à souligner qu'Ottawa veut jouer un rôle de « facilitateur » pour maximiser les chances de succès.

Le ministre a aussi discuté de ce dossier avec les dirigeants d'Hydro-Québec, même s'il est à la tête de son ministère depuis juillet seulement.

« C'est certainement le genre de projets que nous voulons soutenir. J'ai toujours dit aux maires et aux mairesses, aux différents ministres provinciaux de penser vert, de penser grand. Justement, le dossier des interconnexions est un des sujets dont je parle régulièrement avec mes homologues et aussi avec les différentes compagnies de production d'énergie à travers le pays », a-t-il affirmé.

Proposition d'alliance énergétique

En campagne électorale, François Legault avait proposé de créer une nouvelle alliance énergétique avec l'Ontario et les provinces maritimes, qui pourrait prendre la forme d'une société d'État énergétique dans laquelle chacune des provinces participantes et, éventuellement, les Premières Nations détiendraient des intérêts afin de permettre au Québec de devenir « une immense batterie d'énergie propre ».

« J'ai l'intention de lancer des discussions pour forger une alliance énergétique avec l'Ontario et les provinces atlantiques. Avec nos immenses réservoirs, le Québec constitue une immense batterie d'énergie propre dans le nord-est de l'Amérique. »

La Presse rapportait hier que M. Legault avait profité de sa toute première rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau, au Sommet de la Francophonie en Arménie, il y a deux semaines, pour expliquer les grandes lignes des intentions du gouvernement caquiste en matière d'exportation d'hydroélectricité.

M. Trudeau avait accueilli favorablement l'idée du premier ministre désigné, a-t-on indiqué à Ottawa. M. Legault avait aussi abordé brièvement ce dossier avec le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, le soir de sa victoire électorale, a-t-on indiqué à Québec.

Aide financière possible

Le gouvernement de François Legault pourrait obtenir une aide financière d'Ottawa pour mener à bien son plan. Le gouvernement Trudeau a annoncé en décembre 2016 son intention d'investir près de 22 milliards de dollars dans les infrastructures vertes au cours de la prochaine décennie - ce qui comprend des projets comme la construction d'interconnexions électriques stratégiques qui contribueraient à réduire les émissions de GES. Jusqu'ici, aucune province n'a cogné à la porte d'Ottawa pour discuter d'une contribution fédérale à la construction d'un tel projet, destiné à être une initiative à long terme.

En outre, la Banque de l'infrastructure du Canada - une société d'État créée par le gouvernement Trudeau - compte investir au moins 5 milliards de dollars sur une période de 11 ans dans des projets d'infrastructures vertes, y compris les interconnexions.

En entrevue, hier, M. Champagne a dit souhaiter que les provinces puissent mettre fin à la méfiance qui existe depuis plusieurs années quand il s'agit de collaborer pour des projets énergétiques interprovinciaux, notamment entre le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador.

« Les citoyens et les citoyennes sont rendus ailleurs. Les gens veulent un avenir plus vert, un avenir plus moderne, un avenir plus résilient. Et c'est ce qu'on s'engage à faire. [...] Les gens sont rendus plus loin que cela. Les gens veulent voir du concret, ils veulent voir des projets verts. C'est ce qu'on va réaliser pour les Canadiens », a-t-il dit.

«C'est certainement le genre de projets que nous voulons soutenir. J'ai toujours dit aux maires et aux mairesses, aux différents ministres provinciaux de penser vert, de penser grand.

»

— François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités
 
  •  
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Exporter de l'électricité pour faire fructifier l'investissement des Québécois, oui! Mais il faut faire attention quand on parle d'une nouvelle "Société d'État". J'ai peur que les Québécois perdent leur souveraineté énergétique qu'ils ont acquis via ce fleuron qu'est Hydro-Québec! Pas envie de voir une fusion d'Hydro-Québec avec Hydro-Ontario, ou que les Québécois financent l'électricité des Ontariens, ou que cettte nouvelle entité fasse augmenter les tarifs par soucis d'équité avec nos biens-aimés voisins ontariens.

Autant je préfère un gouvernement progressiste, des fois j'aimerais mieux voir à Ottawa un gouvernement conservateur, généralement plus respectueux du partage de compétences.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ydg a dit :

Exporter de l'électricité pour faire fructifier l'investissement des Québécois, oui! Mais il faut faire attention quand on parle d'une nouvelle "Société d'État". J'ai peur que les Québécois perdent leur souveraineté énergétique qu'ils ont acquis via ce fleuron qu'est Hydro-Québec! Pas envie de voir une fusion d'Hydro-Québec avec Hydro-Ontario, ou que les Québécois financent l'électricité des Ontariens, ou que cettte nouvelle entité fasse augmenter les tarifs par soucis d'équité avec nos biens-aimés voisins ontariens.

Autant je préfère un gouvernement progressiste, des fois j'aimerais mieux voir à Ottawa un gouvernement conservateur, généralement plus respectueux du partage de compétences.

Il y a plusieurs années, je me souviens que certains en Ontario souhaitaient une fusion d'Hydro-Québec avec des sociétés électriques d'Ontario et du Manitoba (ou de la Colombie-Britannique).  Le but était d'éponger les déficits des sociétés ontariennes par les profits des autres sociétés électriques.  Je me doute aussi qu'on aurait voulu que le siège social de cette nouvelle société fusionnée soit localisé à Toronto (pas pour des raisons de favoritisme politique, évidemment, mais bien que parce que c'est plus central, mettons...).  Bizarrement, cette idée n'a pas été très populaire en dehors de l'Ontario...

Tu as raison de te méfier, ce serait dans la lignée du Nation Building que de créer une société Canadian d'électricité, centralisée en Ontario et avec des objectifs ontariens en tête.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

il y a 9 minutes, ToxiK a dit :

Il y a plusieurs années, je me souviens que certains en Ontario souhaitaient une fusion d'Hydro-Québec avec des sociétés électriques d'Ontario et du Manitoba (ou de la Colombie-Britannique).  Le but était d'éponger les déficits des sociétés ontariennes par les profits des autres sociétés électriques.  Je me doute aussi qu'on aurait voulu que le siège social de cette nouvelle société fusionnée soit localisé à Toronto (pas pour des raisons de favoritisme politique, évidemment, mais bien que parce que c'est plus central, mettons...).  Bizarrement, cette idée n'a pas été très populaire en dehors de l'Ontario...

Tu as raison de te méfier, ce serait dans la lignée du Nation Building que de créer une société Canadian d'électricité, centralisée en Ontario et avec des objectifs ontariens en tête.

C'est exactement ce que je crains, autant au niveau politique qu'économique!

Après, si Hydro-Québec entre en partenariat avec d'autres sociétés (au Canada ou aux États-Unis) pour leur vendre des surplus, je n'ai pas de problème avec ça, tant qu'elle reste entièrement indépendante.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

On peut fonder une co-entreprise qui gérerait le partage des besoins en énergie des différentes provinces intéressées et qui acheterait en exclusivité son électricité à d'Hydro-Québec.

Link to comment
Share on other sites

il y a 43 minutes, acpnc a dit :

On peut fonder une co-entreprise qui gérerait le partage des besoins en énergie des différentes provinces intéressées et qui acheterait en exclusivité son électricité à d'Hydro-Québec.

À condition qu'Hydro-Québec n'y soit partie qu'à titre de fournisseur, et non que les clients actuels d'Hydro-Québec deviennent ainsi clients de cette entreprise, et soient donc assujetis à des hausses pour éponger des déficits causés pour toutes sortes de raison par les autres provinces. Cette entité serait en quelque sorte un joint venture entre HQ et les autres sociétés.

Link to comment
Share on other sites

Une des rumeurs que j’entends (chez HQ) mentionne Terre-Neuve et la Nouvelle Ecosse.  

Ça découle du désastre entourant le développement hydro-électrique de « Muskrat Falls » sur la rivière Churchill (en aval de Churchill Falls) , et aussi de la fiabilité douteuse d’une nouvelle ligne de transmission sous-marine entre le Labrador et T-N.

T-N est empêtré dans des dépassements de coûts pharaonique (maintenant à $12.7B?) du projet, des retards, d'une qualité douteuses des travaux, d'un risque (faible?) d’affaissement d’un bras qui sert de digue (le « North Spur »), et de la faillite du contracteur général (Italien).

Plus tard (si le projet aboutit), il y aura aussi l’imprédictibilité de la production hydro-électrique faute d’entente avec HQ, qui opère Churchill Falls en amont. Il n’y aura pratiquement pas de réservoir à Muskrat Falls.

T-N s’est aussi engagé à fournir une grande quantité d’électricité « gratuitement »  à Emera (N-É) afin de payer une ligne de transmission sous-marine,  entre T-N et la N-É cette fois.

Tout porte donc à croire que T-N se dirige solidement vers un mur, et ne pourra pas délivrer l’électricité promise (de Muskrat Falls) à Emera.

Ce qui suit n’est que rumeurs:

Il y aurait eu des négociations (Fed – Emera – HQ – T-N - N-B?) afin qu’HQ prenne la relève et fournisse l’électricité promise à Emera, N-É, et aussi à Terre Neuve. En retour, HQ prolongerait le contrat actuel de Churchill Falls… (qui se termine en 2041 en ce moment) et/ou acquerrait les 65.4% de CFLCo (le proprio de Churchill Falls) qu’elle ne possède pas.

Le fédéral servirait de facilitateur dans ce dossier (ils ont aussi, bizarrement, une garantit de prêts avec T-N, reliée à ce projet), et aiderait à financer de nouvelles interconnections vers les maritimes.  Ça sécuriserait la garantie de prêts consentit à T-N, diminuerait les GES et sauverait probablement T-N de la faillite.

----------------------------------------------------------------------------------------

En prime, la Cours Suprême devrait aussi rendre une décision finale demain, sur le litige de Churchill Falls  (CFLCo versus HQ, sur la notion de « bonne foi » du code civil, et son applicabilité sur le contrat signé en 1969).

T-N devrait perde la cause içi, sans aucun espèce de doute.

Edited by YUL
  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, YUL a dit :

Une des rumeurs que j’entends (chez HQ) mentionne Terre-Neuve et la Nouvelle Ecosse.  

...

Je suis zéro dans se domaine, donc j'ai probablement tord, mais il me semble que c'est très peu probable? 

Terre-Neuve déteste HQ avec passion, ça serais assez difficile de faire une entente. 

Quand HQ a voulu acheter Énergie NB, même avec un projet très favorable envers la population du Nouveau-Brunswick, ce fut un scandal dans cette province. Un changement de gouvernement à même eu lieu à cause de se dossier. 

J'ai de la difficulté à imaginer comment HQ pourrais prendre le contrôle de quoi que ce soit dans cette région, transport ou production. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 21 minutes, ChrisDVD a dit :

Je suis zéro dans se domaine, donc j'ai probablement tord, mais il me semble que c'est très peu probable? 

Terre-Neuve déteste HQ avec passion, ça serais assez difficile de faire une entente. 

Quand HQ a voulu acheter Énergie NB, même avec un projet très favorable envers la population du Nouveau-Brunswick, ce fut un scandal dans cette province. Un changement de gouvernement à même eu lieu à cause de se dossier. 

J'ai de la difficulté à imaginer comment HQ pourrais prendre le contrôle de quoi que ce soit dans cette région, transport ou production. 

100% vrai.

Debout face à face, on voit mal ces sociétés se serrer la main. Mais quand tu as juste la tête en dehors du sable mouvant, ça peut être difficile de ne pas prendre la main qui t'es tendue. Belle occasion pour Hydro de faire un excellent deal et pouvoir entretenir cette haine pour encore plusieurs générations! ?

 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Ce que je comprends dans tout cela c'est qu'H-Q ne prendrait pas le contrôle de la fourniture d'électricité. Les provinces demeureraient indépendantes, et dans une sorte de consortium exprimeraient leurs besoins que notre société d'état fournirait selon leur demande. Ainsi chaque province pourra fixer ses tarifs domestiques et garder sa souveraineté à l'intérieur de son marché.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...