Jump to content

Recommended Posts

http://journalmetro.com/actualites/montreal/988621/un-skatepark-sur-lesplanade-du-parc-olympique/

 

 

04/07/2016 Mise à jour : 4 juillet 2016 | 2:00

Un skatepark sur l’Esplanade du Parc olympique en 2017

Par Roxane Léouzon Métro

Collaboration spéciale Un schéma du futur skatepark

 

Un nouveau skatepark permanent sur l’Esplanade du Parc olympique sera ouvert au public à l’été 2017 et accueillera des championnats canadiens.

 

La Régie des installations olympique (RIO) doit en faire l’annonce lundi. Le parc à planche à roulettes occupera 10 000 m2 au coin des rues Pie-IX et Sherbrooke, et comptera une vingtaine de modules en béton. L’accès y sera gratuit.

 

«Il y aura de gros obstacles de niveau professionnel, mais aussi des plus faciles, comme des bancs et des rampes droites. Ça combine tous les styles de skate», souligne le skater Charles Deschamps, qui a contribué au design du parc.

 

«Il y a beaucoup de rampes d’escalier, ce qui est parfait pour pratiquer le style street», a pour sa part commenté le skater Jean-Sébastien Lapierre, qui a été mis au courant du projet.

 

C’est la World Skateboarding Federation (WSF) qui a approché la RIO afin que cette dernière construise un parc pouvant accueillir la première édition des championnats canadiens de skateboard, de même que les éditions annuelles suivantes.

 

«Montréal est en train de devenir la Mecque du skate au Canada. La communauté canadienne de skateboard est de plus en plus forte, et il est temps d’y tenir une grosse compétition ouverte à tous», juge Tim McFerran, président de la WSF.

 

En effet, contrairement à ce qui se fait dans plusieurs concours de skateboard importants, les participants n’auront pas besoin d’invitation pour tenter leur chance. Le gagnant se qualifiera pour les championnats mondiaux, aussi organisés par la WSF.

 

La RIO considère ce futur parc, dont le budget prévu est de 750 000 $, comme un legs des festivités du 40e anniversaire des installations olympiques. Par ailleurs, la WSF compte engager tous les étés un coach pour assister ceux qui fréquenteront le parc.

 

C’est une bonne nouvelle pour les amateurs de planche, qui souhaitent depuis des années l’aménagement d’installations de calibre mondial dans la métropole. «C’est fou qu’on n’ait toujours pas de skatepark convenant à la demande de l’industrie», commente M. Lapierre.

Link to comment
Share on other sites

Belle initiative. Mine de rien, ce secteur est en train de trouver sa voie et de se remplir d'activités qui en feront un espace très vivant et pas mal plus convivial qu'il ne l'a été pendant des années. Même n'étant pas un adepte ni un amateur de skate, je trouve cela superbe!

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Belle initiative. Mine de rien, ce secteur est en train de trouver sa voie et de se remplir d'activités qui en feront un espace très vivant et pas mal plus convivial qu'il ne l'a été pendant des années. Même n'étant pas un adepte ni un amateur de skate, je trouve cela superbe!

 

Oui mais le bâtisse en question qui a coûté 1,53 milliard$ reste toujours innocuper (je ne parla pas de la tour)

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...

Un parcours street s’ajoute au planchodrome du Parc olympique

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Un parcours street d’une superficie de plus de 10 000 m2 a été dévoilé lundi au Parc olympique.

Les amateurs de planches à roulettes montréalais se donneront assurément rendez-vous au planchodrome de l’Esplanade du stade olympique, cet été. En plus du bol en béton construit en 2019, un parcours street comprenant toute une série d’obstacles divers est désormais accessible.

Publié le 21 juin 2021 à 17h58

https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2021-06-21/un-parcours-street-s-ajoute-au-planchodrome-du-parc-olympique.php

Katherine Harvey-Pinard La Presse

Vans Canada et le Parc Olympique de Montréal ont profité de la Journée internationale de la planche à roulettes, lundi, pour dévoiler le résultat final de la deuxième phase du planchodrome situé sur l’Esplanade du secteur 900 : un parcours street d’une superficie de plus de 10 000 m2.

Celui-ci entoure le bol en béton de près de 900 m2 qui avait été construit pour accueillir le Vans Park Series en 2019. Depuis, il est accessible aux planchistes du lever du soleil à la tombée de la nuit.

La conception du design du planchodrome relevait de Vans, en collaboration avec California Skatepark, une compagnie de conception et de construction de renommée internationale.

« On a travaillé avec des gens locaux ici pour adapter tout ça, explique Alex Auchu, directeur du marketing chez Vans Canada. L’aspect architecture était important ici. Il faut penser à ce que le Parc olympique représente pour Montréal. L’équipe de création de skateparks s’est vraiment adaptée. Même dans les rondeurs, on voit que tout est adapté pour s’arrimer avec l’architecture qui existait déjà. »

Juste la qualité du béton, on n’a jamais eu ça au Québec. C’est important quand tu fais du skate pour que ça roule bien.

Alex Auchu, directeur du marketing chez Vans Canada

Un des objectifs du nouveau parcours street était de permettre aux planchistes de tous les niveaux d’y trouver leur compte.

« C’est peut-être moins intimidant d’essayer le skate sur toutes les infrastructures aux alentours [que dans le bol­], note Alex Auchu. C’est bon pour tous les niveaux. Le but, c’est d’avoir des infrastructures sur lesquelles c’est possible d’avoir du fun, peu importe si tu es très bon ou si tu commences. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

« Bâtissez-le et ils viendront »

La construction du planchodrome, situé aux abords de la rue Sherbrooke, a été financée en deux phases par le Parc olympique et par une commandite de Vans. Le Parc finance ces investissements dans le cadre de son Plan d’investissement en immobilisation pour un montant de 8 millions de dollars.

La première phase de réfection de dalles de l’esplanade, réalisée entre 2017 et 2019, comprenait l’installation du bol et l’ajoute de composantes structurelles pour le supporter. La seconde phase des travaux comprend la réfection de la dalle autour du bol, l’étanchéisation du secteur et l’ajout du parcours. Les fontaines aux abords des installations ont aussi été remises en fonction et de l’éclairage devrait être ajouté, fait savoir le porte-parole du Parc olympique, Cédric Essiminy.

« Pour nous, c’est aussi la manière officielle d’embrasser le sport. On a des photos d’époque où il y a des gens qui venaient rouler ici alors que c’était en construction. À cause des esplanades, des buttes, ç’a toujours été un site qui attirait. »

Maintenant, jeunes et moins jeunes pourront rouler dans un endroit construit à cet effet. Aux dimensions olympiques qui plus est.

On est aussi contents parce que c’est un besoin qui est apparu à partir du moment où on l’a créé. Tu sais l’expression : « bâtissez-le et ils viendront » ? C’est exactement ça. À partir du moment où on a mis des installations de planche à roulettes, tout de suite le mot s’est passé.

Cédric Essiminy, porte-parole du Parc olympique

Énorme engouement

Selon Alex Auchu, l’engouement pour la planche à roulettes ne fait que grandir depuis quelques années, tant au Québec, qu’au Canada et qu’à travers le monde.

« Hier, j’étais ici pour la fête des Pères. J’ai des enfants et je vois beaucoup de gens de mon âge renouer avec le skate, dit-il. Des infrastructures comme ça, ça nous permet de faire ça et d’initier nos enfants au skateboard. »

Annie Guglia, une des meilleures planchistes au pays, était aussi présente lors de l’annonce.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Annie Guglia

« Ça fait 20 ans que je fais du skate. Avant, il fallait que je voyage en Californie et ailleurs pour avoir de beaux skateparks en béton comme ça. C’est vraiment cool. Ce qu’il y a de particulier avec celui-là, c’est qu’on a les deux disciplines [park et street]. »

Un skatepark, c’est un élément central d’une communauté de skate.

Annie Guglia, planchiste professionnelle

Lili-Rose Chouinard, 11 ans, était présente avec ses parents pour l’occasion. Elle est l’exemple même de l’engouement autour de la discipline, qui fera son arrivée au sein du programme olympique aux Jeux de Tokyo, en juillet prochain.

« Au début, j’ai vu des personnes faire du skate par la fenêtre du salon et j’ai dit : moi, je veux faire ça. Mes parents m’ont dit : à la fin de la maternelle, on va t’acheter un skate. Ils me l’ont acheté, j’ai fait un cours et ensuite j’ai commencé à en faire. Tout le monde me disait que j’étais bonne, alors j’ai continué. »

Questionnée sur les installations du stade, la jeune fille lance avec entrain : « C’est cool ! »

Des jeunes comme Lili-Rose, il y en a plusieurs. Et il y en aura encore plus dans les prochaines années.

« Le skate, c’est vraiment un outil de développement personnel, lance Annie Guglia. C’est difficile, c’est challengeant… Ça te montre la persévérance, à être créatif. Tu n’as personne pour te dire quoi faire. »

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value