UrbMtl

Maestria Ste-Catherine et Jeanne-Mance - 55, 58 étages (184.7m + 198.45m)

Recommended Posts

Pinned posts
il y a une heure, Marc90 a dit :

Ces petites constructions aident à la compréhension de la vastitude de cet espace public et de la grandeur de ses voisins, par leur opposition d'échelle. Elles amènent une diversité de formes et de volumes vraiment appréciable pour celui qui explore la Place des Festivals et je crois qu'elles vont très bien dialoguer avec le Maestria en fond de perspective, comme les différents plans d'un tableau ou d'une photographie afin d'en comprendre mieux la profondeur et l'échelle. Le tout ne sera pas ennuyeux, peu importe la position du regard. Le confort, pour le piéton, ne s'en voit qu'optimisé : de proche, l'oeil se butte sur des constructions à petite échelle et aux détails petits et nombreux, aux ouvertures multiples et aux textures diverses. De loin, l'oeil se buttera aux grands volumes impressionnants du Complexe Desjardins, de la colonnade du Musée, du Wilder et du Maestria. Le Maestria va apparaître encore plus grand, en vis-à-vis, et le cachet de ces petites bâtisses n'est qu'une autre expression de la Montréalité du lieu. Comme la Place D'armes est un grand livre ouvert sur le passage des époques entre le vieux-Montréal et la modernité, la Place des festivals va avoir comme environnement le même genre de discours bâti, cette fois plus contemporain et post-moderne et moins bourgeois. Ces petites bâtisses sont essentielles à cette histoire, à cette diversité

Leur conservation était extrêmement importante pour la Place des Festivals.

Tellement bien dit, + 1000! 👌🏼

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Me semble qu'un bon compromis aurait pu être de construire au-dessus des maisons. Il faudrait condamner les fenêtres arrières cependant, mais me semble que l'intégration aurait pu être harmonieuse (comme le projet Enticy par exemple). 

 

image.png

Modifié par Blitz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je continue d'émettre un sérieux doute sur la pérennité de ces petites maisons. Surtout qu'avec l'explosion de la valeur de ce terrain une fois le projet Maestria mis en marche, je vois mal comment le propriétaire pourrait en rentabiliser l'exploitation. Ici c'est la froide logique des affaires qui devrait s'appliquer, si on ne veut pas une autre version du Cléopâtra, mais en bien pire. 

Comme elle ne sont pas et ne seront pas classées, rien ne pourra empêcher leur vente et leur démolition ultérieure. On risque alors, par manque de prévoyance, de se retrouver avec une construction qui pourrait à jamais défigurer cette intersection par un immeuble à la facture quelconque, un peu comme cela s'est passé sur de Maisonneuve pour la tour Manuvie (Hôtel St-Martin).

Seulement ici le coin de rue est stratégique et de première visibilité. Un projet médiocre pourrait donc irrémédiablement scrapper cet angle de la Place des Festivals sans que personne ne puisse intervenir. En annulant au passage l'effet rafraichissant d'une réplique de même stature à la tour de l'ONF à l'autre bout de la place.

On aurait alors perdu une opportunité en or de garantir la première qualité architecturale tout autour de cette place publique, que l'on veut pourtant de classe mondiale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
52 minutes ago, acpnc said:

Je continue d'émettre un sérieux doute sur la pérennité de ces petites maisons. Surtout qu'avec l'explosion de la valeur de ce terrain une fois le projet Maestria mis en marche, je vois mal comment le propriétaire pourrait en rentabiliser l'exploitation. Ici c'est la froide logique des affaires qui devrait s'appliquer, si on ne veut pas une autre version du Cléopâtra, mais en bien pire. 

Comme elle ne sont pas et ne seront pas classées, rien ne pourra empêcher leur vente et leur démolition ultérieure. On risque alors, par manque de prévoyance, de se retrouver avec une construction qui pourrait à jamais défigurer cette intersection par un immeuble à la facture quelconque, un peu comme cela s'est passé sur de Maisonneuve pour la tour Manuvie (Hôtel St-Martin).

Seulement ici le coin de rue est stratégique et de première visibilité. Un projet médiocre pourrait donc irrémédiablement scrapper cet angle de la Place des Festivals sans que personne ne puisse intervenir. En annulant au passage l'effet rafraichissant d'une réplique de même stature à la tour de l'ONF à l'autre bout de la place.

On aurait alors perdu une opportunité en or de garantir la première qualité architecturale tout autour de cette place publique, que l'on veut pourtant de classe mondiale.

Justement, plusieurs sont bien content que Cléopâtra existe encore, c'est l'âme du red light tsé ;) Moi je l'aime bien ce bâtiment trash. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, MDCM a dit :

Justement, plusieurs sont bien content que Cléopâtra existe encore, c'est l'âme du red light tsé ;) Moi je l'aime bien ce bâtiment trash. 

Il y a quand même une différence majeure avec la situation du Cléopâtra qui n'a pas le même potentiel de nuisance visuelle, que la disparition des petites maisons et leur remplacement éventuel au coin Ste-Catherine et Jeanne-Mance. Comme leur survie demeure hypothétique et n'est absolument pas garantie, c'est ce qui pourrait arriver après qui m'inquiète pour l'esthétisme de cette intersection.

Mais bon je ne déchirerai pas ma chemise si on perd l'opportunité de mettre en valeur un des terrains parmi les plus en vue en ville. Cependant c'est bien beau le sentimentalisme vis à vis des petites maisons, mais si elles disparaissent cela n'aura servi à rien. Surtout que le potentiel de construction, donc de rentabilité pour ce terrain, pourrait vite convaincre le propriétaire actuel ou un futur acheteur d'en disposer pour une meilleure profitabilité de son investissement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis d'accord avec acpnc. 

Par rapport au patrimoine de maisons de pierre de Montréal, ces maisons sont assez peu bien conservées ; elles ne constituent pas non plus un ensemble homogène ou particulièrement représentatif.  Comme le dit MDCM, elles témoignent  simplement de l'échelle des lieux en une autre époque. 

Si elles étaient rénovées et partie prenante du projet Maestria, cela pourrait être intéressant. Mais comme le dit acpnc, leur destin n'étant pas lié à Maestria, on peut se ramasser éventuellement pendant 10 ans avec la moitié du pâté qui a brûlé, devenu stationnement, terrain vague....on connaît ce genre de choses.

Si ça va bien, il y poussera un édifice de 10-12 étages (j'imagine que c'est à peu près le zonage) devant le Maestria. Comment cela s'intégrera-t-il à la Place des Festivals et à Maestria?  sur une place publique qui se veut une des vitrines de Montréal?  je suis perplexe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On est en train d'hypothétiser sur un bâtiment qui n'est ni le sujet du fil, ni prévu, ni rien d'autre. Pour le moment, les petites maisons sont là, et sont très appréciables. L'autre hypothèse est que la ville, ayant un projet sur la table présenté par un promoteur, exige la conservation au minimum des façades, sinon d'encore davantage d'éléments. Je suis pas expert du patrimoine comme vous semblez tous l'être en affirmant hors de tout doute que ces maisons ne sont ni bien conservées ni ne constituent un ensemble d'intérêt, mais je crois que simplement l'effet d'échelle et de rythme des façades sur la rue est à lui seul assez important pour justifier leur conservation, même dans un nouveau projet éventuel dont on ne sait strictement rien pour le moment. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je trouve que les petites maisons avec leur succession de restaurants, cafés et commerces ajoutent de la vie pour le piéton en bord de rue et permettront une transition vers les grandes hauteurs du projet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai rien contre leur conservation, mais il faut que ce soit intégré et planifié.  J'ai peur d'un effet Manuvie, avec son hôtel qui m'évoque la bactérie mangeuse de chair.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Quelle est votre préférence d'appellation pour le secteur en plein de développement au sud du boul. Rene-Levesque de chaque côté du pont Jacques-Cartier  (entre la rue Frontenac et la rue Amherst)?
      Pensez à un nom représentatif qui reunierait les secteurs.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Feanaro
      Carré Saint-Laurent

       
    • Par Fortier
      Projet résidentiel ancien site du Mackay