ScarletCoral

montréal Centre animalier municipal de Montréal

Recommended Posts

Pinned posts

Centre animalier municipal

Projet d'un centre animalier municipal. L'emplacement reste à déterminer. Le centre devra accueillir plus de 12 000 animaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1459734/montreal-refuge-chiens-chats-reglement-plante-animaux

Montréal abandonne la création d’un vaste centre animalier

Sur la table depuis une dizaine d’années, ce projet ne verra finalement pas le jour, a appris Radio-Canada. L’administration Plante compte plutôt ouvrir plusieurs refuges de proximité.

Romain Schué
Publié à 4 h 09

Ce projet de centre animalier pouvant accueillir jusqu’à 12 000 animaux domestiques et sauvages était dans les cartons de la Ville de Montréal depuis 2011. Promise par l’administration de Gérald Tremblay, la construction de ce centre a cependant été maintes fois reportée.

Évoquée dans un premier temps pour le parc Angrignon, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, l’idée de cette fourrière municipale a ensuite pris une autre direction : l’équipe de l’ex-maire Denis Coderre imaginait plutôt construire le centre dans le quartier Saint-Michel, au bord du boulevard Pie-IX.

Mais un terrain fortement contaminé a repoussé à plusieurs reprises les travaux, en raison notamment de la difficulté à trouver des entrepreneurs intéressés par ces contrats comprenant de nombreuses incertitudes.

Les coûts, quant à eux, n’avaient cessé d’exploser, passant d’une estimation initiale de 23 millions de dollars à plus de 40 millions. Alors dans l'opposition, Projet Montréal avait fait entendre son désaccord quant à l'endroit choisi pour la construction de ce refuge.

Au-delà des coûts, il y avait beaucoup de questions logistiques, révèle l’élu indépendant Jean-François Parenteau, désormais chargé de ce dossier au sein du comité exécutif de l’administration de Valérie Plante.

On parlait, rappelle-t-il, d’un CHUM pour animaux, qui était très dispendieux, avec aucun accès en transport en commun. Ce centre de services animaliers est d’ailleurs absent du dernier programme triennal d’immobilisations de la métropole, qui détaille les projets que la Ville compte entreprendre au cours des prochaines années.

Le projet a été reporté, retiré puis mis sur la glace. Maintenant, il faut que ça avance. Mais avoir un seul site, c’est problématique.

— Jean-François Parenteau, membre du comité exécutif

Plusieurs points de service ouverts d’ici la fin 2020

Désormais, la Ville de Montréal compte ouvrir plusieurs points de service, plus petits, mais accessibles plus aisément en métro ou en autobus.

On n’a pas encore statué sur le nombre, mais il pourrait y en avoir quatre ou cinq répartis dans différents endroits de l’île, avance Jean-François Parenteau, qui mise sur des ouvertures d’ici « la fin de l’année » 2020.

Assurément, promet-il, l’un de ces refuges de proximité sera situé dans les arrondissements centraux, « où la demande est forte ». Ces points de service seraient gérés par un organisme à but non lucratif, détaille l’élu montréalais.

Sur place, les citoyens pourront à la fois venir adopter un animal, après plusieurs rencontres, ou y déposer un chat ou un chien qu’ils ne veulent ou ne peuvent plus garder.

Davantage de détails – concernant par exemple la liste d’animaux qui pourront bénéficier de ces centres, ainsi que l’ensemble des services et soins offerts – devraient être communiqués d’ici le printemps prochain, mentionne Jean-François Parenteau.

Ce qu’on veut, c’est éviter de voir des animaux dans la rue. Pour ça, il faut des services de proximité, assure celui qui est également maire de l’arrondissement de Verdun.

Selon lui, la Société de transport de Montréal (STM) pourrait même « adapter » son règlement en permettant ainsi le transport d’animaux dans le métro ou l'autobus. À l'heure actuelle, un animal – à l’exception des chiens d’assistance – peut emprunter un tel véhicule uniquement s’il se trouve dans une cage fermée.

Stérilisation désormais obligatoire

Depuis le 1er janvier, la Ville de Montréal oblige, en dehors de quelques exceptions, les propriétaires de chiens et de chats à stériliser et à micropucer leur animal. L’objectif, selon la métropole, est de mieux contrôler le nombre d’animaux errants. À ce jour, selon Jean-François Parenteau, il y aurait par exemple près de 300 000 chats sur l’île de Montréal.

La SPCA ravie

Bien qu’elle détienne actuellement des contrats pour s’occuper de ces animaux abandonnés dans 16 des 19 arrondissements montréalais, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) se dit ravie par cette décision de la métropole.

Si le budget et la volonté suivent, c’est une très bonne nouvelle, explique Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA de Montréal, qui confie avoir été « inquiète » du lent avancement de ce dossier par le passé.

On a besoin que la Ville investisse dans le contrôle animalier. On est déjà à pleine capacité.

— Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA

Selon elle, avec la création de tels centres qui pourront prendre en charge ces bêtes, la SPCA pourra se concentrer sur l’éducation au public et la protection de tous les animaux.

On pourra mettre nos ressources sur les animaux qui en ont le plus besoin. Je n’ai pas de doutes qu’on sera suffisamment occupés, avance-t-elle.

Une succession de décisions visant les animaux

Depuis son arrivée au pouvoir, l’équipe de la mairesse Plante a pris de nombreuses décisions concernant les animaux. Dès son entrée au pouvoir, elle a remis en question le règlement municipal interdisant les pitbulls, adopté par l’administration précédente.

Un nouveau texte – visant plus globalement les chiens dangereux – a par la suite vu le jour, avec une interdiction, également, des calèches dans la métropole, en vigueur depuis la fin 2019.

Dans cette même lignée, les animaleries montréalaises ont désormais l'interdiction de se procurer des chiens, des chats et des lapins provenant d’élevages.

L'été dernier, un regroupement d’animaleries avait contesté cette décision devant les tribunaux, avant d’essuyer un revers de la Cour supérieure.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, louisleonardo a dit :

À déplacer dans Projets annulés?

C'est ça que j'essaye de faire depuis ce matin... mais il y a un bogue :|

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      Discussion générale sur l'illumination des édifices et infrastructures de Montréal 
      En passant, Montréal n'a pas de plan lumière à l'exception du Quartier des spectacles et du Vieux-Montréal

      Voir ici un reportage au Téléjournal 18h  de Nabi-Alexandre Chartier (Ça fait toujours drôle de voir à Radio-Canada depuis ses débuts à Musique Plus!!)
       
    • By ScarletCoral
      Valérie Mahaut et son équipe de l'Université de Montréal ont recensé tous les anciens cours d'eau et plans d 'eau de l'île de Montréal. 
      On peut consulter les cartes ici : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/16311 

      Très intéressant pour expliquer pourquoi les fondations de certains projets prennent du temps à construire.
    • By IluvMTL
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1136958/parc-automobile-agglomeration-voitures-vehicules?fbclid=IwAR1o1mYJdYbsfGoomVM14xorfEMiTzviEr1O11iNk3Oa5hTX4A43c05_w98
      En route vers le million de véhicules immatriculés sur l'île de Montréal
      Publié aujourd'hui à 11 h 53Mis à jour à 12 h 24 Congestion routière sur le pont Jacques-Cartier, à l'heure de pointe matinale à Montréal. Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron
        L'île de Montréal comptera bientôt plus d'un million de voitures, à en croire les plus récentes statistiques de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).
      Un texte de Jérôme Labbé
      Les chiffres relayés lundi par le bulletin Montréal en statistiques indiquent que le parc automobile de la métropole continue de croître, et non l'inverse.
      Ainsi, l'île de Montréal comptait 968 466 véhicules immatriculés en 2017, en hausse de 1,64 % par rapport à 2016. C'est la plus forte augmentation enregistrée depuis 2004, alors que le même territoire comptait 115 000 véhicules en moins.
      Depuis 13 ans, près de 9000 véhicules s'ajoutent au parc automobile montréalais chaque année, calcule la SAAQ.
      Cette hausse provient surtout des véhicules de promenade. Car si le nombre d'automobiles décroît un peu chaque année depuis le début des années 2010, celui des camions légers – une catégorie qui englobe notamment les véhicules utilitaires sport (VUS) – a plus que doublé depuis 2004.
      En fait, il y a maintenant un camion léger pour deux automobiles à Montréal.
      Quant aux véhicules institutionnels, professionnels ou commerciaux, ils connaissent sensiblement le même phénomène – réduction des automobiles et augmentation des camions légers – avec comme résultat un nombre total relativement stable, autour de 150 000.
      À noter que le nombre de taxis, lui, a légèrement diminué au fil des ans, passant de 3489 en 2004 à 3190 l'an dernier.
      La faute à la croissance
      La SAAQ remarque que la fluctuation du prix de l'essence influence généralement le nombre de véhicules immatriculés à Montréal : plus les prix à la pompe augmentent, plus la croissance du parc automobile ralentit.
      « Par contre, après 2016, la conjoncture économique favorable à Montréal fait en sorte que même avec une hausse des prix de l'essence, peu d'impacts sont ressentis sur l'achat de véhicules », observe-t-elle.
      Et la croissance démographique n'explique pas à elle seule la croissance du parc automobile, puisque le nombre de véhicules de promenade par habitant a augmenté, passant de 0,365 à 0,392 entre 2004 et 2017.
      Enfin, la Société affirme que 5323 véhicules électriques étaient enregistrés sur l'île de Montréal en septembre dernier, alors qu'elle n'en comptait que 652 en août 2004.
      Ces nouvelles données sont publiées alors que le conseil municipal de Montréal, à l'instar de la Communauté métropolitaine, a adopté lundi une « déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique » sur la nécessité de réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre.
      Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine
    • By Nameless_1
      Les juristes de la Ville de Montréal votent pour la grève
      AGENCE QMI
      Lundi, 2 décembre 2019 08:41MISE À JOUR Lundi, 2 décembre 2019 08:41
      MONTRÉAL | Déplorant que les négociations avec leur employeur piétinent, les juristes de la Ville de Montréal ont donné un mandat de grève à leur exécutif et prévoient une première journée de débrayage le 11 décembre.
      Le vote a eu lieu jeudi dernier. Les quelque 120 juristes, des procureurs pour la plupart, ont voté pour la grève comme moyen de pression à hauteur de 99 %.
      «Les négociations achoppent depuis plusieurs mois notamment sur les salaires», a expliqué leur syndicat – le Syndicat des employés et employées professionnels et de bureau (SEPB-571), affiliés à la FTQ -, lundi par communiqué, ajoutant qu’un rattrapage salarial de 3,6 % avec les procureurs provinciaux et une indexation des salaires raisonnable est demandé.
      «Nos demandes sont raisonnables puisque notre travail est équivalent à celui des procureurs et juristes provinciaux, notre expertise est la même, je ne vois pas pourquoi nous devrions accepter un salaire moindre», a déclaré Jean-Nicolas Loiselle, le président du syndicat des juristes de Montréal.
      Une médiatrice a été nommée par le Tribunal administratif du travail dans ce dossier la semaine dernière à la demande de l’employeur, a souligné le syndicat, lundi, déplorant que ce développement ait eu lieu après que la Ville eut annulé trois jours de négociations prévus par les parties.
      «Nous allons nous asseoir avec la médiatrice pour discuter de bonne foi comme nous le faisons depuis le début du processus de négociation, a affirmé M. Loiselle. Toutefois, force est d'admettre que l'employeur ne semble pas vouloir bouger.»
      https://www.journaldemontreal.com/2019/12/02/les-juristes-de-la-ville-de-montreal-votent-pour-la-greve
    • By felixinx
      À compter du 25 mars 2019, l'horaire des trains exo5 et exo6 sera modifié pour permettre la construction du REM dans le tunnel du Mont-Royal. La voie sera alors simple de la jonction de l'est jusque dans le tunnel (j'imagine à la Gare Centrale car je ne pense pas qu'il y a d'autres aiguillages dans le tunnel).
      Plus de détails : https://exo.quebec/fr/service-clientele/avis#36294469 - https://rem.info/fr/actualites/ligne-deux-montagnes-hiver-2019
      exo5 - Modification 6 départs exo6 - Modification de presque tous les départs exo6 - Annulation d'un départ direction Montréal en PM exo6 - Vendredi - Annulation d'un départ supplémentaire direction Montréal en PM, annulation d'un départ en PM vers Deux-Montagnes. exo6 - Changement des numéros des trains
      Les gares Mont-Royal et Canora deviendront une seule gare, entre les deux! Les trains rouleront aussi sur la voie qui était enfouie, du côte ouest, pour permettre la construction du côté est.
      Les mesures d'atténuations de janvier 2020 seront annoncés bientôt.