Jump to content

Québec dévoile ses sept Lab-écoles


Recommended Posts

Pinned posts

Québec dévoile ses sept Lab-écoles

Le gouvernement Couillard a dévoilé mardi les sept projets de Lab-École portés par Ricardo Larrivée, Pierre Lavoie et Pierre Thibault.

Il s’agit de trois projets de construction, trois autres d’agrandissement et un de transformation, pour un budget total de 60 millions $.

L’annonce a été faite à l’école La Grande-Hermine, dans le quartier Limoilou à Québec.

Dans la Capitale-nationale, 7,5 millions $ seront consacrés à la réhabilitation du site de l’ancienne école de Stadacona et son agrandissement pour en faire une école primaire.

À Montréal, une autre école primaire sera construite sur le site du pavillon des Sœurs-Grises de l’université Concordia.

Le montant le plus important, 17,9 millions $, est accordé à la construction d’une école primaire à Rimouski.

Développé bénévolement par Ricardo Larrivée, Pierre Lavoie et Pierre Thibault, le projet de Lab-école vise à repenser l’environnement physique, l’alimentation et la pratique de saines habitudes de vie dans le milieu scolaire.

Le gouvernement Couillard a l’ambition de faire de ces lieux des «écoles modèles du 21e siècle».

«Les enfants passent de huit à douze heures à l’école maintenant, par jour. Est-ce que nous, comme adulte, on passerait huit à douze heures dans un environnement qui, des fois, ressemblent plus à une prison qu’à un lieu d’épanouissement?», avait souligné Ricardo Larrivée lors de l’annonce du projet en novembre dernier.

À l’époque, Québec prévoyait cinq projets de Lab-école.

Les sept Lab-écoles annoncés mardi doivent ouvrir leurs portes en 2021. Le projet bénéficie d’un budget de 3 millions $ sur deux ans pour la conception des établissements.

Plus de détails suivront...

http://www.journaldemontreal.com/2018/06/05/quebec-devoile-ses-sept-lab-ecoles

Lab.jpg

Link to comment
Share on other sites

Je reste dubitatif à ce sujet. Rien de mal à ces idées. On veut penser à ce que les jeunes mettent dans leur corps (nourriture), dans quel environnement leur corps pourra se déplacer (architecture) et ce que leur corps fera pour être actif et en forme (exercice physique),

mais personne n'a pensé à apporter de nouvelles idées pour améliorer ce qu'on met dans leur... tête? Culture? Apprentissages? etc.?

Oui, je veux bien croire que les conditions externes favorisent (ou non) l'apprentissage, mais tsé. Quand on n'en fait meme pas mention pantoute, y'a comme un problème à mon avis.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, MtlMan a dit :

Oui, je veux bien croire que les conditions externes favorisent (ou non) l'apprentissage, mais tsé. Quand on n'en fait meme pas mention pantoute, y'a comme un problème à mon avis.

C'est que ce sont deux domaines totalement différents. Depuis des décennies on s'occupe de planifier des réformes et de les mettre en oeuvre sans trop se soucier des conditions de vie des élèves. Cette initiative a pour but de palier à cette lacune.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 20 heures, Normand Hamel a dit :

C'est que ce sont deux domaines totalement différents. Depuis des décennies on s'occupe de planifier des réformes et de les mettre en oeuvre sans trop se soucier des conditions de vie des élèves. Cette initiative a pour but de palier à cette lacune.

Que les élèves aient accès de façon plus soutenue à la culture, par exemple, fait essentiellement partie des conditions de vie des élèves, en ce qui me concerne.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, MtlMan a dit :

Que les élèves aient accès de façon plus soutenue à la culture, par exemple, fait essentiellement partie des conditions de vie des élèves, en ce qui me concerne.

Absolument. Par exemple les sorties, que ce soient en forêt ou en ville, dans un musée ou sur une ferme, sont très importantes pour le développement des étudiants, qui à l'âge scolaire sont comme des éponges. Cela ne coûte pas cher à l'état mais lui rapportera beaucoup plus tard une fois que ces enfants seront devenus des adultes.

La toute première pièce de théâtre que j'ai vue lorsque j'étais adolescent (la Mouette de Tchekhov, au Gesù) c'était dans le cadre d'une sortie scolaire.

Petite anecdote: il n'y a pas bien longtemps lors d'une visite au Musée des beaux-arts j'ai éprouvé de la difficulté à voir de près un tableau parce que des enfants du primaire, visiblement émerveillés, étaient assis devant la toile en question, captivés par les explications enthousiastes de leur guide. Cependant j'étais bien contant de leur laisser l'espace car je savais que je pourrais me reprendre plus tard, tandis que pour eux c'était peut-être la seule opportunité qu'ils auront dans leur vie de voir de près un tel chef-d'oeuvre.

Edited by Normand Hamel
  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Le 2018-06-07 à 08:31, MtlMan a dit :

Que les élèves aient accès de façon plus soutenue à la culture, par exemple, fait essentiellement partie des conditions de vie des élèves, en ce qui me concerne.

De façon générale les élèves ont de bons accès à la culture, il y a beaucoup de sorties dans les musées, les théâtres. Beaucoup de programmes en musique. Plusieurs cours obligatoires, de même qu'une formation de base en littérature. 

Le curriculum est tout de même bien fait, surtout maintenant avec l'ajout d'une composante finance personnelle en secondaire V. 

Le but des lab-école est, comme dit précédemment, d'améliorer les conditions de vie des élèves avec l'objectif de réduire les niveaux de stress et d'améliorer la qualité de vie afin de réduire le décrochage scolaire et de former de meilleurs humains. Je trouve que c'est une belle démarche, car auparavant on avait rarement considéré l'environnement et le bien être mental et physique comme étant des paramètres utiles à l'apprentissage.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

https://lactualite.com/societe/les-projets-du-lab-ecole-sont-devoiles/

Les projets du Lab-École sont dévoilés

Voici en exclusivité à quoi ressembleront les six écoles qui seront construites par le Lab-École de Ricardo Larrivée, Pierre Thibault et Pierre Lavoie. 

Société
Camille Payant
24 août 2020

lapointe-magne-loeuf-perspective-ext-pre.jpg
Le Lab-École Rimouski (crédit : Lapointe Magne et associés et L’OEUF)

 

« J’aime ça, une école en forme de maison. C’est comme si tu étais chez toi, mais avec ta prof », dit une élève de Maskinongé, en voyant les plans de sa future école pour la première fois.

Son école, comme cinq autres, aura la chance d’être conçue par l’équipe du Lab-École – l’organisme fondé par l’architecte Pierre Thibault, le chef Ricardo Larrivée et Pierre Lavoie, l’homme derrière le défi portant son nom.

Au terme d’une consultation avec les commissions scolaires, les directions, les municipalités ou des organismes associés, le Lab-École a imaginé six nouvelles écoles qui mettent l’activité physique, l’alimentation et les saines habitudes au cœur de la vie des élèves. Elles verront le jour aux quatre coins de la province, de Gatineau à Shefford.

Pour trouver le meilleur concept pour chaque établissement, le Lab-École a organisé des concours d’architecture. Résultat : 160 projets d’écoles primaires ont été déposés par 135 firmes d’architecture. Les projets gagnants ont été choisis par la direction des écoles, des représentants des municipalités et des architectes.

Les chantiers débuteront dès le printemps 2021 et l’inauguration des premières écoles est prévue en 2022.

------------------

Lab-École Gatineau

Lauréats : DMA Architectes

À l’école primaire anglophone Pierre Elliott Trudeau, à Gatineau, un élève sur quatre est issu des Premières Nations. Le concept imaginé par l’équipe de DMA architectes permettra l’enseignement des savoirs autochtones ancestraux et laissera une grande place à la nature dans les apprentissages grâce à une classe extérieure ouvrant sur une serre ou un potager. 

Le concept inclut également une grande place qui servira aux activités pédagogiques, mais aussi culturelles et communautaires du secteur de Hull.

dma-perspective-inte-rieure.jpg
La bibliothèque avec vue sur la serre

La bibliothèque, construite sous forme de corridor, longe la cour intérieure de l’école. Une serre pédagogique est aménagée au rez-de-chaussée.

dma-perspective-inte-rieure-vue-gradin-et-espace-holistique.jpg
Les gradins de l’école

Au centre de l’école, cet espace peut s’ouvrir sur la cour extérieure. Le haut des gradins peut servir d’espace de collaboration. 

dma-perspective-exte-rieure-fac-ade-principale-et-gradin.jpg
 

La cour d’école, l’hiver

Lors de la saison froide, les gradins de l'amphithéâtre extérieur se transforment en glissade. Dans la forêt d’érables prévue à l’arrière de l’école, on pourra récolter l’eau et en faire du sirop. 

dma-perspective-exte-rieure-cour-inte-rieure.jpg

La cour intérieure

Cet espace de verdure se trouve au cœur de l’école, qui l’entoure. Plusieurs murs vitrés permettront aux élèves de se connecter avec la nature, même quand ils sont à l’intérieur.

maquette-1.jpg

Maquette de l’école

À terme, l’école Pierre Elliott Trudeau accueillera 8 classes de niveau préscolaire et 26 classes de niveau primaire. À l’origine, l’établissement ne comptait que huit classes.

-----------------------

Lab-École Saguenay

Lauréats : APPAREIL Architecture et Étienne Bernier Architecture et BGLA

Cette nouvelle école sera construite dans un secteur de Chicoutimi aux prises avec des problèmes socioéconomiques. Le concept privilégie une école à l’échelle des élèves, avec la création de « mini-écoles » qui formeront un tout. Il permettra aux enfants aux prises avec des problèmes de comportement de rester dans les classes ordinaires, avec l’appui des professionnels de l’école.

Les intervenants de l’organisme communautaire le Centre des enfants de Chicoutimi seront intégrés à cette nouvelle école afin de maximiser le développement des élèves.

etienne-bernier-perspective-entre-e.jpg
 

Entrée de l'école

L’école compte plusieurs maisons, ce qui permettra d’adapter le projet au fil des années.

etienne-bernier-perspective-cour.jpg
 

La cour intérieure

L’aménagement de l’école en « U » permet de créer une cour intérieure agrémentée de zones de jeux éducatifs portant sur l’agriculture, la biodiversité ou l’eau.

etienne-bernier-perspective-gradins.jpg

Les gradins de l’école

Élément central de l’école, cet espace permet de circuler entre les différentes sections du bâtiment. 

etienne-bernier-perspective-interstice.jpg
 

L'interstice

Cet espace sépare les zones des différents cycles. On y trouve une bibliothèque, des aires de tranquillité et des espaces favorisant l’activité physique.

maquette-2-1.jpg

Maquette de l'école

La nouvelle école Marguerite D’Youville, à Chicoutimi, comprendra à terme 15 classes, soit 3 de niveau préscolaire et 12 de niveau primaire. 

 

Lab-École Rimouski

Lauréats : Lapointe Magne et associés et L’OEUF

Cette nouvelle école de Rimouski, qui accueillera 500 élèves, sera située en pleine nature, entre champs et forêt. Cette situation géographique unique permettra aux deux étages de l’école d’être de plain-pied.   

L’école souhaite mettre les parents et les proches des enfants au centre de leur apprentissage en les intégrant à divers projets, tels que le potager, et en les invitant dans la cour d’école.

lapointe-magne-loeuf-perspective-ext-pre.jpg

Le pré de l’école

Entre le champ et les classes se trouvent le potager, des rochers colorés et même une tyrolienne.

lapointe-magne-loeuf-perspective-int-01.jpg

L’intérieur de l’école

L’établissement offre plusieurs aires libres où les enfants peuvent courir et jouer sans restriction. 

lapointe-magne-loeuf-perpective-int-02.jpg

La cuisine

Cet espace qui sert de salle à manger et de cuisine permet de mettre en valeur les aliments cultivés dans les jardins communautaires de l’école.

lapointe-magne-loeuf-perpective-ext-entree-hiver.jpg

La cour extérieure, l’hiver

L’hiver, la cour se transforme en patinoire et en piste de luge. On y ajoute également des cabanes chauffées pour les plus frileux. 

maquette-2-2.jpg

Maquette de l’école

Cette nouvelle école de Rimouski comprendra 25 classes, soit 8 de niveau préscolaire et 17 de niveau primaire.

 

--------------

Lab-École Maskinongé

Lauréats : Lucie Paquet et Colette Taillefer et Leclerc Architectes

En 2017, l’école Marie-Immaculée, à Maskinongé, a dû fermer ses portes du jour au lendemain après la découverte d’une fissure dans la fondation. Depuis, les élèves de la municipalité de la Mauricie sont répartis entre l’autre école du village et le centre communautaire. 

L’agrandissement de l’école primaire Saint-Joseph permettra donc de rassembler tous les élèves maskinongeois au même endroit, tout en ajoutant un gymnase partagé avec les citoyens. 

paquet-taillefer-vue-ete.jpg

La cour extérieure

Inspirée par les paysages de la vallée du Saint-Laurent, la cour se compose d’un parcours d’îles imaginaires, d’un pré gazonné pour le sport, d’un potager et d’un sous-bois à l’image du plateau laurentien.

paquet-taillefer-vue-cafete.jpg

La cafétéria

Située au cœur du bâtiment, la salle à manger a un accès direct aux jardins. Elle relie également les différentes ailes de classes.

paquet-taillefer-vue-classes.jpg

La vue des classes

Grâce au toit en pente, les classes possèdent une mezzanine permettant le travail d’équipe et une bibliothèque centrale. 

paquet-taillefer-vue-hiver.jpg

La cour, l’hiver

Les îles imaginaires se transforment en butte de neige une fois l’hiver arrivé.

maquette-1-3.jpg

Maquette de l’école

Cet agrandissement de l’école Saint-Joseph permettra l’ajout de trois classes préscolaires et trois classes primaires aux quatre classes existantes.

Link to comment
Share on other sites

Lab-École Shefford

Lauréats : Pelletier de Fontenay et Leclerc architectes

Avec 7000 habitants, les Cantons de Shefford étaient l’une des dernières municipalités de cette taille à n’avoir pas d’école primaire. Les habitants en réclamaient une depuis cinq ans lorsque le Lab-école a retenu le projet, en 2018. Ce nouvel établissement scolaire comportera des classes ordinaires, mais des enfants présentant des incapacités motrices ou des particularités cognitives y seront aussi intégrés. 

Afin de faire une place à tous les élèves, la future école sera divisée en plusieurs « mini-écoles », avec au centre un espace vert pouvant notamment accueillir une classe nature et des espaces de jeux extérieurs.

pelletier-de-fontenay-perspectiveexterieure01-shefford.jpg

La cour extérieure

L’espace extérieur comporte de nombreuses fleurs sauvages, arbres et plantes vivaces. Chaque classe possède sa sortie vers l’extérieur, sorte de raccourci vers les autres aires de l’école.

pelletier-de-fontenay-perspectiveinterieure02-shefford-pelletier-de-fontenay-leclerc.jpg

La mezzanine de l'école

Cette zone de collaboration est partagée entre quatre classes. Le rez-de-chaussée est dédié aux travaux de groupe, tandis que la mezzanine favorise le calme et la concentration.

pelletier-de-fontenay-perspectiveinterieure01-shefford-pelletier-de-fontenay-leclerc.jpg

Les gradins de la cafétéria

Du haut des marches, les élèves peuvent admirer la vue du mont Shefford. En sortant à l’extérieur, ils se trouvent dans le potager de l’école. 

pelletier-de-fontenay-perspectiveexterieure02-shefford-pelletier-de-fontenay-leclerc.jpg

La cour, l'hiver

Une fois la neige tombée, l’aire de jeux se transforme en butte.

maquette-1-4.jpg

Maquette de l'école

Cette nouvelle école du Canton de Shefford accueillera 16 classes, soit 4 de niveau préscolaire et 12 de niveau primaire.

-----------------

Lab-École Québec

Selon l’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle, 36 % des enfants de la maternelle du quartier de Limoilou, à Québec, sont vulnérables dans au moins un indicateur de développement, une proportion nettement supérieure à la moyenne de la ville. Cette nouvelle école, pensée par l’équipe du Lab-école, sera un élément central du plan de revitalisation de ce quartier de Québec. De nombreux partenariats avec la communauté sont prévus et les jardins, les cuisines, le gymnase et les autres ateliers d’art seront ouverts en soirée.

 En raison de la densité de la population dans le quartier, la construction de l’école misera sur la verticalité, avec des toits habitables. Une telle disposition offrira une vue sur la ville et les montagnes.

ext-avant.jpg

La façade de l’école

Dès l’entrée dans le bâtiment, les élèves retrouvent les vestiaires.

int-gradins.jpg

Les gradins de l’école

Cet espace lumineux forme un lien entre l’accueil, le gymnase, la cuisine, la bibliothèque et les ateliers de musique et d’arts.

int-rue.jpg

La rue d'aprentissage

Ce corridor nouveau genre offrira aux élèves du préscolaire et du premier cycle un lieu où manger et où collaborer avec les autres classes. Une fois l’école terminée, il sera utilisé par le service de garde.

ext-classe.jpg

L’espace sur le toit

La cour de l’école se prolonge sur la toiture, d’où la vue sur la ville promet d’être spectaculaire !

Link to comment
Share on other sites

Détails sur le lab-école de Québec

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1728687/esquisses-lab-ecole-quebec-stadacona-limoilou-projet

Voici l'école du futur en images

lab-ecole-quebec-74935.jpg
Une aire de jeux avec vue sur les environs qui permet même à l'enseignant de donner des cours à l'extérieur.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

Alain Rochefort
Publié à 7 h 42

Corridors d’apprentissage, gradins, cour de récréation sur le toit avec vue imprenable sur Québec ne sont là que quelques-uns des privilèges qui attendent les 400 élèves du futur Lab-École Québec.

Les premières esquisses de l’école primaire qui ouvrira ses portes à la rentrée 2022 ont été dévoilées tôt lundi matin. Cette école futuriste remplacera le vétuste bâtiment de l’école Stadacona, dans le quartier Limoilou.

Au total, 20 classes flexibles - donc facilement aménageables à la guise de l’enseignant - seront mises à la disposition des élèves de la maternelle à la sixième année.

lab-ecole-quebec-74935.jpg
L'école compte 20 classes flexibles qui ne ressemblent en rien aux aménagements traditionnels.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

École « sans bottes »

Aucun élève ne circulera dans l’école avec ses bottes mouillées lors d’intempéries. Tous les vêtements destinés à l’extérieur seront plutôt laissés dans un vestiaire commun, à l’entrée.

entree-avant-lab-ecole-quebec.PNG
La façade avant du futur Lac-École de Québec.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

Des corridors d’apprentissage munis de chaises et bureaux permettront aux élèves de s’y retrouver pour effectuer des travaux en équipe, par exemple.

lab-ecole-quebec-29848.jpg
Des corridors d'apprentissage permettent de se regrouper en petits groupes.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

Gradins lumineux

Des gradins avec un espace lumineux au centre feront le lien entre l’accueil, le gymnase et la bibliothèque, notamment.

lab-ecole-quebec-64236.jpg
Des gradins avec espace lumineux au centre et une bibliothèque à l'étage supérieur.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

Aménagée sur le toit, la cour de récréation permettra pour sa part aux enfants d’y jouer en toute sécurité, tout en contemplant la ville de Québec.

Une aire de jeux avec toit permettra même à l'enseignant de faire la classe à l'extérieur, à l'abri des précipitations.

vue-arriere-lab-ecole-quebec.jpg
Une vue arrière du Lab-École avec une aire de récréation extérieure.
PHOTO : COURTOISIE, LAB-ÉCOLE

Un projet de 19,4 M$

Le projet de Lab-École Québec est estimé à 19,4 millions de dollars. Les esquisses de cinq autres Lab-École de la province ont également été rendues publiques lundi matin.

Plus de détails à venir

Les détails sont sur le site Web https://www.lab-ecole.com/concours/

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value