Jump to content

Réseau Structurant de Québec


Recommended Posts

Pinned posts

On avait commencé à en discuter dans le fil «Ville de Québec--Les projets», mais voila, il vient d'y avoir un dévoilement formel, d'où ce nouveau fil intitulé «Réseau Structurant de Québec».  OK.  Il y  aura certainement beaucoup d'aspects à commenter dans les semaines/mois à venir, mais ce soir,  j'aimerais juste souligner un élément qui brille par son absence (pas le ville de Lévis, non, ni la CAQ...).  

Mais la BIC (Banque de l'infrastructure du Canada) !  Quand est-ce qu'elle s'activera?  Elle était censée servir de levier pour magnifier les efforts fédéraux (ou maximiser l'impact des investissements fédéraux, si vous préférez).  Au rythme où vont les choses, la plus grande partie des fonds fédéraux «dédiés» à des projets d'infrastructure seront déjà engagés (committed) avant son «activation».  

Un an auparavant, lorsqu'on discutait du financement du projet du REM, il avait question que la participation fédérale soit faite par l'intermédiaire de la BIC.  Puis, face à l'urgence d'une décision,  le dossier avait été «réglé» en convenant que la participation fédérale serait faite au moyen d'une contribution «directe», sous forme d'un «investissement» qui serait rémunéré conformément au «protocole» déjà signé entre la CDPQ-Infra et le Gouvernement du Québec,  accompagné d'une «note» qui évoquait la «possibilité» qu'un financement en provenance de la BIC puisse «remplacer ladite contribution fédérale, si la BIC estimait que l'investissement serait attrayant pour elle.  (Personne n'avait voulu admettre que les exigeances de la BIC, dont les fonds doivent provenir majoritarement du secteur privé, seraient plus élevées).

Quelle que soit l'issue finale ayant trait  à ce projet de «Réseau Structurant de Québec», une chose est certaine: la part québécoise des fonds fédéraux dédiés à des projets d'infrastructure restera la même (pour plus de clarté: ça veut dire que la contribution fédérale à ce projet diminuera d'autant ce qui reste pour d'autres projets.)  La décision revient au Gouvernement du Québec.  Ottawa ne fait que distribuer les parts du «gateau» selon les voeux des provinces/territoires.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 48 minutes, Né entre les rapides a dit :

Mais la BIC (Banque de l'infrastructure du Canada) !  Quand est-ce qu'elle s'activera? 

Le projet de Québec ne pouvait pas offrir un rendement intéressant pour des investisseurs privés. C'est ce que les gens de la Caisse avaient rapidement signifié à Labeaume après s'être entretenu avec lui. C'est Labeaume qui a révélé ceci aujourd'hui dans la conférence de presse.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, nephersir7 a dit :

Le projet de Québec ne pouvait pas offrir un rendement intéressant pour des investisseurs privés. C'est ce que les gens de la Caisse avaient rapidement signifié à Labeaume après s'être entretenu avec lui. C'est Labeaume qui a révélé ceci aujourd'hui dans la conférence de presse.

Merci pour la confirmation --c'est bien ce que je pensais.

Pour le promoteur (dans ce cas la Ville de Québec) d'un projet comme le «Réseau Structurant de Québec» (RSQ), c'est bien plus avantageux d'être dans cette situation (incapable d'offrir un rendement intéressant pour des investisseurs privés), si ça lui permet de justifier une demande de contributions intégrales des gouvernements supérieurs, et de l'obtenir.  De la sorte, ni lui  (la Ville de Québec) ni les usagers n'auront à rémunérer directement ou indirectement le capital investi.

C'est différent du REM à Montréal, où la CDPQ-infra agit (correctement) comme un investisseur privé, qui compte obtenir une rémunération concurrentielle sur son investissement.  Ladite rémunération proviendra pour la plus grande part des revenus d'exploitation du réseau, c'est-à dire des usagers.  De plus, comme on sait, la participation financière d'Ottawa et de Québec au REM est présentée comme un investissement, mais la règle de partage des «profits»  (voir le protocole afférent) réduit substantiellement la probabilité qu'ils (les gouvernements) obtiennent un rendement comparable à celui de la CDPQ-infra; en réalité, ils pourraeint bien ne rien obtenir.

Dans les deux cas (RSQ et REM),  les gouvernements consentent à fournir une aide substantielle pour permettre la réalisation de ces projets, par calcul de rentabilité sociale (assimilée aux externalités positives que les projets sont censés générer) .  Pour le REM, il suffisait que cette aide soit partielle; pour le RSQ, il était nécessaire qu'elle soit totale (pour les investissements fixes), bien que cette conclusion doive être qualifiée (atténuée/modérée) considérant que les résultats d'exploitation du RSQ seront entièrement à la charge de la Ville de Québec,  diminués cependant du soutien financier au TEC accordé par la province  --l'ampleur de ce soutien dans l'avenir étant à déterminer.

J'ai bien hâte de voir des projets dans lesquels la participation de la BIC sera substantielle et non pas symbolique,  (puisque c'est la raison pour laquelle elle a été créée).  Quand j'observe aux USA les pourparlers (discussions/négociations?) devant mener à d'énormes investissements en infrastructure, et où la participation financière du gouvernement fédéral américain est censée «attirer» des investissements privés de plusieurs fois supérieurs (soit-disant effet de levier), je commence à avoir des doutes.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, Né entre les rapides a dit :

On avait commencé à en discuter dans le fil «Ville de Québec--Les projets», mais voila, il vient d'y avoir un dévoilement formel, d'où ce nouveau fil intitulé «Réseau Structurant de Québec».  OK.  Il y  aura certainement beaucoup d'aspects à commenter dans les semaines/mois à venir, mais ce soir,  j'aimerais juste souligner un élément qui brille par son absence (pas le ville de Lévis, non, ni la CAQ...).  

Mais la BIC (Banque de l'infrastructure du Canada) !  Quand est-ce qu'elle s'activera?  Elle était censée servir de levier pour magnifier les efforts fédéraux (ou maximiser l'impact des investissements fédéraux, si vous préférez).  Au rythme où vont les choses, la plus grande partie des fonds fédéraux «dédiés» à des projets d'infrastructure seront déjà engagés (committed) avant son «activation».  

Un an auparavant, lorsqu'on discutait du financement du projet du REM, il avait question que la participation fédérale soit faite par l'intermédiaire de la BIC.  Puis, face à l'urgence d'une décision,  le dossier avait été «réglé» en convenant que la participation fédérale serait faite au moyen d'une contribution «directe», sous forme d'un «investissement» qui serait rémunéré conformément au «protocole» déjà signé entre la CDPQ-Infra et le Gouvernement du Québec,  accompagné d'une «note» qui évoquait la «possibilité» qu'un financement en provenance de la BIC puisse «remplacer ladite contribution fédérale, si la BIC estimait que l'investissement serait attrayant pour elle.  (Personne n'avait voulu admettre que les exigeances de la BIC, dont les fonds doivent provenir majoritarement du secteur privé, seraient plus élevées).

Quelle que soit l'issue finale ayant trait  à ce projet de «Réseau Structurant de Québec», une chose est certaine: la part québécoise des fonds fédéraux dédiés à des projets d'infrastructure restera la même (pour plus de clarté: ça veut dire que la contribution fédérale à ce projet diminuera d'autant ce qui reste pour d'autres projets.)  La décision revient au Gouvernement du Québec.  Ottawa ne fait que distribuer les parts du «gateau» selon les voeux des provinces/territoires.

De ce que je comprends, la BIC est calqué sur CDPQ Infra. Pour le REM la CDPQi a priorité sur les rendements, ce qui ne laisse plus beaucoup de marge de manoeuvre pour la BIC. Pour le projet de Québec, si même la CDPQi, qui a quand même un biais moral au niveau du projet, ne veuille pas y investir pour faute de rendement, c'est sûr que la BIC ne s'embarquera pas dedans.

Pour moi la BIC et la CDPQi, c'est comme une pseudo-privatisation par l'état d'un produit de l'état. Or, ces entités cherchent un rendement, ce qui implique une concession sociale du publique, qui devrait être compensé par la gestion active de ces entités, par rapport à une gestion plus passive qu'aurait apporté une gestion publique. Je n'ai pas d'exemple pour Québec, mais pour un Montréalais, l'AMT/RTM et surtout la ligne Deux-Montagne est un exemple flagrant de gestion passive. Or qui dit rendement dit profit, ce qui implique un prix plus élevé que le coût opérationnel.

Pour le publique, c'est comme si la BIC/CDPQi viendrait "voler" l'argent du beurre après avoir offert le beurre, parce que tout le monde a un droit acquis du beurre et de son argent...

Or, si la BIC n'est qu'un investisseur passif, versus la CDPQ qui est un investisseur-opérateur, la question du "Quand est-ce qu'elle s'activera?" est assez pertinente; quels projets publique rassemblerait tous les critères pour permettre la BIC d'y investir et générer du rendement? Je ne vois pas beaucoup d'opportunités dans un court-moyen terme.

Link to comment
Share on other sites

Le tracé du tramway me paraît très bien. En effet, le problème avec le tracé du SRB, est qu'il ne montait pas en haute ville au niveau de la Colline parlementaire. De plus, le trajet en sous-terrain dans cette partie de la ville était essentielle. René-Lévesque devient très étroite à l'angle de Turnbull. J'aurais aimé que le tram reste en sous-terrain tout le long de René-Lévesque, mais c'était surtout la partie qui est présentement prévue qui DEVAIT être en souterrain. Pour ce qui est de Charest, le tracé en trambus fera la job. Un beau projet. Pas trop gros pour être condamnable par les libertariens de la ville (c'est clair que Radio X et co vont quand même chialer sur le projet), mais assez bien développé pour opérer un vrai changement dans les habitudes de déplacements des habitants de la ville. 

Link to comment
Share on other sites

Je vais croiser les doigts que ça se réalise. C'est exactement ce que Québec a besoin, c'est-à-dire deux lignes de transport en commun structurant, une dans la basse ville et l'autre dans la haute ville, qui elle bifurque vers Charlesbourg, toutes deux qui se rejoignent à l'université et se prolongent jusqu'au boulevard Laurier à Sainte-Foy. Ça en couvre très large comme quartiers. Je trouve dommage que le tramway ne soit pas sous terrain dans Saint-Roch mais bon, ça coûterait pas mal de sous.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Anderson a dit :

 Je trouve dommage que le tramway ne soit pas sous terrain dans Saint-Roch

Pourquoi donc?  Il me semble qu'un tramway circulant au niveau du sol est plus pratique et plus agréable pour les usagers, et qu'il constitue plutôt un attrait visuel que le contraire pour les lieux environnants.  Dans le plan du RSQ, des sections sont en tunnel à cause des contraintes topographiques, ce qui est approprié dans ce cas.

Dans Saint-Roch, je ne vois pas * où et comment le passage en surface du tramway pourrait sérieusement nuire à la circulations des véhicules (voitures et camions)  --ce qui aurait été le seul motif raisonnable pour l'enfouir sous terre.  

* Sur la base de mon expérience personnelle quotidienne durant quelques années, et non pas bêtement à partir d'une simple consultation de la carte.

Link to comment
Share on other sites

Une grande inconnue jusqu'à aujourd'hui, la CAQ joue le jeu de la rationalité politique et s'aligne avec la position des autres partis, en faveur du projet: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1090108/caq-reaction-projet-tramway Après tout, ceux qui sont contre le projet votent déjà pour elle!

La question maintenant c'est de savoir si le projet pourra survivre à 4 ans de désinformation par les médias d'extrême droite locaux...

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value