Jump to content

sherbrooke Ville de Sherbrooke - Les projets


Recommended Posts

Quand je dis que le RS est de centre-gauche, je me base sur certaines de leurs réalisations au cours des dernières années. Certains éléments (leur engagement en 2013 sur le nombre de logements sociaux par exemple), relèvent davantage de l'aspect communautaire. D'autres éléments (comme Espace inc, la concentration des espaces a bureaux au centre-ville dans le règlement 1200, ou le programme pour acquérir une propriété au centre-ville par exemple), sont clairements une forme d'interventionnisme sur le plan économique. En somme, ca va bien bien au delà d'un certain conservatisme économique comme a connu la Ville de Québec, par exemple, sous le règne d'Andrée Boucher. On se souviendra d'ailleurs que des conseillers de « droite » ont souvent critiqué Sévigny pour son interventionnisme. D'un autre côté, la réforme de la gouvernance, qui vise a alléger l'appareil politique, est clairement une position plus a droite. Au final, le RS, c'est du pragmatisme de centre-gauche.

Cela dit, je pense que tu es dans le vrai lorsque tu dis que les gens sont marqués par le refus du maire de débattre en 2013. Mais encore là, il n'est pas necessaire d'être un fin stratège politique pour comprendre pourquoi. Je pense que c'était un risque calculé puisqu'il n'y avait aucun gain à s'exposer dans un débat contre un candidat aussi polémique que peut l'être Denis Pellerin, dans la mesure ou ce dernier représentait plus une menace pour l'image de Sévigny qu'un véritable adversaire politique. Au final, Denis Pellerin n'aura remporté que 14% des voix... et ce n'est certainement pas pour la qualité de sa candidature, mais plutôt parce qu'il s'agissait l'opposant le moins pire ! D'ailleurs, il est arrivé premier dans un seul arrondissement : Brompton... de quelques poussières ! C'est dire que le sentiment anti-Sévigny avait trouvé en Denis Pellerin l'avatar du moins pire des opposants...

Quant a Sherbrooke Citoyen, je pense qu'ils tombent un peu des nues en voyant les promesses de Sévigny jusqu'a maintenant : consultations pré-budgétaires, révision du transport en commum... ca ressemble pas mal a ce qu'eux-mêmes proposent... mais en moins radical. Même si ca demeure très peu comme comparaison, ces deux partis on plus en commun que Lussier en a avec Sévigny.

Quant aux districts, les seuls qui seront chauds seront ceux ou deux candidats sortants vont s'affronter selon moi (sauf peut-être Ascot). Sinon, le nombre important de candidats favorisera les sortants presque partout ailleurs. Pour Lennox, je suis pas mal sur que Linda ou Charron a le soutien de Price... ce qui fait que ca va être presque gagné. Les candidats de SC, quant a eux, n'ont aucune notoriété pour la plupart. Leur seule chance de faire des gains, c'est le porte-à-porte (c'est le nerfs de la guerre en politique municipal) et je doute qu'ils soient autant en mesure d'en faire que certains vétérans (comme Mariette Fugère qui fait un retour en politique pour le RS et qui est déjà connue dans son milieu, ou Nicole Gagnon, pour le RS, qui est une retraité active ayant toujours baigné dans un milieu communautaire dont le taux de participation aux élection est élevé.... prendre note ici que ces deux districts sont facilement prenables pour le RS, maintenant que des géants comme Dauphinais ou Rouleau vont quitter). Donc je ne dis pas que le RS aura necessairement une majorité, mais je dis que c'est tout a fait possible... et le parti pourrait avoir une majorité « fonctionnelle », c'est-a-dire 6 conseillers du RS et 8 indépendants.... dont deux qui penchent souvent du côté du RS (comme Demers et l'Espérance par exemple). 

Bref, on ne fait que spéculer. Tout est possible ! Mais mon guess : 35% Sévigny, 30% Lussier, 20% Pigot, 10% Pellerin et 5 % Tétreault. 

6 conseillers du RS, 7 indépendants, 1 SC (prendre note que je ne compte pas les districts d'arrondissement dans Lennox, puisqu'ils ne siègent pas a l'hôtel de Ville)

Edited by The Rock
Link to comment
Share on other sites

Disons que cette discussion politique n'a pas vraiment sa place dans un thread sur les projets.

Sinon, j'ai écouté la première moitié du débat à l'université. C'est assez clair que Sévigny considère Lussier comme étant son principal adversaire. Je ne sais pas pour toi, mais quand Sévigny parle de changer les choses et de faire de la consultation, pour moi, ça manque de crédibilité. Ça manière de gérer les conseils de ville en dit long. Il impose sa vision. Sur le groupe MSD sur Facebook, on a apporté plusieurs dossier et on a fait plusieurs demandes qui ne semble jamais avoir été considéré. Des occasions de consulter, il en a eu et il n'en a pas fait usage.

Pour ce qui est de Lussier, ce que j'ai vu de lui au débat de hier manquait quelque chose. Je ne sais pas trop comment l'expliquer, mais je n'ai pas eu l'impression que sa manière de gérer la ville serait si différente de celle de Sévigny. Ses priorités sont différentes, mais sa manière de se présenter me donne la nette impression que ça serait une autre administration top down.

Hélène Pigeot n'a pas réussi à connecter avec moi. Quand elle parle d'une ligne express sur King, elle fait fausse route. Les générateurs de mouvements sont excentré à Sherbrooke. Pour moi, la solution aux problèmes de transport publique à Sherbrooke se trouve ailleurs, à commencer par la manière dont sont construit les nouveaux développements avec un paquet de cul-de-sac où le transport publique ne peut pas aller. Ce type de quartier favorise lourdement l'utilisation de la voiture.

Denis Pellerin manque clairement d'expérience de débat. Néanmoins, il connaît ses chiffres mieux que n'importe quel autre candidat incluant le maire lui-même­. Tu le présente comme un candidat radical, mais pour le connaître, c'est un réaliste. Si tu pense qu'il a tord, présente lui tes arguments avec des preuves à l'appui. Je crois qu'il serait plus exacte de dire qu'il est exaspéré par la manière actuelle dont la ville est gèré.

Edited by Enalung
Link to comment
Share on other sites

Denis Pellerin est sans conteste une personne très au fait des dossiers municipaux. Néanmoins, je ne crois pas qu'il soit un réaliste. Je crois plutôt que c'est un homme aux idées bien arrêtés et que celles-ci sont teintés d'une idéologie très évidente en défaveur de l'interventionnisme municipal. On ne se surprendra pas ici qu'il soit contre Well inc. Mais au delà de ses idées, c'est surtout sa façon d'être qui détonne, et qui le rend marginal. On a qu'a observer, sur le MSD, a quel point il peut être mielleux envers ceux qui pensent comme lui, et insultant, voire injurieux à l'endroit de ses adversaires. Il est passé maître dans l'art d'émettre des commentaires diffamatoires, de faire des amalgames douteux et de troller sur toutes les tribunes ou il a l'occasion de s’exprimer sur le monde municipal. Bref, selon son idéologie, on peu comprendre qu'il soit exaspéré de la manière dont la ville est géré, mais selon moi, ca n'excuse pas son attitude insidieuse. Cet homme est douteux, voire dangereux pour la démocratie municipale.

En ce qui concerne ta lecture de ce qui se passe à l'hôtel de Ville, plus précisément lorsque tu dis que le maire « impose sa vision », je me demande comment tu peux en arriver a cette conclusion ? D'une part, Sévigny n'est pas le président du conseil, c'est Serge Paquin qui l'est. Deuxièmement, en dépit de l'image que certaines personnes peuvent imaginer du maire quant a son attitude pseudo dictatoriale, il ne faut pas oublier que même s'il avait l'opportunité de ne nommer qu'exclusivement des membres de sa formation politique au sein de comité clefs, il n'en a rien fait. On a qu'a penser au comité exécutif, ou deux élus sur cinq sont indépendants. Troisièmement, l'idée reçu qu'une ligne de parti guide tous les faits et gestes des membres du RS est nettement exagérée. Dans les faits, il n'y a que dans les engagements électoraux que la ligne de parti s'applique (c'est la moindre des choses!). Dans tous les autres cas, les élus du RS sont libres de voter comme ils l'entendent. Le plus ironique dans ce cas ci, c'est que lorsqu'on fait le décompte des votes, on réalise que Rémi Demers, élu indépendant, enregistre un plus grand nombre de votes favorables que n'importe quel élus du RS.

Bien entendu, on peu cependant questionner la crédibilité du maire lorsqu'il ramène sa promesse de 2009 sur le fameux bureau de consultation citoyenne. Par contre, il est difficile de réaliser un programme politique quand on ne fait élire que 3 candidats comme en 2009. À l'époque, l'idée de ce bureau ne faisait pas l'unanimité au conseil. On ne peut pas dire dans ce cas ci non plus que Sévigny « impose sa vision ». Il faut donc mettre les choses en perspective. Malgré la minorité d'élus du RS au conseil à l'époque, certaines promesses ont été tenues (création du bureau de l'Ombudsman, diffusion des séances du conseil... en bloc d'une heure en format vidéo en et en totalité en audio sur le site de la Ville, etc). Au scrutin suivant, en 2013, Sévigny n'a fait aucune promesse en lien avec la participation citoyenne. Néanmoins fort d'une majorité ''fonctionnelle'' au conseil, force est de constater qu'il a un bon bilan  :

  • L’engagement de bonifier de 50% l’enveloppe consacrée à la construction de nouveaux trottoirs a été tenue (on l’a vue dans les budgets successifs)
  • Celui de la tarrification modulée à la STS pour les personnes âgées qui prennent l’autobus a l’extérieur des heures de pointe n’est pas encore réalité. Mais c’est en cours d’étude à la STS (faudrait vérifier ou ils en sont)
  • L’engagement de doter Sherbrooke d’une roulotte théâtre destiné au jeune public a atteint son objectif, même s’il a été modifié. Après analyse, la Ville a plutôt choisi de procéder à un appel d'offres de service en vue d'attribuer à une compagnie de théâtre professionnelle un mandat pour produire des spectacles à l’attention des jeunes dans les parcs.
  • En ce qui concerne l’engagement de bonnifier les enveloppes pour les organismes communautaires et la construction de logements sociaux, tout ça a été tenu : on l’a vu dans les budgets successifs)
  • Pour l’engagement auprès des organismes sportifs, la réorganisation annoncée a eu lieu.
  • En ce qui concerne la réduction du nombre d’élus, pas besoin de le mentionner mais… c’est fait ! 
  • Pour ce qui est de l’engagement de revitaliser le centre-ville : on a Well inc, le plus gros projet de revitalisation du centro des 30 dernières années.
  • Pour l’engagement pour ce qui est des infrastructures routières, ca s’est réalisé aussi… grace a une surtaxe qui sert spécialement à ca. La ville a investi 43 millions en 3 ans dans l’asphalte, alors que l’engagement était de 40 pour 4 ans.
  • La promesse de créer une maison du développement économique et d’y réunir tous les organismes de la ville est en train de prendre forme avec Well inc.
  • Celle de mettre un incubateur d’entreprises au centre-ville a également été tenue avec espace-inc.
  • En ce qui concerne finalement les engagements pour le commerce de proximité, le Service de la planification et du développement urbain travaillait il y a un an à la rédaction du programme de développement commercial qui avait été promis. Faudrait voir ou ils en sont en ce moment.


Bref, si ce n’est certes pas un sans-faute, j'ai bon espoir qu'avec une majorité, le RS réalisera sa promesse en ce qui concerne le Bureau de consultation. C'est clair que de toute facon, avec la pression qu'il a, s'il a réitéré cette promesse, il voudra la réaliser et léguer quelque chose de positif à la fin de ses trois mandats. D'ailleurs, la loi 13 (qui s'en vient) est une belle opportunité pour le faire !

Edited by The Rock
Link to comment
Share on other sites

Une victoire de Denis Pellerin le 5 novembre prochain serait très clairement la pire issue possible du scrutin. En plus d’être très désagréable et de faire preuve d’une mauvaise foi grotesque dans ses analyses, il est franchement rétrograde dans sa vision – ou devrais-je dire sa carence de vision – quant à l’avenir de la ville.

Quiconque a assisté à une séance du conseil municipal dans les dernières années est immanquablement conscient de la coexistence de ce qu’on pourrait décrire comme trois grands blocs d’intervenants assez distincts. D’une part, le maire, Serge Paquin et la plupart des conseillers, qui sont enthousiasmés par la plupart des sujets à l’ordre du jour et qui en discutent dans une relative bonhomie sans pour autant voter de façon monolithique. Ensuite, quelques conseillers, avec à leur tête Jean-François Rouleau et Hélène Dauphinais, qui, sans nécessairement s’opposer frontalement ou viscéralement aux idées émanant du conseil exécutif/des fonctionnaires/du RS, ont maintes et maintes fois fait ressurgir les mêmes arguments en opposition à la vision de leurs collègues (i.e. ça va couter cher, les taxes vont augmenter, où est le privé là-dedans?, etc.). Et il y a finalement Denis Pellerin, qui, sans jamais n’avoir été élu, s’impose tout de même comme un incontournable du conseil municipal. Il mérite sa propre catégorie, ses mœurs étant bien distinctes de celles des deux précédentes. Alors que les objections des conseiller.e.s Rouleau et Dauphinais ciblent assidument des points précis des projets qu’ils critiquent, le modus opérandi de Denis Pellerin est tout autre. Il s’oppose systématiquement à tout gros projet étant l’objet des discussions, et appuie cette opposition par un ramassis d’arguments allant de modérément exagérés à franchement loufoques, voire complètement diffamatoires. Voici trois exemples de positions qu’il a défendues par le passé (pas nécessairement les plus importantes, seulement trois qui me passent par la tête en cet instant précis) :

Boulevard René-Lévesque : selon lui, la Ville n’a pas le droit de l’appeler « boulevard », puisqu’il n’y aura qu’une seule voie dans chaque sens. Il est convaincu qu’il s’agit d’un stratagème pour tromper les citoyens. Il prétend aussi que la piste cyclable ne sera pas assez large (je doute qu’il y en ait une seule autre aussi large à Sherbrooke) et que le nombre de voies vise à ce que les voitures soient bloquées à chaque arrêt des bus, alors que la Ville a justement prévu de nombreux refuges pour éviter que ce soit le cas. Il m’a personnellement accusé d’être membre du RS sur la seule base de mon opinion favorable envers ce projet.

Service au volant au centre-ville : sans aucune preuve, il prétend que l’interdiction des services au volant au centre-ville qui a fait suite à l’arrivée du Tim Hortons est en fait un complot de Sévigny pour favoriser le propriétaire de ce dernier, dont il ne connait pas l’identité mais qui serait, selon lui, un proche du maire.

Pont des Grandes-Fourches : encore une fois, il affirme sans preuves que le déménagement du pont (qui permettra une transformation profonde du secteur, avec l’ajout d’un vaste parc et la construction d’édifices mixtes aux abords immédiats du centre-ville, en plus de dégager le confluent des rivières Magog et Saint-François) n’est qu’un stratagème pour rendre constructibles des terrains appartenant à des amis du maire (dont, vous l’aurez deviné, il ne connait pas l’identité).

D’autre part, quand je dis qu’il est rétrograde, c’est parce qu’outre ses critiques des projets de la ville, ses propositions sont bien souvent diamétralement opposées aux principes de base de l’urbanisme contemporain. Ses solutions se résument généralement en deux points : le plus de place possible à l’automobile et le moins d’efforts possible pour aménager la ville autrement. Il s’opposait aux passages cyclistes sous les carrefours giratoires du prolongement de Portland/René-Lévesque. C’est donc sans surprise que sa vision pour Wellington Sud consiste à enlever de la place aux piétons pour faciliter la circulation automobile.

Bref, c’est autant en raison du contenant que du contenu que j’espère sincèrement que les Sherbrookois feront un choix éclairé en n’élisant pas Denis Pellerin maire de Sherbrooke.

Edited by Lake
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Lake a dit :

Bref, c’est autant en raison du contenant que du contenu que j’espère sincèrement que les Sherbrookois feront un choix éclairé en n’élisant pas Denis Pellerin maire de Sherbrooke.

Je pense que cette issue est heureusement hautement improbable. La politique, c'est d'abord une question d'image. Denis Pellerin a beau être un loup relativement habile dans sa capacité a se faire passer pour un mouton auprès de celles et ceux qui ne le connaissent pas, sa candidature n'est que très peu médiatisé (aucune pancarte électorale) et sans vouloir parraitre supperficiel, je pense que sa barbe est une nuisance pour son image.

Comme je disais plus tôt, en 2013, il n'a rassemblé que 14% des votes. Comme il est arrivé premier dans l'arrondissement de Brompton uniquement (ou il y avait un fort sentiment anti-Sévigny a cause de la disparition de l'arrondissement), il s'agissait fort probablement d'un vote de contestation. Je pense que cette fois-ci le vote de contestation va aller vers le candidat qui a l'air le plus sérieux : Lussier. En fait, ironiquement, je pense que la candidature de Lussier va probablement être affaiblit par celle de Pellerin, qui risque de quand même ramasser peut-être 10-15% des voix. L'arrivée de Pellerin dans la course pourrait donc être très bonne pour l'avenir de Well inc ! :P

Sinon, tes exemples concernant les agissements de Pellerin étaient excellents. Ils démontrent bien a quel genre de personnage on a à faire ici.

Link to comment
Share on other sites

Est-ce que Lussier est vraiment le candidat le plus sérieux? Personne dans mon milieu ne semble n'en avoir entendu parler, si on fait exception de ses 3 affiches par coin de rues. Ça serait bien que la Tribune commande un sondage...

 

Sinon, peut-être les meilleurs indices que nous avons actuellement pour se situer dans la course (et pour ce que ça vaut), le nombre de "J'aime" sur les pages FB des partis :

RS : 842 J'aime, en augmentation d'environ 20 depuis le début de la campagne, publications fréquentes, mais peu d’interactions (sauf sur celles mettant les candidats plus en avant à cause de leur famille  et amis). Souvent des réponses et des commentaires négatifs dans les publications parlant de Sévigny.

SC : 722 J'aime, en augmentation d'environ 100 depuis le 24 sept. (à noter qu'ils gagnent une quinzaine de likes quotidiennement depuis leur promesse sur la mobilité durable de cette semaine, que, en tant que cycliste, j'aimerais voir reprise par Sévigny). Publications peu fréquentes mais avec un nombre variables d’interactions (entre 15 et 30 par post, venant surtout des candidats et des proches du parti). Les candidats ont des pages de campagne plus ou moins aimés (entre 300-500 likes pour leurs "plus gros" candidats, comme Évelyne Beaudin, dans carrefour, Edwin Moreno, dans Ascot, et un ou deux autres, et 100-200 pour tous les autres).

Lussier: 634 J'aime, il en avait dans les 500 la première fois que j'ai regardé le 24 (mes souvenirs ne sont pas clairs, mais il en avait une centaine de moins que SC). Il post VRAIMENT fréquemment, et il parvient à aller chercher une dizaine d'interactions chaque fois, avec une par semaine qui se rend dans vers 30-35. Quand on regarde qui like, d'un post à l'autre, on remarque une petit groupe qui revient tout le temps, peut être ses proches et quelques ultra-fans ?

En tout cas, tout ça pour dire que j'aimerais vraiment un sondage !

 

Edited by Elpi12
Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Elpi12 a dit :

Est-ce que Lussier est vraiment le candidat le plus sérieux? Personne dans mon milieu ne semble n'en avoir entendu parler, si on fait exception de ses 3 affiches par coin de rues. Ça serait bien que la Tribune commande un sondage...

 

Sinon, peut-être les meilleurs indices que nous avons actuellement pour se situer dans la course (et pour ce que ça vaut), le nombre de "J'aime" sur les pages FB des partis :

RS : 842 J'aime, en augmentation d'environ 20 depuis le début de la campagne, publications fréquentes, mais peu d’interactions (sauf sur celles mettant les candidats plus en avant à cause de leur famille  et amis). Souvent des réponses et des commentaires négatifs dans les publications parlant de Sévigny.

SC : 722 J'aime, en augmentation d'environ 100 depuis le 24 sept. (à noter qu'ils gagnent une quinzaine de likes quotidiennement depuis leur promesse sur la mobilité durable de cette semaine, que, en tant que cycliste, j'aimerais voir reprise par Sévigny). Publications peu fréquentes mais avec un nombre variables d’interactions (entre 15 et 30 par post, venant surtout des candidats et des proches du parti). Les candidats ont des pages de campagne plus ou moins aimés (entre 300-500 likes pour leurs "plus gros" candidats, comme Évelyne Beaudin, dans carrefour, Edwin Moreno, dans Ascot, et un ou deux autres, et 100-200 pour tous les autres).

Lussier: 634 J'aime, il en avait dans les 500 la première fois que j'ai regardé le 24 (mes souvenirs ne sont pas clairs, mais il en avait une centaine de moins que SC). Il post VRAIMENT fréquemment, et il parvient à aller chercher une dizaine d'interactions chaque fois, avec une par semaine qui se rend dans vers 30-35. Quand on regarde qui like, d'un post à l'autre, on remarque une petit groupe qui revient tout le temps, peut être ses proches et quelques ultra-fans ?

En tout cas, tout ça pour dire que j'aimerais vraiment un sondage !

 

Sérieusement, je ne pense pas que le nombre de j'aime et d'interaction sur une page soit un indicateur fiable. Tu parlais de sondage justement ; et bien si à Montréal, PJ obtient deux fois plus de mentions j'aime et d'interaction que Denis Coderre sur facebook, il n'en demeure pas moins qu'ils sont deuxième dans le dernier sondage.

Ce qu'il faut savoir par rapport aux médias sociaux, c'est qu'il s'agit de la tribune la plus accessible pour le commun des mortels pour s'exprimer dans l'espace public. Et on sait qu'en politique, les gens préfèrent davantage s'exprimer quand ils sont mécontents que pour féliciter leurs élus. Il y a donc un effet d'entrainement populiste en lien avec les médias sociaux; c'est relativement bien documenté dans la littérature scientifique. Delà a extrapoler et dire que c'est signe d'une tendance à l'échelle de la société, il y a une marge... Je ne m'aventurerais pas la dessus.

Il ne faut pas oublier non plus que les médias sociaux, c'est un outils de communication principalement utilisé par les jeunes. En tenant également compte du fait que le discours de SC citoyen est plus suceptible de faire du chemin chez les jeunes, on peu s'imaginer sans trop se tromper à mon avis que la moyenne d'age des membres de la page facebok de SC est probablement plus basse que celle du RS. Sauf qu'il y a une réalité à laquelle on échappe pas : les jeunes ne votent pas. SC va avoir beaucoup de difficulté a faire sortir le vote des jeunes. 

Pour ce qui est des sondages, ca peut être un outil d'aide à la décision super important entre les campagnes. Mais c'est plutôt pernitieux en pleine campagne. Ca peut engendrer une « spirale du silence » (effet sociologique qui fait en sorte que les gens sont influencés dans leur actions et décisions par le résultat d'un sondage ou d'une nouvelle). Quand on a un tel phénomène, les campagnes électorales se transforment davantage en course de chevaux qu'en véritable débats d'idée et bientôt, ca prend toute la place dans les médias. Mais bref, on verra le 5 novembre !

Link to comment
Share on other sites

 

Il y a 12 heures, The Rock a dit :

Sérieusement, je ne pense pas que le nombre de j'aime et d'interaction sur une page soit un indicateur fiable. Tu parlais de sondage justement ; et bien si à Montréal, PJ obtient deux fois plus de mentions j'aime et d'interaction que Denis Coderre sur facebook, il n'en demeure pas moins qu'ils sont deuxième dans le dernier sondage.
 

Bien sûr que ce n'est pas le cas, je soulignais seulement pour donner un ordre d'idée. J'aime suivre l'évolution des sondages en campagne (bien qu'ils peuvent bien sûr avoir un effet sur le vote), alors en leur absence, je me suis rabattu sur le seul indice, bien que non statistiquement significatif, qui était à ma disposition de simple citoyen.

Link to comment
Share on other sites

On 10/14/2017 at 11:12 PM, Lake said:

Il s’opposait aux passages cyclistes sous les carrefours giratoires du prolongement de Portland/René-Lévesque.

Ce passage pour cycliste est vraiment mal conçu. Il est en plein centre de la route. Tu fais comment pour te rendre vers St-Élie, ou encore, pour accéder aux commerces et entreprises en bord de route? Je dois aussi dire que le changement de configuration sur Portland et René-Lévesque m'agace énormément. En tant que cycliste, j'ai absolument horreur des pistes qui se terminent avec un garde fou et un angle de 90. C'est presque garanti que y'a des cyclistes qui vont arriver trop vite et qui vont se blesser.

Faut aussi dire que la vaste majorité des passages souterrains de ce type qui existent partagent plusieurs caractéristiques désagréables. Ils sont généralement humide et sentent mauvais à cause de l'eau stagnante qui est presque impossible à éliminer parce qu'une slab de béton a pratiquement toujours quelques zones creuse où l'eau peut s'accumuler. À cela, il faut ajouter qu'ils sont généralement mal éclairé. De plus, comme ce sont des endroits caché, ces passages ont tendance à attirer des gens peu respectable.

Va voir dans à peu près n'importe quelle ville d'importance, la norme, c'est de passer au dessus, et non en dessous. Une structure surélevé donne un point de vue intéressant aux piétons et cyclistes. De plus, un piéton, c'est beaucoup plus léger qu'une automobile, ce qui permet la création d'une structure plus légère et moins imposante.

Edited by Enalung
Link to comment
Share on other sites

On 10/15/2017 at 1:40 PM, The Rock said:

Je pense que cette issue est heureusement hautement improbable. La politique, c'est d'abord une question d'image. Denis Pellerin a beau être un loup relativement habile dans sa capacité a se faire passer pour un mouton auprès de celles et ceux qui ne le connaissent pas, sa candidature n'est que très peu médiatisé (aucune pancarte électorale) et sans vouloir parraitre supperficiel, je pense que sa barbe est une nuisance pour son image.

Comme je disais plus tôt, en 2013, il n'a rassemblé que 14% des votes. Comme il est arrivé premier dans l'arrondissement de Brompton uniquement (ou il y avait un fort sentiment anti-Sévigny a cause de la disparition de l'arrondissement), il s'agissait fort probablement d'un vote de contestation. Je pense que cette fois-ci le vote de contestation va aller vers le candidat qui a l'air le plus sérieux : Lussier. En fait, ironiquement, je pense que la candidature de Lussier va probablement être affaiblit par celle de Pellerin, qui risque de quand même ramasser peut-être 10-15% des voix. L'arrivée de Pellerin dans la course pourrait donc être très bonne pour l'avenir de Well inc ! :P

Sinon, tes exemples concernant les agissements de Pellerin étaient excellents. Ils démontrent bien a quel genre de personnage on a à faire ici.

Généralement parlant, celui qui détient le siège détient habituellement un avantage de taille sur n'importe quel adversaire à moin d'avoir fait une erreur largement médiatisé. La plupart des enjeux desquels les gens politisé comme nous discutent passent outre les préoccupations de la vaste majorité de la société. Sévégny part donc sans aucune question avec une longueur d'avance. Le parti Sherbrooke Citoyen est jeune et ça se voit. En n'étant pas agressif dans leur campagne pour se faire connaître dès leur création, ils ont laissé la place ouverte à un candidat comme Lussier qui me semble présentement comme étant celui qui a le plus de chance de détrôner Sévégny.

Je n'ose pas trop me prononcer sur l'issue, mais sinon, les millions englouti dans l'aéroport sans résultats appréciables et le démarrage de Well Inc sans aucun plan d'affaire me sont vraiment resté dans la gorge. C'est surtout ce que je reproche à Sévégny. En parlant spécifiquement de Well Inc, je ne dis pas que ça ne doit pas être fait, ou que c'est un mauvais projet. Ce que je dis, c'est que habituellement, ce genre de projet, ça se fait après une étude exhaustive du marché et des besoins. La manière cavalière avec laquelle ça été fait me laisse la nette impression que c'est la ville qui prend le risque. De plus, ça laisse la ville dans une position de faiblesse dans les négociations avec le privé puisque le projet est déjà démarré et qu'il y a maintenant un impératif de réalisation. Ils ont le beau jeu de d'attacher des demandes à leur participation dans le projet. Au final, c'est presque certain que ça va nous couter plus cher que ça devrait.

Edited by Enalung
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mtlurb
      1900 - 1950 Sherbrooke Ouest
      Architecte : Panzini
       

       

       

       

       

       

       

    • By Marc.PMR
      http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/2016/09/06/002-projet-train-passagers-montreal-bromont-sherbrooke-etude.shtml
       
      Ce n'est pas la nouvelle la plus récente, mais je m'étonne qu'elle n'ait pas été reprise et commentée sur ce site.
       
      Avec la collaboration d'une société comme Kéolis ou Transdev (opérateurs de trains pour passagers en Europe et toutes deux bien présentes au Québec), j'aimerais croire que l'exploitation d'un tel service est au moins envisageable. Un train régional entre Montréal et Sherbrooke desservirait un bassin de population non négligeable et offrirait une option de transport pratique aux amateurs de sports d'hiver
    • By ouaouaron
      Un beau projet de rénovation. Y a-t-il déjà un fil pour ce projet?


    • By Fortier
      Je ne me souviens pas d'avoir entendu parler de ce projet, j'imagine que c'est mort dans l'oeuf il y a longtemps? À moins que quelqu'un ait des infos? 
      Tour de l'Université Laval sur le terrain vague à côté du Chatelain sur Sherbrooke.
       



       
    • By mtlurb
      Quartier Concordia
       
      Quartier Concordia will transform the Sir George Williams campus from a collection of scattered buildings into a welcoming and cohesive urban campus in the area bordered generally by Sherbrooke, Guy, René-Lévesque, and Bishop.
      The goals of the Quartier Concordia project include improving the use of outdoor spaces, stimulating street life, and providing respite for the Concordia community and the public. The project will optimize vehicular and bicycle traffic as well as pedestrian flow, facilitate movement between campus buildings, and ensure the safe interaction of vehicles and pedestrians. Quartier Concordia will also maintain a welcoming environment for the Concordia community and the public, highlight landmarks, improve the use of space, promote the display of artwork and create a distinct campus environment within the downtown core.
      The project will be carried out over several years by Groupe Cardinal Hardy and in conjunction with the City of Montreal.
       
      Facts:

      A multi-year project
      Landscape architect: Groupe Cardinal Hardy
      Location: The area bordered by Sherbrooke, Guy, René-Lévesque, and Bishop
      The project will promote a distinct, welcoming, and efficient downtown campus
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value