Jump to content

Recommended Posts

J'ai lu dans plusieurs journaux que 70% des matières dangereuses sont transportées par camion au Québec.

 

J'ai aussi lu que l'A40 est la seule route est-ouest à travers Montréal que peuvent emprunter les camions avec matière dangereuse...

 

Ne serait-il pas temps d'envisager d'autres solutions pour éviter de telles tragédies? Autres moyens de transports, contournement de Montréal, etc. ?

 

Je lance le débat!

Link to comment
Share on other sites

C'est une événement qui se produise rarement. La dernière fois remonte en 2000. Je ne voit pas de solutions qui ne nuira pas à l'économie. A-40 est quand même la route trans-canadienne.

 

Néanmoins, une chose que je ferai obligatoire a partir d'aujourd'hui c'est d'obliger les poids lourds ainsi que les camions de transport d'avoir accès à une extincteur de feu.

Incroyable que ce n'était pas le cas mardi. C'est la première chose que je me suis dit...

 

"Where was the fu**ing fire extingusher!"

Link to comment
Share on other sites

Hmmm. Si le transport de pétrôle passe à travers Montréal sans s'arrêter, je crois qu'il serait justifiable de demander un contournement via l'autoroute 30. À part ça, je vois pas ce qui peut être fait. Je préfère de loin un tel accident qu'un déversement de millions de litres de pétrole dans un cours d'eau qui se déverse dans le fleuve, ou dans le fleuve directement.

Link to comment
Share on other sites

Le problème je trouve ce n'est pas seulement le pétrole... Il y a toute sorte de matières dangereuses, des gaz, des produits chimiques. Le problème c'est un déversement dans les égouts municipaux, ou dans l'air environnant. À Montréal on s'entend que l'impact est beaucoup plus important que dans le milieu d'un champ.

Link to comment
Share on other sites

C'est obligatoire d'avoir des extincteur dans la cabine du chauffeur des tracteurs. Je travail pour Transforce et tout nos véhicules sont muni d'extincteur. Sinon ils ne passent pas leur inspection annuel de la SAAQ et pour obtenir leurs vignettes.

 

C'est une événement qui se produise rarement. La dernière fois remonte en 2000. Je ne voit pas de solutions qui ne nuira pas à l'économie. A-40 est quand même la route trans-canadienne.

 

Néanmoins, une chose que je ferai obligatoire a partir d'aujourd'hui c'est d'obliger les poids lourds ainsi que les camions de transport d'avoir accès à une extincteur de feu.

Incroyable que ce n'était pas le cas mardi. C'est la première chose que je me suis dit...

 

"Where was the fu**ing fire extingusher!"

Link to comment
Share on other sites

1) Abrégé des actuels modes de transport de produits pétroliers raffinés:

- de la raffinerie de Lévis (Valero): au terminal de Montréal-est par oléoduc (100,000 barils/j), le reste de la production étant transporté par camions (ou trains?) vers des destinations québécoises (normalement) autres que Montréal/ouest du Québec.

- raffinage sur place (Montréal-est) par Suncor.

- à partir de Montréal-est, le transport est effectué par camions (et peut-être par train, pour des destinations plus loin de Montréal).

 

2) Alternatives pour éviter d'emprunter la partie surélevée de la Métropolitaine, sachant que les tunnels sont interdits:

- A-25 nord vers Laval; de là, A-440 ouest et A-13 sud pour des destinations dans l'ouest de l'île de Montréal et au-delà; et A-25 nord ou A-15 nord pour les destinations au nord de Montréal.

- pour l'est et le centre de Montréal, artères principales, notamment Henri-Bourassa et Notre-Dame, sachant qu'ultimement des artères secondaires doivent être empruntées pour rejoindre les destinations mineures comme les stations-service.

- pour la Rive-sud: idéalement, à partir de Boucherville en se branchant sur l'oléoduc de Valero sus-mentionné.

- pour un certain nombre de destinations, le transport peut se faire par train; également applicable pour d'autres produits «dangereux» sous formes solides, liquides ou gazeuses.

 

Ces «solutions» ne suppriment évidemment pas tous les dangers. Mais elles éviteraient le recours à la partie (deux en fait, je sais) surélevée de la Métropolitaine, un parcours anormalement périlleux.

Link to comment
Share on other sites

Il existait jadis un oléoduc entre la raffinerie Shell (RIP) et l'aéroport afin d'y acheminer le kérosène; est-ce que c’est Suncor qui l'utilise maintenant? (Même axe que la Métropolitaine…)

 

 

.

Edited by YUL
Link to comment
Share on other sites

Une partie de la solution serait de compléter le réseau inachevé de nos autoroutes comme la 440 vers l'ouest qui doit se connecter sur la 40 en passant par l'île Bizard et la 640 vers l'ouest avec un pont sur la rivière des Outaouais. Tout argent investi dans l'achèvement du réseau c'est un bon investissement et ces deux bouts d'autoroutes attendus depuis plus de 40 ans sont une voie essentielle de contournement de Montréal par le nord.

Link to comment
Share on other sites

On a d'abord besoin de solutions réalisables à court terme--ne requérant pas d'investissements en nouvelles infrastructures qui de toute façon prendraient trop de temps à compléter--, pour interdire le transport de matières dangereuses sur les parties surélevées de la Métropolitaine, sans affecter sérieusement la rentabilité des opérateurs. Il m'apparaît que le réseau existant d'autoroutes et d'artères principales peut convenir. Ces solutions relèvent de la réglementation (et de la signalisation appropriée). Et on le fait déjà pour les tunnels, pour la même raison de sécurité (risque trop élevé).

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value