Jump to content

ouest-de-lîle Station YUL-Aéroport-Montréal-Trudeau - Discussion


Recommended Posts

Pinned posts
  • 1 year later...
  • 2 weeks later...
  • 3 months later...

Malgré la revision du programme d'expansion d'ADM, la construction de la station du REM à YUL demeure une priorité.:relieved:

Citation

« Pour l’instant, une priorité demeure inchangée, soit celle de construire la station du REM. Les autres projets compris au Programme, qui visaient principalement la reconstruction de certaines infrastructures d’accueil de l’aérogare, font l’objet d’une révision. »

https://www.ledevoir.com/economie/576157/transport-aerien-les-aeroports-font-face-a-de-lourdes-pertes-pour-2020

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

le PDG  d'ADM était en entrevue ce matin avec Patrick Masbourian. Il dit qu'il n'aura pas les fonds pour financer la station en raison d'une baisse prévue de 60% de l'achalandage cette année et demande donc de l'aide.

 

Voici son texte dans La Presse 

http://mi.lapresse.ca/screens/e4dde052-3aac-4e95-ab82-6daea5be411d__7C___0.html

 

TRANSPORT

IL FAUT UNE SOLUTION POUR LA STATION DU REM À MONTRÉAL-TRUDEAU

PHILIPPE RAINVILLE
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AÉROPORTS DE MONTRÉAL (ADM)

Le grand projet du REM a été lancé en 2016. Un de ses volets les plus structurants est la connexion avec Montréal-Trudeau.

Enfin, Montréal entrera dans le cercle des métropoles du monde qui ont une connexion rapide et à l’abri de la circulation avec leur aéroport international.

Une solution moderne, de développement durable, qui améliorera aussi les déplacements des 13 000 personnes qui travaillent à YUL. La station YUL-Aéroport-Montréal-Trudeau est en elle-même un grand projet. Elle répondra aux besoins spécifiques de nos passagers.

Le REM arrivera par le nord, passera sous les pistes et connectera avec l’aérogare à 35 m sous terre. Les travaux préparatoires ont commencé.

Toutefois, à cause de la crise, nous n’aurons bientôt plus d’argent pour continuer.

C’est ce que nous expliquerons lors de l’assemblée annuelle (virtuelle) d’ADM, dans quelques jours. Il faut donc une solution et nous en avons proposé une aux gouvernements.

UNE CONTRIBUTION D’ADM

Cette station est la seule des 26 du REM qui ne fait pas partie de l’entente de financement entre la Caisse de dépôt (CDPQ) et ses partenaires. La station fait partie intégrante d’un réaménagement complet des accès à l’aéroport. Un projet de 2,5 millions de dollars devant être exécuté tout en maintenant des opérations fluides.

Devant la complexité logistique de notre projet, nous avions convenu avec CDPQ-Infra de nous en occuper. Nous étions impatients et fiers de participer au REM et nous avions la capacité de le faire. YUL connaissait l’une des plus fortes croissances d’achalandage en Amérique du Nord, un rythme de 6 % à 9 % par année. C’était le résultat direct de la croissance économique mondiale, de la performance éclatante de Montréal et de la stratégie d’Air Canada de faire de Montréal un point de correspondance principal de ses routes internationales.

En 2019, YUL a d’ailleurs franchi la barre des 20 millions de passagers et la tendance à la hausse allait se poursuivre au moins 15 ans…

DES REVENUS QUASI INEXISTANTS, POUR LE MOMENT

La crise nous a frappés durement, nous aussi. Hormis les vols de rapatriement de Canadiens en mars et avril, des vols intérieurs et quelques voyageurs qui se déplacent pour des raisons essentielles, l’activité a chuté de 97 %.

Les beaux jours reviendront. Le transport aérien est résilient et le charme international de Montréal continuera d’opérer, mais il faudra un peu de temps.

Selon l’Association internationale du transport aérien, il faut prévoir au moins deux ans pour que le trafic aérien retrouve sa vigueur prépandémie. Il faudra donc compter au moins deux ans avant que les revenus d’ADM se rétablissent.

Rappelons que, contrairement à la situation dans la plupart des pays du monde, les grands aéroports au Canada ne reçoivent aucune subvention gouvernementale. Nous sommes dans un modèle utilisateur-payeur. ADM est un organisme sans but lucratif, financé par les contributions des voyageurs (stationnements, concessions…) et des compagnies aériennes (redevances d’atterrissage et autres frais aéronautiques).

Or, à l’heure actuelle, puisqu’il n’y a pas d’utilisateurs, il n’y a pas de payeurs. Nos revenus sont quasi inexistants.

UNE SOLUTION SIMPLE ET RESPONSABLE

Notre volonté de faire la connexion avec le REM est intacte. Il est impensable que le REM ne se rende pas à l’aéroport. Du point de vue de la qualité du réseau, nous croyons même qu’il devrait continuer son chemin sur 700 m pour rejoindre le réseau de VIA Rail au rond-point Dorval. Nous avons besoin d’un pont financier pour continuer les travaux. Nous proposons aux gouvernements qu’un prêt assorti de conditions souples de remboursement en fonction du rétablissement de nos revenus nous soit accordé. C’est une solution qui nous semble à la fois simple et responsable.

Montréal ne peut manquer ce rendez-vous, tout le monde en convient. Il s’agit d’un beau projet de relance dont les retombées environnementales sont importantes. Il ne faut pas qu’un projet de cette importance se perde quelque part entre les ordres de gouvernement.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, ScarletCoral a dit :

le PDG  d'ADM était en entrevue ce matin avec Patrick Masbourian. Il dit qu'il n'aura pas les fonds pour financer la station en raison d'une baisse prévue de 60% de l'achalandage cette année et demande donc de l'aide.

 

Voici son texte dans La Presse 

http://mi.lapresse.ca/screens/e4dde052-3aac-4e95-ab82-6daea5be411d__7C___0.html

 

TRANSPORT

IL FAUT UNE SOLUTION POUR LA STATION DU REM À MONTRÉAL-TRUDEAU

PHILIPPE RAINVILLE
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL D’AÉROPORTS DE MONTRÉAL (ADM)

Le grand projet du REM a été lancé en 2016. Un de ses volets les plus structurants est la connexion avec Montréal-Trudeau.

Enfin, Montréal entrera dans le cercle des métropoles du monde qui ont une connexion rapide et à l’abri de la circulation avec leur aéroport international.

Une solution moderne, de développement durable, qui améliorera aussi les déplacements des 13 000 personnes qui travaillent à YUL. La station YUL-Aéroport-Montréal-Trudeau est en elle-même un grand projet. Elle répondra aux besoins spécifiques de nos passagers.

Le REM arrivera par le nord, passera sous les pistes et connectera avec l’aérogare à 35 m sous terre. Les travaux préparatoires ont commencé.

Toutefois, à cause de la crise, nous n’aurons bientôt plus d’argent pour continuer.

C’est ce que nous expliquerons lors de l’assemblée annuelle (virtuelle) d’ADM, dans quelques jours. Il faut donc une solution et nous en avons proposé une aux gouvernements.

UNE CONTRIBUTION D’ADM

Cette station est la seule des 26 du REM qui ne fait pas partie de l’entente de financement entre la Caisse de dépôt (CDPQ) et ses partenaires. La station fait partie intégrante d’un réaménagement complet des accès à l’aéroport. Un projet de 2,5 millions milliards [edit de Chuck-A] de dollars devant être exécuté tout en maintenant des opérations fluides.

Devant la complexité logistique de notre projet, nous avions convenu avec CDPQ-Infra de nous en occuper. Nous étions impatients et fiers de participer au REM et nous avions la capacité de le faire. YUL connaissait l’une des plus fortes croissances d’achalandage en Amérique du Nord, un rythme de 6 % à 9 % par année. C’était le résultat direct de la croissance économique mondiale, de la performance éclatante de Montréal et de la stratégie d’Air Canada de faire de Montréal un point de correspondance principal de ses routes internationales.

En 2019, YUL a d’ailleurs franchi la barre des 20 millions de passagers et la tendance à la hausse allait se poursuivre au moins 15 ans…

DES REVENUS QUASI INEXISTANTS, POUR LE MOMENT

La crise nous a frappés durement, nous aussi. Hormis les vols de rapatriement de Canadiens en mars et avril, des vols intérieurs et quelques voyageurs qui se déplacent pour des raisons essentielles, l’activité a chuté de 97 %.

Les beaux jours reviendront. Le transport aérien est résilient et le charme international de Montréal continuera d’opérer, mais il faudra un peu de temps.

Selon l’Association internationale du transport aérien, il faut prévoir au moins deux ans pour que le trafic aérien retrouve sa vigueur prépandémie. Il faudra donc compter au moins deux ans avant que les revenus d’ADM se rétablissent.

Rappelons que, contrairement à la situation dans la plupart des pays du monde, les grands aéroports au Canada ne reçoivent aucune subvention gouvernementale. Nous sommes dans un modèle utilisateur-payeur. ADM est un organisme sans but lucratif, financé par les contributions des voyageurs (stationnements, concessions…) et des compagnies aériennes (redevances d’atterrissage et autres frais aéronautiques).

Or, à l’heure actuelle, puisqu’il n’y a pas d’utilisateurs, il n’y a pas de payeurs. Nos revenus sont quasi inexistants.

UNE SOLUTION SIMPLE ET RESPONSABLE

Notre volonté de faire la connexion avec le REM est intacte. Il est impensable que le REM ne se rende pas à l’aéroport. Du point de vue de la qualité du réseau, nous croyons même qu’il devrait continuer son chemin sur 700 m pour rejoindre le réseau de VIA Rail au rond-point Dorval. Nous avons besoin d’un pont financier pour continuer les travaux. Nous proposons aux gouvernements qu’un prêt assorti de conditions souples de remboursement en fonction du rétablissement de nos revenus nous soit accordé. C’est une solution qui nous semble à la fois simple et responsable.

Montréal ne peut manquer ce rendez-vous, tout le monde en convient. Il s’agit d’un beau projet de relance dont les retombées environnementales sont importantes. Il ne faut pas qu’un projet de cette importance se perde quelque part entre les ordres de gouvernement.

Dans le même lien de l'article partagé par @ScarletCoral, voici celui de Radio-Canada.  Prendre note que la station du REM fait partie du projet de réaménagement de l'aéroport, dont le coût total est évalué à 2,5 milliards de dollars (et non 2,5 millions de dollars, tel que mentionné dans La Presse).

La station du REM de l'aéroport Montréal-Trudeau compromise par la crise

coronavirus-yul-dorval-montreal-trudeau.
Selon ADM, le trafic aérien est actuellement en baisse de 97 % par rapport à la même date l'an dernier.  |  PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS

Radio-Canada  |  François Messier  |  Publié à 8 h 35

L’impact de la crise de la crise de la COVID-19 sur le transport aérien est si important qu’il compromet la construction de la station du REM qui doit desservir l’aéroport Montréal-Trudeau, allègue le président-directeur général d’Aéroports de Montréal (ADM), Philippe Rainville.

Dans une lettre ouverte distribuée aux médias, il demande à Québec et à Ottawa d’accorder à ADM un prêt assorti de conditions de remboursement souples en fonction du rétablissement de [ses] revenus  pour que le projet puisse aller de l’avant.

On lève la main pour dire qu'on a besoin d’un petit coup de pouce, d’un pont financier, pour nous permettre de faire ces travaux, de réaliser la station pour qu’en sortie de crise, les Montréalais puissent avoir leur station prête à les servir , a-t-il expliqué en entrevue à Tout un matin.

[...]

Contrairement aux autres stations du REM, la gare YUL-Aéroport-Montréal-Trudeau doit être financée par ADM, qui veut arrimer le tout avec son projet de réaménagement complet des accès à l’aéroport, estimé à 2,5 milliards de dollars.

Or la fermeture des frontières vient chambouler toutes les perspectives financières de la corporation à but non lucratif. À l’heure actuelle, 97 % du trafic aérien a disparu, estime M. Rainville, et la reprise s’annonce longue et difficile.

Selon lui, ADM aura probablement perdu 60 % de ses revenus au cours de l’année actuelle, une chute beaucoup plus dramatique que celle de 14 % enregistrée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, qui avaient aussi entraîné une baisse significative du trafic aérien.

Donc on n’a pas de revenus, et à cause de ça, on se creuse un creux financier qui ne nous permettra pas, malheureusement, de payer pour la station qu’on avait décidé de payer d’un commun accord avec la Caisse de dépôt et placement , affirme-t-il.

Plus de détails à venir.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1713082/coronavirus-trafic-aerien-qubec-ottawa-station-rem

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, Philippe a dit :

Pas un comté de la CAQ donc on peut oublier le provincial, en espérant que le fédéral pourra aider..

Marquette est la seule circonscription de l'ouest de l'île qui pourrait basculer vers la CAQ (selon QC125 la CAQ a 15% de chance de l'emporter, soit à peu près une chance sur six...). 

Honnêtement, le but du REM était de desservir l'aéroport... ce serait complètement ridicule d'abandonner cette partie du projet... 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, ERJ-Boy a dit :

Marquette est la seule circonscription de l'ouest de l'île qui pourrait basculer vers la CAQ (selon QC125 la CAQ a 15% de chance de l'emporter). 

Honnêtement, le but du REM était de desservir l'aéroport... ce serait complètement ridicule d'abandonner cette partie du projet... 

Effectivement. Et je ne crois pas qu'on peut se faire rembourser un tunnelier...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...