IluvMTL

1414, rue Drummond (conversion to residences)

Recommended Posts

Pinned posts

1414, rue Drummond

Capture_1414_2_Drummond.JPGCapture_1414_Drummond.JPG

Heard that the medical professionals in the Drummond Medical Building have been asked to leave.
It is next to the Mount Stephen and across from the YMCA.
Word is that the building will be converted into residences.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Drummond Medical Building's shift to high-end residential units marks end of an era

 

In a few months, the last health clinics at the historic building will make way for rental apartments

 
brian-lapuz.jpg
Brian Lapuz · CBC News · Posted: Jan 12, 2019 6:00 AM ET | Last Updated: 6 hours ago
 
door-drummond-medical-building-1931-32.j
The Drummond Medical Building was viewed as innovative when it was built in 1929. This photo dates to 1931 or 1932. The revolving door is no longer there. (Submitted McCord Museum)
6 comments

Not every visit to the doctor's office starts with a greeting from a doorman.

The Drummond Medical Building is different. For nearly a century, the stately art deco highrise served as a medical hub to Montrealers.

But in a few months, the final clinics remaining are expected to shut their doors for good.

The owner plans to convert them into high-end residential rental units.

"It's sad to see it end this way," said Shawn Cohen, an ophthalmologist who has had an office in the building for 18 years.

"I would have been here forever. I don't think I have any motivation to leave."

He has yet to finalize where he will move next.

 
shawn-cohen.jpg
Ophthalmologist Shawn Cohen has had an office in the building for nearly two decades. (Denis Cleary/CBC)

'Distinctive in its day'

The 11-floor building was viewed as innovative when it was erected in the Golden Square Mile in 1929.

It was designed as a one-stop shop offering patients everything from dental to eye care, at a time when doctors were shifting from home visits to clinical care.

"It was actually quite distinctive in its day," McGill University architectural historian Annmarie Adams said.

"It was built to bring doctors together. It was a specialized commercial building for doctors' offices and it really represented a brand new building type."

 
drummond-medical-building-parking-cutawa
This cutaway drawing appeared in the fashion and lifestyle magazine, The Montrealer and Passing Show, in May 1935. Part of the original text read: 'The above cut-away sketch illustrates Montreal’s only exclusively medical and dental building. Patients can be seen leaving their cars and stepping into the elevators—effortlessly reaching their doctors’ offices.' (Submitted David Theodore)

Even the parking garage is a testament to its mandate, she said.

The ornate facade masks an above-ground, multi-floor car park available for the hundreds of patients who visited daily.

Adams herself visits the building regularly. Her dentist is still there.

"We've been in the parking garage. It's a pretty wild experience," Adams said.

A symbol of the Anglo elite

Adams is the co-author of 'Tower of Power: The Drummond Medical Building and the Interwar Centralization of Medical Practice,' an academic article examining the relationship between the building's design and the history of health services in Montreal.

David Theodore, the lead author, said the jewellers Henry Birks & Sons wanted to build a parking garage, but the city wouldn't allow it.

So they commissioned Percy Erskine Nobbs, a famed Montreal architect, to draw up the plans for a health-care centre.

"It's very much tied to Montreal's traditional Scottish Protestant elite," Theodore said.

Theodore said he's concerned the building will lose some of its history after it becomes residential rental units.

 
drummond-medical-building-1931-32.jpg
At one time, the building housed up to 80 health clinics. This photo is believed to have been taken between 1931 or 1932. (Submitted McCord Museum)

Development targets high-end renters

A spokesperson for Monit Investments Inc., the owner of the building, said the owner intends on "maintaining the exterior" and "beauty of the building" for the future rental apartments.

"We're still in the planning stage," Jonathan Goldbloom said.

"It's obviously a prime location in the downtown core of the city, so one would assume that it'll reflect those who have the economic means to move here."

Goldbloom said many of the doctors "were in the twilight of their careers" and the decision to change the building is based on their forecast of a declining demand for clinics downtown.

Allan Israel, an 80-year-old dentist, is one of the last tenants. He graduated from McGill University in 1965 and opened his office on Drummond a year later.

He is relocating to Peel Street, where he will share a space with a younger dentist.

"It's a bit of an inconvenience having to move at this stage in the game," Israel said.

"The only other choice was to retire, which I don't want to do."

 
doctor-allan-israel.jpg
Allan Israel has been practicing dentistry in the Drummond Medical Building since 1966. (Dennis Cleary / CBC)

He's been treating one of his childhood friends, Michael Caplin, for decades.

Caplin used to go to the YMCA across the street. While working out, he would look through the window to see if Israel was working.

"This building has character, even if this character is kind of dated. It's got character," Caplin said.

For his part, he says he's fine with the owner's plan.

"Well, nothing is forever. It's as simple as that."

 

 

ABOUT THE AUTHOR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Heard  not necessarily from a reliable source. Maybe was a supposition...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

They did a little report on this on CBC the 18h news today. Monit rep said that the businesses on the ground level will stay, but the building will be converted to residences. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-07-19 à 09:18, Rusty a dit :

I like this building .... but residences ?  windows are small and no balconies ....  wonder how they will do it 

 

 

Il y a plein d'immeubles anciens qui ont des fenêtres moins grandes et sans balcon qui sont malgré tout très agréables à vivre. On met alors l'accent sur l'aménagement intérieur et la finition pour compenser. En fait chaque formule a ses avantages et trouve sa clientèle cible.

Le centre-ville continue sur sa lancée résidentielle, en augmentant l'offre en plein coeur de l'action. Autant de nouveaux clients pour la vitalité de la future rue Ste-Catherine réaménagée. Un tournant majeur pour la métropole avec son quartier des affaires de plus en plus habité, où la vie urbaine bourdonnera en tout temps en dehors des heures de bureaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les vocations changent mais heureusement les immeubles restent parfois. Comme de valeureux témoins d'une époque révolue qui occupent un espace de choix en plein coeur de la ville. C'est la petite histoire d'une communauté qui fait partie de la plus grande histoire de la ville, qui tourne la page. Il ne restera pas grand chose de l'intérieur une fois les espaces réaménagés, mais l'extérieur continuera à charmer les passants par son décor joliment suranné.

C'est la preuve que l'on peut sauver ces magnifiques édifices d'un autre temps, si on se donne la peine de leur offrir une seconde vie. Montréal a déjà trop perdu de ces monuments du passé, cavalièrement détruits pour faire place à du moderne souvent générique. Je pense notamment au Children's dont certaines parties méritaient un bien meilleur sort.

J'ose alors espérer qu'on développera un plus grand respect pour notre histoire et notre patrimoine, en tentant au maximum de donner de nouvelles fonctions à nos monuments architecturaux, afin qu'ils puissent continuer à distinguer avantageusement Montréal des autres métropoles du continent. On a ici la preuve qu'il est rentable de récupérer l'ancien sans y perdre au change, tout en satisfaisant pleinement une clientèle exigeante, qui a les moyens de se faire plaisir sans pour autant faire de concession à la modernité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, Fortier a dit :

On peut le mettre dans le fil qui existe déjà à ce sujet.

Merci de le faire : j'ai cherché sur trois pages mais je ne suis pas allé plus loin dans ma recherche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Dart974
      Quelqu'un a entendu parler du projet de Mondev au 3915 de Rouen? Il me semble que ça fait un moment qu'il est affiché sur le site, mais pas très populaire. Merci
    • Par GDS
      Tour Peel

      Looks to be 2025 Peel
    • Par Fortier
      Nouveau projet majeur au Quai De Lorimier!
      Terrain vendu
      Nouveau promoteur
      2500 unités!
      https://www.tvanouvelles.ca/2019/01/15/prevel-developpera-le-terrain-en-friche-voisin-du-pont-jacques-cartier?fbclid=IwAR3aVZJQm4iDAU_0i6CHzQwoBR5ZCsTEBf-Lma4r_SunucDUBMKY0jMJeZI
      Prével développera le terrain en friche voisin du pont Jacques-Cartier
      https://www.facebook.com/prevel.ca/
      http://www.prevel.ca/fr
    • Par ScarletCoral
      Beaucoup d'interventions durant la période de questions des citoyens du conseil d'arrondissement du Sud-Ouest concernant ce projet. En fait, le promoteur n'a fait qu'une demande de permis de démolition du bâtiment existant. Il n'a pas encore déposé les plans de son projet à l'arrondissement.
      http://journalmetro.com/local/sud-ouest/actualites/1962104/des-organismes-defendent-le-4700-rue-saint-ambroise/
      03/12/2018 Mise à jour    : 3 décembre 2018 | 15:52 
      Des organismes défendent le 4700 rue Saint-Ambroise
      Par Justine Gravel

      Après une première séance spéciale, le 26 juin, le comité d'études avait refusé l'octroi du permis de démolition. Or, le 24 octobre, lors d'une seconde séance portant sur le même sujet à la suite du dépôt du projet immobilier, ils étaient toujours en réflexion.
      Photo : Justine Gravel (Journal Métro)
      Devant l’hésitation des élus quant à la démolition d’espaces à bureaux sur la rue Saint-Ambroise pour y construire un immeuble résidentiel, les organismes membres de la table de concertation Solidarité Saint-Henri (SSH) font circuler une lettre d’opposition à l’octroi d’un permis. Ceux-ci préféreraient que la bâtisse reste intacte et que des logements sociaux destinés aux femmes en détresse et aux mères monoparentales soient construits sur le stationnement adjacent.
      Après deux séances du comité d’études des demandes de permis de démolition, en juin et en octobre, l’arrondissement du Sud-Ouest a du mal à trancher sur l’avenir du 4700, rue Saint-Ambroise, un terrain d’une superficie de 15 330 m2.
      Les promoteurs immobiliers Groupe Quorum et les Développements du Canal souhaitent remplacer l’immeuble existant par plus de 400 unités de logement, dont 300 condos, un projet qui suscite de vives réactions chez les groupes communautaires.
      Malgré la promesse d’y inclure une centaine de logements sociaux, un centre de la petite enfance (CPE), une épicerie zéro déchet, un toit vert et un incubateur d’entreprises, ceux-ci croient qu’un tel projet ne répondrait pas aux besoins locaux.
      «L’arrivée d’autant de nouvelles résidences privées et non abordables contribuera directement à l’accroissement des inégalités sociales dans Saint-Henri et forcera la cohabitation de plus en plus difficile entre nouveaux arrivants et ménages à faible revenu», indique la coordonnatrice de SSH, Shannon Franssen.
      Pour Maxime Laporte, vice-président au développement chez Groupe Quorum, le projet répond aux besoins du quartier et a d’ailleurs l’appui d’organismes communautaires tels que Mission Bon Accueil et Logifem.
      «En dix ans, il y a eu seulement 12 nouveaux logements sociaux dans ce secteur de Saint-Henri. Donc, 100 logements, c’est une énorme croissance, dit-il. Quand l’intégration est bien pensée, la mixité se fait naturellement.»
      Les promoteurs sont d’ailleurs familiers avec le Sud-Ouest, puisqu’ils se trouvent derrière de nombreux projets, dont Le William dans Griffintown, Henri Condominiums et les Condos Monk.
      Contradiction
      La lettre ouverte en opposition à la démolition du bâtiment, qui a recueilli plus de 500 signatures jusqu’à présent, met également de l’avant la contradiction entre ce projet et les intentions des élus de Projet Montréal.
      «Si les élus permettaient la démolition du bâtiment, ils iraient à l’encontre de leurs propres orientations pour ce secteur, adoptées en avril passé», souligne Mme Franssen. Dans le Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, l’arrondissement entend préserver la vocation économique de l’immeuble de la rue Saint-Ambroise.
      L’arrondissement a refusé de se prononcer pour le moment quant aux raisons qui justifient son hésitation à approuver ou décliner la demande de permis. Les détails seront divulgués à l’occasion de la prochaine séance du comité d’études, prévue avant le congé des Fêtes.
      «Il ne s’agit pas d’un dossier facile, soutient Marie Otis, la directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. La nouvelle réglementation prévoyant un usage à caractère économique tel qu’annoncé dans le PDUES n’a pas eu le temps d’être adoptée par le conseil avant le dépôt du projet par le propriétaire. Le projet est donc conforme à la réglementation actuelle qui prévoit des usages mixtes.»
      Les locataires de la bâtisse, le Réseau-Bureautique et les Studios Saint-Ambroise, ont préféré garder le silence face à cette situation en raison des négociations en cours avec les nouveaux propriétaires du bâtiment. Il est envisagé qu’ils soient relocalisés dans le secteur Cabot, un quartier industriel du Sud-Ouest.