Jump to content

Condos Il Centro - Petite-Italie - 6 étages


mtlurb

Recommended Posts

Il y a 1 heure, Ousb a dit :

Pareil. Tout ce qui est ancien ne mérite pas obligatoirement d’être préservé. Franchement je suis même content, contrairement à d’autres de le voir disparaitre ce qui montre à quel point la beauté est subjective.

Et à quel point c'est pas facile de se projeter quand on en a pas les outils. Crois tu que tout ce que tu trouves beau et qui merite d'être préservé à tes yeux l'a toujours été?

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, UrbMtl a dit :

Et à quel point c'est pas facile de se projeter quand on en a pas les outils.

Qu’est ce que tu veux dire par là ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 22 minutes, MtlMan a dit :

Que certaines choses que l'on trouve laides méritent quand même d'être préservées. 

Je peux comprendre que certains aient ce sentiment mais pour moi ce batiment n’a rien d’incroyable. C’est juste du beton avec des petites fenetres. Même si c’est un vestige d’un style architectural plus ancien, je pense qu’il ne faut pas accorder de valeur sentimentale à tout ce qui s’est construit dans le passé. Je mentirais si je disais que je ne suis pas content de le voir partir. No offense

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, Ousb a dit :

Qu’est ce que tu veux dire par là ?

Je veux dire que l’appréciation « populaire » d’un édifice ancien (plutôt que « savant ») est très ancrée dans le temps, ce qui veut qu’elle évolue. On gagne à se rendre compte de notre position et faire abstraction de ce qu’on considère aujourd’hui comme beau ou laid pour éviter de faire des erreurs (comme on l’a fait dans le passé).

On apprécie plus facilement un édifice dont la valeur d’ancienneté est apparente et nous saute aux yeux. On apprécie beaucoup moins le style architectural qui précède celui qui représente nos critères esthétiques actuels. 

Bref, on aime ce qui est trop vieux pour être comparé à nos critères contemporains, et on n’aime pas ce qui est trop vieux pour être contemporain mais trop récent pour être associé à la première catégorie.

Le mouvement moderne (dont est issu l’édifice en question) désirait s’émanciper des principes architecturaux précédents qu’on encense aujourd’hui (genre les victoriennes), mais qu’on trouvait alors désuets et très peu adaptés à la vie contemporaine. On ne se gênait évidemment pas pour démolir et reconstruire.

Le postmoderniste cherchait à s’éloigner des principes du modernisme (retour vers les formes anciennes), dont les édifices nous semblaient très peu adaptés aux standards contemporains.

En fin de compte, ça a très peu de rapport avec la « qualité » ou la « complexité » architecturale des édifices. Pensons aux entrepôts et aux manufactures, ainsi qu’aux plex populaires et à la majorité des maisons victoriennes qui n’ont aucune valeur d’unicité, mais qu’on apprécie pourtant sans trop hésiter. Le processus suit un cheminement régulier. Rien n’est nouveau. On encense d’abord les plus monumentaux pour leur unicité, puis les plus ordinaires pour leur capacité à communiquer. Depuis quelques années, on est à l’étape des monuments pour le modernisme (Habitat 67, Place Ville-Marie, Westmount Square).

Le postmoderniste n’est pas encore tout à fait « dépassé », mais bientôt les premiers exemples auront besoin d’entretien et ils seront confrontés aux mêmes enjeux que l’ont été un jour les victoriennes et que le sont aujourd’hui les modernistes.

Personnellement, je ne vois aucune différence entre une ancienne banque de quartier néoclassique et celle-ci qu’on s’apprête à démolir. Éventuellement, les deux partageront une valeur d’ancienneté, d’art et de représentation (de leur époque respective), sauf que les édifices modernistes sont beaucoup moins nombreux.

 

Il y a 10 heures, Ousb a dit :

C’est juste du beton avec des petites fenetres. 

Alors que tu y vois qu'un bloc, j'y vois plus de recherche que l'édifice qu'on propose de construire à sa place (que je ne critique pas pour autant).

L'édifice est bien proportionné. Les divisions horizontales sont intéressantes, le relief vertical qui coiffent le premier étage est repris entre les fenêtres du 2e, l'effet de colonne créée par les lignes verticales, l'entrée creusée du côté du parc, le jeu de volume artistique sur Saint-Laurent. Je vois beaucoup de détail et de qualité à cet édifice, qui aurait simplement mérité d'être entretenu et actualisé.

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, UrbMtl a dit :

Je veux dire que l’appréciation « populaire » d’un édifice ancien (plutôt que « savant ») est très ancrée dans le temps, ce qui veut qu’elle évolue. On gagne à se rendre compte de notre position et faire abstraction de ce qu’on considère aujourd’hui comme beau ou laid pour éviter de faire des erreurs (comme on l’a fait dans le passé).

On apprécie plus facilement un édifice dont la valeur d’ancienneté est apparente et nous saute aux yeux. On apprécie beaucoup moins le style architectural qui précède celui qui représente nos critères esthétiques actuels. 

Bref, on aime ce qui est trop vieux pour être désuet ou être comparé à nos critères contemporains, et on n’aime pas ce qui est trop vieux pour être contemporain mais trop récent pour être associé à la première catégorie.

Le mouvement moderne (dont est issu l’édifice en question) désirait s’émanciper des principes architecturaux précédents qu’on encense aujourd’hui (genre les victoriennes), mais qu’on trouvait alors désuets et très peu adaptés à la vie contemporaine. On ne se gênait évidemment pas pour démolir et reconstruire.

Le postmoderniste cherchait à s’éloigner des principes du modernisme (retour vers les formes anciennes), dont les édifices nous semblaient très peu adaptés aux standards contemporains.

En fin de compte, ça a très peu de rapport avec la « qualité » ou la « complexité » architecturale des édifices. Pensons aux entrepôts et aux manufactures, ainsi qu’aux plex populaires et à la majorité des maisons victoriennes qui n’ont aucune valeur d’unicité, mais qu’on apprécie pourtant sans trop hésiter. Le processus suit un cheminement régulier. Rien n’est nouveau. On encense d’abord les plus monumentaux pour leur unicité, puis les plus ordinaires pour leur capacité à communiquer. Depuis quelques années, on est à l’étape des monuments pour le modernisme (Habitat 67, Place Ville-Marie, Westmount Square).

Le postmoderniste n’est pas encore tout à fait « dépassé », mais bientôt les premiers exemples auront besoin d’entretien et ils seront confrontés aux mêmes enjeux que l’ont été un jour les victoriennes et que le sont aujourd’hui les modernistes.

Personnellement, je ne vois aucune différence entre une ancienne banque de quartier néoclassique et celle-ci qu’on s’apprête à démolir. Éventuellement, les deux partageront une valeur d’ancienneté, d’art et de représentation (de leur époque respective), sauf que les édifices modernistes sont beaucoup moins nombreux.

 

Alors que tu y vois qu'un bloc, j'y vois plus de recherche que l'édifice qu'on propose de construire à sa place (que je ne critique pas pour autant).

L'édifice est bien proportionné. Les divisions horizontales sont intéressantes, le relief vertical qui coiffent le premier étage est repris entre les fenêtres du 2e, l'effet de colonne créée par les lignes verticales, l'entrée creusée du côté du parc, le jeu de volume artistique sur Saint-Laurent. Je vois beaucoup de détail et de qualité à cet édifice, qui aurait simplement mérité d'être entretenu et actualisé.

Je vois ce que tu veux dire. En fait on ne regarde pas le batiment de la meme maniere parce que tu as des connaissances que moi et les autres humains lambdas qui n’avons pas étudié en architecture ou en urbanisme n’avons pas nécessairement. Donc on juge tout simplement en fonction de la beauté sans nécessairement chercher plus loin . C’est pourquoi la majorité des gens diront qu’ils voient d’un bon oeil la disparition du batiment au profit du projet proposé, ce qu’on ne peut pas leur reprocher puisque c’est leur seul moyen d’apprécier le projet. Je comprends parfaitement.

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, Ousb a dit :

Donc on juge tout simplement en fonction de la beauté sans nécessairement chercher plus loin . 

Sauf que tu as compris dans mon message que la "beauté" évolue dans le temps. Maintenant que tu en aies conscient, sans t'attacher à l'édifice pour éviter sa démolition ou sans faire semblant que tu le trouves beau, es-tu capable de reconnaître ta position et admettre qu'il y a de plus grands enjeux à ta simple appréciation du modernisme (et te conforter dans celle-ci)? Un peu comme l'a fait Montreal67 à la page précédente.

C'est parce que des "emmerdeurs" clamaient qu'on faisait une erreur il y a 40 ans qu'on peut apprécier des victoriennes au centre-ville. :)

Link to comment
Share on other sites

il y a 2 minutes, UrbMtl a dit :

Sauf que tu as compris dans mon message que la "beauté" évolue dans le temps. Maintenant que tu en aies conscient, sans t'attacher à l'édifice pour éviter sa démolition ou sans faire semblant que tu le trouves beau, es-tu capable de reconnaître ta position et admettre qu'il y a de plus grands enjeux à ta simple appréciation du modernisme (et te conforter dans celle-ci)? Un peu comme l'a fait Montreal67 à la page précédente.

C'est parce que des "emmerdeurs" clamaient qu'on faisait une erreur il y a 40 ans qu'on peut apprécier des victoriennes au centre-ville. 

Oui c’est clair. Je n’étais pas en train de dire que mon point de vue devait triompher sur les autres mais je donnais plutot mon sentiment personnel par rapport au batiment. J’ai encore du mal a croire que nous pourrions un jour trouver cette architecture belle mais je serais peut etre surpris un jour

Link to comment
Share on other sites

Plus j'y pense et plus je me dis que c'est vraiment, vraiment dommage que le bâtiment ne soit pas carrément repris dans le nouveau projet. C'est le genre de bâtiment à la structure complètement surdimensionnée de toute façon... C'est vraiment une petite perle de brutalisme. Le bandeau de fenêtre, l'alignement vertical, le porte-à-faux de façade qui crée la marquise, le travail de coffrage... Son seul défaut est le fait qu'il sois tellement petit, sur un terrain aussi grand et bien situé, que c'est un terrain de jeu en or pour un promoteur. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 8 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...