_mtler_

800 rue Saint-Jacques (Banque Nationale) - 40 étages

Recommended Posts

Pinned posts

Siège social de la Banque Nationale

BNC.jpg

BNC.pngBNC.jpgBNC2.jpg

(autres images dans la citation)

Quote

Emplacement: Part de l'îlot Robert-Bourassa, Saint-Jacques, Notre-Dame, Gauvin
Hauteur en étages: 40
Hauteur en mètres: ≤ 200m
Coût du projet: 
Promoteur: Banque Nationale
Architecte: Menkès Shooner Dagenais LeTourneux
Entrepreneur général: Broccolini
Début de construction: Automne 2018
Fin de construction: 2022
Site internet: 
Lien webcam: 
Autres images: 
Banque nationale.jpgBNC3.jpg

BNC4.jpg
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations:

  • Nouveau siège social de la Banque Nationale
  • L'immeuble sera occupé exclusivement par la Banque Nationale. 
  • Le bâtiment sera conçu conformément aux normes environnementales et de qualité les plus avancées. 
  • Le concept de l'édifice sera finalisé au cours des prochains mois dans le cadre d'un concours architectural mené par invitation. 
  • La Banque privilégiera l'utilisation de matériaux et de services issus du Québec et du Canada, provenant d'entreprises clientes, dans toutes les facettes de ses travaux. 
  • Une grande attention sera accordée à la mise en valeur historique du site et de ses différentes composantes. 
  • La tour hébergeant l'actuel siège social au 600, rue de la Gauchetière Ouest sera mise en vente prochainement. Le produit de la vente sera consacré aux travaux à venir.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ces arbres ont été planté très probablement en 1968, après la fin des aménagements de l'autoroute Bonaventure et de la construction de la Place Bonaventure. 

Ils sont ici bien visible sur une vue aérienne de 1969. 

 

1969 university détail VM97-3_09_1969-043 - Copie.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Dominic723 a dit :

C'est dommage pour les arbres matures, cependant l'orme de Sibérie est une espèce envahissante, donc technique ce ne sera pas une grosse perte. De plus c'est un arbres avec des branches cassantes et des petites feuilles, donc beaucoup plus d'entretien est nécessaire.

De plus on s'entend que ces arbres là on dut être planté là, en attendant un développement, dans les années soixante après qu'on aille démolie le pâté de maison.. donc presque 60ans plus tard adieux parking

Voilà. C'est toujours triste de perdre des arbres matures, mais comme l'on y retrouvera bientôt des plantations d'une / des espèces plus élégantes, fournies en feuillages et plus résistantes aux conditions urbaines, dont le manque d'ensoleillement à appréhender avec les constructions en hauteur à venir le long du boul. R-B., on sera gagnants au bout du compte. 🌳

Il y a 3 heures, MontréalMartin a dit :

Ces arbres ont été planté très probablement en 1968, après la fin des aménagements de l'autoroute Bonaventure et de la construction de la Place Bonaventure. 

Ils sont ici bien visible sur une vue aérienne de 1969.

1969 university détail VM97-3_09_1969-043 - Copie.png

Maille god, les stationnements à ciel ouvert entourant la tour de la Bourse! 🤮

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
3 hours ago, MontréalMartin said:

Ces arbres ont été planté très probablement en 1968, après la fin des aménagements de l'autoroute Bonaventure et de la construction de la Place Bonaventure. 

Ils sont ici bien visible sur une vue aérienne de 1969. 

 

1969 university détail VM97-3_09_1969-043 - Copie.png

Les marquages de lignes de rues étaient saprement bien faites dans le temps. Aujourd'hui, ils prennent même plus le temps de refaire le marquage, ou bedon c'est fait tout croche. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Rocco a dit :

Les marquages de lignes de rues étaient saprement bien faites dans le temps. Aujourd'hui, ils prennent même plus le temps de refaire le marquage, ou bedon c'est fait tout croche. 

Ah! le bon vieux temps où ce n'était pas une équipe de l'arrondissement de RPP qui était chargée d'effectuer grosso modo le marquage des 9 arrondissements du Mtl d'avant les fusions de 2002, mais bien une équipe du central avec les effectifs nécessaires à la tâche, et qui utilisait surtout des peintures plus durables.

Les peintures étaient certes plus toxiques alors (plomb, notamment, mais je crois que les nouvelles peintures n'en comportent plus), sauf qu'entre la sécurité de tous les usagers des routes, puis un marquage plus écolo mais qui doit être refait à chaque année pour disparaître en début d'hiver, le choix me semble évident! :yes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
9 hours ago, Rocco said:

Les marquages de lignes de rues étaient saprement bien faites dans le temps. Aujourd'hui, ils prennent même plus le temps de refaire le marquage, ou bedon c'est fait tout croche. 

Je me disais la même chose! Sur R-B et R-L le marquage des lignes ne se fait plus depuis très longtemps!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, Rocco a dit :

Une fois que les arbres auront disparus ont pourra dire 'c'est parti!' 😉

OK...

Il y a 8 heures, Dominic723 a dit :

Les arbres ont été coupés excepté ceux longeant University

C'est parti! 🤩 🚧 🏗️

Un premier 200 m en construction en plus de 25 ans, et qui devrait être suivi par au moins 2 autres d'ici la fin de l'année si tout allait bien! (Mais comme Mtl a le vent dans les voiles, 'faudrait se forcer un peu pour être pessimiste, hein!) ✌️

P.S.: J'allais souvent sur le toit du stationnement étagé de la gare centrale vers '91-92 pour photographier le core du 1000 dlG qui s'élevait à bon train tout en étant en avance d'au moins 5-7 étages sur le reste de cette tour à bureaux de 205 m! Je ne pleurerais pas la disparition de ce stationnement si un autre 200 m y était construit! 😀

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Quelle est votre préférence d'appellation pour le secteur en plein de développement au sud du boul. Rene-Levesque de chaque côté du pont Jacques-Cartier  (entre la rue Frontenac et la rue Amherst)?
      Pensez à un nom représentatif qui reunierait les secteurs.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Feanaro
      Carré Saint-Laurent