acpnc

Montréal domine le palmarès des villes intelligentes

Recommended Posts

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/techno/2016/06/17/001-montreal-ville-intelligente.shtml

 

 

Montréal domine le palmarès mondial des villes intelligentes

Publié le vendredi 17 juin 2016 à 11 h 51

 

Vue sur le centre-ville depuis le Vieux-Montréal Photo : Radio-Canada/Coralie Mensa

 

La nouvelle est tombée au sommet annuel de l'Intelligent Community Forum (ICF) qui se tenait à Columbus, en Ohio. Chaque année, une cérémonie couronne la ville qui démontre la meilleure utilisation des technologies de l'information et des communications à des fins de prospérité économique, de résolution de problèmes sociaux et d'amélioration de la qualité de vie.

Un texte de Catherine Mathys

 

Cette reconnaissance internationale vient récompenser les efforts de la ville, qui a entrepris son virage de ville intelligente en 2011. Pour la première fois, Montréal a su se hisser parmi les 7 finalistes, et ce n'était que la deuxième fois qu'on la retenait dans la courte liste des 21 candidatures au concours de l'ICF.

 

ICF est un organisme à but non lucratif, situé à New York, qui étudie le développement des villes du 21e siècle. Centré essentiellement sur la recherche, les conférences, les services-conseils, les services éducatifs et un concours annuel, il détermine quelles sont les meilleures pratiques en développement des villes intelligentes.

 

Montréal devient ainsi la quatrième ville canadienne à remporter les honneurs, après Calgary en 2002, Waterloo en Ontario en 2007 et Toronto en 2014. D'ailleurs, le cofondateur de l'ICF confiait à Triplex, en novembre 2014, que les succès de la Ville Reine avaient tendance à fouetter les troupes montréalaises. Il semble avoir eu raison.

 

Dans un communiqué émis par l'ICF, Zacharilla mentionne la vigueur de l'innovation montréalaise qui se manifeste dans des réalisations comme le Quartier des spectacles, où la technologie et la bande passante sont un vecteur important de développement économique et d'expression culturelle.

 

Un long processus de sélection

 

C'est un processus long d'une année qui vient de prendre fin. Les villes retenues pour le concours sont évaluées selon six indicateurs, et selon un septième critère qui découle de la thématique annuelle.

 

Cette année, la thématique était « De la révolution à la renaissance ». Zacharilla a dit de Montréal qu'elle était la meilleure illustration de l'évolution que pouvait connaître une ville pour arriver à une véritable renaissance en s'appuyant sur la technologie.

 

Tous ces critères sont évalués selon une analyse quantitative des données, des inspections physiques des lieux et le vote d'un jury international composé d'experts d'un peu partout dans le monde.

 

Les qualités de Montréal

 

Selon l'ICF, le virage vers la ville intelligente entrepris en 2011 est un des principaux catalyseurs des changements observés. Aujourd'hui, plus de 6250 entreprises, constituant environ 10 % de la main-d'œuvre, sont actives dans les technologies de l'information et de la communication, le secteur aérospatial, les sciences de la vie ainsi que les technologies reliées à la santé et à l'environnement.

 

Une ville intelligente, c'est bien sûr une ville branchée qui mise sur les infrastructures de communication, mais aussi sur l'efficacité de ses systèmes et services dans le but de créer un écosystème collaboratif entre citoyens, entreprises et institutions.

 

Le taux de pénétration d'Internet de 81 % est important, mais ce sont aussi les efforts d'étendre le wifi aux 17 kilomètres de la ville centrale, ses initiatives qui favorisent la participation citoyenne (pensons à Je fais Montréal), ainsi que les moyens déployés pour favoriser la littératie numérique qui ont retenu l'attention.

 

Montréal produit aussi plus de diplômés universitaires que toute autre ville canadienne. Ce sont 415 000 étudiants qui ont obtenu un diplôme universitaire entre 1998 et 2008. Cette force nourrit l'économie de l'information, qui se manifeste par l'éclosion d'espaces d'apprentissage (LearningLab Network), d'accélérateurs d'innovation et d'espaces collaboratifs de travail qui favorisent à leur tour une culture de l'entreprise en démarrage.

 

Toutes ces initiatives forment un cocktail unique qui fait de Montréal l'un des modèles à suivre en tant que ville intelligente.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Communiqué de la Ville : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=30178

La Ville de Montréal est finaliste au Défi des villes intelligentes du gouvernement du Canada

4 juin 2018

Montréal, le 4 juin 2018 - Le responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information, de l'innovation et de l'enseignement supérieur, François William Croteau, a le plaisir d'annoncer la nomination de la Ville de Montréal en tant que finaliste du Défi des villes intelligentes du gouvernement du Canada, lancé à l'automne par le ministère de l'Infrastructure et des Collectivités.

« Nous sommes très heureux que la candidature de la Ville de Montréal ait su se démarquer. La collaboration avec l'écosystème d'innovation et la participation citoyenne ont été indispensables à notre succès », déclare François William Croteau.

La mobilité et l'accès à l'alimentation ont été identifiés comme des enjeux principaux à Montréal lors des consultations publiques. L'administration souhaite agir au moyen d'actions concrètes qui permettront d'offrir une mobilité efficace, économique, simple ainsi que durable et de faciliter l'accès à une alimentation locale, saine et abordable pour tous.

« Une ville intelligente est une ville qui assure une meilleure qualité de vie pour tous et toutes. En travaillant sur les enjeux liés aux services de proximité, nous offrirons une vie de quartier plus riche et plus inclusive aux Montréalais et Montréalaises », affirme François William Croteau.

Le Défi des villes intelligentes du Canada est un concours pancanadien ouvert aux collectivités de toutes tailles, y compris les municipalités et les collectivités autochtones. Le Défi vise à encourager les collectivités à mettre en place des solutions pour améliorer la qualité de vie de leurs résidents et résidentes grâce, notamment, à l'innovation sociale et l'analyse de données. La Ville de Montréal obtiendra un montant de 250 000$ pour initier ses projets. Le gagnant du Défi des villes intelligentes, nommé au printemps 2019, recevra un prix de 50 M$. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2016-06-19 à 07:35, acpnc a dit :

Tous ces critères sont évalués selon une analyse quantitative des données, des inspections physiques des lieux et le vote d'un jury international composé d'experts d'un peu partout dans le monde.

Règle générale, je me méfie beaucoup de ces classements de villes. Mais celui-ci semble avoir été fait avec honnêteté et séreux. Ce qui en ressort est que Montréal semble s'en aller dans la bonne direction et a même pris un certain leadership.

Je ne suis pas un expert dans ce domaine mais je crois que l'on doit beaucoup à Denis Coderre d'avoir voulu faire de Montréal une ville intelligente. Je laisserai cependant le soin d'en juger à ceux qui en connaissent plus que moi sur ces questions. Je me contenterai de dire que malgré ses nombreux défauts Coderre avait une vision très forte de ce que devait être notre ville.

Ce que je trouve particulièrement intéressant ici est le fait qu'en plus d'être la capitale mondiale de l'intelligence artificielle on domine le palmarès des villes intelligents. Finalement on n'est pas si niaiseux que ça!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
6 hours ago, Normand Hamel said:

 

Ce que je trouve particulièrement intéressant ici est le fait qu'en plus d'être la capitale mondiale de l'intelligence artificielle on domine le palmarès des villes intelligents. Finalement on n'est pas si niaiseux que ça!

 

Si on était pas niaiseux pourquoi avoir de l'intelligence artificielle?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-06-04 à 17:43, p_xavier a dit :

Si on était pas niaiseux pourquoi avoir de l'intelligence artificielle?

Vaut mieux avoir de l'intelligence artificielle que pas d'intelligence du tout!

Edited by Normand Hamel

Share this post


Link to post
Share on other sites

la Ville a reçu 250 000$ du Fédéral dans le cadre du Défi des villes intelligentes

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31146

Défi des villes intelligentes du gouvernement du Canada - La Ville de Montréal reçoit 250 000 $ du gouvernement du Canada

9 janvier 2019

Montréal, le 9 janvier 2019

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information, de l'innovation et de l'enseignement supérieur au comité exécutif, François William Croteau, accueillent favorablement une subvention de 250 000 $ du gouvernement du Canada dans le cadre du Défi des villes intelligentes. Ce montant servira à la rédaction et la conception de la proposition finale de la Ville de Montréal, qui fait partie des villes finalistes pour le grand prix de 50 M $.

« Nous sommes très fiers d'être finalistes pour ce concours et nous poursuivrons nos efforts afin de développer une proposition gagnante. Nous voulons créer des quartiers plus agréables et propices à une vie locale inclusive et dynamique », souligne Mme Plante.

La Ville utilisera une partie du financement pour l'accroissement des ressources et des compétences au sein du Laboratoire de l'innovation urbaine de Montréal. La deuxième partie de la subvention servira à collaborer financièrement aux projets des organismes partenaires pour qu'ils effectuent des analyses de faisabilité et des plans de réalisation détaillés.

« Nous souhaitons innover dans nos pratiques afin d'offrir à tous les Montréalais et les Montréalaises un milieu de vie agréable qui répond à leurs besoins. Les projets mis de l'avant dans notre proposition amélioreront la mobilité et l'accès à l'alimentation dans la métropole pour ainsi créer des quartiers plus vibrants, conviviaux et accessibles », affirme M. Croteau.

Le Défi des villes intelligentes du Canada est un concours pancanadien ouvert aux collectivités de toutes tailles, y compris les municipalités et les collectivités autochtones. Le Défi vise à encourager les collectivités à mettre en place des solutions pour améliorer la qualité de vie de leurs résidents et résidentes grâce, notamment, à l'innovation sociale et l'analyse de données. Les gagnants seront dévoilés au printemps 2019. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est Montréal qui a gagné le défi des villes intelligentes lancé par le gouvernement fédéral!!!

http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=31589

La Ville de Montréal remporte 50 M$ dans le cadre du Défi des villes intelligentes du Canada

14 mai 2019

Montréal, le 14 mai 2019 - Lors d'une cérémonie ayant eu lieu à Ottawa, M. François W. Croteau, responsable de la ville intelligente, des technologies de l'information et de l'innovation, de l'enseignement supérieur et de la performance organisationnelle au sein du comité exécutif, accompagné de M. Stéphane Guidoin, directeur du Laboratoire d'innovation urbaine de Montréal (LIUM), ont eu l'honneur d'accepter le prix de 50 M$ décerné à la Ville de Montréal dans le cadre de la compétition pancanadienne du Défi des villes intelligentes d'Infrastructure Canada. 

La proposition de projet de la Ville de Montréal présentait des initiatives mises au service d'enjeux identifiés par la communauté montréalaise pour améliorer la qualité de vie des citoyens, soit la mobilité et l'accès à l'alimentation dans les quartiers.

Ce prix de 50 M$ permettra la mise en oeuvre du projet proposé par la Ville de Montréal dans le cadre du défi. La réalisation de ce projet au cours des prochaines années vise à améliorer la mobilité et l'accès à l'alimentation saine et abordable dans les quartiers et ce faisant contribuera de manière importante à la transformation de Montréal en ville intelligente.

« Cette victoire n'est pas celle de la Ville, mais bien celle de l'ensemble de la communauté montréalaise. Nous avons relevé ce défi tous ensemble et nous pouvons en être très fiers. Si notre projet a été sélectionné, c'est grâce à notre travail de collaboration avec plus d'une trentaine de partenaires qui nous ont accompagnés tout au long de la démarche. Nous tenons d'ailleurs à les remercier chaleureusement et à souligner leur importante contribution. Nous tenons également à féliciter tous les autres participants de cette compétition d'envergure nationale », a indiqué Mme Valérie Plante, mairesse de Montréal.

« Dans le cadre de cet ambitieux projet, le rôle de la Ville sera d'insuffler la vision montréalaise à travers les multiples initiatives qui seront réalisées en collaboration avec nos partenaires. Le projet s'échelonnera sur un horizon de cinq ans, mais des retombées tangibles seront perceptibles à court terme. Rappelons que les citoyens et acteurs principaux de la ville intelligente ont récemment été sollicités par le biais d'une démarche collaborative et participative », a ajouté M. François W. Croteau. 

Défi des villes intelligentes du Canada

Le Défi des villes intelligentes du Canada est un concours pancanadien d'Infrastructure Canada qui est ouvert aux collectivités de toutes tailles, y compris les municipalités, les administrations régionales et les collectivités autochtones. 

Il vise à encourager l'adoption d'approches axées sur les villes intelligentes pour améliorer la qualité de vie des résidents grâce à l'innovation, aux données et aux technologies connectées. 
Au total, Infrastructure Canada a reçu 130 candidatures admissibles des collectivités de partout au Canada. 

Le jury a choisi 20 candidatures finalistes dans 4 catégories de prix et chacun a reçu 250 000 $ pour l'aider à élaborer sa proposition finale. 

Plus de détails : Défi des villes intelligentes du Canada

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By mtlurb
      Et ça continue, on improvise parce que les limites de vitesse arbitraires ne sont simplement pas respectées.... alors on force les gens à faire ce qui contredit le code de la route et le bon sens. 
       

      https://www.tvanouvelles.ca/2019/09/10/interdit-de-se-garer-a-moins-de-13-metre-du-trottoir
    • By loulou123
      La PresseLe samedi 28 avril 2007
       
      Tout indique que Montréal fera une importante annonce sur le vélo au centre-ville lundi. La fameuse épine dorsale du réseau cyclable, attendue depuis 20 ans, sur le boulevard de Maisonneuve, deviendrait enfin réalité, selon ce qu'a appris La Presse.
       
      Le responsable du transport au comité exécutif de la Ville de Montréal, André Lavallée, a confirmé hier qu'il s'apprête à dévoiler quelque chose de «gros». Mais il s'est contenté de rire lorsque questionné au sujet de l'ouverture d'une voie sur de Maisonneuve.
       
      Le lien manquant
       
      Vélo Québec espère depuis 20 ans l'ouverture de ce tronçon qui compléterait le lien d'est en ouest. Présentement, la piste cyclable s'arrête d'un côté à la rue Berri, et de l'autre, à la rue Green. Les cyclistes doivent ensuite s'engager en zigzag dans les rues de Montréal pour accéder au coeur du centre-ville.
       
      Patrick Howe, de Vélo Québec, explique qu'une piste cyclable est au centre du «plan d'accès au centre-ville» que son organisation avait déposé auprès des élus, en 2005. Ce plan était le fruit de deux études qui avaient conduit Vélo Québec jusqu'à Vancouver et Toronto pour comparer les réseaux cyclistes et identifier les meilleures solutions.
       
      Carrefour du Parc
       
      Par ailleurs, l'équipe Tremblay est sur le point d'annoncer l'ouverture d'une piste cyclable d'environ un kilomètre, dans l'axe des avenues du Parc et des Pins. La voie s'étendra de la rue Rachel (au nord) à la rue Hutchison (au sud).
       
      Cette piste cyclable sera réalisée à l'intérieur du budget de 6,5 millions consacré à l'aménagement des abords du nouveau carrefour du Parc. La dernière phase de ces travaux, qui s'élève à 29,5 millions, comprend la construction du trottoir à l'est de l'avenue du Parc, l'installation de lampadaires de rue et de parcs, et la plantation d'arbres.
       
      «Ce sera une piste cyclable confortable, drapée de vert, assure André Lavallée, qui en fera l'annonce prochainement. La piste deviendra une des entrées du centre-ville.»
       
      Le responsable du dossier au comité exécutif ajoute qu'il est impératif pour Montréal de repartager la chaussée avec les cyclistes et les piétons.
       
      «Autrefois, les cyclistes et les piétons étaient considérés comme une nuisance au centre-ville, dit-il. Les pistes cyclables dans la rue Wellington, Saint-Urbain et Notre-Dame, qui ont été ouvertes l'an dernier, sont en train de transformer les habitudes de circulation des Montréalais.»
    • By acpnc
      Publié le 12 août 2016 à 13h38 | Mis à jour le 12 août 2016 à 13h38
       
      Les Forges de Montréal menacées d'éviction par la Ville
       
      Les Forges de Montréal, un organisme sans but lucratif, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque, selon Mathieu Collette.
       
      La Presse Canadienne
      Giuseppe Valiante
       
      Au beau milieu d'une autoroute et de silos à grains le long du canal Lachine, à Montréal, se trouve une structure grisâtre âgée de 130 ans qui abrite des forgerons pratiquant le métier d'antan.
       
      Mathieu Collette, avec sa salopette noire et sa queue de cheval nouant ses cheveux foncés, travaille sur une pièce de fer rouge de chaleur placée sur une enclume française vieille de 230 ans.
       
      « Personne au Canada ne fait ce que nous faisons, dit-il alors qu'une goutte de sueur perle sur son front. Nous sommes même uniques en Amérique du Nord. »
       
      Bien que plusieurs cours de forge existent ailleurs au Canada, M. Collette affirme que son organisme sans but lucratif, Les Forges de Montréal, dans l'édifice où il travaille, est le seul endroit en Amérique du Nord consacré à enseigner les techniques d'époque.
       
      Ses collègues et lui offrent des cours à tous ceux qui sont intéressés à garder le métier de forgeron bien vivant.
       
      Depuis 2000, M. Collette et plusieurs autres forgerons se partagent l'espace, mais ils affirment que la Ville de Montréal veut les chasser de l'endroit en raison d'un conflit sur le bail.
       
      « La Ville veut mettre ses camions là », soutient M. Collette devant la fenêtre donnant sur l'autoroute Bonaventure, qui est à quelques mètres de l'édifice.
       
      Il pourrait prendre son matériel et déménager, mais M. Collette estime que le lieu de son atelier est aussi important que les méthodes qu'il enseigne à ses élèves.
       
      Derrière la structure de pierre est situé le canal Lachine, qui était auparavant à proximité des usines de bois transformé, d'acier, de cuir et d'autres produits qui ont été essentiels au développement du Canada.
       
      Tout juste à côté de l'édifice se trouvent d'imposants silos à grains, qui appartiennent à l'entreprise propriétaire de la farine Five Roses - dont le panneau en néon rouge illumine le ciel de Montréal chaque soir.
       
      Le fait qu'un atelier de forge soit entouré d'usines et de voies ferrées - des symboles de la Révolution industrielle - n'échappe pas à Mathieu Collette.
       
      « Nos techniques anciennes sont vivantes et sont [des symboles] de la Révolution industrielle au Canada », souligne-t-il.
       
      Le gouvernement possède le terrain sur lequel la structure est érigée et M. Colette souhaite discuter avec Ottawa pour agrandir l'atelier et créer un musée ainsi qu'une aire récréative extérieure afin de raconter l'histoire industrielle du Canada.
       
      « C'est totalement unique ici. Juste derrière nous est [située] l'entrée du canal qui a bâti le Canada: les moulins, le train, le pont Victoria derrière nous... Personne ne sait ça. Nous voulons faire un musée qui explique tout ça. »
       
      Mais M. Collette et ses partenaires doivent d'abord régler leur conflit avec la métropole, qui est propriétaire de l'édifice. Le forgeron dit qu'il avait une entente avec l'ancienne administration municipale pour remettre à plus tard des rénovations onéreuses.
       
      La Ville de Montréal soutient plutôt que cette entente n'avait jamais été formellement approuvée et que le groupe viole les clauses du bail en ne procédant pas aux rénovations.
       
      Une porte-parole de la municipalité, Anik de Repentigny, a écrit dans un courriel que les Forges de Montréal ne respectaient pas les obligations du contrat et que « le dossier suit son cours ».
       
      « Nous n'avons pas d'autres commentaires », a-t-elle dit.
       
      Mathieu Collette espère que les Montréalais et le maire reconnaîtront que son groupe protège l'héritage culturel de la ville.
       
      « Nous sommes une équipe de passionnés qui aimons partager les techniques anciennes de forge avec le public. Avant, les gens étaient fiers de faire des objets qui dureraient pour toujours. Et c'est pourquoi les anciennes techniques sont meilleures que les nouvelles », a-t-il fait valoir.
       
      La technique de forge en bref
       
      - La forge traditionnelle utilise les quatre éléments: la terre (le fer), l'air (pour augmenter la chaleur du fer), l'eau (pour refroidir le métal) et le feu (pour forger).
       
      - Le charbon de forge peut atteindre une température d'environ 1600 degrés Celsius.
       
      - Pour forger, il faut du charbon, une enclume, un marteau et de la poudre de borax (pour éviter l'oxydation).
       
      - À la fin de sa formation, l'apprenti forgeron saura faire des trous dans le métal, souder deux pièces ensemble et scinder le métal.
       
      - Les métaux par excellence sont le fer et l'acier en raison de leur solidité et de leur durabilité.
       
      - Un bon apprenti peut devenir forgeron après environ trois ans.
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201608/12/01-5009878-les-forges-de-montreal-menacees-deviction-par-la-ville.php
    • By ProposMontréal
      Webcam: http://www.nouveauchamplain.ca/chantier/chantier-en-direct/
       
      Discussion portant sur le nouveau Pont Champlain.
    • By nephersir7
      25 juillet 2018, en face du terminus Chevrier