Jump to content

Recommended Posts

Screenshot_2017-02-11-12-30-07.png

 

Les sans-parti | Francois Cardinal | Francois Cardinal

 

 

Le rapport dévoilé cette semaine par le « conseiller spécial au renouvellement du Parti québécois », Paul St-Pierre Plamondon, est fort intéressant. Et pas juste pour le PQ.

 

 

On a essentiellement retenu le caractère « vieillissant » de cette formation, comme s'il s'agissait d'une spécificité péquiste. Soyons honnêtes : on pourrait en dire autant des autres partis, tous victimes d'un désintérêt des jeunes pour la politique traditionnelle.

 

 

Mais au-delà de cette manchette, le rapport révèle autre chose de plus sournois qui devrait interpeller toute la classe politique à Québec : l'existence d'une frange électorale qui ne se reconnaît pas au PQ... mais dans aucun autre parti non plus.

 

 

Pour faire court, plusieurs ont affirmé que ces brebis égarées étaient « les jeunes », les milléniaux, les Y « les jeunes », les milléniaux, les Y. Suffirait de « moderniser » l'argumentaire souverainiste pour qu'ils retrouvent le chemin du bercail.

 

 

Or les sans-parti au Québec, ce ne sont pas « les jeunes » : ce sont les progressistes non souverainistes... parmi lesquels se retrouvent beaucoup de jeunes. La nuance est capitale.

 

 

Bien des partis à l'Assemblée nationale ouvrent leurs portes aux jeunes générations, mais aucun ne représente actuellement les progressistes qui n'ont pas (ou n'ont plus) d'appétit pour les questions référendaires, parmi lesquels on retrouve entre autres des sociaux-démocrates peu portés sur l'indépendance, des nationalistes à la Claude Ryan, des fédéralistes de gauche, etc.

 

 

Il y a là un grand vide à combler, comme l'avait d'ailleurs souligné il y a trois ans... Paul St-Pierre Plamondon, dans son livre Les orphelins politiques.

 

 

Les Québécois, notait-il, « ont fait savoir à plusieurs reprises » qu'ils sont « épuisés par le discours répétitif des souverainistes ». Ils sont exaspérés par le discours victimaire dans lequel on maintient le Québec. Ils ne veulent plus débattre d'échéancier référendaire et de blessures infligées dans le passé par le Canada.

 

 

« Malheureusement, ajoutait-il, les péquistes ne semblent pas vouloir entendre ce message. »

 

 

Et pourtant, c'est ce message que ramène aujourd'hui Plamondon lorsqu'il soutient que c'est « le fédéral » qui a réussi à « décrédibiliser le mouvement souverainiste ». C'est ce message que véhicule son rapport en imputant l'inertie politique actuelle au « plan B de Jean Chrétien ». C'est ce message que colporte le PQ lorsqu'il souligne l'anniversaire de la fédération en énumérant 150 événements où le Québec a été victime du Canada.

 

 

Dans son rapport, Paul St-Pierre Plamondon observe que « de moins en moins de gens sont porteurs de la fierté québécoise ». Peut-être. Mais si c'est le cas, il y a peut-être justement un lien avec le discours ambiant (qui n'est pas exclusif au PQ) voulant que le Québec soit une victime constante du fédéral, que le français disparaisse un peu plus chaque jour et que la culture québécoise soit en train de s'effacer sous le rouleau compresseur de la mondialisation.

 

 

Autant de « faits » qui sont bien moins apocalyptiques qu'on ne l'entend. Autant de hauts cris qui placent le Québec dans la position de victime plutôt que de porte-étendard du fait français dans la fédération. Autant de sujets qui éloignent le débat politique des enjeux qui animent les progressistes, comme l'environnement, l'éducation et les inégalités sociales.

 

 

Sans nécessairement être fédéralistes, bien des électeurs préféreraient entendre parler de ces enjeux plutôt que de ressasser encore les blessures du rapport Durham et de la Nuit des longs couteaux.

 

 

Et parmi ces électeurs, eh oui, il y a bon nombre de jeunes qui ne trouvent pas aujourd'hui de véhicule politique qui les inspire.

Edited by IluvMTL
Link to comment
Share on other sites

Pour moi le PQ c'est un parti de Baby Boomer. Completement deconnecté de monsieur et madame tout le monde. Qui a part les pequistes et les membres de la communauté artistique on comme préocupation l'indépendance. Ce n'est pas un sujet de discussion pour personne a part un cercle restraint de gens qui croient avoir la verité infuse. Tu pense pas comme eux et on te traite de colonisé.

Link to comment
Share on other sites

Pour moi le PQ c'est un parti de Baby Boomer. Completement deconnecté de monsieur et madame tout le monde. Qui a part les pequistes et les membres de la communauté artistique on comme préocupation l'indépendance. Ce n'est pas un sujet de discussion pour personne a part un cercle restraint de gens qui croient avoir la verité infuse. Tu pense pas comme eux et on te traite de colonisé.

 

Dit le fédéraliste... Hahaha

Link to comment
Share on other sites

Pour moi le PQ c'est un parti de Baby Boomer. Completement deconnecté de monsieur et madame tout le monde. Qui a part les pequistes et les membres de la communauté artistique on comme préocupation l'indépendance. Ce n'est pas un sujet de discussion pour personne a part un cercle restraint de gens qui croient avoir la verité infuse. Tu pense pas comme eux et on te traite de colonisé.

 

Je comprends vraiment pas d'où ça sort ce mythe du PQ=vieux. Je suis un jeune de Montréal (et je déteste le terme millenial, d'ailleurs) et le vote est divisé entre PQ/QS/CAQ...si y'a bien un parti impertinent, qui n'est pas aimé et qui ne suscite aucun engouement dans aucun milieu..bah c'est le PLQ. Ceux qui votent pour ce parti (de mon âge) le font par défaut et c'est tout.

Link to comment
Share on other sites

Pourtant selon les dernieres election les jeunes ont voté plus pour le PLQ que n'importe quel autre parti. Et une opinion sur le sujet du vote des jeunes de Joseph Facal. Et comme d'habitude avec condescendance il deplore leur ignorance. Comme si les jeunes sont des imbeciles. Les jeunes et la souverainete | Le Journal de Montreal

Je comprends vraiment pas d'où ça sort ce mythe du PQ=vieux. Je suis un jeune de Montréal (et je déteste le terme millenial, d'ailleurs) et le vote est divisé entre PQ/QS/CAQ...si y'a bien un parti impertinent, qui n'est pas aimé et qui ne suscite aucun engouement dans aucun milieu..bah c'est le PLQ. Ceux qui votent pour ce parti (de mon âge) le font par défaut et c'est tout.
Edited by andre md
Link to comment
Share on other sites

Je comprends vraiment pas d'où ça sort ce mythe du PQ=vieux. Je suis un jeune de Montréal (et je déteste le terme millenial, d'ailleurs) et le vote est divisé entre PQ/QS/CAQ...si y'a bien un parti impertinent, qui n'est pas aimé et qui ne suscite aucun engouement dans aucun milieu..bah c'est le PLQ. Ceux qui votent pour ce parti (de mon âge) le font par défaut et c'est tout.
Et c'est ça le point de l'article... il n'y a pas de parti fédérilisateur à par le PLC... vote par défaut. Le QS qui cri tout le temps au scandale du déni de démocratie quand ils ont obtenus quelques dizaines de votes de plus est un turn off total. Hâte de voir s'il vont survivre aux prochaines élections.*
Link to comment
Share on other sites

Pourtant selon les dernieres election les jeunes ont voté plus pour le PLQ que n'importe quel autre parti. Et une opinion sur le sujet du vote des jeunes de Joseph Facal. Et comme d'habitude avec condescendance il deplore leur ignorance. Comme si les jeunes sont des imbeciles. Les jeunes et la souverainete | Le Journal de Montreal

 

Par défaut. Le PLQ ne suscite aucune passion..aucune émotion..rien. C'est le parti par défaut..pour tout le monde.

 

Donnée stupide mais nombre de likes sur Facebook des différents partis du Qc:

PLQ: 42,000

PQ: 169,400

CAQ: 39.000

QS: 71,000

ON: 36,000

 

Ces chiffres ne veulent pas dire grand chose mais il démontre une chose pour sûr...le PLQ ne suscite aucune passion. Un parti au pouvoir pour pratiquement les 15 dernières années a presque le même nombre qu'Option Nationale...

Edited by MontréalYul
Link to comment
Share on other sites

Pourtant, avec ce qu'on voit aux État-Unis, on devrait réaliser les conséquences d'un désintéressement en politique. Les milléniaux ne pourront pas éternellement se mettre en position de victime et devront s'impliquer au-delà de leur entourage (j'ai évité de dire "nombril" tout de même).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value