Jump to content

Ottawa ouvre un institut de financement à Montréal


Nameless_1

Recommended Posts

DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

Ottawa ouvre un institut de financement à Montréal

6 mai 2017 |Jessica Nadeau | Canada
Le premier ministre Justin Trudeau a expliqué le choix de Montréal par son expertise en développement international.Photo: Annik MH de Carufel Le DevoirLe premier ministre Justin Trudeau a expliqué le choix de Montréal par son expertise en développement international.

Le Canada annonce la création de l’Institut de financement du développement (IFD), un organisme qui offrira des prêts à des entreprises privées d’ici et d’ailleurs pour mener des projets de développement durable dans des pays en développement.

 

« Depuis le début de mon mandat, je consulte nos partenaires et les Canadiens qui s’impliquent dans le développement international, et ça saute aux yeux à quel point les besoins dans ce secteur sont immenses », explique la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, en conférence de presse avec son chef, Justin Trudeau, vendredi matin à l’hôtel de ville de Montréal.

 

« Pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030, il faudra investir collectivement entre 5000 et 7000 milliards de dollars. Nous, et les gouvernements des autres pays donateurs, ne parviendrons pas à combler tous ces besoins. Notre contribution collective s’élève à 140 milliards de dollars, d’où l’importance d’innover et d’inclure de nouveaux joueurs. »

 

Ces nouveaux joueurs, ce sont les petites et moyennes entreprises canadiennes qui ont une expertise en technologies vertes, en gestion de l’eau, en énergies propres et d’autres secteurs liés au développement durable. « Chaque dollar investi par le gouvernement a le potentiel de générer 12 $ d’investissement dans le secteur privé », précise la ministre Bibeau.

 

Femmes et jeunes

 

Le gouvernement investira donc 300 millions de dollars pour mettre sur pied ce nouvel institut, qui accordera des prêts au secteur privé en fonction des projets « qui auront un impact à long terme, plus particulièrement auprès des femmes et des jeunes ».

 

L’organisme sera également en mesure de financer des projets locaux, précise le premier ministre du Canada, Justin Trudeau. « En accordant du financement aux PME dans des pays où l’accès aux capitaux est limité, ce nouvel institut aidera à créer des emplois, à stimuler la croissance économique et à réduire la pauvreté dans les pays en voie de développement. »

 

L’Institut deviendra ainsi un « partenaire » des entreprises privées, en partageant les risques, mais également les bénéfices financiers de tous ces projets.

 

« Nous sommes le dernier des pays du G7 à se doter d’un institut de financement du développement, c’est une chose pour laquelle le Canada n’a pas montré assez de leadership dans les années passées », reconnaît le premier ministre.

 

Montréal

 

L’Institut sera d’abord géré comme une filiale d’Exportation et développement Canada (EDC) à Ottawa. Mais dès qu’il sera opérationnel, il s’installera de façon permanente à Montréal.

  

« En plus d’avoir un bon nombre d’institutions financières majeures du Canada déjà très bien établies à Montréal, il y a aussi un réseau solide d’organismes dévoués au développement international », a expliqué Justin Trudeau.

 

« Montréal a aussi un secteur privé dynamique qui possède l’expertise nécessaire pour assurer le succès de l’institut. Mais, surtout, Montréal est une ville qui a toujours eu pleinement conscience de la place qu’elle occupe dans le monde et qui comprend que prendre soin de nos voisins, qu’ils soient de l’autre côté de la rue ou de l’autre côté de l’océan, fait partie de qui nous sommes. » 

Link to comment
Share on other sites

Ce ''cadeau"' à Montréal qui a précédé de quelques jours l'annonce  que le bureau d'investissement sera à Toronto est effectivement une façon pour Ottawa de fermer la gueule à Montréal. C'est cru mais c'est exactement cela.

Est-ce que cet nouvel institut de financement sera une coquille vide ou sera-t-elle quelque chose de vraiment substantielle ?

C'est à voir !

Mais chose certaine, pour ne faire de la politique, il est sur que je prendrai cela en considération lors des prochaines élections fédérales. Le poids des ministres et députés montréalais/québécois dans le cabinet de Trudeau est très faible pour ne pas dire quasi inexistant et ces deux derniers évènements en sont la preuve.

Mais si j'ai tort, dite moi comment !

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 16 minutes, steve_36 a dit :

Ce ''cadeau"' à Montréal qui a précédé de quelques jours l'annonce  que le bureau d'investissement sera à Toronto est effectivement une façon pour Ottawa de fermer la gueule à Montréal. C'est cru mais c'est exactement cela.

Est-ce que cet nouvel institut de financement sera une coquille vide ou sera-t-elle quelque chose de vraiment substantielle ?

 

 

Si jamais le BIC  était un échec et était aboli et que cet institut était un succès, combien e temps est-ce que ça prendrait à Toronto pour demander (et obtenir) le transfert de l'institut chez eux?

Link to comment
Share on other sites

Je n'en sais rien. Et je ne sais même pas de quoi retourne ce nouvel institut, si c'est mieux que le BIC ou non ?

Mais c'est quand même curieux d'avoir obtenu cet institut quelque jours avant l'annonce officiel du BIC à Toronto?

Link to comment
Share on other sites

This was obviously a gift to Montreal since they chose T.O for the BIC, I knew the outcome once they announced this. Will we know if it's better than the BIC? still too soon, but if we take a glass half full approach, this is yet another international organisation (HQ) for Montreal, once again showing that we are an international city.  

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, ToxiK a dit :

Si jamais le BIC  était un échec et était aboli et que cet institut était un succès, combien e temps est-ce que ça prendrait à Toronto pour demander (et obtenir) le transfert de l'institut chez eux?

Chose certaine, l'IFD m'apparaît un projet beaucoup mieux ficelé. On parle d'investissements publics- privés à l'international,dans des pays émergents sous l'égide de la EDC qui est déjà bien établie. Seul le Canada n'avait pas un tel institut au sein du groupe des 7.

Pour la BIC,c'est une autre histoire. On en sait très peu. Seule la Caisse est active dans le financement des infras au Canada. Les autres grands fonds de retraite ( Teachers,Omer,RPC ) n'ont pas, a ce jour, de stratégie à cet égard. La Caisse a des centaines d'employés dédiés au REM.

Quel sera le rôle de cette banque? À part les prêts à faibles taux. Tout est à mettre en place. Est-ce que les provinces vont vouloir y adhérer? On ne peut comparer l'IFD et la BIC en termes d'impact car on en sait trop peu sur la BIC. À part peut être le 35 Milliards du fédéral qui seraient investis  de toute façon, avec ou sans BIC.

Montreal obtient avec l'IFD un projet bien défini. Toronto et Ottawa vont avoir à démontrer la validité et convaincre les provinces et les fonds de retraite d'embarquer dans la BIC.Ça reste à voir. Cette banque peut devenir un simple lieu de transfer de fonds virtuels entre la bureaucratie d'Ottawa et celle de ce nouveau siège social de Toronto. À mon avis, les autres fonds canadiens vont devoir avoir des equipes dédiées comme ceux de la Caisse pour le REM. La banque ne pourra pas prendre techniquement,en charge tous les projets, comme le fait la Caisse.

Si la BIC est un flop,Toronto sera sûrement pointée du doigt. Je pari qu'on a pas fini d'en entendre parler. Au moins, à Montréal, on est sur du solide avec l'IFD et on acquiert un autre organisme mondial  qui confirme ,une fois de plus,notre vocation internationale.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, steve_36 a dit :

C'est sur que la banque d'infrastructure aurait été beaucoup plus intéressante que le IFD.

Nous verrons bien comment tout se passera, mais Mtl a perdu. Si la decision avait été facile, l'emplacement du siege social aurait été dévoilé lors du budget. Il y a clairement eu débat interne autour du sujet, ceci dit avec une conclusion décevante pour Mtl... On est clairement passé 2e

 

Link to comment
Share on other sites

The recent consultants report basically recommended against the need for an independent or arms length Infrastructure bank. So, maybe this will be a coquille vide, or a stillborn bank, and the real decision-making action will stay within the Ottawa bureaucracy.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value