Jump to content

IluvMTL

    Recommended Posts

    il «échappe» une donnée importante: l'insuffisance des revenus de ces ménages. Je pense qu'autant sinon plus d'efforts devraient être déployés pour améliorer cet état de fait déplorable. Je ne crois pas que des mesures visant à favoriser la construction de plus de logements «familiaux» à Montréal puissent être d'un grand secours pour ce segment de la population, tout simplement parce que, pour la plupart d'entre eux, ils n'auraient toujours pas les moyens requis. Conclusion: une «politique du logement» ne saurait être dissociée d'une «politique sociale» au sens large.

     

    :thumbsup::applause: Bien dit! Je suis entièrement en accord avec toi! Au lieu de chercher à limiter le prix des appartements, on devrait chercher des nouveaux moyens pour enrichir le monde!

    Link to comment
    Share on other sites

    Genetic? All of our ancestors were from rural or wilderness backgrounds. All of my great -grandparents generation were farmers in the Townships. But, there is a reason why all of their children or grandchildren moved to the city. Global urbanization is the norm. The pull is economic , but also social and cultural. The real action is in the cities; the creativity is in the cities and ...diversity is in the cities. Increasingly it is not wealth that drives young parents to the outlying area, nor it is some latent gene pull. It is economics. Irrespective of how much people want to stay on the island , a growing number of them cannot afford to do so. And yes,there are those who dislike diversity. They seek the stability and security of the known. They want to live with people of the same background, language, culture and race. In reality, they seek the past, but not because of their genes, but because of their fears.*

     

    pas pour rien que les immigrants décident aussi d'aller à Montréal, ils arrivent souvent de villes de plusieurs millions d'habitants, alors Montréal est le choix par défaut. À Toronto c'est la même chose, les gens quittent la ville pour les banlieues, à cause du prix mais aussi pour plusieurs autres raisons. L'urbanisation du monde ne veut pas dire seulement Montréal, habiter à Drummondville compte aussi comme zone urbaine. Le Québec urbain compte environ 6M d'habitants. Je dirais pas que les gens ont peur des autres. Je dirais plus qu'ils sont conservateurs dans leur choix et décident de choisir quelque chose qu'ils connaissent déjà, c'est un comportement très humain. C'est pareil partout en Occident. Les immigrants aussi font pareil, ils vont là où ils se reconnaissent, les grandes villes. Ils ont aussi leur part de responsabilité dans le fait de ne pas vouloir aller hors Montréal.

    Link to comment
    Share on other sites

    :thumbsup::applause: Bien dit! Je suis entièrement en accord avec toi! Au lieu de chercher à limiter le prix des appartements, on devrait chercher des nouveaux moyens pour enrichir le monde!

     

    Ce serait totalement contre-productif. La meilleure façon d'avoir une inflation galopante c'est que tout le monde s'enrichisse. Il faut que les pauvres restent pauvres et que les riches deviennent plus riche grâce à un contexte de faible inflation et de marché boursiers à la hausse. The big boys l'ont bien compris.

    Link to comment
    Share on other sites

    Ce serait totalement contre-productif. La meilleure façon d'avoir une inflation galopante c'est que tout le monde s'enrichisse. Il faut que les pauvres restent pauvres et que les riches deviennent plus riche grâce à un contexte de faible inflation et de marché boursiers à la hausse. The big boys l'ont bien compris.

     

    Je mets ça dans la catégorie des «boutades». Ce serait le temps maintenant d'avoir une discussion intelligente sur le problème des (trop nombreuses) personnes qui sont forcées de consacrer une part disproportionnée de leurs revenus au logement. Dans le passé, et dans une moindre mesure encore aujourd'hui, on a cherché à solutionner ce problème en construisant des HLM et en limitant la contribution des locataires (loyer) en fonction de leurs revenus. Le principal défaut que je vois avec cette approche, c'est que celle-ci agit en quelque sorte comme une loterie -- où il y a queques heureux gagnants, pendant que tous les autres restent sur des «listes d'attente». Dans mon message (no 41) du 24 février dernier, j'évoquais l'insuffisance des revenus. Pour y pallier, certains réclament une hausse substantielle du salaire minimum. Malheureusement, outre les effets pervers sur l'emploi qu'aurait une hausse de l'ordre de 50%, il est loin d'être évident que cela suffirait à enrayer le problème des loyers «trop chers» --à 15$ par heure, on est encore loin de pouvoir s'offrir un logement neuf dont le coût total (loyer ou C+I+T) atteint/dépasse facilement 1000$ par mois. Je sais bien que le loyer «moyen» est inférieur (environ 760$), mais cette donnée inclut tous les logements, qui sont en majorité déjà occupés de longue date et sujets au contrôle des loyers; pour les nouveaux-venus, qu'ils proviennent du reste du Québec ou d'ailleurs, ils ne sont guère disponibles. Restent les taudis, ou les logements neufs plus chers.

     

    Manifestement, il n'existe pas de solution miracle. Le problème doit être «attaqué» de plusieurs angles. On a déjà évoqué le côté «revenus». Faudrait aussi voir le côté «coût» --qui inclut celui des terrains, ainsi que celui de la construction, là où des solutions innovatrices doivent être trouvées (matériaux, méthodes, standardisation, normes, etc.). Des exemples «étrangers» pourraient être explorés.. A suivre!

    Link to comment
    Share on other sites

    On peut aussi aller voir ce qui c'est fait dans le passé ce qui me vient en tete c'est operation 20000 logements mis en branle si je ne me trompe par Yvon Lamarre du comité exucutif de Montréal.

    Restent les taudis, ou les logements neufs plus chers.

     

    Manifestement, il n'existe pas de solution miracle. Le problème doit être «attaqué» de plusieurs angles. On a déjà évoqué le côté «revenus». Faudrait aussi voir le côté «coût» --qui inclut celui des terrains, ainsi que celui de la construction, là où des solutions innovatrices doivent être trouvées (matériaux, méthodes, standardisation, normes, etc.). Des exemples «étrangers» pourraient être explorés.. A suivre!

    Link to comment
    Share on other sites

     

    !!! Ce qui voudrait dire: Une ville exclusivement habitée par des millionnaires, pas besoin d'employés dans les services et la production des biens, les robots (ou encore les gammas, deltas et epsilons) font tout ce sale boulot «bas de gamme». Une rétro-vision de Metropolis (Fritz Lang, 1927) ou Le Meilleur des Mondes (Aldous Huxley, 1932). Ou encore de Silicon Valley pour de vrai (ça s'en vient). Mais au fait, une «ville en santé», c'est quoi?

    Link to comment
    Share on other sites

    !!! Ce qui voudrait dire: Une ville exclusivement habitée par des millionnaires, pas besoin d'employés dans les services et la production des biens, les robots (ou encore les gammas, deltas et epsilons) font tout ce sale boulot «bas de gamme». Une rétro-vision de Metropolis (Fritz Lang, 1927) ou Le Meilleur des Mondes (Aldous Huxley, 1932). Ou encore de Silicon Valley pour de vrai (ça s'en vient). Mais au fait, une «ville en santé», c'est quoi?

     

    je dirais qu'il y aura moins d'emplois, mais il y en aura quand même. Rendu là le Canada aura sans doute un système de revenu minimal garanti. Mais le GME comptera peut-être 6M d'habitants avec des tentacules jusqu'à 100km dans chaque direction. Il ya un article sur CBC qui dit que la ville de Toronto peut perdre gros si les 20 ans + ne peuvent pas se loger dû aux coûts trop élevés des logements, Montréal a tout à gagner d'ici 10 ans.

    Link to comment
    Share on other sites

    Ce qui aide Montreal quand meme c'est qu'il y a beaucoup plus de logements a louer que dans n'importe quelle autre ville au Canada. Et meme un condo est abordable en comparaison de Vancouver et Toronto. Toronto commence meme a avoir de sérieux problèmes avec leur bulle immobiliaires c'est devenu une ville inabordable pour les jeunes.

    High rent could make Toronto a 'generational ghost town' - Toronto - CBC News

    Link to comment
    Share on other sites

    Ce qui aide Montreal quand meme c'est qu'il y a beaucoup plus de logements a louer que dans n'importe quelle autre ville au Canada. Et meme un condo est abordable en comparaison de Vancouver et Toronto. Toronto commence meme a avoir de sérieux problèmes avec leur bulle immobiliaires c'est devenu une ville inabordable pour les jeunes.

    High rent could make Toronto a 'generational ghost town' - Toronto - CBC News

     

    C'est vrai, mais alors: que penser du ton alarmiste de l'article de La Presse sur Montréal?

    Link to comment
    Share on other sites

    Create an account or sign in to comment

    You need to be a member in order to leave a comment

    Create an account

    Sign up for a new account in our community. It's easy!

    Register a new account

    Sign in

    Already have an account? Sign in here.

    Sign In Now
    ×
    ×
    • Create New...