Recommended Posts

Pinned posts

1471 René-Lévesque Ouest

Enticy.png

Citation

Emplacement: 1471 René-Lévesque ouest
Hauteur en étages: 24
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: Claridge
Architecte: Geiger Huot
Entrepreneur général: Omnia
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: https://www.enticycondos.com/
Lien webcam: 
Autres images: 
Enticy.png
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 183 logements, 4 niveaux de stationnement

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Acajou a dit :

Ouf, l'angle de la photo qui n'est pas du tout bon... en fait, qui n'existe même pas... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Feanaro a dit :

Ouf, l'angle de la photo qui n'est pas du tout bon... en fait, qui n'existe même pas... 

Ça fait plus de 10 rendus de perspectives trompeuses du genre que je vois en à peine quelques années pour des projets au c-v... (Drummond, Peterson presque aussi haut que la PVM, 1000 dlM aussi haut que L'Avenue me viennent spontanément à l'esprit, mais il y en a eu d'autres, notamment dans Gft!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 21 minutes, FrancSoisD a dit :

Ça fait plus de 10 rendus de perspectives trompeuses du genre que je vois en à peine quelques années pour des projets au c-v... (Drummond, Peterson presque aussi haut que la PVM, 1000 dlM aussi haut que L'Avenue me viennent spontanément à l'esprit, mais il y en a eu d'autres, notamment dans Gft!)

Je vais citer un de nos éminents membres : "Rigueur, rigueur, rigueur !!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, FrancSoisD a dit :

Ça fait plus de 10 rendus de perspectives trompeuses du genre que je vois en à peine quelques années pour des projets au c-v... (Drummond, Peterson presque aussi haut que la PVM, 1000 dlM aussi haut que L'Avenue me viennent spontanément à l'esprit, mais il y en a eu d'autres, notamment dans Gft!)

N'oublions pas qu'avec ces images nous nageons en pleine campagne de marketing. Ces dernières évocations visent davantage à stimuler l'imagination des éventuels acheteurs ou clients, en tentant de les faire rêver. Elles démontrent aussi la volonté de distinguer un projet précis de la myriades d'autres déjà en chantier, en embellissant un peu la réalité.  

La plupart des promoteurs le font, c'est une pratique archi utilisée dans le commerce et qui semble aussi bien fonctionner pour attirer l'attention dans l'immobilier. Bien sûr elles sont vite démasquées par des connaisseurs comme ceux sur MTLurb, bien que plusieurs se laissent encore séduire par l'idéalisation des croquis, dont le Royalmount est probablement devenu l'exemple le plus probant en la matière.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mentir comme des politiciens en campagne électorale, soit. Mais la question que je me pose, c'est pourquoi ne veulent-ils pas ou ne peuvent-ils réaliser ces projets à l'image de leurs images, s'ils ont conscience que ces images sont plus intéressantes, éloquentes et belles que le produit fini ? Ce n'est certes pas à cause d'une impossibilité technique... et la question du financement me semble ici trop réductrice. 

Modifié par 3dimensions

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, 3dimensions a dit :

Mentir comme des politiciens en campagne électorale, soit. Mais la question que je me pose, c'est pourquoi ne veulent-ils pas ou ne peuvent-ils réaliser ces projets à l'image de leurs images, s'ils ont conscience que ces images sont plus intéressantes, éloquentes et belles que le produit fini ? Ce n'est certes pas à cause d'une impossibilité technique... et la question du financement me semble ici trop réductrice. 

Les seules images trompeuses sont celles reliées à la vue sur le centre-ville.

Les autres images présentent un immeuble qui va se distinguer un peu des tours rectangulaires que l’on érigent partout en ville. Alors je dis bravo! C’est un pas timide vers quelque chose qui plaira à l’oeil, en opposition avec les cubes du Yul (qui sont avant-gardistes pour MTL). Cette tour cadre bien dans ce secteur où la diversité des hauteurs au Sud de R-L  est malheureusement trop homogène. 

Je ne sais pas si c’est planifié ainsi, mais le quinzecent sera décalé plus à l’ouest Au coin Guy & R-L. Cela fera en sorte de faire une fenêtre entre le Yul et le Quinzecent où apparaîtrait le Enticy en regardant à partir du Sud-ouest. C’est peut-être le côté intéressant: briser ce fameux mur de 120m, en prime avec un immeuble asymétrique dans ses 2 façades principales et moins haut que les autres, ce qui le fait ressortir en quelque sorte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Kevin a dit :
Citation

Article de Martin Jolicoeur

Par l’intermédiaire de Claridge, la famille Bronfman se lance dans la construction d’un tout nouveau projet de condominiums au centre-ville de Montréal.

Baptisé Enticy, le projet de 185 unités d’habitation doit se dresser sur 24 étages à l’angle du boulevard René-Lévesques Ouest et de la rue Mackay, un secteur chaud, déjà fortement investi ces dernières années par de nombreux  projets de condominiums concurrents.

Fondée en 1987 par Charles Bronfman, cette société d'investissement de Montréal représente aujourd'hui les intérêts de la famille de Stephen Bronfman. La société de gestion de portefeuille est actuellement dirigée par Pierre Boivin, ex-président du Club de hockey Canadien.

Claridge est le principal partenaire financier dans ce projet évalué à quelque 70M$. En outre, les résidents du Enticy auront comme voisins de face immédiats LeQuinzeCent, actuellement en construction à l’intersection de Guy, et les tours de YUL, deux projets de luxe du même type, menés par le Groupe Brivia et Tianqing Investment.

L’Enticy aura pour particularité principale de devoir marier un ensemble de bâtiments patrimoniaux, typiques du Golden Square Mile et du quartier Shaughnessy. Logeant actuellement un restaurant et une auberge, cette série d’anciennes résidences de luxe sera éventuellement restaurée pour abriter de nouveaux condominiums.

Les travaux doivent débuter ce printemps, en vue d’une livraison prévue deux ans plus tard, en 2021. Le prix de chaque unité variera, selon les données préliminaires, entre 286 950$ et 405 950$, avant taxes.

Claridge est accompagnée dans ce projet par Omnia Technologies, un entrepreneur en construction de Mirabel, et le cabinet d’architecture montréalais Geiger Huot, à qui l’on doit la signature de plusieurs autres projets d’importance dans ce secteur de la ville.

Claridge s’est impliquée dans quelques autres projets résidentiels d’importance au cours des dernières années. Parmi eux, citons entre autres Les Bassins du Havre et le S sur le Square, mené par Prével, et le projet Arborescence de KnightsBridge, actuellement en développement à Bromont. Il est également partenaire de nombreux projets avec Cadillac-Fairview, surtout actif dans l’immobilier commercial et industriel.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Contenu similaire

    • Par IluvMTL
      Quelle est votre préférence d'appellation pour le secteur en plein de développement au sud du boul. Rene-Levesque de chaque côté du pont Jacques-Cartier  (entre la rue Frontenac et la rue Amherst)?
      Pensez à un nom représentatif qui reunierait les secteurs.
    • Par IluvMTL
      https://www.ledevoir.com/culture/547819/le-monastere-ouvre-un-cabaret-de-cirque-dans-une-eglise
      http://le-monastere.ca/
      Le Monastère ouvre un cabaret de cirque dans une église
      [Culture]
      Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Jeudi et vendredi, les trapézistes Shannon Gélinas (sur cette photo) et Evelyne Paquin-Lanthier se produiront à l’église anglicane St. Jax, s’entortillant dans un long tissu blanc devant des vitraux emblématiques.
      Caroline Montpetit
      14 février 2019
      Culture
      Evelyne Paquin-Lanthier s’élance du haut du plafond de bois de l’église anglicane St. Jax, s’entortille dans un long tissu blanc et atterrit au sol avant de remonter par le même chemin, devant un vitrail illustrant l’Ascension. Bienvenue au Monastère, cet organisme sans but lucratif qui s’est donné pour mission de tenir des cabarets de cirque à Montréal. Depuis peu, c’est dans la vieille église montréalaise de St. Jax, rue Sainte-Catherine, que l’organisme a élu domicile.
      Rosalie Beauchamp et Guillaume Blais, les deux fondateurs du Monastère, sont tous deux issus du milieu du cirque. Après avoir bourlingué à travers le monde, ils ont senti le besoin d’offrir une scène aux artistes de cirque québécois. Ceux-ci sont invités à y présenter leurs propres créations.
      Les cabarets se succéderont au rythme d’une dizaine par année, et seront présentés par un maître de cérémonie. Jeudi et vendredi, les 14 et 15 février, on pourra notamment y voir le duo des trapézistes Evelyne Paquin-Lanthier et Shannon Gélinas. On pourra aussi y voir en première montréalaise le duo de sangles de Guillaume Paquin et Nicole Faubert, qu’ils viennent de présenter au Festival mondial du cirque de demain, à Paris. Cette semaine, c’est Joe de Paul qui sera maître de cérémonie. « C’est l’un des meilleurs clowns de Montréal », dit Guillaume Blais.
      « Montréal est qualifiée de capitale du cirque, mais il n’y a aucun artiste qui travaille ici. Les gens viennent se former ici, mais personne ne présente ses oeuvres. Même pour les grosses compagnies, 90 % du marché est à l’international », dit Guillaume Blais. « Les artistes ont créé des numéros qu’on considère comme des oeuvres d’art », dit Rosalie Beauchamp. Les cabarets du Monastère leur permettent de les présenter à l’état pur.
       Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art entre autres
      — Rosalie Beauchamp
      Mais c’est vraiment le lieu qui donne toute sa particularité à cette nouvelle édition du cabaret du Monastère. L’église de style néogothique St. Jax a été inaugurée en 1864 sous le nom de Saint-James the Apostle. À l’époque, elle était située au milieu d’un champ. Comme la plupart des églises du Québec, depuis quelques années, elle a vu le nombre de ses fidèles baisser. Plutôt que de fermer ses portes, elle a décidé de diversifier ses activités.
      « Il y a encore une messe qui est célébrée tous les dimanches », dit Rosalie Beauchamp. L’église a cependant évacué les bancs d’église de son sanctuaire pour faire place à des chaises, qui peuvent être déplacées lors de la tenue de spectacles. En fait, les bancs d’église ont même servi à la construction d’un bar, où on servira des alcools locaux lors de la tenue des cabarets du Monastère.
      « C’est encore une église fonctionnelle, dit Guillaume Blais. Mais la réalité des églises d’aujourd’hui, c’est qu’elles ne sont pas pleines et qu’il y a des coûts d’entretien. Donc plutôt que de fermer l’église et de la vendre pour que cela devienne des condos, ils ont décidé de ramener des gens de la communauté ici, par l’entremise de projets artistiques sans but religieux. »
      « Ils veulent démontrer comment on peut ramener les gens dans les églises, à travers l’art, entre autres. C’est un projet-pilote de leur côté aussi », dit Rosalie Beauchamp.
      Les deux artistes circassiens avaient d’abord eu l’idée de présenter des spectacles dans une autre église, rue Jarry, abandonnée puis démolie depuis. Ils ont présenté l’an dernier quelques éditions de leurs cabarets au Théâtre Plaza, rue Saint-Hubert, avant de s’installer pour de bon à l’église St. Jax.
      L’aménagement d’une scène de cirque en pleine église a nécessité de nombreux travaux. « Il a fallu faire venir des ingénieurs », pour assurer la transformation des lieux, dit Guillaume Blais.
      Le Monastère
      Cabaret de cirque, 14 et 15 février, église St. Jax, Montréal
       
    • Par Feanaro
      Carré Saint-Laurent

       
    • Par _mtler_
      Outremont sur la montagne - Condominiums
       
      1420, BOULEVARD MONT-ROYAL, OUTREMONT (QUÉBEC) H2V 4P3