Recommended Posts

http://www.lapresse.ca/maison/immobilier/201606/02/01-4987626-un-condo-sur-trois-vendu-a-perte.php

 

L'immobilier, un moyen assuré de s'enrichir*? Certainement pas pour les Québécois qui ont acheté un condo au cours des trois dernières années.

La firme JLR a analysé toutes les transactions impliquant des copropriétés achetées en 2012 ou 2013 et revendues avant le 31*décembre dernier. Sa conclusion*? Près du tiers des vendeurs ont dû se résoudre à accepter un prix égal ou inférieur à celui qu'ils avaient payé*!

Plus de la moitié (56*%) des 7195*condos vendus depuis 2012 ont généré un gain de moins de 5*% pour leur propriétaire, révèle l'étude publiée la semaine dernière par JLR. Une fois les frais de courtage, de notaire, les droits de mutation et l'inflation pris en compte, ce gain « se transforme souvent en perte ».

La plus-value médiane lors de la revente a été de 3,9*%, toutes transactions confondues, précise l'étude de JLR.

Beaucoup de pertes à Québec

La situation est encore pire dans la ville de Québec, où l'orgie de construction des dernières années a entraîné une surabondance de copropriétés sur le marché.

Selon l'analyse de JLR, 37*% des condos ont été vendus à un prix égal ou inférieur au coût d'achat dans la Vieille Capitale. La proportion de propriétaires « perdants » grimpe à 62*% lorsqu'on inclut les appartements revendus avec un profit inférieur à 5*%.

« Ces résultats corroborent le rapport de l'évaluation du marché de l'habitation de la SCHL, qui indique que le niveau élevé de l'offre de copropriétés demeure inquiétant dans la RMR de Québec », souligne l'étude.

JLR conclut qu'il est « peu probable de sortir gagnant d'une revente après un court délai de possession », à moins d'avoir investi en rénovations pour améliorer la valeur de revente de sa copropriété.

De quoi faire réfléchir sur ses besoins à court et à moyen terme avant de déposer une offre sur un condo.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut «extraire» deux considérations distinctes de cet article.

 

1) Les coûts de transaction (courtage, notaire, droits de mutation). Comme ceux-ci sont proportionnellement les mêmes, sans égard au temps écoulé entre l'achat et la revente, il est normal qu'ils pèsent plus lourd dans le calcul du bénéfice net (s'il y a lieu) quand la seconde transaction a lieu peu de temps après la première, parce que l'appréciation normale de la propriété aura eu moins de temps pour se manifester. Ceci s'applique à tous les marchés.

 

2) Le cas de la Ville de Québec. S'il est vrai qu'il y a plusieurs raisons qui peuvent jouer en faveur de la formule «condo» plutôt que la formule «maison individuelle avec son propre terrain», il y en a quand même une ou deux qui prédominent: une localisation plus avantageuse (par exemple la proximité du lieu de travail) et une consommation moindre de terrain par unité résidentielle (ce qui se traduit par un coût total moindre, toutes choses égales par ailleurs). Evidemment, les préférences individuelles varient, mais les prix du marché s'établissent en fonction du consensus implicite qui se manifeste dans l'offre et la demande. Sur la base de ces principes généraux, on devrait facilement découvrir que dans le cas de la Ville de Québec, notamment, les avantages relatifs inhérents à un lieu de résidence situé près de son lieu de travail sont sensiblement moindres que dans une plus grande ville comme Montréal. A cela s'ajoute le fait que certaines concentrations de lieux d'emplois --par exemple le boulevard Laurier à Sainte-Foy, demeurent trop éloignés des lieux privilégiés de divertissement pour qu'on puisse mener un style de vie intégralement urbain sans voiture ou usage de transport en commun. (Je pourrais élaborer et aller dans les nuances, mais ça ne devrait pas être nécessaire pour fins de démonstration. Et encore une fois: il y a des cas particuliers, des exceptions, mais ce n'est pas cela qui fait le marché). Alors, qu'est-ce que j'en conclus? --Les promoteurs ont surestimé la demande pour l'habitation en condo à Québec.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Nameless_1
      Le marché Atwater fait peau neuve
       
      D’importants travaux se déroulent au marché Atwater depuis le mois d’avril. Si, jusqu’à présent, les clients n’ont pas été témoins des différents chantiers, ils seront aux premières loges dès la semaine prochaine. La fin des travaux est prévue pour la mi-novembre.
       
      http://journalmetro.com/actualites/montreal/370057/le-marche-atwater-fait-peau-neuve/
    • By loulou123
      13/08/2007 Un nouveau lien routier entre Montréal et Laval pourrait être construit grâce au prolongement de l'autoroute 440.
      Le tracé passerait par Sainte-Dorothée, traverserait la rivière des Prairies et se rendrait à l'autoroute 40 via l'Île-Bizard, Pierrefonds et Kirkland.
       
      Ce sont les travaux de prolongement des autoroutes 25 et 30 qui ont ravivé cette vieille idée. Le projet avait déjà été présenté une première fois il y a 35 ans, mais il avait été mis sur la glace après le moratoire de 1977.
       
      Les maires de l'ouest de l'île préfèreraient un boulevard urbain, mais le maire de Laval Gilles Vaillancourt croit qu'une autoroute est la seule solution pour régler les problèmes de circulation.
       
       

    • By booboohome2003
      Nouveau projet immobilier sur l'Ilot Mont-Royal Ford - Le Plateau sans concession !
      MONTREAL, le 4 sept. /CNW Telbec/ - C'est lors d'une rencontre avec les
      citoyens de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal que le Groupe Gabriel a
      dévoilé hier son projet de développement sur l'ancien site du concessionnaire
      Mont-Royal Ford, entre les rues Fullum et Messier. Le Groupe Gabriel a ainsi
      annoncé son intention de démolir, dès que possible, tous les bâtiments de
      l'ancien concessionnaire automobile pour les remplacer par un projet
      résidentiel avec une partie commerciale sur le côté nord de l'avenue du
      Mont-Royal.
       
      Des bonnes nouvelles pour les résidents du secteur
       
      Le projet propose la relocalisation du Metro Supermarché Mont-Royal
      (actuellement au coin de la rue Parthenais), lequel comprendra, aux deux
      étages supérieurs, 46 unités d'habitation dont 23 logements sociaux. Ce nouvel
      emplacement, d'une superficie plus grande, notamment pour la préparation
      d'aliments en sous-sol, permettra non seulement une meilleure offre
      alimentaire dans le secteur, mais aussi une gestion nettement améliorée des
      livraisons et de la circulation.
      Sur la portion nord du site, 180 unités d'habitation en copropriété
      seront construites, dont plus d'une quarantaine spécifiquement destinée aux
      familles. Une attention toute particulière a été portée afin d'élaborer un
      projet qui saurait maximiser les espaces verts, minimiser le stationnement sur
      rue et offrir des avantages aux cyclistes. C'est ainsi que l'architecte
      Louis-Paul Lemieux, de l'Atelier Ville Architecture Paysage, a présenté un
      projet aux lignes architecturales originales, proposant la construction de
      quatre bâtiments disposés perpendiculairement aux rues Fullum et Messier.
      Cette disposition des bâtiments, contrairement aux alignements traditionnels
      en façade des rues, permet des percées visuelles majeures tout en améliorant
      la qualité du milieu de vie et de l'environnement.
      Tout au long de la soirée, les citoyens ont émis des commentaires
      constructifs visant la bonification du projet. Il a notamment été question de
      la proportion de logements sociaux et abordables, de l'aménagement des façades
      de côté du marché Metro et de l'intégration d'une dimension artistique ou
      culturelle au projet. L'ensemble de ces commentaires ont été reçu
      favorablement par les représentants du Groupe Gabriel et de Metro qui se sont
      engagés à les considérer en vue de pouvoir les intégrer au projet.
      "Nous souhaitons ardemment participer à la revitalisation du quartier.
      Nous sommes très heureux d'avoir pu rencontrer nos voisins afin de les
      informer de ce projet dont nous sommes très fiers. Cela nous a non seulement
      permis de répondre à leurs questions, mais aussi de connaître leurs
      préoccupations. Nous visons la meilleure intégration possible de notre projet
      dans ce secteur de l'arrondissement qui en a bien besoin", a déclaré
      M. Fadi Azouz, responsable du projet au sein du Groupe Gabriel.
       
      Le Groupe Gabriel est une entreprise familiale québécoise en affaires
      depuis plus de 20 ans et particulièrement active dans les domaines de
      l'automobile et de l'immobilier.
       
       
       
      Renseignements: Pierre Guillot-Hurtubise, (514) 581-6068; Source: Groupe
      Gabriel
    • By jesseps
      (Courtesy of Metro Montreal)
       

    • By MtlMan
      Le Mackay "revisité".....
       
       
       
       
      http://www.journalmetro.com/linfo/article/610291--feu-vert-a-la-construction-d-une-residence-etudiante-sur-mackay
       
       
      Permettez un commentaire: PUTAIN D'OCPM! Ils auront réussi à transformer un projet qui avait de la gueule en tourette sans envergure.... C'est vrai que je n'ai pas vu les nouveaux rendus, mais de 34 à 23 étages, parions que ça va passer pas mal plus inaperçu! Surtout à cet endroit! Un vrai crime...