Jump to content

delson Viva-cité - 7 étages (2018)


mtlurb
 Share

Recommended Posts

Pinned posts
  • Administrator

Viva-Cité - Delson

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.

Citation

Emplacement: boulevard Georges-Gagné Sud, sur une partie du site de la Plaza Delson
Hauteur en étages: 7
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: Habitations Trigone 
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: 
Site internet: http://habitationstrigone.com/appartements-a-louer/delson/viva-cite-delson/
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: 191 unités pour personnes âgées

 

Link to comment
Share on other sites

  • Administrator

LOCALISATION DU PROJET 
Ce projet se situe sur le boulevard Georges-Gagné Sud, sur une partie du site de la Plaza Delson.

TYPE DE PROJET 
Développement résidentiel – résidence pour personnes retraitées

TRAVAUX MENÉS PAR 
Habitations Trigone 

Le promoteur a entrepris la construction de 191 unités de logement de condo  qui seront offertes en location à une clientèle active et âgée de 50 ans et plus.  Le concept vise à offrir aux résidents plus qu’un simple logement en leur proposant un milieu de vie convivial, dynamique et sécuritaire.  Les installations sur place sont multiples : salle commune, espaces verts aménagés, terrains de pétanque, terrasses sur le toit et plus.

Les logements seront répartis sur les 7 étages du bâtiment et une partie du rez-de-chaussée sera occupé par des espaces commerciaux.

Le bâtiment exprimera une architecture contemporaine et distinctive aux lignes épurées avec une imposante fenestration.

Le projet mise sur la proximité du stationnement incitatif et des commerces et services à moins de 5 minutes de marche.  Il s’agit d’un développement compact laissant de la place aux espaces publics et les aménagements distinctifs favorisant les déplacements actifs.

http://www.ville.delson.qc.ca/developpement-economique/developpement-domiciliaire/viva-cite-delson

http://habitationstrigone.com/appartements-a-louer/delson/viva-cite-delson

vivacite2.png

vivacite3.png

vivacite5.png

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...
  • 3 weeks later...
  • 1 month later...

Trigone fait encore partie d'un reportage à l'émission La Facture qui sera diffué mardi le 6 octobre.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1737983/construction-chantiers-habitation-trigone-eau-moisissures-brossard-longueuil-la-facture

Construction : des chantiers d'Habitations Trigone imbibés d’eau

« C’est un fiasco ». Une méthode de construction dans deux projets des Habitations Trigone suscite l’indignation d’un expert, professeur en science du bâtiment à l'École de technologie supérieure.


Yanic Lafontaine, un ouvrier qui a travaillé sur le chantier du complexe Viva-Cité à Longueuil, a rapporté d'importants problèmes d'infiltration d'eau.
PHOTO : RADIO-CANADA

François Dallaire
Publié hier à 17 h 00

Ça commence en février dernier par un courriel d’un homme qui a eu accès à un chantier des Habitations Trigone. « J’aimerais bien jaser avec vous. J’ai plusieurs photos pour vous d'eau dans la bâtisse en construction. »

Il se présente le soir même dans les locaux de Radio-Canada, après sa journée de travail. Dans sa poche, son téléphone contient des images troublantes qui ont été captées durant l'été 2019. On y voit de l’eau de pluie qui pénètre abondamment dans un immeuble construit par les Habitations Trigone au 7195, rue de Lunan, à Brossard. L’eau ruisselle sur les murs couverts de laine isolante. On voit une main tordre la laine pour en faire sortir l'eau qui s’y est accumulée. Il monte les escaliers tout en continuant de filmer. L’eau est partout.

Une journée, il mouillait ça n’avait pas de bons sens, il y avait à peu près deux pouces sur la dalle, moi je n’avais jamais vu ça, le mur mitoyen qui avait été fait, l’eau pissait de la laine, ça dégoûtait comme ce n'est pas possible, nous dit l'homme, qui a requis l'anonymat par crainte de représailles.


Wahid Maref, professeur en science du bâtiment.
PHOTO : RADIO-CANADA

Nous avons montré ces images au professeur en science du bâtiment Wahid Maref, du Département de génie de la construction à l’École de technologie supérieure (ETS). C’est un fiasco, nous a-t-il répété trois fois. C'est inacceptable, intolérable, inadmissible. On ne peut jamais tolérer ce genre de choses à l'intérieur d'une bâtisse en construction. Elle doit être protégée.

Viva-Cité de Longueuil


De l'eau serait restée emprisonnée à l'intérieur de murs du complexe Viva-Cité, selon Yanic Lafontaine, un ouvrier qui a travaillé sur le chantier.
PHOTO : RADIO-CANADA

On pourrait croire qu’il s'agit d’un chantier exceptionnel mené par des sous-traitants possiblement insouciants. Mais le même jour, un autre courriel nous est parvenu, envoyé par un ouvrier qui veut rester anonyme. Vous pensez avoir tout vu avec Habitations Trigone? Attendez de voir ce qui se cache derrière les murs, plafonds et planchers, nous écrit-il.

L'homme est un charpentier d’expérience. Il a travaillé en 2018 sur la phase 1 du complexe Viva-Cité de Longueuil, un ensemble qui comprend plusieurs bâtiments destinés à être loués. Ils ont commencé à finir les logements avant que la couverture soit faite, que ça soit étanche, alors il mouillait à l'intérieur, dit-il.

Il a fait part de son mécontentement au responsable du chantier auprès des Habitations Trigone. Moi, je l'ai dénoncé à un moment donné parce que ce bloc-là a été fait en deux phases. La première phase a été faite de cette façon-là. Ils ont voulu faire la deuxième phase de la même façon. Je leur ai dit que s'ils étaient pour faire la deuxième phase de cette façon-là, que j'étais pour sacrer mon camp.

L'ouvrier s'en veut de ne pas avoir dénoncé ce qu’il a vu à des instances supérieures, comme la Régie du bâtiment du Québec. C’est pour cela qu’il a finalement accepté de dévoiler son identité. Il se nomme Yanic Lafontaine, retraité depuis peu, qui a travaillé presque toute sa vie sur les chantiers des Habitations Trigone.

Tout comme la personne qui a filmé le chantier de Brossard, Yanic Lafontaine affirme que l’eau est restée emprisonnée dans les murs. Il a fallu enlever, couper le polythène, enlever la laine qui était mouillée. Puis la remplacer par une nouvelle laine, mais où il y avait du gypse de posé, on ne pouvait pas le faire. C'était déjà fermé. Il y a des murs mitoyens qui étaient déjà assemblés, ces murs-là on n'y avait pas accès. La laine, dit-il, est donc restée dedans, mouillée.

Champignons et moisissures

Les effets de l’eau dans les murs sont évidents. Le Pr Wahid Maref explique que dans tous les cas, la présence d’eau est à éviter. On ne peut pas fermer les murs si l’isolant est mouillé ou s’il y a présence d’eau dans la cavité. Si vous fermez la cavité murale, vous allez enfermer cette eau-là à l’intérieur. Conséquence : tout ce qui est revêtement intermédiaire va être pourri et l'ossature métallique va être corrodée.

Member uploaded pictures are not shown to unregistered visitors.spacer.png

Create a free account or sign in to view the pictures.


Yanic Lafontaine a travaillé presque toute sa carrière sur les chantiers d'Habitations Trigone.
PHOTO : RADIO-CANADA

Yanic Lafontaine n'a pas tardé à voir les effets de l'eau sur les murs lors de la construction du Viva-Cité de Longueuil. Un gypse, c'est blanc crème, pas blanc immaculé. Mais le gypse finissait noir comme mon manteau. Il devenait tellement plein de moisissures et de champignons que ça devenait noir. Ils nous ont fait vaporiser de l'eau de Javel pure là-dessus pour sûrement arrêter la moisissure. 

Pour le Pr Maref, il n’y avait qu’une chose à faire dans ce chantier : Enlever le gypse. Carrément. C'est une construction neuve, pourquoi le nettoyer? Il faut enlever le gypse. On ne peut pas bricoler avec ça.

Le complexe Viva Cité de Longueuil est destiné aux personnes de 50 ans et plus. C'est ce que je trouve dommage, il y a du monde qui reste là-dedans, déplore Yanic Lafontaine, qui a pris sa retraite avant la construction des autres phases du complexe. Je me sens responsable. Moi, je pense que tous les corps de métier, tout le monde qui était au courant de ça, auraient dû dénoncer ces choses-là.

La réponse des Habitations Trigone

Les dirigeants des Habitations Trigone, Patrice St-Pierre et Serge Rouillard, n'ont pas voulu nous accorder une entrevue, mais dans un courriel, ils reconnaissent l'existence de ces infiltrations. Ils affirment que les problèmes ont été réglés au moment où ils sont survenus. Ils précisent que ces risques [d’infiltration d’eau] sont inhérents à des constructions qui prennent plusieurs mois à réaliser, compte tenu de la météo.

Ils ajoutent que les correctifs ont été réalisés selon les règles pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs et des travailleuses ainsi que des futurs résidents et résidentes.

Les dirigeants des Habitations Trigone précisent que nos entreprises ont réalisé plus de 22 000 unités d'habitation en 30 ans afin d’offrir un milieu de vie accessible à tous et à toutes. Les Habitations Trigone ont présentement 60 projets en développement pour une valeur de 4 milliards de dollars.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Similar Content

    • By Stu
      https://www.lereflet.qc.ca/le-projet-de-la-promenade-fluviale-avance/
      Le projet de la Promenade fluviale avance
      Le 3 novembre 2020 à 15 h 29 min
      Temps de lecture : 2 min
      Par Vicky Girard
      Les travaux de construction de la Promenade fluviale devraient être lancés au début de 2022. (Photo : Gracieuseté)
      Le projet de Promenade fluviale qui reliera six villes, de Sainte-Catherine à Saint-Lambert, a franchi un nouveau pas. Un mandat a été octroyé pour la réalisation du concept, de l’analyse de risques ainsi que les plans et devis grâce à une entente entre la Ville de Sainte-Catherine, mandatée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), et la Corporation de gestion de la Voie maritime du fleuve Saint-Laurent.
      À LIRE AUSSI: Six villes demandent du financement fédéral pour une Promenade au bord de l’eau
      Trois candidats appuient le projet de Promenade fluviale
      La firme d’architecture Daoust Lestage, qui s’est notamment chargée de la conception du Quartier des spectacles à Montréal et de la Promenade Samuel-de-Champlain à Québec, sera responsable de ces étapes pour le projet.
      Ce dernier comprendra un sentier contigu à la berge, des haltes et des points d’observation, ainsi qu’une piste multifonctionnelle connectée au Réseau vélo métropolitain, tout au long de la digue de la Voie maritime. La Promenade longera les villes de Delson, Candiac, La Prairie et Brossard.
      «Par la signature de cette entente, la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent a démontré sa grande ouverture ainsi que sa volonté de réaliser des projets porteurs en collaboration avec le milieu, et ce, au profit du bien-être de nos communautés», souligne la mairesse de Sainte-Catherine, Jocelyne Bates.
      Elle ajoute qu’elle se réjouit de ce nouveau partenariat «qui marque assurément un jalon essentiel dans la concrétisation de la Promenade fluviale».
      Trame verte et bleue
      Le projet représente la première phrase du développement de la Trame verte et bleue du Grand Montréal. Il vise à mettre en valeur les infrastructures récréatives de la digue de la Voie maritime «dans le respect de sa vocation et de ses activités fondamentales», indique le cabinet de la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau.
      Cette dernière exprime que «la Promenade fluviale est un projet rassembleur pour les citoyens de la région métropolitaine, et particulièrement pour ceux de la couronne sud, qui seront les premiers à bénéficier de ses installations».
       
    • By mtlurb
      L'industrie maritime prépare la population à la croissance de son trafic
       
      MONTREAL (PC) - L'industrie québécoise du transport maritime lance une campagne de sensibilisation pour préparer la population à la croissance de ses activités sur le fleuve Saint-Laurent.
       
      Dotée d'un budget de 3 millions $ sur trois ans, versé à parts égales par l'industrie maritime et Transports Québec, la Société de développement économique du Saint-Laurent (SODES) veut souligner la contribution de ce secteur d'activité au développement économique de la province.
       
       
       
      Une campagne publicitaire a débuté dimanche à la télévision et se déploiera aussi sur Internet et dans les médias imprimés. Elle sera suivie de tournées régionales, a indiqué jeudi dernier le directeur général de la SODES, Marc Gagnon, après la présentation de cette initiative.
       
      "Pour permettre d'accommoder la croissance du trafic maritime, il faut que la population sache ce qu'on fait et ce que le transport maritime lui apporte, a-t-il dit lors d'une entrevue téléphonique. La publicité télé est simplement la démonstration que les produits qu'on utilise tous les jours dans notre maison viennent par bateau."
      var gnEbMinZIndex = 10000;var gfEbInIframe = false;var gEbBAd = new Object();gEbBAd.nFlightID = 208297;gEbBAd.nWidth = 300;gEbBAd.nHeight = 250;var gstrEbRandnum = new String(Math.random());gstrEbRandnum = gstrEbRandnum.substring(gstrEbRandnum.indexOf(".")+1 , gstrEbRandnum.length);gEbBAd.strNonSupported = "http://bs.serving-sys.com/BurstingPipe/NonSupportedBanner.asp?FlightID=208297&Page=&PluID=0&Width=300&Height=250&Pos=" + gstrEbRandnum;

       
       
      Selon la SODES, qui regroupe notamment des transporteurs et des administrations portuaires, le trafic maritime pourrait augmenter de 40 pour cent d'ici 2015, au Québec, principalement grâce à l'intensification du commerce avec l'Asie. L'an dernier, sur la voie maritime du Saint-Laurent - entre Montréal et les Grands Lacs -, le tonnage de marchandise manutentionnée a augmenté de 9 pour cent. Le fleuve dispose actuellement des infrastructures nécessaires, mais il faut cependant commencer à penser dès maintenant aux effets de cette croissance, a expliqué M. Gagnon.
       
      Selon lui, l'intensification du trafic pourrait éventuellement requérir des projets d'amélioration des réseaux ferroviaires ou routiers. "Tout projet qui va impliquer le transport maritime devra impliquer la population, a affirmé M. Gagnon. Quand les gens ne connaissent pas ce que ça implique, il y a une levée de boucliers."
       
      La SODES, dont le siège est à Québec, met notamment de l'avant le fait que les navires de marchandises produisent moins de gaz à effets de serre que les trains et les camions. Le regroupement élabore aussi une politique pour réduire les impacts environnementaux du trafic maritime.
       
      Parallèlement à cette campagne, des représentants de l'industrie ont amorcé des discussions avec le gouvernement fédéral à propos d'un projet de corridor de commerce Saint-Laurent-Grands Lacs.
       
      "On ne fait pas la campagne de valorisation à cause du corridor mais c'est vrai que tout est lié", a reconnu M. Gagnon.
       
      Le projet de corridor est piloté par des représentants du Forum de concertation sur le transport maritime, l'interface du gouvernement provincial et de l'industrie - qui est aussi à l'origine de la campagne de valorisation.
       
      Ce plan d'axe commercial s'inspire du programme de la porte d'entrée du Pacifique, à Vancouver, où le gouvernement fédéral a prévu, dans son dernier budget, des investissements de 400 millions $ au cours des sept prochaines années.
       
      Ces sommes serviront à la réfection de routes, de ponts, de voies ferrées de même qu'à l'amélioration des services frontaliers. Ces améliorations doivent permettre au Canada de profiter du boom économique asiatique. Le plus récent plan budgétaire fédéral promettait d'investir au total 1 milliard $ dans la porte du Pacifique, sans toutefois préciser d'échéancier.
      Pour l'instant, le secteur maritime québécois n'a pas encore chiffré les montants des investissements qui pourraient devenir nécessaires à cause de la croissance prévue de ses activités. "Ce sur quoi on travaille actuellement, c'est un plan qui vise à déterminer ce qu'il faut comme infrastructures et services pour accommoder la croissance du commerce", a affirmé M. Gagnon.
       
      L'industrie québécoise n'est toutefois pas la seule à faire entendre sa voix auprès du gouvernement fédéral.
       
      L'automne dernier, le premier ministre de la Nouvelle-Ecosse, Rodney MacDonald a rencontré M. Harper pour lui demander d'appuyer son projet de porte d'entrée de l'Atlantique, qu'il évalue à 400 millions $.
      En mars, un groupe de recherche a publié un rapport concluant que le port d'Halifax était le plus avantagé, de tous les ports de l'Est canadien, pour profiter du trafic de conteneurs en provenance de l'Asie.
       
      Le document du Conseil économique des provinces de l'Atlantique notait entre autres que la profondeur de la voie maritime du Saint-Laurent limitait la possibilité que le port de Montréal puisse recevoir les plus gros navires de classe post-Panamax.
       
      Marcel Poitras, président de la Corporation des pilotes du Saint-Laurent central, affirme que la concurrence entre Halifax et Montréal ne date pas d'hier. Il estime toutefois que le port de la capitale néo-écossaise est désavantagé par sa desserte ferroviaire et routière.
       
      "Leur handicap, c'est le transport par train et par camion et c'est ce qui fait que Montréal reste la plaque tournante pour le marché du Midwest américain", a-t-il dit. M. Gagnon croit lui aussi que la distance qui sépare notamment Halifax de Toronto constitue un obstacle favorisant Montréal, où transitent annuellement plus d'un million de conteneurs, deux fois plus que dans le port de la Nouvelle-Ecosse. Mais il reconnaît que la région Saint-Laurent-Grands Lacs a pris du retard comparativement aux initiatives de M. MacDonald.
       
      "Est-ce qu'on a pris du retard, oui, je suis prêt à l'admettre, a dit M. Gagnon. Mais est-ce que le plan de M. MacDonald est crédible? Ca, je n'en ai aucune idée."
    • By GDS
      http://viclambert.ca/
       
      Un immeuble de 8 étages comprenant 50 condos haut de gamme avec une qualité de construction supérieure et une performance acoustique
       
      Riverside (Aut 132) angle Lorne
    • By steve_36
      Je ne réussi pas à trouver ni de fil et ni de site web mais une rue à l'est de L'Orchidée il y a ce projet qui n'est pas complété et avec une pancarte qui indique WL2.com (ou ML2.com).

    • By Miska
      Trigone projette d’ériger un mastodonte à Saint-Lambert
      18 septembre 2012 - Maxime Dorais (Point Sud)
      http://mediasud.ca/nouvelle5403-trigone-projette-d%E2%80%99eriger-un-mastodonte-a-saint-lambert.html
       

       
      400 logements. Trois immeubles de huit étages. Près de 28 mètres de haut. Le projet des Habitations Trigone sur le terrain connu comme le « Grand Trunk » à Saint-Lambert, au coin des rues Victoria et Cartier, a soulevé les hauts cris des résidents au conseil municipal hier, au cours duquel le plan d’intégration et d’implantation architectural de l’immeuble a été approuvé.
       
      Peu de résidents s’étaient déplacés pour l’occasion, mais ceux-ci n’ont pas manqué de reprocher à l’administration d’entériner un projet que plusieurs ont jugé démesuré. Leurs principales craintes : l’ampleur des bâtiments et les impacts sur la circulation.
       
      « Je suis sidérée de la grandeur, je trouve ça sidérant, s’est exclamée une citoyenne. Pouvez-vous réduire le nombre d’étages pour un format plus humain? (…) Ça ne représente pas le style de vie de Saint-Lambert. » « Vous voulez implanter un monstre », s’est indigné un autre.
       
      « Les maisons alentour vont effectivement avoir un éléphant dans la cour, ajoute le citoyen Jean-Claude Champagne. C’est un changement important, au point où on ne reconnaîtra plus le centre-ville. »
       
      Plusieurs se sont par ailleurs inquiétés du peu d’accès au centre-ville à partir du « Grand Trunk ». Craignant que le seul passage par le viaduc de la rue Victoria devienne rapidement embourbé par les quelque 600 voitures qui pourront stationner dans le garage souterrain prévu au projet. Ceux-ci demandent d’ailleurs à la Ville d’exiger que le promoteur réalise de nouveaux accès à ses frais, plutôt que d’attendre que le goulot d’étranglement ne soit saturé et que la Ville soit forcée de résoudre le problème à ses frais.
       
      « Vous avez le volant dans les mains, il me semble que vous devriez exiger du promoteur de développer des accès au centre-ville. Ça va être un capharnaüm », a soutenu M. Champagne.
       
      L’administration soutient que le projet est conforme au plan d’urbanisme qui permet huit étages dans cette zone, plan qui a été soumis à un référendum, et conditionne son acceptation à la réalisation d’études de circulation qui sont reportées en raison des multiples travaux d’envergure à travers la ville.
       
      Le maire Philippe Brunet affirme par ailleurs que ce projet, face au stationnement du train de banlieue, est un parfait exemple de quartier « TOD » ou Transit oriented development, prôné par le Plan métropolitain d’aménagement du territoire qui force les municipalités à développer plus densément autour des axes de transport en commun.
       
      La Ville soutient également à la défense du projet qu’il sera construit selon les normes LEED de construction environnementale, sans toutefois promettre qu’il obtiendra la certification. Sa construction en escaliers pour les étages supérieurs minimisera « l’effet de mur » qu’appréhendent les citoyens, estime par ailleurs l’administration.
       
      Georges Pichet, directeur Gestion du territoire à la Ville, rappelle que le secteur Grand Trunk est « une zone démembrée » qui est depuis longtemps dans la mire de l’administration pour une revitalisation.
      Le maire a par ailleurs opposé un « non » catégorique aux citoyens qui le pressaient mener une consultation sur le projet. M. Brunet a soutenu que la séance d’hier faisait justement office de consultation.
       
      Le projet, qui sera réalisé en quatre phases, pourrait rapporter 1 million de dollars en taxes récurrentes selon Philippe Brunet. Pour ce faire, la Ville devra vendre au promoteur la section de rue Grand Trunk / Notre-Dame et exproprier un certain nombre de propriétés.
       
      Deux maisons historiques ont par ailleurs été épargnées, au grand dam de leurs propriétaires qui se retrouveront littéralement au cœur du projet. Celles-ci seront justement préservées en raison de leur caractère patrimonial, explique le maire Brunet, soutenant du coup avoir, pour ce faire, forcé le promoteur à des contorsions.
       
      Le lieu en ce moment : <iframe width="425" height="350" frameborder="0" scrolling="no" marginheight="0" marginwidth="0" src="https://maps.google.ca/maps?hl=en&ie=UTF8&ll=45.49899,-73.50582&spn=93.912252,220.253906&t=w&z=3&layer=c&panoid=6QM_VAu8efA2bquWmmYV8w&cbll=45.49899,-73.50582&cbp=13,81.52548396358772,,0,-0.057295779513026446&source=embed&output=svembed"></iframe><br /><small><a href="https://maps.google.ca/maps?hl=en&ie=UTF8&ll=45.49899,-73.50582&spn=93.912252,220.253906&t=w&z=3&layer=c&panoid=6QM_VAu8efA2bquWmmYV8w&cbll=45.49899,-73.50582&cbp=13,81.52548396358772,,0,-0.057295779513026446&source=embed" style="color:#0000FF;text-align:left">View Larger Map</a></small>
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value