Jump to content

Chelsea: ferme Hendrick


Recommended Posts

Article intéressant dans La Presse de ce matin sur un aménagement d’un quartier résidentiel autour d’une ferme, la Ferme Hendrick.

Ce qui m’interpelle surtout, ce sont les règlements d’urbanisme utilitaristes qui contribuent à déshumaniser les quartiers. On serait donc condamnés à ce que tous nos nouveaux quartiers soient sans odeur et sans saveur? J’ai mis en gras les extraits révélateurs:

Imaginez un quartier de A à Z 

Émilie Bilodeau

LA PRESSE

Quand Sean McAdam a acheté la ferme Hendrick, tout ce qu’il avait en tête, c’était de bâtir un quartier autour d’un grand jardin de légumes avec des maisons rapprochées et des rues étroites pour favoriser les échanges entre voisins. Mais il a dû travailler fort, très fort, pour convaincre les urbanistes de Chelsea de déroger à certaines de leurs règles.
 « Presque tous les projets immobiliers sont conçus en fonction des voitures, des camions à ordures et des déneigeuses au lieu d’être développés autour des gens qui habitent réellement le quartier », souligne M. McAdam. Celui-ci a acheté la ferme en 2011, mais il y a construit la première maison il y a deux ans seulement.
La première chose que le promoteur immobilier a imaginée, c’est des garages séparés des résidences et placés à l’arrière de celles-ci. Il a aussi rapproché le plus possible les maisons des trottoirs.
Lorsqu’un résidant gare sa voiture dans son garage à la ferme Hendrick, il n’a d’autre choix que de faire quelques pas à l’extérieur pour se rendre à son domicile doté d’un grand balcon. Il risque ainsi de croiser un voisin et peut-être même d’amorcer une discussion, dit en rigolant M. McAdam.
« Quand on se promène dans la plupart des nouveaux quartiers résidentiels, tout ce qu’on voit, c’est un paquet de garages, de beaux et gros garages. L’entrée pavée qui sépare le trottoir de la maison prend le tiers du terrain et à mon avis, c’est vraiment une perte d’espace. »
— Sean McAdam
M. McAdam a aussi dû débattre avec les urbanistes de Chelsea pour réduire la largeur des rues de la ferme Hendrick. Normalement, les rues dites « collectrices » mesurent 12 m de largeur, alors que celle de la ferme fait 8 m. Sean McAdam aurait même voulu réduire la largeur à 6 m, mais les urbanistes ont refusé, « au cas où la Ville achèterait un jour un camion de pompiers articulé », dit-il.
S’INSPIRER DES PLUS BEAUX QUARTIERS 
Pour concevoir son projet qui conjugue agriculture et immobilier, Sean McAdam a effectué de nombreux voyages en Europe et aux États-Unis. Parmi ses quartiers préférés, il en nomme qui sont ici, au Québec. Il adore le Vieux-Québec et le Vieux-Montréal parce qu’ils sont construits à l’échelle humaine, qu’on s’y déplace à pied et que les bâtisses sont proches des trottoirs.
Un autre aspect qu’il aime, c’est que le mélange des styles architecturaux embellit le paysage de ces quartiers historiques. À la ferme Hendrick, Sean McAdam a donc évité de créer un quartier où toutes les maisons auraient l’air sorties du même moule. Il a plutôt décidé que les maisons de ferme côtoieraient des appartements, des maisons en rangée inspirées des béguinages et d’autres de style fédéral avec des briques rouges ainsi que des commerces. En 2023, quand le projet sera terminé, il comptera 315 portes.
« À mon avis, une erreur que les promoteurs commettent, c’est de se limiter à des clients qui sont prêts à payer une certaine fourchette de prix, genre entre 600 000 $ et 800 000 $. Pourquoi faire ça ? En fin de compte, ça crée des poches de gens riches et d’autres de gens moins nantis, et tout le monde finit par se taper sur les nerfs », se désole M. McAdam.

Edited by Anderson
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, p_xavier a dit :

Je trouve ce projet très intéressant mais les prix, ouf.

J’ai remarqué aussi que les prix sont effectivement « stratosphériques ». C’est du calibre des quartiers centraux de Montréal au pieds carré. Hallucinant pour un village en banlieue de Gatineau. Moi qui est très urbain normalement, j’y habiterais certainement. J’aime ça un atmosphère de village.

En partant ce fil, je voulais initier une discussion sur le rôle des services d’urbanisme dans la convivialité du développement urbain. C’est raté. Zéro commentaires. Je pense que les grands gratte-ciel de verre et la hauteur du Mont Royal intéressent plus la communauté de mtlurb.

Link to comment
Share on other sites

7 hours ago, Anderson said:

J’ai remarqué aussi que les prix sont effectivement « stratosphériques ». C’est du calibre des quartiers centraux de Montréal au pieds carré. Hallucinant pour un village en banlieue de Gatineau. Moi qui est très urbain normalement, j’y habiterais certainement. J’aime ça un atmosphère de village.

En partant ce fil, je voulais initier une discussion sur le rôle des services d’urbanisme dans la convivialité du développement urbain. C’est raté. Zéro commentaires. Je pense que les grands gratte-ciel de verre et la hauteur du Mont Royal intéressent plus la communauté de mtlurb.

Je crois que tout simplement que les gens ne connaissent pas Chelsea et donc le titre du fil laisse perplexe.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value