UrbMtl

Maestria Ste-Catherine et Jeanne-Mance - 55, 58 étages (184.7m + 198.45m)

Recommended Posts

Pinned posts

www.tvanouvelles.ca/2019/02/11/des-tours-plus-hautes-que-prevues-a-la-place-du-spectrum-1

Citation
Des tours plus hautes que prévues à la place du Spectrum

Sarah Daoust-Braun | Publié le 11 février 2019 à 23:15

Les deux tours du projet immobilier prévu sur le site de l'ancien Spectrum, à Montréal, seront plus hautes qu'annoncé et près de la limite permise selon une nouvelle proposition qui doit être adoptée mardi à l'arrondissement Ville-Marie.

Un premier projet de lecture doit être approuvé mardi soir à la séance du conseil, où les élus de Projet Montréal forment la majorité. Le projet Maestria a reçu deux fois des avis favorables avec certaines conditions du comité consultatif d’urbanisme (CCU) de Ville-Marie.

«On n’est pas en train de donner le feu vert au projet», a nuancé lundi la conseillère de ville et présidente du CCU Sophie Mauzerolle. Le projet doit ensuite aller en assemblée publique de consultation, de nouveau au CCU et au conseil d’arrondissements.

Selon des documents de Ville-Marie, les deux tours de plus de 50 étages du complexe résidentiel s’élèveraient à 198 et 185 mètres. Par rapport au niveau de la mer, elles montent à près de 225 et 219 mètres. Aucun bâtiment ne peut dépasser le sommet du mont Royal qui est à 232,5 m.

En novembre, le président de Devimco Immobilier Serge Goulet avait affirmé aux médias que les immeubles s’arrêteraient à 168 mètres. Le promoteur a indiqué lundi ne pas accorder d’entrevue avant la séance du conseil.

Une des tours serait maintenant plus haute, mais plus étroite pour entre autres assurer l’ensoleillement sur la Place des Festivals et pour créer une expérience piétonne plus intéressante sur la rue Sainte-Catherine.

«C’était aussi pour limiter l’effet de densité qu’avait le premier projet», a expliqué Mme Mauzerolle. Les critères de hauteur, de densité et d’ensoleillement restent respectés avec cette proposition.

Plus de logements

Contrairement à ce qui a été annoncé, 1636 unités résidentielles, et non 1500, dont 700 logements locatifs, seraient aménagées. Un changement apprécié par l’administration de Valérie Plante, qui veut préserver la mixité sociale au centre-ville.

Le directeur des politiques d’Héritage Montréal, Dinu Bumbaru, a rappelé qu’il s’agissait d’une première lecture du projet. Son organisme a l’intention d’étudier la nouvelle proposition. Il s’attend à ce que le site soit développé en qualité, et non pas seulement en quantité, et reste préoccupé quant à l’impact que celui-ci aura sur l’argent public investi dans le Quartier des spectacles.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le projet Maestria s’apprête à franchir une nouvelle étape

Jeanne Corriveau - Le Devoir

Les élus de Ville-Marie s’apprêtent à donner le feu vert à la construction de deux tours d’une cinquantaine d’étages sur l’emplacement de l’ancien Spectrum, dans le Quartier des spectacles. Même s’il approuve le projet, le comité consultatif d’urbanisme (CCU) invite les promoteurs à y intégrer des logements sociaux.

Quand, en novembre dernier, Devimco Immobilier et le Fonds immobilier de solidarité FTQ avaient dévoilé leur projet de plus de 1500 unités, la mairesse Valérie Plante avait qualifié le dossier de « stunt publicitaire ». L’imposant projet devait être analysé par le CCU avant que la Ville puisse l’autoriser, avait-elle déclaré.

C’est maintenant chose faite. Le CCU a examiné le projet à deux reprises, en décembre et en janvier. Dans un premier temps, le CCU, qui réunit des élus et des professionnels en architecture et en urbanisme, a demandé quelques modifications volumétriques pour la tour nord ainsi que des ajustements de nature architecturale. Les promoteurs se sont pliés à plusieurs exigences et le CCU a remis un avis favorable au projet en janvier. Mardi soir, ce sera au tour du conseil d’arrondissement de se prononcer sur le dossier.

Le CCU a toutefois recommandé aux promoteurs de réfléchir à l’intégration de logements sociaux. Une part de 15 % de logements abordables est prévue dans les immeubles, mais pas de logements sociaux, car le projet n’est pas assujetti aux règles d’inclusion en vigueur.

Lundi, les promoteurs n’ont pas voulu émettre de commentaires.

À l’ombre des tours

Le terrain sur lequel s’érigeront les deux tours de 51 et de 53 étages est vacant depuis la démolition du Spectrum il y a plus de 10 ans.

Le Fonds immobilier de solidarité FTQ, qui a acheté le terrain en 2011, s’est associé à Devimco Immobilier et à la firme d’architectes Lemay pour proposer Maestria, dont les deux tours qui dépasseront en hauteur les autres constructions du secteur, dont le Complexe Desjardins (41 étages) et l’hôtel AC Marriott (37 étages).

Sur les rues De Bleury et Sainte-Catherine, les rez-de-chaussée seront occupés par des commerces. Des 1636 logements des deux tours, 700 seront mis en location. Au 25e étage, une passerelle reliera les deux immeubles.

L’arrondissement estime que le projet Maestria comporte des avantages par rapport à celui qui avait été autorisé auparavant. « Les volumes ayant front sur la rue Sainte-Catherine offrent une occasion idéale de retisser la trame urbaine », note-t-on dans les documents rendus publics lundi.

Malgré la taille des tours, l’arrondissement souligne que les critères généraux d’ensoleillement sont respectés. « L’impact sur la place des Festivals est concentré le matin », précise-t-on.

Déficit en logements sociaux

Coordonnateur au Comité logement Ville-Marie, Éric Michaud déplore que la Ville n’ait pas exigé des promoteurs de Maestria la construction de logements sociaux. Entre 2005 — année de l’entrée en vigueur de la politique d’inclusion de la Ville — et 2017, seulement 942 des 24 754 logements mis en chantier dans Ville-Marie étaient des logements sociaux, soit 3,8 %, souligne-t-il.

Ailleurs à Montréal, la proportion de logements sociaux construits a atteint 14,3 %. « Le centre-ville est devenu le terrain de jeu des promoteurs », juge M. Michaud. « Il faut trouver des solutions pour que des logements sociaux y soient réalisés. Ça fait 15 ans qu’on soulève ce problème. »

La Ville travaille sur un nouveau projet de règlement sur l’inclusion, mais d’ici son adoption, des projets comme celui du Maestria n’y seront pas assujettis, conclut-il. Estimé à 700 millions, le projet Maestria fera l’objet d’une consultation publique avant d’aller de l’avant.

https://www.ledevoir.com/economie/547660/le-projet-maestria-s-apprete-a-franchir-une-nouvelle-etape

image.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

Le CCU a toutefois recommandé aux promoteurs de réfléchir à l’intégration de logements sociaux. Une part de 15 % de logements abordables est prévue dans les immeubles, mais pas de logements sociaux, car le projet n’est pas assujetti aux règles d’inclusion en vigueur.

Lundi, les promoteurs n’ont pas voulu émettre de commentaires.

La Ville travaille sur un nouveau projet de règlement sur l’inclusion, mais d’ici son adoption, des projets comme celui du Maestria n’y seront pas assujettis, conclut-il. Estimé à 700 millions, le projet Maestria fera l’objet d’une consultation publique avant d’aller de l’avant.

C'est peut-etre une coïncidence a cause de la conjoncture économique mais j'ai l'impression que les promoteurs cherche a éviter le règlement de logement sociaux a Montréal  ..  j'ai hâte de voir si après la mise en vigueur on aura toujours autant de nouveau projets

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
35 minutes ago, redfu said:

C'est peut-etre une coïncidence a cause de la conjoncture économique mais j'ai l'impression que les promoteurs cherche a éviter le règlement de logement sociaux a Montréal  ..  j'ai hâte de voir si après la mise en vigueur on aura toujours autant de nouveau projets

I know some developers myself and some would rather have a "buyout" option where they give the city money than putting in social housing. This is mainly due to people's attitudes ("I don't want to live in the same building as poor people") so if they hear about that, it will impact sales. I've also seen this in the United States where they wanted to add affordable units in the bottom floors and when they announced it, investors pulled out. I'm sure if the city increased height and density rules, then you would see a mixed building with rental/condos like Maestria, but 15-30 or 40% will be social housing or affordable housing.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il ne faudrait pas non plus prendre des vessies pour des lanternes !! Les arguments concernant l'ensoleillement de la Place des Festivals ne convaincront que les naïfs !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
4 minutes ago, yarabundi said:

Il ne faudrait pas non plus prendre des vessies pour des lanternes !! Les arguments concernant l'ensoleillement de la Place des Festivals ne convaincront que les naïfs !!

De toutes les études qu'ils doivent produire (éolien, circulation, sonore,...) l'ensoleillement est de loin la plus simple à produire. Il n'y a aucune variable! On peut visualiser l'ensoleillement à toute heure en toutes saisons.

Modifié par Windex

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 49 minutes, Windex a dit :

De toutes les études qu'ils doivent produire (éolien, circulation, sonore,...) l'ensoleillement est de loin la plus simple à produire. Il n'y a aucune variable! On peut visualiser l'ensoleillement à toute heure en toutes saisons.

En effet. Et c'est hyper simple d'en produire une soi-même avec sketchup + géolocalisation. 
On y découvre que le Maestria va avoir une ombre importante sur la place entre 8h30/9h et 11h30 le matin de l'automne au printemps, et une ombre peu significative sur la place, concentrée à son extrémité sud, de 9h30 à 11h le matin, l'Été

Le Maestria n'a aucune ombre sur la place dès midi, peu importe le moment de l'année. 

L'ombre sur la place des festivals provient en grande partie des édifices à l'Ouest de la place, comme le Wilder et l'ONF. En été, ils ombragent la moitié de l'espace public à cause de l'angle du soleil, tout l'après-midi. En hiver, c'est toute la place qui est ombragée par eux, l'après-midi. 

L'ombre projetée par le Maestria est concentrée à des heures de faible affluence de l'espace public, par ailleurs, et dans les saisons les moins propices à son utilisation. 

Modifié par Marc90

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais pas si vous réalisez mais dans le skyline ces tours paraitront comme les plus haute de Montréal. Bien plus que le 1000

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
5 minutes ago, Ousb said:

Je sais pas si vous réalisez mais dans le skyline ces tours paraitront comme les plus haute de Montréal. Bien plus que le 1000

Le 1000 a une hauteur altimétrique de 234 mètres soit presque 10 mètres de plus que la plus grande tour Maestria

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Windex a dit :

Le 1000 a une hauteur altimétrique de 234 mètres soit presque 10 mètres de plus que la plus grande tour Maestria

What ??? Comment c’est possible ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Quelle est votre préférence d'appellation pour le secteur en plein de développement au sud du boul. Rene-Levesque de chaque côté du pont Jacques-Cartier  (entre la rue Frontenac et la rue Amherst)?
      Pensez à un nom représentatif qui reunierait les secteurs.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Feanaro
      Carré Saint-Laurent

       
    • Par Fortier
      Projet résidentiel ancien site du Mackay