Jump to content

Devenir architecte - Discussions générales


Recommended Posts

roadmap_big.jpg

x

Je remarque de plus en plus de départements universitaires laisser tomber le modèle 3+2 et suspendre les inscriptions à leur programme de premier cycle pour concentrer exclusivement la formation professionnelle propre à leur domaine à la maîtrise. C'est d'ailleurs le modèle le plus couramment observé au Canada et au États-Unis.

Encore à ce jour, la maîtrise en architecture au Québec n'est ouverte exclusivement qu'au bacheliers en architecture. Trois établissements offrent le programme qui mène à l’exercice de la profession : l’Université Laval, l'Université McGill et l’Université de Montréal. Tous organisent leur formation selon le même cheminement type: un baccalauréat en architecture d’un minimum de 3 ans, suivi d’une maîtrise professionnelle en architecture d’un minimum de 2 ans. Notons qu’il est déjà essentiel de réussir la maîtrise professionnelle pour accéder à la profession.

La discipline au Québec serait-elle gagnante si nos écoles offraient une passerelle à la formation au diplômés en design, en science de l'environnement, en santé publique, en géographie, en arts numériques, en psychologie, en génie, en ergothérapie, en sciences humaines appliquées ou en ***cough*** URBANISME ***cough, cough***?

Pourquoi pas 2 cheminement professionnels à la maîtrise selon la formation au premier cycle, une maîtrise de 3 semestres et une maîtrise de 8 semestres?

Un programme de 8 semestre pourrait peut être pris en charge conjointement par Concorida et l'UQAM, où l'environnement bâti est déjà largement étudié, mais aucune formation accréditée dans le domaine n'y est encore offerte (si on exclus le baccalauréat en urbanisme). Le contingent pourrait être moindre que le cheminement habituel (un nombre recommandé par l'OAQ) afin de ne pas sursaturer la profession.

On jase là!

Edited by mk.ndrsn
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • 1 month later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By ErickMontreal
      La NCAA au lieu de la LHJMQ à Blainville?
       
      (Corus Sports)- Le projet d'une équipe de la LHJMQ sur la couronne nord de l'île de Montréal n'est peut-être pas mort, mais le droit de veto du Junior l'a considérablement affaibli la semaine dernière. Qu'à cela ne tienne, le maire de Blainville François Cantin songe déjà à un plan B : la NCAA.
       
      Il donne toutefois encore tout son appui au projet mené par Joël Bouchard, visant à amener une 2e formation du circuit Courteau dans la région de Montréal. Le propriétaire du Junior de Montréal, Farrell Miller, a toutefois assené un solide uppercut au dossier la semaine dernière, en appliquant son droit de veto quant à l'implantation d'une seconde franchise dans un rayon de 40 kilomètres.
       
      «J'aimerais voir une équipe forte, que ce soit la LHJMQ ou la NCAA,» a reconnu le maire de Blainville.
       
      Actuellement, aucune formation de la NCAA n'a pied à terre au Canada. Plusieurs universités de l'Ouest canadien tentent toutefois depuis quelques années de joindre les rangs sportifs collégiaux américains.
       
      «Ce genre d'équipe là chez nous, avec le côté scolaire priorisé malgré que ce soit du sport d'élite, c'est certain que ça nous sourit. Mais je ne suis pas en train de vous dire que le junior majeur ne serait pas une bonne idée aussi.»
       
      En division I, la plus forte, les équipes ne disputent que 28 parties au cours de la saison comparativement à 70 dans le hockey junior majeur québécois.
       
      M. Cantin y voit une opportunité d'inciter les jeunes à poursuivre leurs études, tout en pratiquant un sport d'élite.
       
      «Si ça peut créer un espace qui accroche les jeunes à leur sport, c'est merveilleux.»
       
      Écoutez le maire de Blainville François Cantin via l'extrait audio ci-joint. Il discute également de la candidature de sa ville pour l'obtention des Jeux du Canada en 2013.
       
      Frédéric Bhérer / Corus Sports
    • By MARTY
      RBC investira 30 M$ en rénovations à la Place Ville Marie
       
       
       
      26 août 2011
      Communiqué
       
      RBC annonçait hier qu'elle investira 30 millions $ dans la rénovation de ses bureaux au 1, Place Ville Marie.
       
       
       
      Les travaux de rénovation devraient commencer en octobre 2011 et être achevés d'ici le printemps 2013. Ce projet permettra d'offrir aux employés un environnement de travail moderne et à la fine pointe de la technologie, qui favorisera la collaboration et l'innovation et améliorera l'expérience employé dans son ensemble.
       
       
       
      En plus d'ajouter à ses bureaux du 1, Place Ville Marie de nouvelles salles de conférences et de formation, RBC procédera entre autres à la rénovation des toilettes et des halls d'entrée des ascenseurs. Les espaces de travail des employés et les salles de réunion seront rénovés conformément aux normes de conception globales de RBC, qui prévoient une utilisation de matériaux, de meubles, de tapis et de technologies qui permettent à l'entreprise de réduire ses empreintes écologique et opérationnelle.
       
       

    • By bxlmontreal
      Profession : chef d'escale à Montreal
       
      vendredi 7 octobre 2011
       
      Montréal est la deuxième escale la plus importantes du réseau international Air France KLM après New-York. Marc Lachapelle y est chef d'escale pour le groupe.
       
       
      Ce métier revêt de multiples facettes : accueil des passagers, traitement des bagages, gestion du fret...
       
       
      Le chef d'escale est garant du respect des règles de sécurité et de sûreté des vols en liaison avec les équipage. Il supervise également l'administration ainsi que la gestion de ses équipes.
       
       
       
       
      http://corporate.airfrance.com/fr/presse/actualites/article/item/profession-chef-descale-a-montreal/
       
       
       
      http://corporate.airfrance.com/fr/presse/mediatheque/videos/les-metiers/profession-chef-descale-a-montreal/
    • By UrbMtl
      Quelqu'un a plus d'info sur ce projet?
       
       
      https://maps.google.com/maps?q=45.522022,-73.707404&ll=45.522157,-73.707168&spn=0.004262,0.010568&num=1&t=h&z=17
       
      Des images de plus grandes tailles sont disponibles sur le site.
    • By ScarletCoral
      Dans le Devoir :
       
      Vers un Centre de design dans le Vieux-Longueuil
      L’Agence PID veut transformer l’ancienne maison funéraire Darche
       
      12 août 2014
      Frédérique Doyon
       

      Photo: Annik Mh De Carufel Le Devoir
      Une demeure victorienne située dans le Vieux-Longueuil, une ancienne maison funéraire, pourrait devenir un centre de design où se rencontreraient des gens du milieu du design et de la communication.
       
      Longueuil pourrait bientôt accueillir un nouveau Centre de design. L’Agence PID, qui pilote aussi le Salon international de design de Montréal (SIDIM), s’est portée acquéreur de l’ancienne maison funéraire Darche, édifice d’intérêt patrimonial dans l’arrondissement historique du Vieux-Longueuil, qu’elle compte transformer en lieu de formation et de lancement de produits. La transaction devrait se conclure d’ici l’automne.
      « Ça fait quelques années qu’on cherche un endroit où on pourrait offrir des ateliers de formation, un centre d’affaires qui permettrait aux gens de l’industrie du design et des communications, dont les nombreux travailleurs autonomes, de se rencontrer », explique au Devoir Ginette Gadoury, coprésidente de l’Agence PID, qui a fondé les magazines Décormag et Intérieurs, le SIDIM et les Grands Prix du design.
       
      Très différent du Centre de design de l’UQAM, qui tient lieu de galerie d’exposition, le projet longueuillois vise à doter la grande famille du design québécois d’un lieu de rencontre, de formation et d’exposition de produits. Les bureaux de l’Agence PID, qui comptent une dizaine d’employés, y logeront. Le rez-de-chaussée, destiné au centre d’affaires et de formation, pourra accueillir entre 30 et 50 personnes.
       
      La demeure de style victorien appartient à un holding texan qui compte des maisons funéraires dans toute l’Amérique. Elle a été mise en vente l’an dernier au prix de 1,4 million de dollars. Un prix que l’Agence PID, en négociation avec le propriétaire depuis l’été 2013, estime exagéré compte tenu de l’état du bâtiment.
       
      Feu vert
       
      Le conseil d’arrondissement du Vieux-Longueuil a déjà donné le feu vert à un changement de zonage essentiel aux réfections de la maison historique, qui n’a pas été rénovée depuis 1965.
       
      « L’offre d’achat est conditionnelle à l’obtention de changements de zonage, car la bâtisse et son terrain de stationnement sont à cheval sur un zonage commercial et résidentiel. Et on ne pouvait pas réparer l’arrière du bâtiment sans ce changement », indique Mme Gadoury. Le promoteur veut faire percer des fenêtres au mur arrière — laissé aveugle pour les besoins de l’ancien centre funéraire. Elle doit aussi réaliser des mises à niveau majeures.
       
      « Tout est à refaire, signale Mme Gadoury. La bâtisse n’est pas conforme aux normes actuelles de la construction. Nos ingénieurs et architectes travaillent là-dessus. »
       
      La Ville de Longueuil confirme au Devoir une autre étape importante, soit l’avis favorable du conseil local du patrimoine. Une liste d’exigences architecturales a toutefois été soumise au promoteur en juin dernier, la maison étant sise dans une zone patrimoniale.
       
      L’Agence PID a également obtenu des lettres d’appui de l’Association des résidants du Vieux-Longueuil et de l’Association des commerçants de la rue Saint-Charles, « ce qui est très rare », signale Mme Gadoury, qui connaît la communauté protectrice de son caractère historique, puisqu’elle y réside. « Notre projet s’inscrit bien dans celui du Vieux-Longueuil. Il y a une vingtaine de restaurants qui ont perdu beaucoup de clients avec le quartier DIX30. »
       
      Reste à achever l’évaluation des travaux à réaliser et à soumettre les plans architecturaux à la Ville de Longueuil, lors de la demande de permis de construction. Le processus devrait aboutir en septembre.
       
      Construite en 1898, la résidence fut d’abord celle de Bruno Normandin, maire de Longueuil de 1882 à 1891, puis de nouveau de 1891 à 1892 et de 1907 à 1908. La partie arrière a été ajoutée en 1956 quand l’entreprise funéraire d’Édouard Darche a racheté la demeure, dont l’extérieur est resté à peu près intact.
×
×
  • Create New...