Jump to content

le-sud-ouest Poste de transformation d'Hydro-Québec Viger-2 et parc commémoratif des Irlandais


mtlurb
 Share

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Poste de transformation d'Hydro-Québec Viger-2 et parc commémoratif des Irlandais

image.png

Citation

 

En raison de la forte croissance de la demande d’électricité, les installations du réseau à 120 kilovolts (kV) de Montréal atteindront leur capacité maximale au cours des prochaines années. C’est notamment le cas des installations desservant le centre-ville, le quartier Griffintown, la zone portuaire située au sud du canal de Lachine et la Cité-du-Havre. De plus, le nouveau Réseau électrique métropolitain (REM) qui reliera la Rive-Sud au centre-ville devra bénéficier d’une alimentation en électricité.

La solution préconisée consiste à construire un nouveau poste à 315-25 kV à proximité du poste Viger actuel dans le district de Pointe-Saint-Charles de l’arrondissement du Sud-Ouest.

Ce nouveau poste s’inscrit dans le plan de modernisation du réseau de transport d’électricité de l’île de Montréal qui vise la création d’une architecture renforcée à 315-25 kV en remplacement ou en complément des installations à 120-12 kV et à 120-25 kV.

Calendrier de réalisation :

  • AVANT-PROJET
    • Information-consultation : Automne 2017 – hiver 2017-2018
    • Information sur la solution retenue : Printemps 2018
  • PROJET
    • Dépôt de l’étude d’impact sur l’environnement : Été 2018
    • Autorisations gouvernementales : Printemps 2020
    • Construction Été 2020 – printemps 2023
    • Mise en service : Printemps 2023


Solution retenue

Description de la solution retenue
Diverses possibilités d’aménagement du poste ont été envisagées, dont trois ont fait l’objet d’études techniques, économiques et environnementales. Hydro-Québec a tenu compte des avis exprimés
jusqu’à maintenant pour bonifier le projet dans le cadre de ses différentes études.

Ces démarches ont permis de déterminer la meilleure solution. Il s’agit de l’option qui réduit au minimum l’empreinte du poste tout en laissant une superficie libre pour d’autres usages, notamment l’aménagement d’un lieu de commémoration des Irlandais. Cette option respecte également certains critères établis par la Ville afin de favoriser l’intégration du poste dans le secteur.

Selon les différentes simulations visuelles, le nouveau poste ne sera visible que de quelques endroits, surtout certains points de vue très rapprochés. Hydro-Québec veillera à élaborer des aménagements paysagers qui faciliteront l’intégration du poste au milieu et particulièrement sa cohabitation avec le lieu de commémoration des Irlandais qui doit être aménagé devant lui.

Poste de transformation et parc.jpg

 

De plus, 13 000 mètres carrés seront cédés pour installer un parc commémoratif.
http://www.montrealirishmonument.com/
https://www.facebook.com/groups/Blackrockmemorial/ 

 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 4 months later...

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1135096/pointe-saint-charles-projet-construction-poste-irlandais-transformation-electrique-hydro-quebec-roche-noire-black-rock

Un futur poste d'Hydro-Québec jugé conforme dans Pointe-Saint-Charles

Publié aujourd'hui à 4 h 14

 

Une vue aérienne de Pointe-Saint-Charles.
Le poste des Irlandais que souhaite construire Hydro-Québec serait situé à la sortie du pont Victoria.  Photo : Hydro-Québec

Le projet de construction du « poste des Irlandais » a franchi une étape importante, cette semaine, en recevant un avis de conformité de la Ville de Montréal. Ce sera maintenant au tour de l'arrondissement du Sud-Ouest de se prononcer sur ce futur poste de transformation électrique qu'Hydro-Québec souhaite construire à la sortie du pont Victoria, dans le secteur de Pointe-Saint-Charles.

Un texte de Jérôme Labbé

Le comité exécutif s'est prononcé sur le projet en fonction du Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Montréal, à la demande du ministère québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles.

S'il « ne s'agit pas d'une autorisation » en bonne et due forme, prévient-il dans le sommaire décisionnel rendu public vendredi, le comité n'a pu que constater que le projet était conforme aux objectifs du Schéma.

C'est donc un pas de plus de franchi pour Hydro-Québec, qui anticipe une demande accrue d'électricité dans ce secteur au cours des prochaines années, notamment en raison du développement de Griffintown, de la zone portuaire au sud du canal de Lachine et de la Cité-du-Havre. De même, l'implantation du Réseau express métropolitain (REM), qui circulera entre le pont Champlain et la gare Centrale, pourrait faire en sorte que le réseau actuel atteigne sa capacité maximale, ce que la société d'État souhaite éviter.

Baptisé « poste des Irlandais », le poste électrique que souhaite construire Hydro-Québec serait situé entre la rue Bridge et le chemin des Moulins, le long de la rue des Irlandais, sur un lot acquis auprès de Loto-Québec, où l'on retrouve actuellement un stationnement d'appoint pour le Casino de Montréal ainsi qu'un établissement du cimentier Lafarge. Il serait alimenté par une courte ligne en provenance du poste Viger, situé à proximité.

Hydro-Québec pense pouvoir obtenir d'ici la fin de l'année toutes les autorisations gouvernementales nécessaires afin que la construction du poste, évaluée à 110 millions de dollars, puisse débuter comme prévu à l'été 2020 en vue d'une mise en service au printemps 2023.

 

Un carte du secteur.
Le périmètre retenu par Hydro-Québec, qui a mené des consultations publiques sur le sujet.  Photo : Hydro-Québec

Le comité exécutif, lui, n'a plus à se prononcer sur le projet à partir de maintenant. Mais dans sa décision rendue cette semaine, il émet quelques bémols.

« Mis à part la rangée d'arbres prévue qui ceinturera le futur poste, aucune indication ne permet de connaître la solution retenue par Hydro-Québec pour réduire les impacts visuels de l'ensemble du projet, entre autres les installations projetées extérieures de grande hauteur (appareillages métalliques et autres dispositifs), dont certaines seront très visibles à partir des rues Bridge et des Irlandais », peut-on lire dans le document. « De même, aucune information sur la qualité architecturale des bâtiments n'est donnée. »

De plus, le comité souligne que « les deux tiers de l'emplacement du poste retenu se trouvent à l'intérieur d'un secteur d'intérêt archéologique ». Il rappelle toutefois que « dans un communiqué de presse publié le 26 mai 2017, Hydro-Québec s'est engagée à réaliser des fouilles archéologiques sur ce site historique encore peu documenté et à en partager le résultat avec la communauté irlandaise ».

Un comité de travail, formé de représentants de la société d'État, de la Ville de Montréal et de la communauté irlandaise, a d'ailleurs été créé afin d'aménager un lieu de commémoration à la mémoire des 6000 Irlandais morts du typhus en 1847-1848. Ce lieu, réclamé depuis plusieurs années par la communauté, devrait être aménagé près de la Roche noire (Black Rock, en anglais), une pierre tombale figurative érigée sur la rue Bridge en 1859, où se termine chaque année l'événement Walk to the Stone, une marche de quelque 300 personnes organisée par l'église Saint-Gabriel.

La fameuse roche a été tirée du fleuve par les ouvriers qui ont travaillé à la construction du pont Victoria dans les années 1850. Ils y ont gravé le message suivant : « Pour préserver de la profanation les restes de 6000 immigrants qui sont morts de la fièvre des navires [nom par lequel on désignait le typhus] ».

Elle a été déplacée à plusieurs reprises depuis sa mise en place. Une route à haut débit a même été construite autour du monument dans les années 1960.

 

 

Des hommes brandissent, près de la Roche noire, des drapeaux canadien, québécois, montréalais et irlandais.
La Roche noire se trouve entre deux voies de la route 112, à un jet de pierre du pont Victoria. Photo : Radio-Canada/Marie-Laure Josselin

Link to comment
Share on other sites

*Chialer pour chialer*

Je me demande si Hydro-Québec n'aurait pas pu utiliser le terrain du poste Viger juste de l'autre côté de la rue pour concentrer toutes ses installations là. Le terrain aurait pu être utilisé pour accueillir d'autres industries. J'imagine que c'est plus facile de ne pas toucher aux installations  existantes et construire sur un terrain vide.

Edited by ydg
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, ydg a dit :

*Chialer pour chialer*

Je me demande si Hydro-Québec n'aurait pas pu utiliser le terrain du poste Viger juste de l'autre côté de la rue pour concentrer toutes ses installations là. Le terrain aurait pu être utilisé pour accueillir d'autres industries. J'imagine que c'est plus facile de ne pas toucher aux installations  existantes et construire sur un terrain vide.

Il n’y a pas de place sur le terrain du poste Viger pour y construire un nouveau poste. 

Link to comment
Share on other sites

Je regarde l'image satellite du poste Viger, et 80 % de l'espace c'est du gazon, d'ou mon questionnement. Aussi, une certaine partie du nouveau poste, c'est du stationnement. On aurait pu construire le bâtiment administratif et les stationnements sur une partie du nouveau terrain et concentrer les installations électriques sur l'ancien, qu'on aurait reconfiguré. On aurait économisé de l'espace pour construire autre chose.

Mais ça semble impossible selon toi...

Edited by ydg
Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, ydg a dit :

Je regarde l'image satellite du poste Viger, et 80 % de l'espace c'est du gazon, d'ou mon questionnement. Aussi, une certaine partie du nouveau poste, c'est du stationnement. On aurait pu construire le bâtiment administratif et les stationnements sur une partie du nouveau terrain et concentrer les installations électriques sur l'ancien, qu'on aurait reconfiguré. On aurait économisé de l'espace pour construire autre chose.

Mais ça semble impossible selon toi...

J’ai déjà fait la visite du poste viger il y a quelques années.

Le poste viger est un poste majoritairement souterrain. La partie extérieure ne représente pas l’espace requis pour ce poste: les conduits souterrains, le poste de transformation, les salles de commande et de transformation, etc.

De plus, si on regarde les plans du futur poste, on se rend compte que l’espace requis est tout de même pas mal grand par rapport au terrain visible disponible du poste viger. Évidemment en sachant que le poste est souterrain ça enlève encore plus de disponibilité sur ce terrain.

En espérant que ça clarifie mon propos précédent! ?

Link to comment
Share on other sites

Il y a 13 heures, Megafolie a dit :

J’ai déjà fait la visite du poste viger il y a quelques années.

Le poste viger est un poste majoritairement souterrain. La partie extérieure ne représente pas l’espace requis pour ce poste: les conduits souterrains, le poste de transformation, les salles de commande et de transformation, etc.

De plus, si on regarde les plans du futur poste, on se rend compte que l’espace requis est tout de même pas mal grand par rapport au terrain visible disponible du poste viger. Évidemment en sachant que le poste est souterrain ça enlève encore plus de disponibilité sur ce terrain.

En espérant que ça clarifie mon propos précédent! ?

Tu vois, je n'avais aucune idée de tout ça! C'est intéressant!

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

https://montrealgazette.com/news/local-news/progress-on-commemorative-park-for-6000-irish-who-died-in-montreal

Park for Montreal's 6,000 Irish Famine victims could become a reality

Hydro-Québec has agreed to cede 1.5 hectares of its site for the proposed park, to be located on Bridge St., near the Black Rock monument.

Updated: January 17, 2019

Montreal could soon have a commemorative site honouring 6,000 Irish Famine refugees who died on the city’s waterfront in 1847-48, organizers say.

Two years ago, members of the Montreal Irish Monument Park Foundation were devastated to learn the land they had hoped to acquire for a memorial park was slated for an electrical substation to supply the future Réseau express métropolitain (REM) train.

But two years of talks between Hydro-Québec, the city of Montreal, the Caisse de dépôt et placement du Québec, which owns the REM, and the Irish community have borne fruit, said Victor Boyle, a director of the foundation.

“Fergus and I walk around bouncing like five-year-olds,” Boyle said in an interview alongside fellow director Fergus Keyes.

On Thursday, they will present a preliminary proposal by an 18-member working committee — including urban planners, architects, archeologist, Hydro-Québec, the city and members of the Irish community — in a public meeting at St. Gabriel’s Church.

Hydro-Québec has agreed to cede 1.5 hectares of its site for the proposed park, to be located on Bridge St., near the Black Rock monument.

Dredged from the river in 1859 by workers building the Victoria Bridge, the rough boulder is the world’s oldest memorial to victims of the Irish Famine, in which an estimated one million people died from 1845 to 1849.

It now sits in a grass median between traffic lanes on Bridge St., where passing motorists barely notice it.

The working committee’s preferred proposal is to move part of Bridge St. between des Irlandais and the Canada Post building at 225 Bridge St. slightly to the north and locate the almond-shaped park between it and the future REM line, to run parallel to the current CN tracks.

The Black Rock would stay where it is and become the centrepiece of the proposed park.

The proposal calls for a pool to evoke the immigrants’ ocean crossing, a paved walkway, outdoor agora, panels explaining the significance of the site and a vegetable garden to evoke the potato crop that failed, causing the famine.

Keyes said the visitor panels would focus not just on the suffering of the Irish, but also on Montrealers’ humanitarian efforts to care for them.

Nuns, priests, doctors and the city’s mayor, John Easton Mills, lost their lives caring for the sick. The Mohawks of Kahnawake contributed food for the starving.

“This is a Montreal story with an Irish flavour,” Keyes said.

Like the St. Patrick’s Parade, “it’s got to be all-encompassing,” he said.

Boyle said the working committee studied 25 memorials around the world to come up with ideas.

Hydro-Québec has supported the project wholeheartedly, he said.

“They’re taking on this project with so much enthusiasm,” he said.

City councillor Craig Sauvé of the Sud-Ouest borough said the progress made by the committee shows what can be achieved when different groups work together.

“It’s a part of Montreal where history is ultra-important. It’s a sacred place for many people,” he said.

The preliminary proposal will be presented to the City of Montreal on Jan. 30 and then the city will study the possibility of moving Bridge St. to make way for the park, Sauvé said.

Since the proposals are not finalized, no cost estimates have been done yet — an issue that will be addressed after environmental studies are completed in March, Boyle said. He said the park could open as early as 2023.

One element that had to be dropped from the proposal because of the smaller site was a playing field for Gaelic football, he said.

André Burroughs, an environmental adviser with Hydro-Québec, said archeological excavations commissioned in late 2017 yielded several artifacts from the mid-1800s on the site on the north side of Bridge St. near des Irlandais.

However, no graves were uncovered, he said.

That is consistent with maps from the 1800s, he said, which show that the site of the future substation is where hospital sheds were erected in 1847 to care for victims of the typhus epidemic brought by coffin ships from Ireland.

The site where the typhus victims were buried lies mostly south of Bridge St. and includes the Black Rock, he said.

“We are pretty sure that our installations will not touch the cemetery,” he said.

The objects found in the dig included crockery, clay pipes and a glass mineral-water bottle. The artifacts could date from the period of the typhus epidemic, or from the construction of the Victoria Bridge in the 1850s, when workers were housed in the former hospital sheds, Burroughs said.

The area later became the working class Goose Village neighbourhood, which was demolished in 1964, and was later the site of the Autostade, where the Montreal Alouettes played in the late 1960s and 1970s.

In the mid-19th century, the site was on the waterfront, but because of landfill, the river is now 500 metres away, Burroughs noted.

“It’s about survival and triumph,” Boyle said of the lessons of 1847. After a decade of working on the project, he’s hoping the same will be true of the memorial site.

Link to comment
Share on other sites

I am 100% for parks, but this makes no sense; due to the location it will be experienced by almost no one.  Also, I am 100% for a commemorative or introspective parc that is not visited frequently, but this is not compatible with the very busy street, hydro infrastructure, and the new train tracks they mention.  

It just makes no sense.  Its like putting a parc in the middle of a left-over island of land next to the Turcott and then calling it significant, it is just good PR for a very ugly project.  Their goal here is to distract people with the phrase "new park" instead of "hideous new hydro infrastructure".   And believe me, I live nearby and would be very happy to have a new park, but this is just a joke.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value