Jump to content

Mineurs de cryptomonnaies: Montréal International submergé par la demande


acpnc
 Share

Recommended Posts

Publié le 12 janvier 2018 à 07h01 | Mis à jour le 12 janvier 2018 à 07h01

http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201801/12/01-5149746-mineurs-de-cryptomonnaies-montreal-international-submerge-par-la-demande.php

Mineurs de cryptomonnaies: Montréal International submergé par la demande

Le « minage »  consiste à brancher des centaines de... (Photo Martin Tremblay, Archives La Presse)

Le « minage »  consiste à brancher des centaines de serveurs et cartes graphiques en vue de résoudre les équations mathématiques complexes à l'origine des monnaies virtuelles comme le bitcoin.

Photo Martin Tremblay, Archives La Presse

 
628483.png
 

L'intérêt des chasseurs de cryptomonnaies, notamment asiatiques, pour des sources d'électricité fiables et abordables est tel que Montréal International est submergé par une demande qui n'existait à peu près pas il y a à peine six mois.

« Nous usons des mêmes arguments de vente pour les attirer que ceux utilisés auprès des opérateurs de centres de données, affirme le vice-président, investissements étrangers, de l'agence de développement économique, Stéphane Paquet. Mais contrairement au secteur des centres de données, nous n'avons pas à être proactifs. Ce sont les investisseurs qui viennent à nous. Nous sommes déjà débordés par la demande. »

Montréal International dit travailler en collaboration étroite avec Hydro-Québec en vue d'intéresser à la région métropolitaine ces entrepreneurs étrangers qui souhaitent faire du « minage » : il s'agit de brancher des centaines de serveurs et cartes graphiques en vue de résoudre les équations mathématiques complexes à l'origine des monnaies virtuelles comme le bitcoin.

« Nous leur offrons de produire ce que j'appelle des green bitcoins, en ce sens qu'ils sont minés à l'aide d'une énergie fiable, abordable et renouvelable »

 

- Stéphane Paquet, vice-président, investissements étrangers, de Montréal International

« Ce sont des critères importants pour nos clients, notamment chinois, parce que l'électricité produite là-bas provient surtout de la combustion du charbon. »

En plus d'un réseau de télécommunications moderne et d'un cadre juridique avantageux, Montréal International fait miroiter aux investisseurs un tarif d'électricité qui peut atteindre 2,45 cents US le kilowattheure, le fameux tarif L, réservé aux industries les plus énergivores.

Le climat québécois est aussi un facteur susceptible d'intéresser les chasseurs de bitcoins. La température froide permet aux mineurs de pousser leurs équipements informatiques au maximum, sans craindre d'en précipiter l'usure.

« Ce n'est pas une activité qui génère beaucoup d'emplois en tant que telle, dit Stéphane Paquet, mais c'est une façon efficace d'exporter de l'électricité. »

POURPARLERS AVANCÉS

Hydro-Québec tient des pourparlers avancés auprès d'une trentaine de mineurs de cryptomonnaies en vue de les attirer dans la province, affirme de son côté Bloomberg. « Des annonces sont prévues en 2018 », selon le porte-parole Marc-Antoine Pouliot, cité par l'agence financière.

« Nous ne nous sommes pas fixé d'objectifs précis quant aux centres de minage que nous désirons voir s'installer, dit Stéphane Paquet. Nous espérons seulement qu'ils compteront parmi le 1,4 milliard en investissements directs étrangers que nous souhaitons susciter en 2018. »

Les plus grosses installations de minage de bitcoins peuvent consommer jusqu'à 200 ou 300 mégawattheures d'électricité. Au niveau mondial, ce sont 140 térawattheures qui y seront consacrés cette année, soit 0,6 % de la demande mondiale, selon un rapport de la banque Morgan Stanley.

D'ici quatre ans, Hydro-Québec prévoit réserver à ce secteur environ 5 térawattheures, ce qui correspond à la consommation de 300 000 ménages québécois.

Publié le 13 janvier 2018 à 08h35 | Mis à jour le 13 janvier 2018 à 08h35

http://affaires.lapresse.ca/economie/201801/13/01-5149884-lapple-de-la-cryptomonnaie-sinteresse-au-quebec.php

L'«Apple de la cryptomonnaie» s'intéresse au Québec

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises provenant... (Photo Jemina Kelly, Archives Reuters)

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises provenant principalement d'Asie qui aspirent à s'installer dans la province et qui sont en discussion avec Hydro-Québec.

Photo Jemina Kelly, Archives Reuters

 
628483.png
 

La société chinoise Bitmain Technologies, souvent décrite comme l'« Apple du bitcoin » en raison de sa taille et de son importance dans le secteur des cryptomonnaies, songe à s'installer au Québec.

La firme établie à Pékin est le plus grand fabricant au monde d'équipement voué au « minage » de cryptomonnaies, en plus d'exploiter les plus importants centres de données destinés à l'extraction des monnaies virtuelles en Chine.

« Ce sont les plus gros au monde, explique le porte-parole d'Hydro-Québec Marc-Antoine Pouliot, qui confirme que des pourparlers ont lieu entre le géant chinois et la société d'État. Nous les voyons comme des partenaires sérieux, compétents et bien capitalisés. »

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises, provenant principalement d'Asie, qui aspirent à s'installer dans la province et qui sont en discussion avec Hydro-Québec en vue d'acheter à la société d'État les quantités phénoménales d'électricité nécessaires au fonctionnement des centres de données voués aux monnaies virtuelles.

 

« Nous recevons énormément de demandes depuis quelques mois, c'est complètement fou », dit Marc-Antoine Pouliot.

Entreprise à capital fermé, Bitmain projette de s'inscrire en Bourse après un premier appel public à l'épargne estimé à plusieurs milliards de dollars, selon Bloomberg. En septembre, Bitmain a obtenu un financement de 50 millions US de la part des firmes d'investissement Sequoia et IDG Capital afin de produire des puces informatiques dédiées aux applications d'intelligence artificielle, en plus d'ouvrir de nouveaux centres de minage aux États-Unis. 

Selon Forbes, 90 % des transactions de bitcoins dans le monde sont effectuées en Chine, sur des sites d'échange qui n'exigent aucune commission. Depuis le mois de novembre, la valeur du bitcoin s'est envolée, passant de 5800 $US à plus de 18 000 $US en un seul mois, avant de reculer autour de 13 800 $US.

- Avec Reuters

Link to comment
Share on other sites

Qu’est ce que ça nous apporterait economiquement parlant que ces entreprises s’établissent ici ?

il y a une heure, acpnc a dit :

Publié le 12 janvier 2018 à 07h01 | Mis à jour le 12 janvier 2018 à 07h01

http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201801/12/01-5149746-mineurs-de-cryptomonnaies-montreal-international-submerge-par-la-demande.php

Mineurs de cryptomonnaies: Montréal International submergé par la demande

Le « minage »  consiste à brancher des centaines de... (Photo Martin Tremblay, Archives La Presse)

Le « minage »  consiste à brancher des centaines de serveurs et cartes graphiques en vue de résoudre les équations mathématiques complexes à l'origine des monnaies virtuelles comme le bitcoin.

Photo Martin Tremblay, Archives La Presse

 
628483.png
 

L'intérêt des chasseurs de cryptomonnaies, notamment asiatiques, pour des sources d'électricité fiables et abordables est tel que Montréal International est submergé par une demande qui n'existait à peu près pas il y a à peine six mois.

« Nous usons des mêmes arguments de vente pour les attirer que ceux utilisés auprès des opérateurs de centres de données, affirme le vice-président, investissements étrangers, de l'agence de développement économique, Stéphane Paquet. Mais contrairement au secteur des centres de données, nous n'avons pas à être proactifs. Ce sont les investisseurs qui viennent à nous. Nous sommes déjà débordés par la demande. »

Montréal International dit travailler en collaboration étroite avec Hydro-Québec en vue d'intéresser à la région métropolitaine ces entrepreneurs étrangers qui souhaitent faire du « minage » : il s'agit de brancher des centaines de serveurs et cartes graphiques en vue de résoudre les équations mathématiques complexes à l'origine des monnaies virtuelles comme le bitcoin.

« Nous leur offrons de produire ce que j'appelle des green bitcoins, en ce sens qu'ils sont minés à l'aide d'une énergie fiable, abordable et renouvelable »

 

- Stéphane Paquet, vice-président, investissements étrangers, de Montréal International

« Ce sont des critères importants pour nos clients, notamment chinois, parce que l'électricité produite là-bas provient surtout de la combustion du charbon. »

En plus d'un réseau de télécommunications moderne et d'un cadre juridique avantageux, Montréal International fait miroiter aux investisseurs un tarif d'électricité qui peut atteindre 2,45 cents US le kilowattheure, le fameux tarif L, réservé aux industries les plus énergivores.

Le climat québécois est aussi un facteur susceptible d'intéresser les chasseurs de bitcoins. La température froide permet aux mineurs de pousser leurs équipements informatiques au maximum, sans craindre d'en précipiter l'usure.

« Ce n'est pas une activité qui génère beaucoup d'emplois en tant que telle, dit Stéphane Paquet, mais c'est une façon efficace d'exporter de l'électricité. »

POURPARLERS AVANCÉS

Hydro-Québec tient des pourparlers avancés auprès d'une trentaine de mineurs de cryptomonnaies en vue de les attirer dans la province, affirme de son côté Bloomberg. « Des annonces sont prévues en 2018 », selon le porte-parole Marc-Antoine Pouliot, cité par l'agence financière.

« Nous ne nous sommes pas fixé d'objectifs précis quant aux centres de minage que nous désirons voir s'installer, dit Stéphane Paquet. Nous espérons seulement qu'ils compteront parmi le 1,4 milliard en investissements directs étrangers que nous souhaitons susciter en 2018. »

Les plus grosses installations de minage de bitcoins peuvent consommer jusqu'à 200 ou 300 mégawattheures d'électricité. Au niveau mondial, ce sont 140 térawattheures qui y seront consacrés cette année, soit 0,6 % de la demande mondiale, selon un rapport de la banque Morgan Stanley.

D'ici quatre ans, Hydro-Québec prévoit réserver à ce secteur environ 5 térawattheures, ce qui correspond à la consommation de 300 000 ménages québécois.

Publié le 13 janvier 2018 à 08h35 | Mis à jour le 13 janvier 2018 à 08h35

http://affaires.lapresse.ca/economie/201801/13/01-5149884-lapple-de-la-cryptomonnaie-sinteresse-au-quebec.php

L'«Apple de la cryptomonnaie» s'intéresse au Québec

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises provenant... (Photo Jemina Kelly, Archives Reuters)

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises provenant principalement d'Asie qui aspirent à s'installer dans la province et qui sont en discussion avec Hydro-Québec.

Photo Jemina Kelly, Archives Reuters

 
628483.png
 

La société chinoise Bitmain Technologies, souvent décrite comme l'« Apple du bitcoin » en raison de sa taille et de son importance dans le secteur des cryptomonnaies, songe à s'installer au Québec.

La firme établie à Pékin est le plus grand fabricant au monde d'équipement voué au « minage » de cryptomonnaies, en plus d'exploiter les plus importants centres de données destinés à l'extraction des monnaies virtuelles en Chine.

« Ce sont les plus gros au monde, explique le porte-parole d'Hydro-Québec Marc-Antoine Pouliot, qui confirme que des pourparlers ont lieu entre le géant chinois et la société d'État. Nous les voyons comme des partenaires sérieux, compétents et bien capitalisés. »

Bitmain fait partie de la trentaine d'entreprises, provenant principalement d'Asie, qui aspirent à s'installer dans la province et qui sont en discussion avec Hydro-Québec en vue d'acheter à la société d'État les quantités phénoménales d'électricité nécessaires au fonctionnement des centres de données voués aux monnaies virtuelles.

 

« Nous recevons énormément de demandes depuis quelques mois, c'est complètement fou », dit Marc-Antoine Pouliot.

Entreprise à capital fermé, Bitmain projette de s'inscrire en Bourse après un premier appel public à l'épargne estimé à plusieurs milliards de dollars, selon Bloomberg. En septembre, Bitmain a obtenu un financement de 50 millions US de la part des firmes d'investissement Sequoia et IDG Capital afin de produire des puces informatiques dédiées aux applications d'intelligence artificielle, en plus d'ouvrir de nouveaux centres de minage aux États-Unis. 

Selon Forbes, 90 % des transactions de bitcoins dans le monde sont effectuées en Chine, sur des sites d'échange qui n'exigent aucune commission. Depuis le mois de novembre, la valeur du bitcoin s'est envolée, passant de 5800 $US à plus de 18 000 $US en un seul mois, avant de reculer autour de 13 800 $US.

- Avec Reuters

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 5 minutes, Ousb a dit :

Qu’est ce que ça nous apporterait economiquement parlant que ces entreprises s’établissent ici ?

 

Des investissements considérables et des débouchés importants pour nos surplus d'électricité, qui représenteront des revenus fort intéressants pour notre société d'état, H-Q. Une façon d'exporter localement de l'énergie sans avoir à encourir des dépenses colossales en lignes de transmission, pour un résultat similaire par rapport à une vente à l'extérieur de nos frontières.

  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Je suis contre vendre de l'électricité au tarifs préférentiel à ces centres de données. 

L'idée des tarifs préférentiels d'électricité, c'est de créer des emplois. Le gouvernement retrouve son argents via les taxes et impôts. Dans le cas des centres de données, il n'y a que très peu d'emplois locaux. Quelques techniciens pour faire la maintenance physique et la surveillance et tout le reste peut être régler à distance. 

 

Je ne serait pas contre par exemple l'obtention de tarif préférentiels à Amazon pour ses centres de données en l'échange de leur deuxième siège social. Mais vendre à rabais notre électricité serait jeter notre électricité par la fenêtre. 

Mais s'il veulent toujours venir et payer le tarif standard (qui est déjà très bas), aucun problème avec ça ! 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Davidbourque a dit :

Je suis contre vendre de l'électricité au tarifs préférentiel à ces centres de données. 

L'idée des tarifs préférentiels d'électricité, c'est de créer des emplois. Le gouvernement retrouve son argents via les taxes et impôts. Dans le cas des centres de données, il n'y a que très peu d'emplois locaux. Quelques techniciens pour faire la maintenance physique et la surveillance et tout le reste peut être régler à distance. 

 

Je ne serait pas contre par exemple l'obtention de tarif préférentiels à Amazon pour ses centres de données en l'échange de leur deuxième siège social. Mais vendre à rabais notre électricité serait jeter notre électricité par la fenêtre. 

Mais s'il veulent toujours venir et payer le tarif standard (qui est déjà très bas), aucun problème avec ça ! 

J'aimerais bien voir le point de vue d'Hydro sur le sujet, tout en prenant connaissance de façon plus détaillée des avantages que cette industrie apporterait à notre économie.

Link to comment
Share on other sites

il y a 7 minutes, acpnc a dit :

J'aimerais bien voir le point de vue d'Hydro sur le sujet, tout en prenant connaissance de façon plus détaillée des avantages que cette industrie apporterait à notre économie.

Certainement, car on doit reconnaître que le Gouvernement du Québec, à titre d'unique actionnaire d'Hydro-Québec, n'a pas été un «partenaire silencieux».  Les grandes décisions, par exemple celle de constuire la projet hydro-électrique de la Baie (de) James plutôt que de se tourner vers l'énergie nucléaire, ont été prises par le Gouvernement.  Il devrait en être de même dans l'avenir.  Si au contraire Hydro-Québec était gérée simplement comme une entreprise visant la maximisation de ses profits, les grandes décisions concernant les investissements et la politique tarifaire pourraient être différentes.

En même temps, rien n'empêche Hydro-Québec de conseiller le Gouvernement sur sa politique énergétique globale, y compris sur des aspects qui débordent du mandat d'Hydro mais qui peuvent affecter le portrait et le profil général de la consommation d'énergie: c'est dans son intérêt.

Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, p_xavier said:

Tellement con les cryptomonnaies. Dépenser des ressources réelles pour créer de la valeur virtuelle qui ne sert qu'à la spéculation. On détruit des hectares et hectares pour ça les amis!

Fait toi un faveur et lire un peu sur les possibilités des crypto monnaie avant d'écrire d'importe quoi. Ce que j'aime les plus d'une multitude de possibilités c'est la possibilité d'envoyer de l'argent à n'importe qui dans le monde sans passé par les banques. Je peut envoyé de la crypto monnaie à des pauvres situé dans les endroit les plus lointain.

Link to comment
Share on other sites

3 hours ago, acpnc said:

J'aimerais bien voir le point de vue d'Hydro sur le sujet, tout en prenant connaissance de façon plus détaillée des avantages que cette industrie apporterait à notre économie.

http://www.journaldequebec.com/2018/01/09/hydro-pourrait-se-lancer-dans-les-maisons-intelligentes
 

Quote


Le PDG Martel veut tout faire pour attirer au Québec des entreprises énergivores. Dans sa ligne de mire, les géants du web comme Facebook et Microsoft. Québec vend pour l’instant 450 MWh à des compagnies de serveurs informatiques. Dans quatre ans, l’objectif est de vendre 6 TWh, soit l’équivalent de près d’un million de foyers américains.

HQ a plusieurs arguments de vente : un réseau fiable, une énergie propre, de grands terrains à proposer ainsi que le froid. « Je leur dis : l’hiver, vous n’avez qu’à ouvrir la porte de garage et les fenêtres pour climatiser », lance-t-il en riant. Avec l’arrivée des mineurs de cryptomonnaie, M. Martel estime qu’un autre 5 TWh pourrait s’ajouter.

 

 

Link to comment
Share on other sites

L'aspect environnemental reste quand même préoccupant je dirais, ce n'est pas à négliger. C'est une grande dépense en énergie pour créer une monnaie.

Et faut penser à l'impact sur les joueurs PC qui veulent une nouvelle machine! :P Au moins j'ai acheté ma 1070 avant que le prix monte de pratiquement 200 dollars ces derniers mois (et d'être continuellement en stock épuisé...).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value