Jump to content

Économie sociale


acpnc
 Share

Recommended Posts

Je propose ici un sujet qui prendra sûrement de l'ampleur avec le temps: l'économie sociale et toutes la variété de ses composantes. C'est en même temps une avenue de réflexions sur différentes formules d'habitation qui vont du HLM classique à la coop, en passant par la colocation. J'y inclus aussi l'économie sociale et les entreprises qui s'y rattachent.

 

 

23/10/2017 Mise à jour : 23 octobre 2017 | 8:22

La plus grande colocation du monde

Par AFP/Relaxnews
 

 

000_tg9xj-1216a083244-original.jpg?w=618

L’immeuble compte dix étages et ressemble à un hôtel. Il abrite à Londres la plus grande colocation du monde, selon son promoteur, offrant petites chambres mais services partagés haut de gamme à de jeunes adultes. Un projet qui se veut une réponse à la crise urbaine du logement.

Ouvert au printemps 2016 le long d’une voie de circulation du nord-ouest de la capitale britannique, le bâtiment «Old Oak» est un pionnier de l’habitat partagé à si grande échelle, même si le « co-living » a déjà des adeptes, aux Etats-Unis notamment.

«Vous avez une belle chambre spacieuse avec une grande fenêtre qui fait entrer beaucoup de lumière», décrit Ed Thomas, chargé de gérer les lieux par le promoteur privé The Collective, en montrant à l’AFP la pièce qui fait 12 m2.

La salle de douche privative est réduite au minimum, avec un petit lavabo chevauchant presque la cuvette des toilettes.

Le long de couloirs gris et impersonnels, 545 autres chambres similaires ou presque – selon que la salle de bains et la kitchenette sont communes ou non – s’alignent, toutes occupées, selon M. Thomas.

Yoga et cinéma

Un spa, une salle de gym, une bibliothèque, une pièce de coworking, un restaurant et même un cinéma – qui fait salle comble les soirs de projection de la série à succès Game of Thrones: le bâtiment se distingue surtout par ses vastes espaces communs et par ses animations, entre soirées musicales et cours de yoga.

De quoi séduire les locataires, pour la plupart de jeunes actifs âgés de 22 à 35 ans et gagnant en moyenne 30 000 livres annuels (environ 49 000$), qui n’ont souvent d’autre choix que d’engloutir leur salaire dans la location d’un logement individuel ou de partager un appartement, pas toujours en bon état, avec des inconnus.

«Trouver une location à Londres est très chronophage et cher. Et même après avoir trouvé, la probabilité de tomber sur un groupe de personnes avec qui on s’entend est extrêmement mince. Nous voulons répondre à ce problème» et à celui de la solitude, autre écueil de la vie urbaine, dit Ed Thomas.

Selon le cabinet immobilier Knight Frank, interrogé par l’AFP, une chambre dans un logement partagé coûte en moyenne 1602 livres mensuels (2630$) dans les quartiers les plus chics du centre de Londres, et 954 livres (1567$) dans les zones moins centrales.

A Old Oak, la majorité des chambres se loue entre 850 et 1100 livres par mois environ (1395$ à 1806$), mais tout est inclus (énergie, internet, ménage, taxes et infrastructures communes, sauf boissons et nourriture). Quelques-unes, les plus grandes, sont affichées à plus de 1400 livres (2299$).

Il est courant que les Londoniens consacrent «40 à 50% de leur salaire net» pour se loger, note James Mannix, associé chez Knight Frank.

«Un investissement»

Adam Saez, un entraîneur sportif australien de 26 ans qui habite à Old Oak depuis plus d’un an, préfère voir son loyer comme «un investissement». «Non seulement je me suis fait des amis, mais (…) j’ai aussi beaucoup réseauté, de sorte que j’ai rencontré de nombreuses personnes avec qui je travaille également maintenant», raconte-t-il à l’AFP.

«C’est très facile de rencontrer des gens nouveaux», abonde Sarah Sinigaglia, une étudiante italo-suisse de 19 ans. «Le soir, il suffit de descendre à l’accueil ou au bar pour trouver de nombreuses personnes seules comme moi.»

Le promoteur, dont le premier immeuble partagé a été financé par «une famille de Singapour» pour un montant non dévoilé, a lancé deux autres projets dans l’est de Londres, dans le quartier olympique de Stratford et la zone d’affaires de Canary Wharf, qui doivent offrir dès début 2019 un millier de chambres au total.

Il envisage aussi de s’étendre à l’international et à d’autres publics, comme les familles.

Pour James Mannix, c’est «une bonne solution» permettant de vivre en ville «en maîtrisant ses coûts» de créer plus d’habitations. C’est aussi une réponse, a priori rentable, du secteur privé à une crise du logement insuffisamment prise en compte par les autorités publiques.

Link to comment
Share on other sites

Bravo acpnc pour avoir initié ce fil. C'est bien beau les projets des promoteurs, mais en définitive ce qui compte ce sont les gens, quelles que soient leur situation économique et leur condition sociale, qui doivent pouvoir vivre dans des conditions décentes et se loger correctement. C'est à de tels signes que l'on peut constater si on vit dans une société digne de ce nom.

Edited by ferraro
Link to comment
Share on other sites

Merci pour ton commentaire constructif. Je partage les idées que tu émets et j'ai initié ce fil pour justement encourager des échanges sur le sujet. On pourra en même temps découvrir différentes formules proposées dans le monde pour faire face notamment aux défis de l'habitation et on aura peut-être ainsi un meilleur tableau de la société d'aujourd'hui et les tendances de demain.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value