Recommended Posts

Pinned posts
2070 Peel
 
trucchouette.jpg
 
Citation

Points saillants:

 
Mandat :
Période couverte par le mandat : du 2018-09-20 au 2018-12-31
Contrepartie reçue ou à recevoir : de 10 000 $ à 50 000 $
 
Objet des activités : Proposition législative ou réglementaire, résolution, orientation, programme ou plan d'action
  Permis, licence, certificat ou autre autorisation
 
Renseignements utiles :
Le mandat consiste à accompagner et représenter le client dans le processus d’approbation de son projet par l’arrondissement Ville-Marie de la Ville de Montréal. Il est prévu d’élaborer un projet de redéveloppement mixte afin d’intégrer la fonction résidentielle qui est une tour d’habitation résidentielle à l'activité commerciale existante au site présentement occupé par le Club sportif MAA situé au 2070 rue Peel.
 
Les différents règlements et documents de planification autorisent et favorisent la vocation mixte pour ce secteur. Les représentations auprès de l’arrondissement servent donc à obtenir les différents permis nécessaires à la réalisation du projet. Les activités auprès de la Ville englobent principalement la présentation des démarches nécessaires afin d’obtenir les permis de constructions conformes au règlement d'urbanisme No 01-282, comprenant la révision de projet de l'arrondissement.
 
Advenant des non-conformités au projet, des démarches auprès de l’arrondissement et de la Ville de Montréal seraient entreprises afin de mener à terme le projet, et ce, en conformité avec le règlement sur les dérogations mineures No CA-24-008 ou la réglementation liée au projet particulier de constructions, de modification ou d’occupation d’un immeuble No CA-24-011.

 

Capture_MAA2.JPG

Capture_MAA.JPG

Capture_MAA3.JPG

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici un cas où j'espérerais voir une vive opposition à toute démolition drastique de ces immeubles, ou à du vulgaire façadisme surmonté d'une tour grise, voir même en briques rouges (comme l'insipide Demetrius un coin de rue au sud-ouest)...

J'espère que la tour sera proposée en retrait des façades patrimoniales, ou sinon en remplacement des 2 petits bâtiments au sud, mais que je présume appartenir à un-d'autreS propriétaireS.

Petits immeubles au sud, sans intérêt patrimonial:

Screenshot_2018-10-20-11-15-26.png

Screenshot_2018-10-20-11-23-15.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, whitesand a dit :

Devimco is behind this project.

Do you have a source?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Let's hope an even better miracle : they preserve de 2 patrimonial buildings, and build to max height with a beautiful integration of the 2 elements, old and new.

Big hope, I admit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, MtlMan a dit :

Let's hope an even better miracle : they preserve de 2 patrimonial buildings, and build to max height with a beautiful integration of the 2 elements, old and new.

Big hope, I admit.

Ça pourrait atteindre les 37-38 étages, AKA 120 m... (Ah! si seulement Brocco pouvait avoir le don d'ubiquité!)

Share this post


Link to post
Share on other sites

MONTRÉAL
Des condos pour sauver le club sportif MAA


SUZANNE COLPRON
LA PRESSE
Le MAA, le plus vieux club sportif en Amérique, a conclu une entente avec le promoteur Devimco pour assurer sa survie, après avoir évité la faillite une première fois en 1998.
Une tour de 33 étages sera érigée au 2070, rue Peel, où loge le club sportif depuis 1905, et comprendra des condos, un restaurant et un MAA entièrement refait.
Le projet immobilier axé sur la revitalisation du club sportif s’élève à 130 millions, a-t-on appris.
Pendant les travaux, qui devraient durer deux ans, le MAA et ses 2800 membres seront relocalisés temporairement.
Le promoteur Devimco, connu pour avoir conçu le Quartier DIX30 à Brossard, compte préserver la belle façade de l’immeuble centenaire de quatre étages en brique rouge.
En activités depuis 1997, il a été choisi à la suite d’un appel d’offres lancé par le MAA, qui cherchait de nouvelles sources de financement pour rénover ses installations.
LE PLUS VIEUX ET LE PLUS RÉPUTÉ
Le MAA est non seulement le plus vieux club sportif en Amérique du Nord, mais aussi un des plus réputés. Il a gagné quatre Coupes Stanley (1893, 1894, 1902 et 1903) et a été sacré champion de la Coupe Grey (1931). Il mise aujourd’hui sur une équipe formée de nombreux entraîneurs, conseillers et spécialistes, et propose 90 cours de groupe par semaine : musculation, badminton, course, boxe, yoga… Il est né en 1881 de la fusion de trois clubs connus à l’époque : le Montreal Snowshoe Club, le Montreal Lacrosse Club et le Montreal Bicycle Club.
Son gymnase occupe une superficie de 8000 pieds carrés. Quant à sa piscine, elle a été construite en 1905, ce qui en fait une des plus vieilles au pays. De nombreux athlètes s’y sont entraînés : le double médaillé d’or olympique de 1912 George Hodgson, le double finaliste aux Jeux olympiques de 1960 et double médaillé d’argent et médaillé de bronze des Jeux du Commonwealth de 1962 Richard Pound, ainsi que la médaillée d’argent en nage synchronisée des Jeux olympiques de 1984 Carolyn Waldo.
En 1998, le MAA a été sauvé de la faillite par un groupe d’actionnaires formé pour venir à sa rescousse. Il a officiellement rouvert ses portes en novembre 1999. La même année, la quadruple médaillée olympique en patinage de vitesse courte piste Nathalie Lambert s’est jointe à l’équipe et en fait toujours partie. Elle occupe le poste de directrice des programmes sportifs et des communications.
À son arrivée, Mme Lambert a créé un programme de parrainage pour les olympiens et les espoirs montréalais. Plus de 300 athlètes en ont bénéficié à ce jour, dont Alexandre Despatie, Émilie Heymans, Kim St-Pierre et Marie-Philip Poulin, indique-t-on sur le site du club sportif.
« C’est un très gros projet », nous a-t-elle dit, sans donner plus de détails.
Serge Goulet, président de Devimco Immobilier, et Pierre Blanchet, président-directeur général du club MAA, tiennent une conférence de presse ce matin pour dévoiler les grandes lignes du projet, qui s’ajoute aux nombreux projets immobiliers réalisés au centre-ville ces dernières années.

http://plus.lapresse.ca/screens/c6846365-e16f-4704-95d0-39f7613322d5__7C___0.html?utm_medium=Ulink&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

 

1E18BF0D-9C42-4278-8969-34E29A13003A.jpeg

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Archi Mtl a dit :

Le promoteur Devimco, connu pour avoir conçu le Quartier DIX30 à Brossard, compte préserver la belle façade de l’immeuble centenaire de quatre étages en brique rouge.

Donc on détruit l'immeuble?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By IluvMTL
      https://idu.quebec/fr/evenements/detail/sylvain-fortier-chef-de-linvestissement-et-de-linnovation-ivanhoe-cambridge-et-panel/10627
      ÉVÉNEMENTS
      Sylvain Fortier, Chef de l'investissement et de l'innovation, Ivanhoé Cambridge et invités
      Les dernières années ont été synonymes de transformation pour le centre-ville de Montréal, comme en témoignent les nombreux projets qui s’y sont entrepris depuis 5 ans. Cœur de la métropole, le centre-ville se doit de demeurer attractif, compétitif. Il se veut en constante évolution, toujours en mode séduction.
      Au moment même où la ville accélère ses investissements dans la mise à niveau des infrastructures, où de nouveaux modèles d’affaires émergent et où les grands propriétaires investissent des sommes considérables dans leurs bâtiments, c’est un nouveau centre-ville que l’on voit émerger. Les consommateurs adoptent et modifient leurs habitudes de consommation et stimulent une réflexion plus pertinente que jamais : qu’est-ce qui doit caractériser ce nouveau centre-ville, à la fois pour le résident, le consommateur, le travailleur et le touriste?  Comment aménager des espaces et des milieux de vie attrayants qui les attirent et surtout quelles sont les stratégies de rétention pour les garder?
      Pour la première fois à sa tribune, l’IDU se réjouit d’accueillir Sylvain Fortier, Chef de l’investissement et de l'innovation pour Ivanhoé Cambridge afin de répondre à toutes ces questions et animer un panel composé de Philippe Demers, CEO & Creative Director, MASSIVart, Anne-Marie Hubert, Associée Directrice, Québec pour EY et François Lacoursière, Chef de la direction marketing, associé principal, Sidlee. 
      ANIMATION DU PANEL:
      Sylvain Fortier
      Chef de l'investissement et de l'innovation
      Ivanhoé Cambridge
      PANEL: 
      Philippe Demers
      CEO & Creative Director
      MASSIVart
      Anne-Marie Hubert
      Associée Directrice, Québec
      EY
      François Lacoursière
      Chef de la direction marketing, 
      associé principal
      Sidlee
      Événement présenté par
      Commanditaires principaux
    • By acpnc
      Publié le 19 janvier 2018 à 06h29 | Mis à jour à 06h29
      http://www.lapresse.ca/affaires/economie/immobilier/201801/19/01-5150616-un-terrain-vendu-100-millions-au-centre-ville-de-montreal.php
      Un terrain vendu 100 millions au centre-ville de Montréal
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin.
      Photo Ivanoh Demers, La Presse
      André Dubuc
      La Presse   Le promoteur Broccolini vient de mettre la main sur un des terrains les plus en vue à l'entrée du centre-ville de Montréal, pour la somme faramineuse de 100 millions de dollars.
      Le terrain de 135 000 pieds carrés est bordé par le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Jacques, la rue Notre-Dame et la rue Gauvin. Il donne sur la nouvelle entrée de la ville, l'ancienne autoroute Bonaventure devenue un boulevard urbain aux oeuvres d'art monumentales.
      « C'est une transaction fracassante, commente Noémie Lefebvre, conseillère principale en immobilier et spécialiste des terrains au Groupe Altus, à qui La Presse a parlé jeudi. En termes de valeur, une vente de terrain à 100 millions, c'est du jamais vu. »
      740 $
      Prix de vente du terrain au pied carré La vente de terrain la plus importante dans l'île de Montréal auparavant avait été celle d'un terrain de 2 millions de pieds carré, voisin du centre Fairview Pointe Claire, acheté au prix de 48 millions par Ivanhoé Cambridge en 2013, selon une compilation d'Altus. En 2017, le groupe Brivia, promoteur des condos YUL, avait acheté un terrain de 40 000 pieds carrés à l'angle du boulevard René-Lévesque Ouest et de la rue Guy pour 27,5 millions. Fin 2016, le terrain de l'ancien Children's Hospital, d'environ 150 000 pieds carrés, avait été vendu 25 millions. Le terrain de 100 millions a longtemps été contrôlé par Magil Laurentienne, qui a fait la promotion de différents projets sur ce lieu au fil des ans. 
      Le projet Univers, annoncé en août 2012, prévoyait la construction de 500 condos à l'est, et de bureaux dans la partie ouest. Le projet d'une valeur de 350 millions a été abandonné un an plus tard. 
      COMPLEXE À VOCATION MIXTE
      Broccolini, pour sa part, projette de construire un complexe faisant jusqu'à 1,5 million de pieds carrés à vocation mixte, soit des bureaux, des logements et des locaux commerciaux. 
      Le nouveau propriétaire connaît bien les lieux puisqu'il entame la construction d'une tour de 35 étages au 628, rue Saint-Jacques, tout juste à l'ouest de sa nouvelle acquisition.
      Broccolino est un important promoteur et entrepreneur en construction. Il a construit L'Avenue, une tour de 50 étages, en face du Centre Bell et il bâtit actuellement la nouvelle Maison de Radio-Canada, angle Papineau et René-Lévesque Est. Il gère aussi un portefeuille de 40 propriétés totalisant 6 millions de pieds carrés.
    • By MartinMtl
      Lien ici:
       
      http://www.pps.org/info/newsletter/From_Place_to_Place_Part_Two/touring_the_worlds_finest_streets
    • By ScarletCoral
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1171725/station-metro-montreal-ligne-verte-renovations
      La station Beaudry change de visage, mais la métamorphose est loin d'être terminée
      Publié aujourd'hui à 4 h 53
      Mis à jour aujourd'hui à 5 h 11

      Des travaux majeurs étaient rendus nécessaires à la station Beaudry en raison de nombreuses infiltrations d'eau. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Jérôme Labbé
      Fermée depuis le 1er octobre, la station Beaudry, sur la ligne verte du métro de Montréal, rouvrira comme prévu le lundi 3 juin, et ce, même si les travaux sont loin d'être finis. Visite de chantier.
      « C'est sûr qu'il n'y aura pas un "effet wow" », prévient Simon Brossard, surintendant au bureau de projet de la Société de transport de Montréal (STM).
      À première vue, rien n'indique que Beaudry sera prête pour la réouverture prévue dans 10 jours : des débris de chantier traînent un peu partout, des fils pendent du plafond et les tourniquets, entassés dans un coin, attendent toujours d'être réinstallés.
      Pourtant, les usagers seront admis de nouveau dans cette station de la ligne verte dès 5 h 30 le matin du 3 juin, confirme M. Brossard.
      Il avait déjà été décidé de rouvrir la station dès que la sécurité de la clientèle et des opérations pourrait être assurée, répétera-t-il à quelques reprises lors de notre passage.
      La finition architecturale, elle, attendra. Les travaux se poursuivront pendant 10 mois, jusqu'en mars 2020. De nuit, surtout.

      Des échafaudages sont utilisés la nuit venue pour réparer les fissures qui se sont formées dans la structure de béton qui forme le tunnel où passent les trains. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Entre-temps, les usagers devront se faufiler entre les échafaudages et se contenter d'un seul escalier le long des tapis roulants.
      Ces derniers devraient toutefois être fonctionnels le 3 juin. Et, grande nouveauté : les tapis pourront tous deux fonctionner en montée, ce qui n'était pas le cas auparavant.

      Le filage de la station, qui se trouvait auparavant sous les escaliers, a été déplacé au-dessus des tapis roulants. Ces fils disparaîtront dans les prochains mois sous un nouveau plafond suspendu. Les panneaux d'aluminium, eux, ne reviendront pas. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Les tapis roulants de Beaudry – qui relient la mezzanine, où se trouve la loge du changeur, et la passerelle, qui surplombe les rails du métro – sont non seulement les éléments les plus emblématiques de la station, mais ce sont aussi les seuls trottoirs mécaniques du réseau.
      Pourquoi un tapis roulant à Beaudry?
      La station Beaudry ne figurait pas dans les plans originaux de la ligne verte du métro de Montréal. Mais il en a été décidé autrement en 1963, en raison de la trop grande distance entre les stations Berri-de-Montigny (aujourd'hui Berri-UQAM) et Papineau. Et c'est au coin des rues Sainte-Catherine Est et Beaudry que les décideurs ont finalement choisi de la construire, là où se trouvait déjà une longue rampe d'accès utilisée par les camions pour transporter le roc excavé.
      Une fois le tunnel de la ligne verte terminé, cette rampe d'accès a été transformée en voûte et équipée de tapis roulants, la pente étant trop faible pour y installer des escaliers mécaniques standards. C'est aussi pour cette raison que la STM rechigne à construire un ascenseur qui permettrait aux personnes à mobilité réduite d'accéder à la station, au grand dam de celles-ci.
      Cette voûte de 75 mètres de long est au coeur des raisons qui ont poussé la STM à fermer complètement la station en octobre – une stratégie rarement utilisée.
      « Des infiltrations d'eau menaçaient l'intégrité structurale de la voûte », explique Simon Brossard. Des dépôts de calcaire s'étaient notamment formés sur les panneaux d'aluminium fixés au plafond de la voûte, symptôme évident d'une structure ayant perdu une bonne partie de son imperméabilité.
      Les panneaux ont été retirés, et des injections de polyuréthane ont été pratiquées dans le béton pour remplir les fissures qui s'étaient formées au fil du temps.
      La rue Beaudry a également été excavée pour permettre aux travailleurs de changer une membrane bitumineuse, posée par-dessus la structure de béton, afin d'empêcher les infiltrations d'eau.

      La nouvelle membrane bitumineuse sera posée sur le béton cet été. La rue Beaudry sera ensuite rouverte à l'automne entre la rue Sainte-Catherine Est le boulevard De Maisonneuve. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Mais en plus des travaux visant à assurer l'étanchéité de la structure, les ingénieurs de la STM ont voulu profiter de l'occasion pour offrir une véritable cure de jeunesse à une station de métro vieille de 52 ans.
      Les portes de l'édicule ont été changées; l'éclairage a été refait; et les escaliers, dont les paliers avaient été construits en pente, ont été redressés pour répondre aux normes en vigueur.
      Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne le quai et la passerelle.

      La rénovation de la station de métro Beaudry a permis à la STM de procéder à plusieurs types de travaux en différents endroits. En voici quelques-uns. Photo : STM
      Le revêtement mural, par exemple, renouera à terme avec le concept architectural d'origine : des tuiles rouges, beiges et brunes.
      Sur le quai, la signalétique sera actualisée, mais les bancs, eux, resteront les mêmes. « Ça, ça fait partie du patrimoine », explique Simon Brossard. Une couche de peinture leur donnera cependant un nouveau lustre.
      Même chose pour l'oeuvre d'art de la station, une série de colonnes arc-en-ciel érigées près de l'entrée, en plein coeur du Village gai. Elles seront repeintes.

      À Montréal, une oeuvre d'art est exposée dans chaque station de métro. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      Ce chantier est coordonné en partenariat par le bureau de projet de la STM et l'entrepreneur général, la compagnie MGB Associés, qui a remporté l'appel d'offres de construction avec une soumission de quelque 23 millions de dollars.
      Jusqu'à maintenant, les travaux se déroulent rondement, assure Simon Brossard. Tant le calendrier que le budget sont respectés.
      Mais le chantier comporte son lot de défis. La station est étroite, longue, profonde : à environ 30 mètres sous le niveau du boulevard De Maisonneuve, c'est l'une des plus profondes du réseau, avec la station Charlevoix.
      Sans compter le fait que les trains n'ont jamais arrêté de circuler dans le tunnel, ce qui a obligé la STM à maintenir des dispositifs de sécurité au cas où un train devrait effectuer un arrêt d'urgence à Beaudry.
      La voûte, par exemple, a dû être scindée en deux : pendant que l'une était transformée en chantier, l'autre devait permettre la libre circulation des personnes, et vice versa.

      Les boules multicolores ont refait leur apparition depuis quelques semaines sur la rue Sainte-Catherine Est, devant la station de métro Beaudry. Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers
      La présence d'un seul édicule pour accéder à la station a également donné d'importants maux de tête aux ingénieurs, qui ont tenté en vain de trouver des solutions qui auraient pu éviter de devoir fermer la station pendant huit mois. Une demi-douzaine d'autres scénarios ont été étudiés.
      La STM a finalement opté pour une fermeture entre les mois d'octobre et mai, notamment parce que, contrairement à la plupart des autres stations du réseau, l'achalandage de Beaudry est plus important pendant l'été que durant le reste de l'année.
      Sa réouverture coïncidera avec le début de la saison touristique, une période cruciale pour les commerçants du Village, qui voient la rue Sainte-Catherine Est transformée en artère piétonne chaque année, du début mai à la fin septembre.
       
    • By IluvMTL
      http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7317,79867570&_dad=portal&_schema=PORTAL
      Conseil du 5  decembre
      CA: 40.25
      · Un rez-de-chaussée commercial (3 commerces)
      · 94 unités résidentielles aux étages supérieurs;
      · 2 niveaux de stationnement souterrain pour un total de 41 unités automobiles et 40
      emplacements de vélo.
      · 14 emplacements extérieurs pour vélo