LindbergMTL

Intelligence Artificielle - AI Montréal Plaque Tournante

Recommended Posts

Je cherche des bons forums de discussion sur l intelligence artificielle  AI.  Est-ce que quelqu’un en connaîtrait ici?

Merci d’avance.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, LindbergMTL a dit :

Je cherche des bons forums de discussion sur l intelligence artificielle  AI.  Est-ce que quelqu’un en connaîtrait ici?

C'est une très bonne question! Je n'en ai jamais vu et pourtant je suis d'assez près l'actualité de l'IA. Tout dépend aussi du type de forum que l'on recherche.

Mon impression est que les divers forums de l'IA que l'on pourrait trouver s'adressent à des spécialistes du domaine. Je ne pense pas qu'il existe de forums de discussion sur l'IA d'un niveau plus général, comme ce que l'on retrouve sur MTLUB par exemple. Du moins je n'en ai jamais vu en français ni en anglais.

Personnellement c'est l'aspect économique et industriel de l'IA qui m'intéresse le plus et j'aimerais bien trouver un réseau d'information sur Internet qui serait dédié aux activités de l'IA dans le monde, tant au niveau académique que commercial.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Artificial intelligence research leading to new applications

The Globe and Mail

AS A SOLUTION-DRIVEN TECHNOLOGY, artificial intelligence (AI) has a wide range of real-world applications, from financial services and insurance fraud detection to developing smart wearables to government decisionmaking.

It is a field where a combination of academic freedom to explore plus support from the institutions and public investments in research and advanced research computing has enabled Canada to take a leadership role, says Roseann O’Reilly Runte, president and CEO of the Canada Foundation for Innovation, an organization working to ensure Canadian researchers have the tools they need to push the frontiers of knowledge.

“Twenty years of investment in state-of-the-art infrastructure has allowed us to develop massive computing capacity in Canada,” says Dr. Runte. “This was key to developing the codes and algorithms that fuelled the ambitions of researchers like Dr. Yoshua Bengio, Dr. Geoffrey Hinton and others across the country who are world leaders in many areas of AI.”

At the Université de Montréal (UdeM), AI research and innovation takes place under the leadership of deep learning pioneer Yoshua Bengio within three organizations: Mila - Quebec Artificial Intelligence Insitute, Institute for Data Valorization (IVADO), and Laboratoire d’innovation.

“The innovation landscape is changing – everything is happening so fast, and complex problems are being tackled and generated at the same time, because of AI,” says Dr. Marie-Josée Hébert, vice-rector of research, discovery, creation and innovation at UdeM.

The innovations made possible today by AI are the stuff of science fiction. At Mila, for instance, scientists have developed computer vision-based technology to help visually impaired users get around in their homes and outside in their communities. These next-generation intelligent GPS devices can pinpoint, in real-time, sidewalks, stoplights, buildings, trees and other structures that pedestrians either need to avoid or to note as navigational markers.

“This is just one example of how AI technology like computer vision can help people with disabilities by enhancing their mobility,” says Dr. Hébert. “It’s something we’re very proud of.”

AI is doing more than accelerating innovation; it’s also transforming the way researchers work and reframing the conversation around how science should be advanced. In the past, says Dr. Hébert, scientists often worked in isolation in their labs, and it was only when their work was about to be turned into real life applications that other stakeholders would get involved.

Today, AI researchers work with scientists and academics from other disciplines, as well as with industry, government and members of the public. “It’s an approach to innovation that works to maximize the impact of new knowledge by having all stakeholders working collaboratively from different angles and at a very early stage in the process,” says Dr. Hébert. “For example, at our university, you’ll see our computer scientists working closely with scientists in the field of neuroscience, and collectively they’ll be interacting with companies, from startups to big corporations.”

UdeM’s AI scientists also work with scientists at other universities and colleges in Canada and beyond, adds Dr. Hébert. These other schools include McGill University, University of Toronto, Oxford University, Peking University and Université de Genève.

“We need to join forces with other institutions and stakeholders who, like us, are working to increase the capacity of AI to improve people’s lives,” says Dr. Hébert.

Dr. Runte agrees, “At its core, AI needs to bring together researchers from many disciplines to determine how these tools can be used in a way that is most beneficial to society. This includes social scientists who can examine the ethical, legal and social impacts of the technology.”

Because of its transformative power and its ability to support and supplant decision-making by humans, AI needs to be developed within a carefully considered ethical and regulatory framework, says Dr. Hébert. Towards this end, UdeM held comprehensive public consultations and discussions to create the Montreal Declaration for a Responsible Development of Artificial Intelligence.

Launched last December, the Montreal Declaration addresses the ethical challenges and social risks posed by autonomous systems and sets out 10 principles to guide the development of AI towards “morally and socially desirable ends.”

Dr. Hébert says the declaration was entirely a group effort involving such groups as scientists, sociologists, legal experts and philosophers, working together with members of the public. So far 1,374 citizens and 41 organizations have signed the Montreal Declaration, which has also caught the attention of researchers and policy-makers outside Montreal.

“The declaration has become a guide for innovation and part of the toolkit for AI,” says Dr. Hébert. “Other countries want to see the Montreal model, so we have a large number of visitors from Europe and Asia who want to see how our model is developing. We’re glad to see that people are paying attention, because AI is here, and we all need to be proactive in providing a clearer landscape for this field.”

https://www.theglobeandmail.com/business/adv/article-artificial-intelligence-research-leading-to-new-applications/

Google Brain.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By ScarletCoral
      Excellent reportage ce matin à la radio à l'émission de Desautels le dimanche : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/desautels-le-dimanche/segments/reportage/108311/de-californie-montreal-toronto-residence-permanente-canada-compagnie-technologique-cerveau-recrutement-marie-laure-josselin
      J'espère que le projet de loi 9 du gouverment Legault ne va pas freiner l'arrivée de ces talents à Montréal au profit de Toronto... 
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1156037/silicon-valley-trump-etats-unis-technotalents-indiens-toronto-canada
      Quitter la Silicon Valley pour le rêve canadien
      Publié le vendredi 1 mars 2019 à 16 h 49
      Mis à jour aujourd'hui à 4 h 52
      Marie-Laure Josselin
      Déçus par les lois anti-immigration, inquiets des politiques de Trump et du coût de la vie dans la Silicon Valley, les talents de la techno et de l'intelligence artificielle sont de plus en plus nombreux à s'installer au Canada.
      À chaque déclaration sur les immigrants aux États-Unis, le trafic sur le site Movnorth de Vikram Rangnekar s’emballe et atteint des pics. « Depuis deux ou trois ans, l’intérêt pour le Canada a bondi », explique ce citoyen indien installé à Toronto depuis 2016.

      Son site donne de l’information sur la vie au Canada et sur les processus d’immigration, et met en relation les « technotalents » et les compagnies intéressées par ces migrants hautement qualifiés.
      Vikram Rangnekar a eu l’idée de lancer ce site après avoir multiplié les conseils et répondu à des milliers de courriels. L’ancien ingénieur de logiciels chez LinkedIn, dans la Silicon Valley, a lui-même quitté le rêve américain pour s’installer au Canada. Pourtant, tout allait plutôt bien : un bon travail et une famille avec un jeune enfant.

      « Je voulais plus de liberté en général, plus de temps avec mes enfants et pouvoir expérimenter mes idées pour créer une entreprise, mais j’avais un visa de travail, le H1-B, qui est très restrictif », raconte Vikram Rangnekar.
      « Je pouvais demander la carte verte, mais le processus est très long pour quelqu’un qui est né en Inde. Ces 10 dernières années, l’attente n’a cessé d’augmenter. Les gens parlent de 20 ans, voire plus. » - Vikram Rangnekar.
      Trump instigateur de l'exode des cerveaux
      L’arrivée de Donald Trump et ses multiples projets pour réformer l’immigration aux États-Unis a aggravé la situation. Selon l’association américaine des avocats en immigration, les délais de traitement des dossiers ont globalement augmenté de 46 % au cours des deux dernières années. Et 2017 a été l’année où le taux d’approbation du H1-B a été le plus bas depuis au moins une décennie.

      Pourtant, selon le Pew Research Center, ce sont essentiellement des personnes ultraqualifiées dans les domaines de la science, de la technologie ou encore de l’ingénierie qui en font la demande. Et plus de la moitié sont des Indiens.

      Lassés d’attendre et, pour certains, mal à l'aise avec la situation sociale, ils se tournent vers le Canada. Vikram Rangnekar confirme que 90 % des talents qui viennent sur son site sont aux États-Unis.

      Les chiffres de Statistique Canada ne laissent d’ailleurs planer aucun doute : depuis la création du programme Stratégie en matière de compétences mondiales, en juin 2017, les citoyens indiens provenant notamment des États-Unis ont monopolisé la moitié des visas temporaires, qui peuvent être délivrés en deux semaines.

      Dans son bureau de Montréal, Stéphane Duval, avocat spécialisé en travail et en immigration au cabinet McCarthy Tétrault, a constaté cette recrudescence.

      Un de ses clients par exemple, « une entreprise bien en vue », a transféré au cours de la dernière année des candidats au Canada, parce que « les gens là-bas avec un visa de travail préfèrent déménager, considérant la situation politique canadienne et l’américaine ».
      « Je pense que Donald Trump aide beaucoup de pays à aspirer les cerveaux américains ». Dans les bureaux de Sensibill où il est responsable du développement de l’entreprise émergente, l’Américain Adam Mullen est catégorique. Les compétences des « technotalents » sont très demandées.

      Il y a deux ans, Adam Mullen a quitté son pays pour les Pays-Bas. Il voulait s’éloigner « de cette atmosphère politique étrange qu’il y avait et qu’il y a toujours aux États-Unis ». Avec sa conjointe, il voulait aussi une meilleure qualité de vie. Après quelque temps, il a eu le mal du pays. Mais pas question de retourner sur sa terre natale. Il est plutôt venu s’installer à Toronto.
      L’effervescence techno du Canada
      « Le président au sud de la frontière nous a fait la meilleure campagne de publicité pour le Canada, sans qu’on ait besoin de le payer », lance le Québécois Sylvain Carle, un ex-employé de Twitter, en Californie, revenu en 2014 pour se joindre à Real Ventures, un fonds d’investissement capital de risques.
      « Son arrivée au pouvoir, avec ses discours anti-immigration, avec un resserrement, a créé beaucoup d’inquiétudes, et cette incertitude nous sert très bien au Canada, parce qu’on est prêts maintenant. » - Sylvain Carle, de Real Ventures
      « Toronto, Kitchener, Waterloo, c’est comme la nouvelle Silicon Valley canadienne », lance Joshua Lé, associé d’affaires chez Techstars, un accélérateur d’entreprises émergentes à Toronto.

      Dans cette ancienne usine à textile, en plein cœur du centre, des bureaux lumineux sont encore vides. À l’entrée, un compteur roule.
      Dans deux jours, 65 personnes de dix entreprises émergentes de la Lituanie, du Nigeria, de l’Ukraine, de la Chine et des Pays-Bas vont s’installer pour développer leur compagnie.

      Car Toronto s’est hissé pour la première fois dans le top 5 des meilleurs marchés pour les « technotalents » en prenant la quatrième place en Amérique du Nord. C’est même le marché technologique à croissance la plus rapide pour la deuxième année consécutive, selon le rapport annuel Scoring Tech Talent de CBRE.
      Les villes qui attirent le plus de travailleurs techno
      En Amérique du Nord : https://mapping.cbre.com/maps/Scoring-Tech-Talent-2018/Analyzer/

      La Ville Reine a créé plus d’emplois dans le secteur en 2017 que la baie de San Francisco, Seattle et Washington combinés.
      Attrait et perte de « technotalents »
      En 2018, Toronto a attiré 55 000 « technotalents » contre 46 500 dans la baie de San Francisco. Washington en a perdu 48 200, Boston 38 500, et Los Angeles 25 100. Vancouver en a gagné 5800, Montréal 4100, et Ottawa 382.
      Ottawa, Montréal et Vancouver font aussi partie du top 25. Mark Maclean, directeur principal pour les Amériques et l’entrepreneuriat à Montréal International, se souvient qu’il y a trois ans, lorsqu’il allait recruter dans la Silicon Valley, quand il évoquait Montréal, on lui parlait plutôt de Toronto et de Vancouver.
      « Dans ma première mission, je cognais aux portes pour demander aux gens de me rencontrer. Maintenant, les gens nous appellent. J’ai eu trois appels cette semaine de grandes entreprises dans l’intelligence artificielle qui s’intéressent à Montréal. » -Mark Maclean, de Montréal International
      Faciliter l’entrée au Canada
      Le gouvernement canadien a compris que favoriser l’entrée au pays de ces talents était une option gagnante. Techstars est, par exemple, une compagnie désignée, « ce qui nous permet d’aider et d’accélérer le processus d’immigration de cinq personnes par entreprise émergente pour qu'elles obtiennent la résidence permanente, si elles sont intéressées », explique le gestionnaire de programme de la compagnie Tariq Haddadin.
      « Cela comprend la relocalisation de leur compagnie, c’est-à-dire l’incorporation de leur compagnie au Canada. Alors, on gagne les talents, on récupère l'incorporation de la compagnie. Donc, on pense que c'est gagnant-gagnant [...] et que ça devient un avantage pour nous, en tant que pays. » - Tariq Haddadin. gestionnaire de programmes chez Techstars, à Toronto
      Entrée express, stratégie en matière de compétences mondiales, visa pour démarrage d’entreprises… Le gouvernement a mis en place plusieurs programmes pour faciliter l’entrée des « technotalents » au Canada.

      Après avoir d’abord considéré la Silicon Valley, Adomas Baltagalvis et quatre amis de la jeune entreprise lituanienne Eddy Travels arrivent à Toronto. Le coût de la vie élevé aux États-Unis, combiné à l’effervescence du milieu à Toronto, fait qu’ils ont trouvé « plus intéressant de venir au Canada ». Adomas souhaite d’ailleurs que son voyage de trois mois se prolonge en années.
      Attirer les étudiants étrangers
      Quand on parle de talents, il ne faut pas oublier les étudiants, comme Gautam Bhattacharya, qui fait un doctorat en ingénierie électrique à l’Université McGill. Il a d’abord postulé aux États-Unis, car pour « tout ingénieur indien, le rêve c’est la Silicon Valley », mais à cause des coûts des études, il s’est installé à Montréal.

      Un choix qu’il ne regrette pas huit ans plus tard, « surtout avec ce qui s’est récemment passé en politique américaine ».

      Dans une tribune, Anne O. Krueger, une ancienne économiste en chef et professeure d’économie internationale de l’Université John Hopkins, s’interroge même sur le fait que, depuis 2016, le nombre d’étudiants étrangers aux États-Unis ne cesse de chuter. Une décroissance qui ne s’explique pas uniquement par le coût plus élevé des études et l’attractivité des autres universités dans le monde. Selon elle, l’administration de Donald Trump y joue un grand rôle, en raison des visas de plus en plus difficiles à obtenir et d'une atmosphère inhospitalière.

      Les universités canadiennes pourraient en profiter. Rien qu’à McGill, le nombre d’étudiants étrangers inscrits en sciences informatiques a bondi de 79 % depuis 2016.
      Gautam est étonné d’avoir rapidement eu l’impression que Montréal était sa maison. Et s’il n’a pas encore totalement fait une croix sur son rêve de travailler dans la Silicon Valley, il assure que ce qui se passe aux États-Unis le rebute. Sa conjointe, Geneviève Allard-Duquette, raconte d’ailleurs avoir vu « l’évolution de ses rêves, qui se sont tournés vers le Canada ». Mais ce qui se passe ici joue dans la balance, car le dossier de Gautam est l’un des 18 000 mis sur pause par le gouvernement québécois, une nouvelle qui vient brasser à nouveau les cartes de son avenir.
       
       
    • By ToxiK
      Une idée intéressante d'Énergir annoncée il y a quelques jours.  Je n'ai pas vu de fil à ce sujet.  Ça semble être une bonne idée.  Évidement, si on consomme notre propre gaz plutôt que d'importer celui de l'Alberta, on nous aimera encore moins et on nous accusera de ne penser qu'à nous...  Mais dans les faits, ça pourrait rapporter gros au Québec tout en nous permettant de revaloriser nos déchets et de diminuer nos importations en gaz naturel.
      https://www.lapresse.ca/affaires/economie/energie-et-ressources/201902/06/01-5213711-gaz-naturel-renouvelable-une-solution-a-20-milliards.php
    • By mtlurb
      Une centaine d'emplois de plus chez CMC Électronique
       
       
      25 septembre 2007 - 06h00
      La Presse
      Marie Tison
      Atlanta
      Grossir caractèreImprimerEnvoyer
       
      Propulsée en partie par l'aviation d'affaires, CMC Électronique poursuit son essor. La société montréalaise, filiale de l'entreprise américaine Esterline, devra engager une centaine de personnes au cours des 18 prochains mois pour faire face à la croissance.
       
      «Nous avons augmenté nos effectifs de 25% au cours des trois dernières années, soit 250 personnes, a déclaré le président et chef de la direction de CMC, Jean-Pierre Mortreux, lundi à Atlanta, à la veille de l'ouverture du congrès annuel de la National Business Aviation Association (NBAA). Nous avons maintenant 1250 employés. Nous prévoyons embaucher 100 personnes de plus au cours de la prochaine année et demie.»
       
      À l'heure actuelle, l'aviation d'affaires ne représente que 15% du chiffre d'affaires de CMC, une entreprise qui se spécialise dans l'avionique, soit les produits de haute technologie que l'on retrouve dans les cabines de pilotage.
       
      Les revenus de CMC liés à l'aviation d'affaires ont toutefois triplé au cours des trois dernières années, ce qui donne une idée de la croissance de ce secteur.
       
      «L'aéronautique se porte bien, et l'avionique est en pleine progression, a indiqué M. Mortreux. Nous avons de la croissance dans tous les domaines, mais elle est plus forte dans l'aviation d'affaires parce que nous avons proposé des produits très importants.»
       
      En fait, l'avionique est devenue un des principaux arguments de vente des grands manufacturiers d'avions d'affaires. Bombardier a ainsi organisé une grande cérémonie lundi à Atlanta pour présenter le nouveau poste de pilotage de ses appareils les plus coûteux, le Global Express XRS, un appareil de catégorie Très long courrier, et le Global 5000, un appareil de la catégorie Grande dimension.
       
      «Nous vous présentons le poste de pilotage de l'avenir», a lancé le président de Bombardier Avions d'affaires, Pierre G. Côté, devant un grand parterre d'invités et de journalistes.
       
      M. Côté s'est joint au président de Bombardier Aéronautique, Pierre Beaudoin, et au premier client du Global Express ainsi amélioré, le président de London Air Service, Wynne Powell, pour dévoiler la maquette du poste de pilotage, bouteilles de champagne à la main.
       
      Le nouveau poste de pilotage, particulièrement luxueux avec ses sièges de cuir, comprend des instruments trèsperfectionnés.
       
      CMC fait partie intégrante de ce nouveau poste de pilotage: le Global Express et le Global 5000 pourront ainsi compter sur le système de vision en vol améliorée de CMC et sur son organiseur électronique de vol.
       
      Le système de vision en vol améliorée permet aux pilotes de naviguer et d'atterrir dans des conditions de visibilité difficile. Quant à l'organiseur de vol, il remplace les lourdes serviettes de documents que les pilotes doivent transporter à bord.
       
      Il s'agit d'un petit appareil électronique qui comprend les cartes, les listes de vérifications et même les conditions météorologiques en tant réel.
       
      «Bombardier n'avait pas encore pris position, elle laissait ses clients choisir eux-mêmes le fournisseur d'organiseur de vol, a commenté M. Mortreux. Maintenant, nous sommes le fournisseur recommandé.»
       
      CMC a enregistré d'autres progrès auprès de Bombardier. L'avionneur montréalais a ainsi choisi le système de vision en vol amélioré de CMC pour son nouveau Challenger 605. CMC a aussi profité du congrès de la NBAA pour annoncer qu'ATR (Avions de transport régional) avait choisi son organiseur de vol pour ses turbopropulseurs régionaux.
       
      M. Mortreux a noté lundi que CMC avait entrepris d'élargir ses horizons en allant au-delà de la conception de produits: elle a commencé à offrir des services d'intégration de produits d'avioniques dans les cabines de pilotage.
       
      Elle a déjà obtenu des contrats d'intégration dans le domaine de la défense, mais elle entend maintenant s'attaquer à l'aviation d'affaires avec ces services.
       
      «C'est la nouvelle frontière», a déclaré M. Mortreux.