Jump to content

Finance, bourse & investissement


Cataclaw

Recommended Posts

il y a 6 minutes, Rocco a dit :

C'est drôle, j'entend pu mes amis parler de la bourse...

(ci-dessus un court extrait du message complet de Rocco)

D'autres amis ont probablement fait l'acquisition d'immeubles locatifs, payés à un prix correspondant à plus de 20x les revenus bruts. (une des techniques d'évaluation de ces actifs consiste à mettre en rapport les revenus bruts de location avec un prix "assurant" une rentabilité à moyen terme).  A l'instar des cours boursiers, la "valeur" des immeubles varie inversement avec les taux d'intérêts.  Il n'y a pas si longtemps, un multiple de 10 était considéré approprié.  Maintenant c'est plus de 20x (j'ai même vu des prix affichés à 30x).  Ceux qui ont obtenu des prêts hypothécaires à des taux très bas pour une durée de cinq ans pourront s'en tirer temporairement, mais ceux qui devront renouveler dans moins d'un an seront mal pris si les taux sont alors beaucoup plus élevés.  L'ensemble du marché s'en ressentira rapidement, par anticipation.

Ironiquement, ce qui peut sauver ces petits "investisseurs", c'est la poursuite d'une inflation élevée pendant un certain temps encore, car les coûts de remplacement (construire du neuf) auront largement dépassé les prix payés antérieurement  Plus tard, quand l'inflation se sera assoupie, il s'agira de voir à quel niveau les prix se seront stabilisés.  Pas certain que le scénario vécu dans les années 1930 se reproduira (parce que la gestion de la politique monétaire a été révolutionnée).  Dans les années 1930, les premiers à être ruinés furent les détenteurs d'actions en bourse qui avaient financé leurs achats par des emprunts qu'ils devinrent incapables de rembourser; ce qui s'est produit subséquemment est moins connu, mais mérite de l'être: à Montréal par exemple, les quelques-uns qui disposaient de liquidités purent acquérir des blocs résidentiels entiers (littéralement des rues entières) pour une bouchée de pain.   En résumé: euphorie--crise boursière-- dépression -- déflation, sur moins de dix ans.  Inversement, quelques années auparavant, l'hyperinflation avait ruiné les petits épargnants allemands, tandis que les grands industriels avaient vu leurs dettes réelles pratiquement effacées, et qu'ils conservaient leurs propriétés (hard assets).  Le vent souffle d'un bord et ruine les uns, puis il souffle de l'autre bord et il ruine les autres.  Ceux qui en ont profité (énormément) sont ceux qui ont été capables de se tourner (ou de se trouver par chance) du bon côté à chaque fois.  La plupart d'entre nous sur ce forum sommes probablement trop "petits" pour influencer le cours des événements.  Si possible, on doit tenter de se prémunir des coups de vent des deux côtés, ce qui signifie concrètement diversifier la composition de son portefeuille d'actifs, même si ça implique une espérance (probabilité) de gain moindre que celui d'un portefeuille spéculatif--à risque élevé.  Quand il fait beau, on s'habitue vite et on pense que ça continuera indéfiniment.  On est moins bien préparé pour les grands vents.  Ils sont arrivés!  On fait face, lucidement, prêt à accepter des pertes sans sourciller.       

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value