Jump to content

acpnc
 Share

Recommended Posts

Publié le 21 février 2017 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

Un chèque en blanc aux promoteurs

 

1344389-francois-cardinal.jpg

 

François Cardinal

PHOTO LA PRESSE

 

 

1257958.png

François Cardinal

La Presse

 

On savait que le statut de métropole doterait Montréal de plus de pouvoirs. Mais on ne savait pas que les citoyens auraient à encaisser une baisse de leur propre pouvoir en échange.

 

Les projets de loi 121 et 122 actuellement étudiés en commission parlementaire reconnaissent les statuts particuliers de la métropole et de la capitale, en plus de transformer les municipalités en gouvernements de proximité.

Une très bonne chose qui augmentera l'autonomie et la responsabilité du monde municipal... si l'on fait abstraction d'un article qui déresponsabilisera au contraire Montréal et Québec.

 

Un petit article qui consacre un grand recul démocratique : l'élimination pure et simple des référendums locaux.

Le désabusement est à son comble. Les citoyens sentent qu'ils ont de moins en moins de prise sur leurs gouvernants. Et c'est le moment que choisit le gouvernement pour leur retirer le peu de pouvoirs dont ils jouissent sur la scène locale, comme si la démocratie se résumait à un vote tous les quatre ans.

 

Pourtant, l'approbation référendaire a certes ses défauts, mais elle n'est ni aussi viciée ni aussi contraignante que les maires Coderre et Labeaume le prétendent.

En gros, les citoyens qui s'opposent à un projet peuvent signer un registre. Au-delà d'un nombre de signatures, la modification proposée aux règlements d'urbanisme doit être soumise à un référendum local.

 

Il est arrivé, c'est vrai, qu'une infime minorité d'opposants s'en serve pour faire dérailler un projet. Pensons à ce complexe multifonctionnel qui a avorté près du métro Vendôme. Un groupe d'à peine 17 personnes a pu bloquer la construction de ce bâtiment devant accueillir une épicerie, une maison de retraite et des appartements destinés aux familles d'enfants hospitalisés au CUSM.

 

C'est désolant. Mais pour un exemple extrême comme celui-ci, combien de projets mal conçus ont été heureusement abandonnés face à la menace du référendum? Combien de constructions douteuses ont été améliorées? Combien de projets ont été revus pour répondre aux critiques tout à fait légitimes des citoyens?

 

Les grands projets pris en otage par une poignée d'opposants sont bien rares, soyons honnêtes. Et ce, pour une bonne raison que le maire Coderre passe sous silence lorsqu'il se plaint du caractère rigide de l'approbation référendaire : il peut facilement les contourner lorsque le projet le commande.

L'article 89 de la Charte de Montréal permet en effet de court-circuiter le référendum et d'envoyer les projets significatifs directement à l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM), un organisme dont les recommandations n'ont absolument rien d'exécutoire.

 

C'est le cas des projets d'envergure, par exemple, des écoles, des équipements névralgiques, des logements sociaux, des immeubles patrimoniaux et même, de l'ensemble des projets résidentiels et commerciaux d'importance situés au centre-ville.

Et on ne parle pas ici d'un article obscur qui n'a jamais servi. La Ville s'en sert chaque fois qu'une proposition d'importance rencontre de la résistance, comme l'ont fait des dizaines de projets ces dernières années. Pensons seulement à l'intégration de la magnifique église Erskine and American au Musée des beaux-arts que des résidants des appartements Le Château, situés à côté, voulaient empêcher.

 

En fait, la menace de référendum a cela de bon qu'elle incite justement la Ville à envoyer un nombre accru de projets devant l'OCPM, ce que rien n'oblige autrement. C'est aussi le seul outil réglementaire qui encourage les promoteurs à se soumettre d'eux-mêmes à l'Office.

Enlevez donc cette épée de Damoclès et vous éliminez le seul incitatif qu'a le maire de soumettre les projets à une véritable consultation publique.

 

Enlevez cette police d'assurance démocratique et vous donnez quasiment à la Ville et aux promoteurs le droit de faire ce qu'ils veulent, où ils veulent.

Plutôt que de répondre servilement aux demandes des maires, le gouvernement aurait donc eu intérêt à moderniser le processus d'approbation référendaire plutôt que de l'abolir. Il aurait pu l'imposer plus tôt dans le cheminement des projets, par exemple, ou revoir la délimitation des zones au sein desquelles les citoyens peuvent signer le registre.

 

À la limite, il aurait aussi pu proposer d'autres outils démocratiques en lieu et place des référendums, comme le proposait l'ancien maire Jean-Paul L'Allier. Car en l'état, le projet de loi ne fait que retirer aux citoyens un élément de leur coffre à outils démocratique, sans le remplacer.

 

La démocratie participative, ce n'est pas un slogan de campagne électorale. Ce n'est pas la présentation d'un PowerPoint à des participants dociles. Ce n'est pas non plus un pouvoir qu'on accorde aux citoyens à condition qu'ils ne l'exercent pas.

C'est un exercice contraignant qui donne des devoirs à la Ville et aux promoteurs plutôt qu'un chèque en blanc.

 

Un cheque en blanc aux promoteurs | Francois Cardinal | Francois Cardinal

Link to comment
Share on other sites

Nous qui critiquons justement le manque de qualité architecturale et les projets bâclés, cet article qui annule les référendums, ne contribuera qu'à empirer les choses et cela est tout simplement inacceptable. :thumbsdown:

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai jamais entendu parler d'un référendum déclenché ici pour demander une meilleure qualité architecturale. Le gens en général ne se préoccupent pas de ça. Ils veulent "pas plus de trafic", "pas de bouseux" dans les rues (constatez les refus d'implantation de centres pour les amérindiens, par exemple) et surtout pas d'ombre de gros méchants immeubles. Ce sont là les principaux sujets de revendication des demandeurs de référendums.

 

Je ne dis pas que c'est une bonne chose de les enlever, seulement que la qualité architecturale ne constitue jamais un solide facteur de déclenchement de cette procédure.

Link to comment
Share on other sites

La démocratie a le dos large. Je n'aurais aucun problème à donner le droit de votes à des experts architectes, mais de là à donner la voix à monsieur et madame tout le monde, il y a dérapage. Je ne pleurerai pas du tout de la perte de ces référendums.

Link to comment
Share on other sites

Je trouve la démarche de Denis Coderre plutôt hypocrite. Il est le premier à crier sur tous les toits que la démocratie municipale prend de plus en plus d'importance (et je suis d'accord avec lui), que les villes sont des entités politiques de plus en plus responsables et prédominantes, etc... Mais la démocratie de proximité s'arrête au niveau métropolitain? En dessous de cela, si une décision démocratique est, à ses yeux, dans le tord, il doit la rectifier et éliminer la démocratie? il met la limite qui l'arrange.

 

Il est vrai que les référendums sont parfois problématiques. Alors corrigeons les défauts. Il n'est pas normal qu'une petite minorité puisse noyauter ces votes. Il y a des moyens de réglementer le tout pour qu'un référendum soit représentatif. C'est là qu'il faut agir. Un référendum doit être représentatif et accessible à tous.

 

Sinon, les gens sont parfaitement en droit de décider de l'avenir de leur quartier. Dans la grande majorité de cas, les référendums ne sont pas problématiques. On focus sur une poignée d'exemples frustrants, en oubliant les milliers d'autres où une consultation à amener à une saine modification, ou une approbation sans embûche.

 

De manière plus générale, la centralisation n'est pas toujours une bonne chose. La démocratie de proximité apporte une plus grande partition des citoyens dans l'avenir de leur milieu. Cela donne un meilleur accès aux décideurs pour des interventions importantes au plan local, mais insignifiante sur le plan global. Avoir une gouvernance de proximité accélère beaucoup de projets qui n'ont absolument pas besoin de passer dans la lourdeur de la ville-centre. C'est pas une mauvaise chose. C'est une richesse qui peut faire une énorme différence dans le quotidien d'une personne, et les défauts d'une telle approche restent minimes en bout de ligne.

 

TLDR: Réformons les référendums pour les rendre accessibles, stimuler le vote, et s'assurer une représentation adéquate dans la décision de l'enjeu. Laissons les gens être ce qu'ils doivent être: les véritables décideurs. Nous n'avons pas besoin de dictateurs bienveillants, simplement d'une population assez responsable pour savoir prendre une décision éclairée, et l'exprimer.

Link to comment
Share on other sites

 

TLDR: Réformons les référendums.

 

Bien d'accord. Ce serait la meilleure voie à suivre, car on ne veut ni l'anarchie ni la dictature. La difficulté, jusqu'à présent, a été de s'entendre sur ce que devrait être un processus référendaire réformé. Plusieurs angles doivent être considérés, dont un rarement abordé, soit: la compatibilité avec la démocratie représentative (référence faite aux pouvoirs dévolus aux élus). On voudra aussi se pencher sur le principe de «l'intérêt général» et de la question sous-jacente --qui est abilité à le déterminer? Toute cette réflexion est pertinente à l'ensemble du processus démocratique; cependant, on peut vouloir concentrer notre attention sur les situations propres aux grandes villes. Et dans ce cas, puisqu'on ne saurait prétendre ré-inventer le monde, on aurait intérêt à examiner l'expérience d'autres grandes villes du monde ---car je ne vois rien qui soit unique

au cas montréalais. En attendant, je crois aussi qu'il serait avisé de ne pas tout jeter par-dessus bord. Il devrait être possible de mettre en oeuvre des «mini-réformes» sur des aspects sur lesquels un consensus général existe, tout en admettant que le tout demeurerait perfectible.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value