Jump to content

Oeuvre publique à partir des voitures de métro


Recommended Posts

Pinned posts
Citation

 

Transformer des portes de métro en… tube digestif

Par Zacharie Goudreault Métro 
michel-de-broin01.jpg?w=618&h=408&crop=1 Josie Desmarais/Métro Michel de Broin

En plein milieu du centre-ville de Montréal, une création artistique construite à l’aide de portes de voitures de métro désuètes et de composantes électroniques permet aux passants de pénétrer dans un environnement simulant un tube digestif à l’oeuvre. Entrevue avec Michel de Broin, qui a réalisé l’oeuvre participative Seuils.

«Le spectateur est mangé par l’oeuvre, digéré par l’oeuvre, qui se comporte comme un oesophage qui absorbe ceux qui approchent», a imagé à Métro l’artiste montréalais qui, au cours des deux dernières décennies, a réalisé une cinquantaine d’expositions solo dans le monde ainsi qu’une trentaine d’expositions dans la métropole. L’oeuvre, composée de 16 portes provenant de vieilles voitures MR-63, est située en face du pavillon J.-A.-De Sève de l’Université du Québec à Montréal, au coin des rues Sanguinet et Sainte-Catherine Est.

La création artistique, qui entre en fonction mercredi, permet aux citoyens de marcher au travers de chaque porte, qui «s’ouvre quand on avance» grâce à des censeurs installés dans la structure. Les portes de métro sont liées entre elles par une structure en aluminium et les citoyens traversent les portes bleues et noirs de l’oeuvre en marchant en ligne droite sur une surface plane surélevée. «On se retrouve dans une mise en abîme. Les portes créent une répétition. On voit quelqu’un qui entre et qui sort de l’oeuvre», a expliqué l’artiste dans la fin quarantaine.

L’oeuvre participative Seuils fait partie de l’exposition à ciel ouvert KM3, un parcours d’art public situé sur le territoire du Quartier des spectacles, dans le centre-ville de la métropole. Jusqu’au 15 octobre, plus d’une vingtaine d’oeuvres confectionnées par une trentaine d’artistes québécois et internationaux seront offertes au regard des passants.

«Les gens vont apprendre tranquillement à la connaître et à l’apprécier», a expliqué Michel de Broin au sujet de sa création, qui selon lui prendra un sens pour les passants qui sauront «faire un effort pour comprendre l’oeuvre et entrer dans l’oeuvre». Selon lui, les citoyens seront «réceptifs» et s’identifieront à l’oeuvre «à cause des portes de métro», qui font partie du quotidien de milliers de Montréalais.

michel-de-broin02.jpg?

«Je n’ai pas de problème à ce que les gens aiment ou n’aiment pas l’oeuvre. L’important, c’est son existence.» -Michel de Broin, un artiste montréalais de renommée internationale

Patrimoine
La Société de transport de Montréal (STM), qui procède depuis l’an dernier au remplacement des voitures MR-63 par des voitures Azur, a accepté de livrer les portes et leurs mécanismes d’ouverture et de fermeture à Michel de Broin pour la réalisation de son oeuvre. Afin d’être éligibles à recevoir les pièces des vielles voitures de métro, construites au début des années 1960, les artistes intéressés doivent démontrer que leur projet aura un caractère public et collaboratif et qu’il mettra en valeur ce matériel ayant un caractère patrimonial.

«Ce qui est intéressant dans cette aventure-là, c’est de montrer qu’on vit dans un monde extrêmement complexe. C’est bien de reprendre des éléments techniques qui ont été fabriqués [il y a plus 50 ans] et de leur donner une nouvelle vie», a déclaré l’artiste, qui considère que sa création artistique «isole des éléments historiques qui ont été en oeuvre pendant près de 60 ans. Ça permet à cette histoire de continuer, car les voitures MR-63 seront détruites». Par ailleurs, afin d’assurer la pérennité de ces pièces matérielles, qui représentent une partie du patrimoine montréalais, l’oeuvre «a été conçue pour pouvoir se démonter et être réinstallée dans des musées» à Montréal et ailleurs dans le monde.

Défis techniques
«La STM m’a remis les portes en pièces détachées et sans mode d’emploi. J’ai dû refaire fonctionner les moteurs. Quand on prend des pièces d’une autre époque, il faut s’adapter et faire de la recherche», a détaillé M. de Broin. Au cours des six derniers mois, l’artiste affirme avoir travaillé 70 heures par semaine pour réaliser ce projet inédit avec l’aide d’autres artistes et de techniciens. «C’était complexe. Juste pour faire l’entretien des portes, la STM donne un entraînement de 3 ans [à ses employés]. On n’a pas eu trois ans [pour apprendre à] faire fonctionner ce dispositif-là», qui comporte de nombreuses pièces électroniques, a-t-il précisé.

En plus de réalisé l’oeuvre Seuils, l’artiste a également créé Dendrites, une immense sculpture en escalier construite en acier et ayant la couleur et la forme d’un arbre. Cette création, qui est un «éloge à la marche» et à la nature, a été commandée par la Ville de Montréal dans le cadre du 375e anniversaire de la métropole et se situe dans le seuil nord du projet Bonaventure, de part et d’autre de la rue Notre-Dame Ouest.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Sincèrement... je suis passé devant cette oeuvre. Elle ressemble davantage à des stalles animales ou à des petit enclos destinés à accueillir des toilettes publiques ou des buveurs compulsifs...

 

Edited by Ju HG
Link to comment
Share on other sites

''une création artistique construite à l’aide de portes de voitures de métro désuètes et de composantes électroniques permet aux passants de pénétrer dans un environnement simulant un tube digestif à l’oeuvre.''

Comment dire poliment aux gens qu'ils sont de la merde ? Merci l'art-tiste !

 

Link to comment
Share on other sites

L'art contemporain détourne parfois des objets usuels de leur fonction première. Reste ensuite l'interprétation que choisit l'artiste et qu'il faut généralement prendre au sens large. En fait libre à chacun d'interpréter son expérience comme il veut. Je vois personnellement une oeuvre qui se veut ludique et on verra bien à l'usage si elle sera durable et surtout appréciée. 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, Rocco a dit :

Quelle horreur. Et il y en a qui appellent ça de l'art. Mais c'est le même gars qui a fait Dendrite alors on comprend mieux.

Dendrite, c'est mieux Rocco. Il y a au moins dans Dendrite un "travail de conceptualisation" et de "conception"... Je suis un peu généreux, mais c'est quand même ça. Ici le gars se répète 12 fois. Douze ? Pourquoi 12, et 12 "seuils"? Le seuil de la porte ? Le seuil de la mort ? Le seuil de rentabilité ? Douze fois ? Les douze mois de l'année ? Les douze apôtres ? Je ricane, mais ça ne me fait pas rire du tout. Combien d'argent public dépensé pour cette "oeuvre"? J'aimerais bien que notre ami acpnc commente sur ce coup-ci...  Retenez bien la symbolique : le 12. Chiffre chanceux pour "l'artiste" subventionné...

Edited by ferraro
Link to comment
Share on other sites

Il y a 11 heures, ferraro a dit :

Dendrite, c'est mieux Rocco. Il y a au moins dans Dendrite un "travail de conceptualisation" et de "conception"... Je suis un peu généreux, mais c'est quand même ça. Ici le gars se répète 12 fois. Douze ? Pourquoi 12, et 12 "seuils"? Le seuil de la porte ? Le seuil de la mort ? Le seuil de rentabilité ? Douze fois ? Les douze mois de l'année ? Les douze apôtres ? Je ricane, mais ça ne me fait pas rire du tout. Combien d'argent public dépensé pour cette "oeuvre"? J'aimerais bien que notre ami acpnc commente sur ce coup-ci...  Retenez bien la symbolique : le 12. Chiffre chanceux pour "l'artiste" subventionné...

ferraro ton commentaire est ultra pertinent puisque ta réflexion va déjà dans le bon sens pour comprendre en partie le message de l'artiste. Reste ensuite à donner libre cours à tes émotions dans un sens ou dans l'autre et l'action sera complétée avec une conclusion toute personnelle et légitime. 

Disons que l'art moderne est une sorte d'interprétation de la réalité, c'est inventer une fonction qui n'a pas la nécessité d'être supportée par la logique. L'art c'est aussi agir librement avec les matériaux et leur faire porter un message particulier, exprimer une intention, suggérer un usage ou tout simplement réinventer un concept.

Bien sûr rien ne dit que l'artiste touchera au but à chaque occasion, car l'art contemporain évolue souvent en dehors des cadres conventionnels. Il n'obéit pas non plus a un devoir essentiel d'esthétisme, mais plutôt surprendre ou mystifier l'observateur pour l'amener au-delà de ses propres repères.

On comprendra que le champ des possibles est vaste et illimité et que chaque créateur a en quelque sorte carte blanche, tout en portant le fardeau de l'appréciation ou de la reconnaissance de son oeuvre. On peut dire finalement qu'une fois réalisée, sa composition ne lui appartient plus vraiment, elle sera aimée ou honnie, admirée ou rejetée instinctivement sans qu'il n'y ait vraiment de tort de part et d'autre.

Il est vrai que l'art contemporain peut être parfois difficilement accessible pour certaines personnes. Puisqu'il oblige dès le départ à une certaine ouverture d'esprit et exige une forme de curiosité naturelle libre de préjugés. On nage souvent en pleine abstraction, où l'intuition devient nécessaire pour comprendre et apprécier autant l'oeuvre comme la démarche artistique (les deux étant la plupart du temps inséparables).

Pas évident j'en conviens. Finalement je dirais que comme toute discipline, une éducation est possible par une approche guidée et une sensibilité qui se développera principalement avec l'expérience. De mon côté j'ai toujours aimé l'art sous toutes ses formes, que ce soit la littérature, la musique, l'architecture et les arts plastiques comme les arts appliqués.

J'ai personnellement découvert l'art contemporain à Expo 67 à la Cité du Havre. Puis j'ai visité tous les symposiums et les événements artistiques qui ont pris place à Montréal sur le sujet (dont les fameux 100 jours d'art contemporain) durant des décennies jusqu'à aujourd'hui. Mes nombreux voyages ont aussi aidé à varier mes sources et à parfaire mon appréciation.

J'en conclus qu'à l'instar de l'art classique, l'art contemporain est basé sur une capacité de sensibilité personnelle. Il nous oblige généralement à aller au-delà du médium pour percevoir autre chose déjà caché dans l'oeuvre, certaines relèvent d'ailleurs carrément du génie. Mais comme dans toute démarche de création, il y a plusieurs niveaux d'achèvement. En conséquence l'observateur aura toujours raison dans son jugement, puisqu'il n'engage que lui-même par son accueil favorable ou son rejet définitif.  

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, acpnc a dit :

ferraro ton commentaire est ultra pertinent puisque ta réflexion va déjà dans le bon sens pour comprendre en partie le message de l'artiste. Reste ensuite à donner libre cours à tes émotions dans un sens ou dans l'autre et l'action sera complétée avec une conclusion toute personnelle et légitime. 

Disons que l'art moderne est une sorte d'interprétation de la réalité, c'est inventer une fonction qui n'a pas la nécessité d'être supportée par la logique. L'art c'est aussi agir librement avec les matériaux et leur faire porter un message particulier, exprimer une intention, suggérer un usage ou tout simplement réinventer un concept.

Bien sûr rien ne dit que l'artiste touchera au but à chaque occasion, car l'art contemporain évolue souvent en dehors des cadres conventionnels. Il n'obéit pas non plus a un devoir essentiel d'esthétisme, mais plutôt surprendre ou mystifier l'observateur pour l'amener au-delà de ses propres repères.

On comprendra que le champ des possibles est vaste et illimité et que chaque créateur a en quelque sorte carte blanche, tout en portant le fardeau de l'appréciation ou de la reconnaissance de son oeuvre. On peut dire finalement qu'une fois réalisée, sa composition ne lui appartient plus vraiment, elle sera aimée ou honnie, admirée ou rejetée instinctivement sans qu'il n'y ait vraiment de tort de part et d'autre.

Il est vrai que l'art contemporain peut être parfois difficilement accessible pour certaines personnes. Puisqu'il oblige dès le départ à une certaine ouverture d'esprit et exige une forme de curiosité naturelle libre de préjugés. On nage souvent en pleine abstraction, où l'intuition devient nécessaire pour comprendre et apprécier autant l'oeuvre comme la démarche artistique (les deux étant la plupart du temps inséparables).

Pas évident j'en conviens. Finalement je dirais que comme toute discipline, une éducation est possible par une approche guidée et une sensibilité qui se développera principalement avec l'expérience. De mon côté j'ai toujours aimé l'art sous toutes ses formes, que ce soit la littérature, la musique, l'architecture et les arts plastiques comme les arts appliqués.

J'ai personnellement découvert l'art contemporain à Expo 67 à la Cité du Havre. Puis j'ai visité tous les symposiums et les événements artistiques qui ont pris place à Montréal sur le sujet (dont les fameux 100 jours d'art contemporain) durant des décennies jusqu'à aujourd'hui. Mes nombreux voyages ont aussi aidé à varier mes sources et à parfaire mon appréciation.

J'en conclus qu'à l'instar de l'art classique, l'art contemporain est basé sur une capacité de sensibilité personnelle. Il nous oblige généralement à aller au-delà du médium pour percevoir autre chose déjà caché dans l'oeuvre, certaines relèvent d'ailleurs carrément du génie. Mais comme dans toute démarche de création, il y a plusieurs niveaux d'achèvement. En conséquence l'observateur aura toujours raison dans son jugement, puisqu'il n'engage que lui-même par son accueil favorable ou son rejet définitif.  

Tu me fais parfois rire, acpnc, et cette fois je ris de bon coeur. En passant, j'ai cru percevoir une pointe d'ironie au début de ton commentaire (mais ce n'est pas très grave), comme si j'avais à éduquer mon goût et à développer ma sensibilité à l'égard de l'art en général, et notamment de l'art dit "contemporain". C'est très chic de ta part de penser à moi, de vouloir faire mon éducation, mais mon éducation justement dans ce domaine est déjà faite.

Cela dit, ce n'est pas ton commentaire assez général et didactique sur l'art contemporain (merci le professeur), comme si tu t'adressais à des étudiants en arts plastiques, en 1ère année, à l'UQAM, qui va modifier mon "appréciation" de "Seuils". Pour moi, cette "oeuvre" n'est qu'une fumisterie, et si des deniers publics ont servi à payer ça, disons que ça pose problème.

En terminant, acpnc, je ne faisais que me moquer dans mon commentaire, avec raison je crois, de "Seuils", que je considère comme une non-oeuvre. Ce n'était pas un travail d'interprétation, c'était de la dérision. En d'autres mots, je dénie à "Seuils" le nom "d'oeuvre". Ce qui est mon droit le plus absolu. Suis-je assez clair ?Tu devrais mieux me lire à l'avenir, car tu n'as visiblement pas compris le sens de mon commentaire précédent.

Edited by ferraro
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      REM de l'est
      Je propose de créer un nouveau fil pour ce projet sorti de nulle part cet après-midi.
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/1655839/quebec-allonge-15m-pour-etudier-de-grands-projets-de-transport-collectif/
      "de même que l’extension du Réseau express métropolitain (REM) dans l’emprise du train de l’Est."
    • By ChrisDVD
      Réseau express métropolitain (REM) phase 1

      26 stations / 67 km
      Liens utiles :
      http://www.rem.info/ http://www.nouvlr.com/ https://surlesrails.ca/ https://www.devisubox.com/dv/dv.php5?pgl=Project/interface&dv_pjv_sPjvName=Reseau Express Metropolitain https://www.youtube.com/channel/UCRulWJrtFo8KNxr-2FgILhQ https://twitter.com/REMgrandmtl https://www.instagram.com/rem_metro/ https://www.facebook.com/REMgrandmtl/
      TRAINS
      Voiture de type métro léger, électrique Flotte de 212 voitures Alstom Metropolis Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout) Configuration entre deux voitures de type "boa" Alimentation électrique par caténaire Systèmes et conduite automatisée des trains Vitesse maximale de 100 km/h STATIONS / GARES
      Quais d'environ 80 m de long Portes palières sur les quais Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture Accès universel Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo Wi-Fi offert sur toute la ligne Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle ---
      Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
      https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/
       
       
       
    • By Nameless_1
      La Ville de Montréal dévoile sa programmation hivernale
      26 novembre 2020 | mise à jour le: 26 novembre 2020 à 17:14 temps de lecture: 5 minutesPar:  Zacharie GoudreaultMétro

      De nouvelles places publiques, des sentiers mieux entretenus dans les parcs, des patinoires: la Ville de Montréal a présenté jeudi sa programmation hivernale. Elle espère ainsi inciter les Montréalais à «bouger en sécurité» au cours des prochains mois, tout en stimulant l’achat local.
      La pandémie, combinée aux journées plus courtes et grises qui marquent l’arrivée de l’hiver, ont affecté le moral des citoyens, constate la mairesse de Montréal, Valérie Plante.
      «Il y a cette fatigue qui s’installe et qui est plus difficile pour certaines personnes. C’est un climat qui est assez anxiogène», a-t-elle souligné jeudi après-midi lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville. Elle a alors présenté la programmation hivernale 2020-2021 de la Ville de Montréal.
      ...
      Des stations hivernales
      Ce plan prévoit notamment l’aménagement de 25 stations hivernales dans 17 arrondissements de la métropole au cours des prochaines semaines. Celles-ci prendront forme près d’artères commerciales, voire sur celles-ci, afin d’inciter les Montréalais à aller faire leurs emplettes dans les commerces locaux. Ces petites places publiques seront lumineuses afin d’attirer le regard.
      ...
      Pas pour se réchauffer
      Afin d’éviter que ces petites places publiques deviennent des lieux de rassemblements, aucune programmation d’activités culturelles ou ludiques ne sera mise en place pour ces lieux. Par ailleurs, les stations hivernales ne seront pas chauffées.
      ...
      Plus d’activités dans les grands parcs
      Le programme prévoit par ailleurs la création de nouvelles patinoires, dont une au square Cabot et une seconde au parc Jean-Drapeau. Ce dernier accueillera également une glissade, de même que de nouveaux kilomètres de sentiers pédestres et d’autres dédiés aux fat bike et au ski de fond, entre autres.
      Par ailleurs, bien que la Fête des neiges n’aura pas lieu cette année au parc Jean-Drapeau, plusieurs activités gratuites y seront offertes à partir du 19 décembre, assure la Ville. Cette programmation proposera notamment la découverte d’un sentier historique en raquettes et une exposition extérieure baptisée «Océans».
      ...
      Contrôler l’achalandage
      La Ville entend d’ailleurs s’assurer de surveiller les grands parcs cet hiver pour en limiter l’achalandage. Cet été, l’administration municipale a notamment dû fermer le stationnement du parc du Mont-Royal à plusieurs reprises parce que trop de personnes s’y sont rendues les jours de beau temps.
      «Il y a le mont Royal, mais il y a d’autres endroits. C’est ce que je veux dire aux Montréalais.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal
      https://journalmetro.com/actualites/montreal/2583376/la-ville-de-montreal-devoile-sa-programmation-hivernale/
       
    • By IluvMTL
      http://www.vieux.montreal.qc.ca/accueil.htm
      [
       
      Visite éclair Grand tour en 150 images Des siècles d'histoire Plan lumière Découverte de la fortification de Montréal Trois courts métrages : L'archéologie montréalaise en vedette sur You Tube
       
      Musées, attraits et espaces publics Vieux-Port de Montréal Calendrier des activités et expositions
       
      Carte officielle et circuit lumière Cartes, localisation et accès Informations touristiques Autobus 715 – Vieux-Montréal / Vieux-Port / Centre-Ville Hôtels et auberges Shopping et divertissement Carte des stationnements
      dans le Vieux-Montréal et environs Carte pour les autobus touristiques  
      Galerie de photos Communiqués  
      Guide pour la réalisation de travaux Portrait socio-économique Sondage auprès des clientèles Le Vieux-Montréal en calèche :
      manuel de formation pour les cochers  
       
      Projet de plan de protection et de mise en valeur
      du Vieux-Montréal Réaménagement de la place d'Armes 2009-2012 Vision Vieux-Montréal 2017 La Table de concertation du Vieux-Montréal, une interface efficace Imaginer la place d'Armes Plaque tournante montréalaise Déclaration de Montréal lors de la 8e Conférence mondiale des villes historiques Site de la Ville de Montréal sur le patrimoine architectural Aménagement du square des Frères-Charon Entente sur le développement culturel
      de Montréal Sites internet complémentaires  
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value