Jump to content

PC victory effect on Quebec


Recommended Posts

Ça peut aider ou nuire à la CAQ qui sera certainement associé à ce parti. Si Doug Ford fait pas trop de dégats, ça devrais passé. Si Doug fait un bouffon de lui, ça va faire très mal à la CAQ. 

Je pense que Doug est moins bouffon que son frère, il faudra voir ce que ça va donner. Mais je trouve que les conservateur ont tendance a s'associer a des individus douteux ou trouble. Je ne sais pas pour qu'elle raison.  

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Doug Ford n'a soutiré que 40% des votes. 34% ont votés pour le NDP. J'ai l'impression qu'à l'instar de Trump, on a su sortir le vote des mécontents (ou des mécontents mal informés selon moi), mais que ceux-ci n'occupent pas une place aussi imposante dans l'opinion publique que le résultat électoral semble indiquer (NB : un taux de participation FAMÉLIQUE de 51%). Il faut surtout considérer qu'environs 80% des électeurs n'ont PAS voté pour lui, et que le taux d'insatisfaction risque de grimper assez facilement à la moindre gaffe. Surtout que Ford à l'habitude de celles-ci (pensez à une combinaison de la volubilité de George W Bush, et l'intelligence et les propos de Trump), et que la presse médiatique ontarienne est probablement plus NDP que PC.  

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Ford will be business-friendly, but his huge projected budget cuts will most likely have a serious negative impact on quality of life. Young  entrepreneurs,  many of whom have a clear social vision and are determined to use their business skills to improve our quality of life, may now find it more interesting to invest and work in Quebec, rather than in Ontario. Also, Ford has a majority based on a very low popular vote, so we can expect to see growing political instability in Ontario...something that discourages investors. 

Link to comment
Share on other sites

Difficile de juger un homme qui n'avait littéralement aucun plan concret et d'envergure. Mais il a été élu quand même. Il doit être vraiment charismatique. 

Je suis plutôt intéressé à savoir comment ira le charcutage de la ceinture verte de Toronto. Construire des développements à faible densité, dépendant de la voiture, dans un contexte d'un gouvernement idéologiquement moins favorable au transport en commun me semble plutôt indigeste.

Plus largement, je suis plutôt inquiet de la montée d'une droite reposant sur l'ignorance. On voit cela de plus en plus, dans plusieurs pays et régions. Je ne parle pas d'une droite cohérente, éclairée et éduquée, qui a des raisons pour ses valeurs et ses actions, mais d'un mouvement qui existe en opposition à... On ne sait pas trop quoi. Des mouvements qui proposent, au mieux, absolument rien en dehors d'être «du changement», ou au pire, du populisme injustifiable par simple opposition à des courants de pensé dominants (et souvent plus réfléchis).

  • Like 6
Link to comment
Share on other sites

Les gens était très très insastifait de Kathleen Wynne qui a laissé aller plusieurs dossiers comme la dette, mais surtout, les tarrif électrique. L'ontario misait beaucoup sur les réacteur Candu qui doivent être re-mis à neuf et ça coute litérallement une fortune. Surtout que les réacteur Candu ne sont pas les plus fiable a long terme et facile à entretenir. Ils ont du faire des choix couteux trop tard. 

Link to comment
Share on other sites

Le taux de participation aux élections a été faible selon nos normes,  mais c'était aussi le cas lors des élections précédentes.  J'ai toujours eu l'impression (pas vérifiée mais ressentie) que pour les Canadiens hors Québec, les élections provinciales étaient peu importantes par rapport aux élections fédérales.  En cela, je pense que ces gens ont tort, parce que partout au Canada, les gouvernements provinciaux sont ceux qui détiennent le pouvoir de légiférer et de dépenser dans les domaines (champs de compétence) qui affectent le plus la vie quotidienne (santé, éducation, l'essentiel des infrastructures, le développement du territoire, etc.) sans oublier leur autorité sur les municipalités et les commissions scolaires.

Je serai curieux de découvrir la véritable marge de manoeuvre de ce futur gouvernement ontarien: il devra vivre avec la dette accumulée, des contrats négociés, et une structure économique qui ne se changent pas instantanément.  Il y aura des changements de ton et d'orientation, des virages, mais les effets profonds ne pourront pas apparaître avant longtemps. Comme toujours, ce sont des phénomènes sur lesquels la province n'a pratiquement pas d'influence qui  pèseront le plus sur la fortune (succès) du gouvernement, par exemple les relations commerciales avec les USA, le taux de change et les taux d'intérêt. Par ailleurs, je ne m'attends pas à ce que les relations avec le gouvernement fédéral soient affectées sérieusement, autrement que par (possiblement) des prises de position (du gouvernement de l'Ontario) différentes dans des enjeux de politiques fédérales et de relations fédérales-provinciales.

Il était clair que la grande majorité des électeurs ontariens étaient «tannés» du gouvernement libéral en place.  Chacun des deux autres grands partis (PC-O et NPD-O) avaient toujours leurs propres bases de partisans/sympathisants;  à l'occasion de cette élection,  ils comptaient  «récupérer» le vote (précédemment) libéral  --ce qui s'est effectivement produit.  Mais il ne fallait pas s'attendre à ce que tous les ex-libéraux optent pour le NPD.  Le PL-O étant un parti du «centre», certains de ses partisans penchaient à gauche, et d'autre à droite (dans la mesure où ces qualitatifs ont un sens dans le contexte).

Comme @vincethewipet dans son dernier message, dans la perspective spécifique du développement urbain et de l'aménagement du territoire,  je serai très attentif à de possibles changements de politique à l'égard de la préservation de la ceinture verte de Toronto.  Je noterai que même si le mandat d'un gouvernement n'est que de quatre ans, cela est «suffisant» pour  légiférer dans un sens qui confère des «droits acquis» aux développeurs, de sorte qu'un éventuel prochain gouvernement qui voudrait «renverser la vapeur» pourrait être confronté à l'obligation de verser des «compensations» aux propriétaires «lésés». (Il faudrait approfondir la question).

Les relations avec le Québec, et notamment les relations avec l'actuel gouvernement libéral (PLQ) du Québec devront faire l'objet d'une analyse séparée, quand plus d'indices feront surface.

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, Davidbourque a dit :

L'ontario misait beaucoup sur les réacteur Candu qui doivent être re-mis à neuf et ça coute litérallement une fortune. Surtout que les réacteur Candu ne sont pas les plus fiable a long terme et facile à entretenir. Ils ont du faire des choix couteux trop tard. 

Je crois que le parti libéral voulait miser davantage sur l'électricité du Québec pour empêcher les tarifs d'électricité de monter. Il y avait d'ailleurs une grande complicité entre Kathleen Wynne et Philippe Couillard.

Selon ma compréhension des choses la situation du nucléaire ne Ontario est la suivante:

1- La centrale Darlington est en rénovation depuis 2016 et les travaux devraient être terminés en 2024.

2- La centrale Pickering est déjà partiellement fermée et le sera définitivement entre 2022 et 2024, le temps que Darlington soit remise en service.

3- La centrale Bruce devait elle aussi être rénovée en 2016 mais les rénovations ont été reportées à 2020. Mais comme elle est privatisée ces rénovations sont liées à des tarifs fixes d'électricité qui devront sans doute être révisés en 2020, soit à mi-mendat pour Doug Ford. Une importante décision reste donc à prendre à court terme concernant Bruce.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value