Jump to content

démographie Discussion sur la démographie de Montréal, sa région et du Québec


mtlurb

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Discussion sur la démographie de Montréal, ses alentours et du Québec

Discussion tirée de ce sujet:

Discutez ici de vos opinions sur les tendances d'évolution de la population dans notre belle province.

Link to comment
Share on other sites

Le 12/7/2017 à 22:27, vivreenrégion a dit :

% de gens qui vont travailler en utilisant les TEC (RMR Montréal)
1996 : 19.8%
2016 : 22.3%

donc une hausse de moins de 3% sur 20 ans. La population du Grand Montréal environ + 1,000,000 .

 

Tu compares un chiffre absolue avec une statistique qui porte sur une proportion. C'est une erreur de logique.
Exemple (irréaliste, parce que je calcul sur le total de la population, et non seulement pour la population active, mais en même temps tu as fait la même erreur en utilisant la population totale et non la population active)

19,8% de 3,2 millions d'habitants c'est 633k. 

22,3% de 4,2 millions d'habitants c'est 937k.
C'est une augmentation de quasiment 50% d'utilisation en 10 ans . Et le réseau n'a pas été aggrandie en proportion. C'est de très bonne stats si on compare avec le reste de l'Amérique du Nord. 

Faut faire attention de ne pas utiliser des stats en voulant confirmer une théorie. Il faut voir les stats de façon neutre, et ensuite en dégager une impression.  

L'étalement urbain n'est pas unique à Montréal. Habituellement, le coût de la vie est plus faible en périphérie et il y a un accès plus facile à la propriété, c'est normal que plus de familles quittent l'île de Montréal. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 23 minutes, fmfranck a dit :

Tu compares un chiffre absolue avec une statistique qui porte sur une proportion. C'est une erreur de logique.
Exemple (irréaliste, parce que je calcul sur le total de la population, et non seulement pour la population active, mais en même temps tu as fait la même erreur en utilisant la population totale et non la population active)

19,8% de 3,2 millions d'habitants c'est 633k. 

22,3% de 4,2 millions d'habitants c'est 937k.
C'est une augmentation de quasiment 50% d'utilisation en 10 ans . Et le réseau n'a pas été aggrandie en proportion. C'est de très bonne stats si on compare avec le reste de l'Amérique du Nord. 

Faut faire attention de ne pas utiliser des stats en voulant confirmer une théorie. Il faut voir les stats de façon neutre, et ensuite en dégager une impression.  

L'étalement urbain n'est pas unique à Montréal. Habituellement, le coût de la vie est plus faible en périphérie et il y a un accès plus facile à la propriété, c'est normal que plus de familles quittent l'île de Montréal. 

non c'est complètement pourri. l'objectif du TEC ce n'est pas de progresser en absolue, mais de progresser en %.  Si tu regardes le débit des autoroutes du Grand Montréal, tu vas te rendre compte que celles sur l'île n'ont pas un débit plus élevé qu'il y a 10 ans. Les autoroutes les plus achalandées sont maintenant en banlieue. Si le réseau n'a pas été amélioré, ce n'est pas une bonne raison car ça aussi c'est complètement pourri. La ville grossie mais sur 10 personnes de plus, seulement 2.2 vont prendre le TEC, c'était 1.9 sur 10 il y a 20 ans.    Il y a stagnation de l'offre.

Link to comment
Share on other sites

il y a 10 minutes, vivreenrégion a dit :

non c'est complètement pourri. l'objectif du TEC ce n'est pas de progresser en absolue, mais de progresser en %.  Si tu regardes le débit des autoroutes du Grand Montréal, tu vas te rendre compte que celles sur l'île n'ont pas un débit plus élevé qu'il y a 10 ans. Les autoroutes les plus achalandées sont maintenant en banlieue. Si le réseau n'a pas été amélioré, ce n'est pas une bonne raison car ça aussi c'est complètement pourri. La ville grossie mais sur 10 personnes de plus, seulement 2.2 vont prendre le TEC, c'était 1.9 sur 10 il y a 20 ans.    Il y a stagnation de l'offre.

Mais c'est quoi le rapport entre juger d'une insuffianse de la croissance en terme de proportion et opposer une statistique de pourcentage sur une évolution absolue? Parle juste de la statistique de pourcentage alors. C'est quoi le but de ton intervention au juste? Prouver que la vie à Sorel est meilleure qu'à Rosemont? On s'obstine sur des données qui ont déjà été démontrée empiriquement pour quelles raisons? On veut améliorer la fiabilité des études, ou tu as une théorie que tu cherches à confirmer par la déformation des résultats statistiques? J'arrive pas à cerner la raison de ce débat.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, fmfranck a dit :

Mais c'est quoi le rapport entre juger d'une insuffianse de la croissance en terme de proportion et opposer une statistique de pourcentage sur une évolution absolue? Parle juste de la statistique de pourcentage alors. C'est quoi le but de ton intervention au juste? Prouver que la vie à Sorel est meilleure qu'à Rosemont? On s'obstine sur des données qui ont déjà été démontrée empiriquement pour quelles raisons? On veut améliorer la fiabilité des études, ou tu as une théorie que tu cherches à confirmer par la déformation des résultats statistiques? J'arrive pas à cerner la raison de ce débat.

Non, le Métro est parfait. La Inner city de Montréal est bien servie. Il faut cependant mettre le gros cash pour monter ça à 35%. À Laval ils ne mettent pas le gros cash en TEC, ils enlèvent plutôt des voies, c'est leur façon de réduire le trafic. Mettre des belles pistes cyclables dans le quartier industriel, couper 2 voies sur un boulevard utilisé par des trucks, mettre un terre-plein de gazon qui sera jaune. Rajouter des lumières sans les synchroniser. Le gouvernement devrait prendre le lead et tout décider avec un plan d'ensemble métropolitain. mettre 25 milliards $ sur 10 ans.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
il y a 56 minutes, mark_ac a dit :

This anybody find this sad.

http://www.statcan.gc.ca/pub/91-002-x/91-002-x2017003-eng.htm

Look at the chart A5.

Peux de Canadien demenage au Quebec. On a presque le meme niveau entre le Quebec et la Nouvelle-Ecosse!

Voici notre gros dillemme. Comment est-ce que Montreal peut competitioner quand on a beaucoup de misere de convaincre les gens a demenager ici. 

Very troubling.

je serais porté à croire que Montréal n'est pas si perdante. Les gens quittent pour une autre province et non pour la plus grosse ville. Donc tu peux déménager en Ontario sans vouloir déménager à Toronto. Tu peux quitter pour l'Alberta sans pour autant aller à Calgary ou Edmonton. Donc au final, s'il y a moins de migration vers le Québec, c'est principalement dû au fait que tout ce qui est à l'extérieur de l'île de Montréal est plus de 95% en français, donc moins attirant pour un anglophone. Ils vont vouloir rester sur l'île la très grande majorité du temps.

Link to comment
Share on other sites

Durant le oil boom l'Alberta gagnait plus de 100,000 habitants par année, nombreux sont allés travailler à l'extérieur des grands centres.
Plusieurs Québécois vont s'installer dans la région d'Ottawa. Si le Québec ne peut accueillir qu'avec Montréal, elle diminue énormément ses chances.  (2011) Ottawa est plus bilingue que Québec, Sherbrooke.
Le mouvement entre l'Ontario et le Québec est le seul qui doit être regardé de près, les autres ne sont pas assez importants. Avec un Canada au ralenti niveau ressources naturelles, la majorité des gens qui avaient quitté pour une autre province sont revenus dans leur province d'origine. Le total négatif élevé du Québec vient des pertes avec l'Ontario. On peut parler des immigrants ou allophones de passages qui quittent vers Toronto. L'Ontario compte environ 450k résidents non permanents.

Pour quelqu'un qui habite à Calgary par exemple, cette personne pourrait très bien se chercher du travail à Hamilton, Winnipeg ou Ottawa, mais beaucoup moins de chance qu'elle regarde à Québec. Au Canada la grosse migration interprovinciale n'est pas si importante si on la compare avec les États-Unis. Ici c'est principalement lié au pétrole.

Avec un total de -10,000 avec l'Ontario, le 10,000 de plus est peut-être simplement dû aux immigrants qui décident de quitter pour Toronto ou ailleurs, mais si on prend les citoyens Canadiens, on pourrait se retrouver avec presque 50%/50% de in/out.

Là où le Québec perd c'est au niveau de la rétention des immigrants.
 

Citation

Selon le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), le taux de rétention, après un peu plus d’un an, des immigrants admis au cours de l’année 2013 a été de 77,1 %. La perte est colossale.

http://plus.lapresse.ca/screens/4aeaa50d-5b8c-4303-b532-75b982dd85b4__7C___0.html
 

51,000 x 80% = 40,800 
-10,200

Link to comment
Share on other sites

9 hours ago, mark_ac said:

This anybody find this sad.

http://www.statcan.gc.ca/pub/91-002-x/91-002-x2017003-eng.htm

Look at the chart A5.

Peux de Canadien demenage au Quebec. On a presque le meme niveau entre le Quebec et la Nouvelle-Ecosse!

Voici notre gros dillemme. Comment est-ce que Montreal peut competitioner quand on a beaucoup de misere de convaincre les gens a demenager ici. 

Very troubling.

La perception, Mark la perception.  C'est tres tres difficile a changer , pour avoir discuter avec des collègues de Toronto ou d'Edmonton. J'avais un fournisseur a Montreal pour des pièces de camions et je les ai réferer a ce fournisseur. Mais mes collègues de Toronto et d'Edmonton était craintif de seulement appelé par téléphone au fournisseur de Montreal.  Il était convaincu qu'on allait seulement leur parler en français. Je les ai rassurés en leur disant que presque tout le monde parle les deux langues a Montréal. 

Alors imagine essayer de les convaincre de déménager ici,  si ils ont meme la chienne de prendre un téléphone et d'appeler pour avoir une piece d'un fournisseur.

Pauvre anglo du canada anglais pas facile d'être unilingue.

  • Like 3
  • Thanks 4
Link to comment
Share on other sites

Ayant consulté les résultats comparés pour les troisièmes trimestres des années 2016 et 2017 (même source que celle de mark_ac),  je suis en mesure de tirer des conclusions plus positives  --cela dépend de ce qu'on regarde).  Dans ce cas,  c'est l'évolution de la population totale (tous facteurs confondus):

- la performance du Québec est positive (gains nets) pour les deux années;

- en pourcentage de la population, le gain au Québec est inférieur à la moyenne canadienne (0.3/0.4 en 2016 et 0.4/0.5) en 2017, mais pas dramatiquement;

- en comparaison avec l'Ontario, l'écart est 0.3/0.6 en 2016 et 0.4/0.6 en 2017;

- les chiffres précédents montrent toutefois une amélioration (entre les deux années) de la performance relative du Québec;

- si cette amélioration relative se poursuivait, le Québec rejoindrait l'Ontario (en termes de taux de croissance) bientôt; mais on ne peut pas avancer une telle hypothèse à la légère: je l'ai fait uniquement dans le but de souligner l'amélioration récente.

Et par ailleurs...

il y a 6 minutes, andre md a dit :

La perception, Mark la perception.  C'est tres tres difficile a changer , pour avoir discuter avec des collègues de Toronto ou d'Edmonton. J'avais un fournisseur a Montreal pour des pièces de camions et je les ai réferer a ce fournisseur. Mais mes collègues de Toronto et d'Edmonton était craintif de seulement appelé par téléphone au fournisseur de Montreal.  Il était convaincu qu'on allait seulement leur parler en français. Je les ai rassurés en leur disant que presque tout le monde parle les deux langues a Montréal. 

Alors imagine essayer de les convaincre de déménager ici,  si ils ont meme la chienne de prendre un téléphone et d'appeler pour avoir une piece d'un fournisseur.

Pauvre anglo du canada anglais pas facile d'être unilingue.

Ces gens-là n'ont aucune raison de déménager au Québec.  Par contre d'autres, qui sont bilingues/trilingues etc. peuvent être attirés par des opportunités au Québec, que ce soit dans les affaires, ou comme chercheur scientifique, musicien, artiste, etc. Il ne faut pas oublier non plus que les résidents des autres provinces n'ont pas tous l'anglais comme langue maternelle;  ils se sont établis au «Canada anglais» parce qu'il y avait des opportunités, et s'ils ne maîtrisaient pas bien cette langue au départ, ils l'ont apprise.  Rien ne les empêche de faire de même avec le français.  En somme, je pense que c'est d'abord une question d'attrait et d'opportunité.  Pour d'autres, le fardeau fiscal est rébarbatif, mais c'est une autre histoire  --qui s'applique autant aux Québécois «de souche» qui ont migré ailleurs au pays.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value