Jump to content

Ville de Sherbrooke - Les projets


Recommended Posts

Il y a 10 heures, Lake a dit :

En arrivant sur le site, tu vas dans Vie municipale (en haut), puis Séances du conseil.

Merci, depuis quelque mois je n'arrivais plus à trouver les documents de référence. Ils n'étaient pas uploadés sur le site internet.

Hallelujah..

997715506_photo1.jpg.9bb404e5380f5679b163d437edd0e2ee.jpg

10368545_photo2.jpg.6f1e9902b5ba38b116c9a6081331faf4.jpg

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 19 heures, Lake a dit :

 

L'article de La Tribune parlait de Nelson Doyon (propriétaire du terrain) et Sébastien Beaudette, et les documents de la Ville mentionnent 9185-8001 Québec inc, une agence immobilière domiciliée au 154 Wellington Sud et propriété de Nelson Doyon. Sébastien Beaudette est vice-président de Multi-Flips inc, qui malgré son nom est supposément "active principalement comme exploitante de bâtiments résidentiels et de logements." Nelson Doyon est aussi propriétaire de Fusion construction, une entreprise spécialisée dans la rénovation de multilogements.

En espérant que ça finisse pas comme le 244 Dufferin : un dessin qui sera jamais construit qui sert juste à gonfler un peu le prix du terrain

Link to comment
Share on other sites

Le 2022-05-27 à 17:55, Elpi12 a dit :

Encore sur un autre ordre d'idée, j'ai eu ouï-dire qu'il se préparait un projet de 5 étages au coin de la rue Alice-Girard et de la 12e avenue (pas sûr du lieu exact). Pas sûr non plus si l'info est fiable à 100% ou même si c'est déjà de l'information connue.

Un autre projet de ta source qui se réalise!

https://www.instagram.com/p/CkPqR5eM4sA/

J'en prendrais d'autres scoops moi 😉

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

La grève du capital n'aura pas duré
 
 
Un «nouveau nord» se dessine dans l’est
 
En pointant une carte de la ville de Sherbrooke, le promoteur de Sherplex est catégorique : le quartier situé près du CHUS de Fleurimont est l’endroit le plus au nord. C’est dans cet esprit que l’entrepreneur Louis-Philip Charron souhaite construire des centaines d’unités d’habitations et des commerces dans ce qu’il appelle le «nouveau nord». Ce projet inclut les terrains autrefois connus sous le nom des Sommets de la santé, sur la 12e Avenue Nord.

Et son projet est bien lancé tout juste en face de l’hôpital. Il y a un an, les premiers locataires emménageaient dans le Nordicéa, un bâtiment comptant 280 unités et 12 000 pieds carrés où on a déjà construit un gym, un restaurant et où viendra s’installer bientôt une entreprise de simulateurs de golf.

«Pour la bâtisse commerciale de cinq étages en construction au coin de la rue Alice-Girard, on est en discussions avec une pharmacie, des bureaux et des cliniques», se réjouit M. Charron, rappelant que ce développement a été lancé il y a 14 ans sous l’aile d’un autre promoteur. M. Charron a acheté le tout il y a quatre ans.

En plus d’appartements plus standards, l’entrepreneur veut mettre sur pied des «habitations collectives», où des gens pourront vivre en colocation.

«Ce sont des logements pour étudiants. Il y aura des petites et des grandes unités à partager. Si une unité est partagée à deux, chaque coloc va avoir son lit, son salon et sa salle de bain. Ils se partagent la cuisine, la salle à manger et le balcon», décrit-il, ajoutant qu’un marché public devrait également voir le jour.

 

Sherplex possède un énorme terrain aux abords de la 12e Avenue Nord.

Sherplex possède un énorme terrain aux abords de la 12e Avenue Nord.
 

Prêt à construire

Louis-Philip Charron assure qu’il est prêt à construire. Il pourrait se lancer dans la construction de 300 unités demain matin. Il s’agirait d’immeuble de 14 unités de 16 à 18 logements et condos sans commodités luxueuses tels que les ascenseurs et les stationnements sous-terrain.

Les appartements seront loués entre 800 $ pour un loft à 1600 $ pour un logement de cinq pièces.

D’ici trois ans, Sherplex aimerait construire de plus gros bâtiments, mais «il y a des demandes de changement de zonage à faire», mentionne M. Charron, précisant que si la demande est acceptée, de 500 à 800 nouvelles unités supplémentaires pourraient pousser à deux pas de l’Hôpital Fleurimont.

«Ce sont des terrains industriels, mais idéalement, on voudrait les changer pour un zonage résidentiel, car ils sont dans la forêt. Ce serait plus adapté», analyse le propriétaire de Sherplex, qui aimerait avoir l’autorisation de construire des bâtiments de la hauteur du CHUS, soit 10 étages.

«J’ai rencontré Évelyne [Beaudin] et elle était très ouverte à notre projet et à la densité qu’il pouvait y avoir sur le site. Ce sont plus les fonctionnaires qui sont figés que les élus. C’est ce que j’ai senti», exprime M. Charron.

«On fait du développement responsable et de la densité douce et à des endroits stratégiques», décrit-il, estimant qu’il ne développera que 25 % de son terrain boisé.

Au total, en comptant le Nordicéa, entre 1200 et 1500 logements prendraient place en face de l’Hôpital Fleurimont.

 

Après le Nordicéa, Sherplex construit une bâtisse commerciale de cinq étages.

Après le Nordicéa, Sherplex construit une bâtisse commerciale de cinq étages.
 

Céder du terrain

Louis-Philip Charron propose de céder du terrain afin que des logements abordables soient intégrés à son projet. «Pour montrer qu’on est des bons promoteurs et qu’on vise à créer des milieux de vie, notre but n’étant pas de construire des logements à 2000 $ par mois. On ne veut pas construire les logements les plus chers possible, mais on ne peut pas faire de logement social : ce n’est pas rentable et la banque ne nous prêterait pas d’argent», estime le promoteur, souhaitant qu’un OBNL ou une coopérative s’en occupe.

«Pour accélérer les étapes avec la Ville et le Ministère, on est prêts à céder du terrain pour des habitations abordables, poursuit-il. On pense que dans ce quartier, un immeuble d’une trentaine d’unités pourrait être érigé.»

Si la Ville met l’épaule à la roue, M. Charron pense que son projet pourrait être prêt en trois ans. «Mais je pense que la Ville est débordée et que les dossiers s’empilent. On a des particularités techniques dans notre projet, on a besoin de réponses que la Ville n’est pas capable de nous donner», résume-t-il, ajoutant que la Ville et le gouvernement provincial «manquent de temps».

De son côté, la mairesse Évelyne Beaudin confirme avoir conversé avec M. Charron. «Il m’a parlé de façon sommaire de son projet lors d’une discussion informelle. J’aimerais avoir plus de détails sur l’avance  du projet et peut-être même voir des maquettes», a-t-elle indiqué dans une déclaration écrite.

Edited by Elpi12
  • Like 2
  • Haha 2
Link to comment
Share on other sites

Jubinville et Associés Architectes a récemment changé de nom à Équipe A.

Avec ce changement viennent quelques images intéressantes que j'ai trouvé sur le site de Beauvoir.

spacer.png

spacer.png

C'est sans doute la version Must Urbain de Well Inc/Well Sud.

Le seul projet que je ne reconnais pas dans le nouveau portfolio de Équipe A est celui-ci:

spacer.png

Ça se peut que le bâtiment soit déjà construit. On peut voir le terrain en 2021 sur Street View prêt pour la construction.

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1936867/lave-auto-centre-ville-sherbrooke-abandonne?fbclid=IwAR0NzHwPAjWXWfNvprtjJYz2G5LKS43t3wLUsy9ZlF3rvfEi3RdDtPXOhgc

Enfin..

yo1.jpg.4321c35a36d5d55ad7eea6d4cd1073af.jpg

Un lave-auto abandonné depuis des années démoli dans le centre-ville de Sherbrooke

Publié à 21 h 41

Plusieurs Sherbrookois ont eu la surprise de découvrir les travaux de démolition d’un lave-auto abandonné depuis des années dans le secteur de la rue Saint-François lundi matin. La propriétaire de l’immeuble voisin, Marie-Ève Sinotte, réclamait depuis six ans une telle intervention.

Elle se réjouit de la disparition de ce bâtiment désuet. Des briques se décrochaient notamment de l’immeuble abandonné et tombaient dans son jardin.

Elle se désole toutefois que la Ville n’ait pas été en mesure d’obliger le propriétaire à procéder à des travaux de rénovation ou à la démolition de la structure plus rapidement.

Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de mesures plus strictes qui soient prises face à ces immeubles-là. Moi, qui est propriétaire et bonne payeuse de taxes, si je ne payais pas mes taxes, je perdrais mon immeuble. Là, on n’entretient pas l’immeuble. Ça peut être dangereux pour quiconque va là. Il y aurait pu avoir des blessés dans tout ça, car des itinérants se sont ramassés là, soutient-elle.

« Que des mesures ne soient pas prises face à ce type de chose là qui peut être un danger pour le voisinage… Il faut que des mesures soient prises par rapport à tout ça.  »

— Une citation de  Marie-Ève Sinotte

Radio-Canada n’a pas pu joindre le propriétaire de l'ancien lave-auto.

S’attaquer aux bâtiments abandonnés

Une quarantaine de bâtiments abandonnés sont toujours présents dans le paysage sherbrookois. 

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, des fonctionnaires municipaux travaillent présentement sur la réglementation liée à cet enjeu afin de lui donner plus de mordant. Ils évaluent notamment la possibilité de se donner le pouvoir d’effectuer des travaux d’urgence et de facturer les propriétaires.

Quoiqu’il en soit, la démolition de l’ancien lave-auto de la rue Saint-François est vue positivement par la présidente de la Commission d’aménagement du territoire, la conseillère Geneviève La Roche. 

On est très content. Ça nous fera un dossier de moins pour notre prochaine règlementation au niveau de l’inoccupation des bâtiments. C’est un secteur extrêmement stratégique. On ne veut pas laisser ce secteur-là vacant encore des années, soutient-elle.

Elle précise toutefois que la construction d’un nouveau bâtiment sur ce terrain comprendra des défis, puisqu’il est situé en zone inondable. 

Le secteur pourrait tout de même vivre une transformation majeure dans un futur pas si lointain. Un projet de construction d’un immeuble à logements de sept étages est en préparation à côté du terrain de l’ancien lave-auto, a appris Radio-Canada. Le nouvel édifice doit comprendre des logements abordables. 

Le promoteur derrière ce projet a toutefois indiqué qu’il serait prématuré d’accorder une entrevue à ce sujet lundi.

yo2.jpg.8bb5c291f7dfdfeefd53029c44a6892d.jpg

 

 

  • Like 3
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Le 2022-11-20 à 18:19, rnr_ss a dit :

Ouain, ça l'air d'être la nouvelle mode de faire faire les changements de zonage / demande de démolition et permis pour ensuite vendre le projet.

image.png.5f578e195479329be30eee3b342b1d33.png

+1, sur Thibault

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...