Recommended Posts

J'ai simplement constaté que ce projet n'avait pas de fil.

 

Projet unique à Montréal, le 99 Chabanel offre l’opportunité à une société d’envergure de devenir l’unique locataire ou l’un des colocataires d’un immeuble de prestige, bénéficiant d’aménagements réalisés selon sa vision et ses besoins.

 

Bâtiment dont la restauration lui assurera la certification LEED, le 99 Chabanel comportera 535 000 pieds carrés répartis sur 7 étages, prêts à être aménagés selon les exigences et les ambitions des futures entreprises qui l’occuperont. Le 99 se positionnera comme un leader pour ses coûts de location compétitifs, ses aménagements d’espaces de bureaux uniques et ses perspectives de développement durable.

 

Co-créez votre siège social montréalais en choisissant le 99 Chabanel!

 

DONNÉES TECHNIQUES DU BÂTIMENT

 

Année de construction : 1964 – Rénovation structurelle : À venir

 

Superficie locative de l’édifice : environ 535 000 pieds carrés

Nombre d’étages : 7

 

Superficie locative par étage : environ 75 000 pieds carrés

Ascenseurs : 4 passagers et 6 monte-charges

Fenestration : sur 4 façades, hauteur 5 pieds 9 pouces

Hauteur des plafonds : 11 pieds 6 pouces

 

Chauffage : au gaz

Climatisation : centrale, normes Ashrae

Système de contrôle informatisé pour l’éclairage, le chauffage et la climatisation

Prévention des incendies : réseau de gicleurs et alarme centrale

Stationnement : intérieurs et extérieurs

Développement durable : LEED visé

Espaces disponibles : sur demande

 

edifice1.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est intéressant de rénover ces gros immeubles industriels en les transformant en immeubles à bureaux. Cependant c'est un détournement de fonction évident pour les fans de tours à bureaux au centre-ville. Avec son importante surface disponible, cet édifice équivaudra grosso modo à la tour du QdS notamment. Montréal regorge encore de bâtiments similaires qui font indéniablement concurrence à des constructions nouvelles.

 

J'aurais personnellement tendance à croire que c'est bien davantage la banlieue qui y perd, car les loyers seraient davantage alignés sur ceux pratiqués dans les couronnes qu'au c-v proprement dit. En fait on distribue des pôles d'emplois un peu partout en ville, voisin de quartiers habités qui se densifient eux-mêmes peu à peu. A la lecture de ces faits, je croirais que c'est la métropole qui y gagne au change sur tous les plans, dont le transport en commun qui prend de nouvelles routes, allégeant d'autant le trafic classique à destination du centre-ville.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est fou quand même. 535 000 pieds carrés correspond à la même chose que la Tour CIBC de 45 étages! Mais c'est tout à l'avantage de recycler ces immeubles, et qui proposent une mixité de fonction souvent à proximité des quartiers résidentiels, en offrant une échelle humaine du haut de ses 7 étages.

 

Bien content. Ca évite l'étalement urbain et dilue la convergence vers le Centre-ville avec le même bassin de population.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est fou quand même. 535 000 pieds carrés correspond à la même chose que la Tour CIBC de 45 étages! Mais c'est tout à l'avantage de recycler ces immeubles, et qui proposent une mixité de fonction souvent à proximité des quartiers résidentiels, en offrant une échelle humaine du haut de ses 7 étages.

 

Bien content. Ca évite l'étalement urbain et dilue la convergence vers le Centre-ville avec le même bassin de population.

 

D'accord sauf pour l'"échelle humaine". Ce qui donne une échelle humaine à un bâtiment c'est son intégration à la rue, l'interaction avec le passants (par exemple commerces, terrasses), et dans une moindre mesure la mixité des usages. Je ne vois pas en quoi la hauteur du bâtiment a un impact tangible sur ces points. Et malheureusement j'ai l'impression que par ces mesures, le 99 Chabanel va rester relativement isolé du quartier et ses habitants.

 

À la limite, je préfèrerais encore que ces 535k pi2 soient sur 45 étages, comme la CIBC, ce qui diminuerait l'emprise au sol et la longueur de ces façades aveugles le long du trottoir. Ça permettrait d'installer d'autres trucs "à échelle humaine" à côté, comme des restos avec terrasse par exemple. Mais bon, on réutilise de l'existant, on ne peut pas trop faire la fine bouche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By IluvMTL
      http://plus.lapresse.ca/screens/e23181dd-903c-4f4b-8467-0e46c17d0fdc__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0SOyIOn-W5z5ZJxkSAeiDY0HLbsKmyza2u7OItxNfOnSIdDBkaYW4nw54
      PRIX DES LOGEMENTS À MONTRÉAL
      PLAIDOYER POUR LA DENSIFICATION DE MONTRÉAL
       
      Le promoteur immobilier Prével appelle à une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour prévenir une flambée des prix des logements.
      ANDRÉ DUBUCLA PRESSE
      La société Prével, qui se spécialise dans l’offre de logements destinés aux premiers acheteurs dans les quartiers centraux de Montréal, craint de devoir abandonner son modèle d’affaires en raison des frais toujours plus élevés que la Ville impose aux promoteurs pour toutes sortes de bonnes raisons.
      « On en discute beaucoup à l’interne. C’est quelque chose qui nous préoccupe », répond la coprésidente Laurence Vincent quand on lui demande de quoi l’avenir sera fait.
      « Ça insécurise. C’est devenu de plus en plus compliqué de faire des projets à Montréal, alors qu’on est accueilli à bras ouverts en banlieue. Mais aujourd’hui, on s’entête. Est-ce que l’avenir va prouver qu’on a eu tort ? »
      On doit à Prével les lofts Imperial, dans l’ancienne manufacture de tabac de Saint-Henri, et les lofts Lowney, dans Griffintown.
      SURCHARGES À COMPENSER
      Toutes ces charges pour les parcs et les logements sociaux sont nécessaires, reconnaît Mme Vincent, mais elles devraient être accompagnées d’une augmentation de la densité du patrimoine bâti pour compenser les surcharges. Sinon, l’offre de logements ne suivra pas la demande dans les quartiers centraux et les prix des logements grimperont encore plus vite, ce qui rendra à terme Montréal aussi inabordable que Vancouver ou Toronto.
      « Il faut juste s’assurer qu’il y a un partage des frais pour ne pas que ça soit l’acheteur en fin de compte qui supporte l’entièreté du poids [des exigences en matière de logement social]. »
      — Laurence Vincent, coprésidente de Prével
      Le 10 avril, la Ville a annoncé le report au 17 juin du dépôt de son règlement sur l’inclusion des logements sociaux, lequel prévoit que tout nouveau projet résidentiel d’une certaine taille devra inclure 20 % de logements sociaux, 20 % de logements abordables et 20 % de logements familiaux. Il devait être déposé initialement en avril. Une étude indique que ce règlement, s’il est adopté sans aucune compensation, ferait grimper le coût des logements de 16 %.
      Mme Vincent s’est réjouie de ce report, elle qui siège à la table des partenaires en habitation et qui est à la tête du comité habitation de l’Institut de développement urbain, le lobby des promoteurs. « Ça va nous donner du temps pour discuter davantage. »
      CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN
      Aux détracteurs de la densification, Mme Vincent leur pose la question : que voulons-nous pour notre ville ? « Il va falloir faire des choix. On est pour le développement durable. Le trafic nous coûte 4 milliards. Qu’est-ce qu’on veut faire ? Où sont les universitaires pour se prononcer sur ce qui est le mieux en termes de développement ? Où veulent-ils les mettre, les 320 000 nouveaux ménages que l’on attend dans l’île d’ici 10 ans ? »
      Selon elle, la solution de rechange au refus d’une plus grande densité dans l’île est l’étalement urbain dans les couronnes.
      « En périphérie, à Vaudreuil-Dorion, on demande de faire 10 étages dans certaines zones, alors qu’à Montréal, on arrive près d’une station de métro et on a de la difficulté à obtenir 8 étages », dénonce-t-elle.
      Actuellement, les droits aériens au-dessus des édicules de métro restent inutilisés, comme au métro Radisson, dans l’Est, tandis qu’on va vouloir construire des 20, 30 et 40 étages à Brossard et à Pointe-Claire, là où il y aura des gares du Réseau express métropolitain (REM), le train électrique de la Caisse de dépôt et placement.
    • By ToxiK
      Une idée intéressante d'Énergir annoncée il y a quelques jours.  Je n'ai pas vu de fil à ce sujet.  Ça semble être une bonne idée.  Évidement, si on consomme notre propre gaz plutôt que d'importer celui de l'Alberta, on nous aimera encore moins et on nous accusera de ne penser qu'à nous...  Mais dans les faits, ça pourrait rapporter gros au Québec tout en nous permettant de revaloriser nos déchets et de diminuer nos importations en gaz naturel.
      https://www.lapresse.ca/affaires/economie/energie-et-ressources/201902/06/01-5213711-gaz-naturel-renouvelable-une-solution-a-20-milliards.php
    • By mtlurb
      350 Maisonneuve
       
      Architectes: Menkès, Shooner, Dagenais, Letourneux
      Fin de la construction:2009
      Utilisation: Hôtel/Résidentiel
      Promoteur: SacresaCanada, Iber Management ( Espagne).
      Emplacement: Quartier des Spectacles, Montréal
      98 mètres (296 pieds) - 28 étages
      Description:
      - Le complexe en «L», comprendra environ 300 unités.

      Plus d'infos et d'images: http://www2.ville.montreal.qc.ca/ldvdm/jsp/ocpm/ocpm.jsp?laPage=projet14.jsp
      1b1.pdf