Jump to content

mtlurb

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator


Demain Montréal (Cour de voirie de la Commune)

Citation

Emplacement: 987, rue de la Commune Ouest
Hauteur en étages : 6 à 20 étages
Hauteur en mètres : 
Nombre d'unités :
250, dont 50 sociaux-communautaires pouvant héberger des familles à faible revenu
Coût du projet : 150 M$,  5 M$ pour le terrain acheté à la Ville
Promoteur : Pomerleau, Ivanhoé Cambridge
Architecte : ACDF, Gensler, OEUF
Entrepreneur général : 
Début de construction : 
Fin de construction : 2023
Site internet : https://www.c40reinventingcities.org/fr/sites/cour-de-voirie-de-la-commune-1309.html
Lien webcam : 
Autres images : 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.


 

Vidéo promotionnelle : 
Rumeurs : 
Autres informations : Terrain qui sera développé en intégrant une cour de voirie.
« Ce projet de 150 M$, de la firme Pomerleau, comprendra 250 logements, dont certains «sociaux-communautaires» ainsi que quelque 9000 m2 d’espaces qui seront dédiés à des lieux de travail et à des commerces. Le terrain de forme triangulaire, délimité par le canal de Lachine et l’autoroute Bonaventure, sera par ailleurs ceinturé d’une piste dédiée aux piétons et aux cyclistes reliée au réseau cyclable actuel, a expliqué à Métro l’architecte et vice-président de Pomerleau, Pierre-Luc Dumas.

Les logements seront répartis dans une tour de «6 à 20 étages» qui sera composée en grande partie de bois et qui comprendra une «ferme urbaine» au sous-sol où pousseront diverses plantes. La moitié du terrain sera par ailleurs composé d’espaces verts afin de lutter contre les îlots de chaleur, a précisé M. Dumas, qui affirme avoir consacré «10 000 heures» à confectionner l’ensemble de ce projet avec son équipe, également composée d’autres firmes d’architectures et d’écologistes. » – Journal Métro

« Le projet, appelé « Demain Montréal », comprend 250 logements, dont 50 sociaux-communautaires pouvant héberger des familles à faible revenu. En son coeur se trouvera le « souk », un lieu voué à l'économie circulaire, incluant un « fab lab » (atelier collaboratif), une épicerie et des restaurants zéro déchet, ainsi que des services éducatifs promouvant un comportement écologique. Le projet offrira aussi à ses habitants une forêt urbaine, un verger et une ferme aéroponique pour la production alimentaire locale.

Il a un objectif carbone neutre ambitieux pour réduire au maximum son empreinte écologique et mise sur une stratégie d'engagement communautaire. » – La Presse

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Merci pour le retour et le petit mot FrancSoisD ?

A priori, C40 est pas mal en retard pour l'analyse des candidatures reçues pour la phase 1, et d'après mes sources, l'examen des sites proposés à Paris est encore actuellement en cours et les résultats doivent sortir courant septembre...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Le projet Canoë, représenté par le développeur immobilier Rachel Julien, en partenariat avec les firmes d'architecture White Arkitekter AB (Göteborg, Suède) et Rubin & Rotman Architectes (Montréal) et avec Arup Canadainc à titre d'expert environnemental ;
  • Le projet Demain Montréal, représenté par Ivanhoe Cambridge, en partenariat avec les firmes d'architecture Gensler Architecture & Design Canada (Toronto) et ACDF Architecture (Montréal);
  • Le projet Le Grand Collisionneur, représenté par le Groupe Montoni, en partenariat Sid Lee Architecture et Vertima à titre d'expert environnemental ;
  • Le projet Update Montréal, représenté par MVRDV (Rotterdam, Pays-Bas), en partenariat avec KANVA Architecture (Montréal) et Ellio à titre d'expert environnemental.

Les détails des projets des quatre équipes finalistes seront connus au printemps 2019 lors de la présentation publique devant jury.

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/la-ville-de-montreal-est-heureuse-dannoncer-le-nom-des-quatre-equipes-finalistes-dans-le-cadre-de-lappel-a-projets-international-c40-reinventing-cities-693699001.html

Edited by greg16
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les bâtiments qui occupaient le terrain en 1949. 

Industries de produits chimiques, métaux, plomberie et chauffage. 

Je n'y planterais pas mes tomates quoi !

 

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Link to comment
Share on other sites

D'une façon ou d'une autre ce terrain comme tous les autres dans la même situation, devront être décontaminés en vue de leur développement éventuel. Surtout que les lots au c-v ont pris beaucoup de valeur avec la présente vague de construction.

Link to comment
Share on other sites

  • IluvMTL changed the title to 987, de la Commune – 22 étages

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Feanaro
      Terrains vacants à vendre juste au sud de la Place Bonaventure (brochure en français disponible sur le site Web) : 
      - http://matrix.cwcanada.com//filecabinet/Trans/498605/Terrains_South_Block_Lands_Teaser_(E)_final.pdf
      - http://www.cushmanwakefield.ca/properties/m1078627-1
       
      Est-ce que quelqu'un sait s'il y a un (ou des) projet(s) sur ce site? 
    • By IluvMTL
      2180-2190 boul de Maisonneuve Est/ coin Parthenais

       
    • By IluvMTL
      Québec déplacera des employés dans l'Est 
      1000 rue Fullum (Quartier des fonctionnaires)

      Bloc C 
       
       
    • By IluvMTL
      Nom: 21e Arrondissement
      Hauteur en étages: 9, 14
      Hauteur en mètres:
      Coût du projet:
      Promoteur: Prével
      Architecte: Groube IBI CHBA
      Entrepreneur général:
      Emplacement:
      Début de construction: 2013
      Fin de construction:
      Site internet: http://le21e.prevel.ca/fr/
      Lien webcam:
      Autres informations:
      Rumeurs:
      Aperçu artistique du projet: 

      Maquette:
      Vidéo promotionnelle:
      Autres images:
       
    • By mtlurb
      Futur projet immobilier à venir sur l'emplacement de l'usine Thermetco
       
      Cohabitation impossible
      Journal Métro by Justine Gravel    Depuis trois ans, les quelque 80 résidents d’une coopérative de la rue Basin, dans Griffintown, multiplient les demandes auprès de l’arrondissement pour régler les problèmes de bruit et d’émanations de fumée causés par l’usine de traitement thermique voisine, Thermetco, mais la situation demeure inchangée. Leurs problèmes seront bientôt derrières eux puisque l’usine déménagera à Châteauguay d’ici septembre 2018.
      Jour et nuit, la fumée émise par la cheminée installée sur le toit de l’usine se dirige directement vers les fenêtres des façades nord et sud de la coopérative de neuf étages, selon la direction du vent.
      «On a emménagé en novembre 2014. On avait les fenêtres fermées. Donc, on pensait que l’odeur provenait des échangeurs d’air. Mais à partir d’avril, quand on a ouvert les fenêtres, on a commencé à faire des démarches auprès de la direction de l’environnement parce que ça n’avait pas de bon sens», indique un résident de la coopérative, Alain Goyette.
      Ce dernier a commencé à voir sa santé se détériorer depuis qu’il a emménagé et selon lui, il y a une corrélation directe à faire. «Mon médecin m’a dit que mes narines, mes oreilles, mes yeux et mes cordes vocales sont pleins de particules de poussières et que ça allait de pire en pire. J’ai aussi souvent des maux de tête et des diarrhées», soutient-il.
      Aux dires du directeur général de l’usine, Jean-Sébastien Lemire, personne n’a prouvé que la fumée était nuisible pour la santé.
      Selon une analyse réalisée en 2015 par la firme GA Techno Environnement (GATE) à la demande de M. Lemire, les odeurs viennent principalement du séchage dans les fours des pièces trempées d’huile. Toutefois, l’échantillon étudié est en toute conformité avec les standards internationaux.
      La direction de l’environnement de la Ville de Montréal a tout de même fait plusieurs recommandations à l’usine afin de diminuer les émanations et les effets néfastes pouvant en résulter, ce qui n’a pas réglé le problème. Des avertissements ont été remis, mais aucun constat d’infraction.
      M. Goyette a demandé à ce qu’une analyse soit faite par la direction de l’environnement, ce qui a été réalisé en juin. Les résultats n’ont toutefois pas encore été divulgués et la Ville n’a pas voulu commenter la situation.
      Bruit
      «Quand les résidents ont emménagé, le premier problème a été celui du bruit. Pour le résoudre, on a cessé la livraison la nuit et on a investi 120 000$ en panneaux acoustiques», soutient M. Lemire.
      Toutefois, le problème demeure. «Ça fait trois ans que je dors les fenêtres fermées. En plus, on ne peut même pas avoir d’air conditionné selon le règlement de l’arrondissement», a déploré Brigitte Dumas, une autre résidente de la coopérative, lors du dernier conseil d’arrondissement.

      (Photo: Patrick Sicotte)
      M. Lemire admet que l’enveloppe extérieure de l’usine fait en sorte qu’il y a une résonnance qui dépasse le niveau de décibels que la Ville autorise. «À moins de refaire la façade au complet, on ne peut pas régler ce problème», indique-t-il.
      Changement de vocation
      L’arrondissement a donné son feu vert à la construction de la coopérative en 2014, à moins de 30 mètres de l’usine, installée sur la rue William depuis 1982. Aucune analyse n’a été faite pour mesurer la possible nuisance des vapeurs sur la santé des résidents.
      À l’époque, les futurs résidents de la coopérative ne savaient pas que c’était une compagnie de métallurgie.
      «Personne n’a fait de recherches. On croyait que c’était correct puisque l’arrondissement avait donné son autorisation. On nous a installé des détecteurs d’ammoniac et on nous a avisés que l’usine quitterait le quartier d’ici les deux prochaines années, ce qui n’était pas vrai», indique M. Goyette.
      M. Lemire n’avait effectivement pas prévu de déménager il y a trois ans. Toutefois, ayant réalisé que rien ne fonctionnait après avoir investi des sommes considérables pour améliorer la situation, il a décidé de mettre l’usine en vente. Thermetco déménagera dans le quartier industriel de Châteauguay et cèdera sa place à un projet immobilier, bien que la vente ne soit pas encore officiellement signée.
      «On n’a pas été en mesure de régler la situation. Il faut être réaliste, une usine de notre genre n’a plus sa place dans ce quartier qui a complètement changé de vocation», conclut-il, précisant qu’il comprend les résidents d’être épuisés, mais qu’il ne peut rien faire d’autre pour le moment.
      Les installations commenceront à bouger à compter de décembre, mais la cessation des activités de l’usine n’est prévue que pour l’automne prochain. M. Goyette espère que la cohabitation s’améliorera d’ici là.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value