Recommended Posts

Pinned posts

Bâtiment 7

batiment_7.PNG

Citation

Emplacement: angle des rues Le Ber et de la Congrégation
Hauteur en étages: 
Hauteur en mètres: 
Coût du projet: 
Promoteur: 
Architecte: 
Entrepreneur général: 
Début de construction: 
Fin de construction: Dernière phase en 2020
Site internet: http://www.batiment7.org/
Lien webcam: 
Autres images: 
Vidéo promotionnelle: 
Rumeurs: 
Autres informations: "La conversion du Bâtiment 7 sera réalisée par phases, dont chacune incarne un des axes de déploiement de la mission : Pratiques collaboratives et Services de proximité, Famille et Santé, Sécurité alimentaire et agriculture urbaine, Art contemporain"

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Beau projet! Des gens, plusieurs en situation de pauvreté, qui se prennent en mains. Il ne peut qu'y avoir des bénéfices à long terme!

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'exemple de Brooklyn qui date de plusieurs décennies est une source d'inspiration extraordinaire et je suis convaincu que l'épicerie du Bâtiment 7 aura le même succès avec les années. Je crois vraiment à l'économie sociale et au système coopératif qui a fait ses preuves dans plusieurs domaines.  C'est un beau laboratoire d'idées et de partage qui ne fait que commencer et qui fera sûrement des émules avec le temps. :applause:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis allé faire un tour au Bâtiment 7 à l'occasion d'un marché de noël. Il y a encore beaucoup de travail à faire, notamment autour du bâtiment, mais il s'agit d'un projet vraiment intéressant. L'espace est séparé en plusieurs ateliers différents avec des machines différentes. Il y avait du monde et c'est le fun à voir. Bref, on leur souhaite beaucoup de succès. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, Feanaro a dit :

Je suis allé faire un tour au Bâtiment 7 à l'occasion d'un marché de noël. Il y a encore beaucoup de travail à faire, notamment autour du bâtiment, mais il s'agit d'un projet vraiment intéressant. L'espace est séparé en plusieurs ateliers différents avec des machines différentes. Il y avait du monde et c'est le fun à voir. Bref, on leur souhaite beaucoup de succès. 

Merci pour ce témoignage encourageant. Ce projet est un véritable laboratoire d'économie sociale, une initiative qui doit être soutenue pour qu'elle atteigne ses louables objectifs. Ce ne sont peut-être pas des start-ups, mais le regroupement permet de mieux rentabiliser des idées dans le secteur des services, en créant une masse critique de clients qui pourra à son tour assurer son avenir. :applause:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Projet d’agriculture urbaine au Bâtiment 7
Journal Métro  |  Sud-Ouest  |  17:36 21 juillet 2020 | mise à jour le: 22 juillet 2020 à 16:35 - temps de lecture: 3 minutes  |  Par:  Frédéric Lacroix-Couture, Métro

009A_serre_batiment7-e1595360654615.jpg?
Photo: Gracieuseté - Joseph Bergeron  |  Une petite serre a été construite aux abords du Bâtiment 7.

Une multitude de légumes poussent cet été à l’extérieur du Bâtiment 7. Ce sont les premières cultures du projet-pilote la Fermette qui vise à prendre de l’expansion dans les prochaines années afin d’accroître l’autonomie alimentaire de Pointe-Saint-Charles.

Des jardins, un petit poulailler, des bacs, des arbres fruitiers et une serre trois saisons d’environ sept mètres de long ont pris forme au cours des dernières semaines. «On a débuté avec ce qu’on pourrait dire, un projet un peu modeste, mais ça commence à avoir de l’envergure», mentionne l’un des coordonnateurs, Joseph Bergeron.

Concombres, tomates, aubergines, radis, laitues, carottes et artichauts sont quelques exemples des légumes qui sortent actuellement de terre. Pour le moment, les récoltes ont lieu principalement sous forme d’autocueillettes avec des résidents.

«Les gens aiment ça se mettre les mains dans la terre et laisser une petite donation. Ça intéresse plein de monde, il y a plein de nouvelles personnes qui viennent, non seulement pour visiter, mais aussi pour s’impliquer et travailler sur les jardins», observe M. Bergeron.

La petite serre servira à alimenter en semis les jardins collectifs et communautaires du quartier. «On va essayer aussi de faire des cultures plus productives, comme probablement des tomates, concombres, aubergines et haricots», évoque la chargée de projet au Club populaire de consommateurs et responsable des jardins collectifs, Kristen Perry.

Développement

Menée par plusieurs organismes, l’initiative est dans les plans depuis quelques années. Différentes avenues ont été regardées, mais demandent du temps à mettre en place.

Avec la pandémie qui a mis l’accent sur les enjeux de production locale et d’autosuffisance alimentaire, les intervenants ont décidé de lancer le projet cette année.

«C’est la première version parce que l’objectif à long terme c’est d’avoir une fermette urbaine pas mal plus grande», indique Joseph Bergeron.

Le but est de pouvoir fournir aux résidents du quartier, ainsi qu’à l’épicerie Le Détour et le Club populaire des consommateurs, des légumes frais et abordables.

«Pour moi, c’est important de reprendre le pouvoir sur notre alimentation. Si on peut faire pousser nos légumes, on a le choix sur ce qu’on va cultiver, selon les contraintes des saisons. C’est vraiment un apprentissage pour être plus autonomes et avoir moins de dépendance envers les marchés», fait valoir Mme Perry.

Cette expansion pourrait passer par les terres du lot 5, que la Ville de Montréal souhaite acquérir du Groupe Mach. D’une superficie de plusieurs milliers de mètres carrés, le terrain adjacent au Bâtiment 7 pourrait être cédé et réhabilité pour l’agriculture urbaine l’an prochain.

Des conteneurs seront aussi bientôt aménagés afin de développer un volet de transformation, comme produire des conserves. Un aspect éducatif est également déployé. Des enfants viennent arroser les plantations ou s’occuper des poules.

À long terme, l’utilisation et la rénovation du Oil Store, un édifice situé près du Bâtiment 7, fait aussi partie des plans de la Fermette.

Le collectif 7 À Nous, le Club populaire de consommateurs de Pointe-Saint-Charles, l’épicerie Le Détour et Action-Gardien participent au projet de la Fermette.

140 000

La Fermette a obtenu un financement de 140 000$ par l’entremise de divers programmes de subventions.

https://journalmetro.com/local/sud-ouest/2484231/agriculture-urbaine-batiment-7/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By UrbMtl
      Tout comme la phase 5, aucun rendu de l'extérieur. 
      La forme est légèrement différente cependant. 
      http://ghgriffintown.com/
       

    • By jerry
      Édifice Rodier

      Rénovation de l'édifice pour en faire le premier site destiné à l'entrepreneuriat culturel et créatif à Montréal
    • By UrbMtl
      Nouvel îlot du Bassins du Havre dédié à des logements/ateliers/condos abordables + commerces + place publique.
       
       
      Concept architectural :
       

       

       

       

    • By avilner10
      Saint Charles Condos

       
    • By ScarletCoral
      Redéveloppement du 4000, rue Saint-Patrick

      Un autre appel à projet/concours pour un terrain de la Ville de Montréal dans le cadre du C40 Reinventing Cities!!
      https://www.c40reinventingcities.org/fr/sites/sites-in-competition/4000-rue-saint-patrick-1389.html
      4000 rue Saint Patrick
      Montréal, Canada
      A proximité du canal de Lachine et bénéficiant de l’attrait touristique qu’il représente, le site se trouve en plein cœur du secteur industriel Cabot, à l’entrée du nouveau prolongement de la Vérendrye.

      Cette position stratégique de porte d’entrée permet d’envisager un projet phare et ambitieux sur les quelque 32 800m² proposés, afin de contribuer à requalifier et dynamiser le secteur.

      Sur site se trouvent 3 bâtiments, dont un bâtiment historique ayant servi pour la construction de navires lors de la 2e Guerre Mondiale. Tandis que deux bâtiments secondaires seront à déconstruire, le bâtiment principal pourrait être réhabilité en partie, afin de donner une nouvelle occupation à ce lieu au riche héritage patrimonial. 
      A proximité des pistes cyclables du canal Lachine et du boulevard de la Vérendrye qui le relient au centre-ville, et bénéficiant d’un accès direct à l’autoroute 15, le site se caractérise par une excellente ouverture avec front sur 3 rues. Il est également bien desservi par les transports en commun, avec 4 stations de métro à moins de 1,8 km de distance et 4 lignes d’autobus, dont une voie réservée sur la rue Saint-Patrick aux heures de pointe, facilitant la fluidité des autobus.

      Dans un secteur marqué par des activités industrielles et commerciales, et comportant plusieurs immeubles patrimoniaux, le site présente des enjeux spécifiques en termes de réhabilitation du sol et protection patrimoniale, qui devront être particulièrement pris en compte dans la stratégie environnementale des proposants.

      Un peu d'info sur le l'histoire du site via la page Facebook d'Anne-Marie Sigouin, conseillère municipale du district :
      Bonjour !
      Aux résidentEs, organismes, artistes, artisans, entrepreneurs de St-Paul -Émard, du Sud-Ouest et des quartiers riverains du Canal de Lachine : voici les détails concernant la séance d’information sur le concours d’architecture international pour le redéveloppement du 4000 St-Patrick.
      Situé dans l’ancien secteur industriel Cabot, ce complexe est le dernier témoin de l’effort de guerre sur les rives du Canal de Lachine, la portion la plus ancienne ayant été construite pour y installer la Canadian Power Boat Company en 1940. On y a d’abord produit des “speed boats” destinées aux troupes alliées durant la Seconde Guerre mondiale, puis des pièces d’avion et autres embarcations. Cette usine est devenue manufacture de jouets en 1947 et a fermé ses portes en 1965.
      Une quinzaine d’artistes y avaient des ateliers au début des années 2000 et l’administration Tremblay les avait évincés en 2011, alors qu’elle comptait y établir un clos de voirie, celui du Sud-Ouest devant être démoli pour faire place au nouvel échangeur Turcot.
      Des sols trop fortement contaminés ont fait tomber le projet et l’administration Coderre était en voie de vendre le site au plus offrant en 2017.
      Peu de temps après l’élection de Projet Montréal à la mairie, nous nous sommes assurés de stopper les démarches de vente du complexe.
      Dans la dernière année, à l’initiative du maire Dorais, nous avons saisi l’opportunité de présenter le 4000 St-Patrick au concours international “C-40 Reinventing Cities”, visant à réaliser des projets d’architecture urbaine innovants, carbo-neutres et durables - et la proposition de Montréal a été l’une des 28 candidatures retenues !
      Le moment est donc venu de s’impliquer dans le processus - soyez nombreux aux séances d’information du 26 mars prochain !