Recommended Posts

Pinned posts

Réseau express métropolitain (REM)

REM.png

26 stations / 67 km

Liens utiles :


TRAINS

  • Voiture de type métro léger, électrique
  • Flotte d'environ 240 voitures à la mise en service
  • Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
  • Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
  • Configuration entre deux voitures de type "boa"
  • Alimentation électrique par caténaire
  • Systèmes et conduite automatisée des trains
  • Vitesse maximale de 100 km/h

STATIONS / GARES

  • Quais d'environ 80 m de long
  • Portes palières sur les quais
  • Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
  • Accès universel
  • Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
  • Wi-Fi offert sur toute la ligne
  • Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle

---
Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/

Share this post


Link to post
Share on other sites
R.E.M. (Réseau électrique métropolitain):

- 67 km jusqu'à Ste-Anne-de-Bellevue dans l'ouest et jusqu'à Deux-Montagnes au nord

- 24 stations, 20h/jour, 7 jours sur 7

- Train de la rive-sud à toutes les 3 minutes en heures de pointe

- Construction de printemps 2017 à fin 2020

L'AMT vont-ils retirer les trains de banlieue actuels de service?

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'AMT vont-ils retirer les trains de banlieue actuels de service?

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Pour Deux-Montagnes, oui. Pour Vaudreuil, peut-être dans la portion montréalaise.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pour Deux-Montagnes, oui. Pour Vaudreuil, peut-être dans la portion montréalaise.

Je pensais uniquement à la ligne Deux-Montagnes. La ligne Vaudreuil-Dorion va probablement rester en service car elle quitte l'île, alors que le SLR non.

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je pensais uniquement à la ligne Deux-Montagnes. La ligne Vaudreuil-Dorion va probablement rester en service car elle quitte l'île, alors que le SLR non.

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Ce que je voulais dire, c'est que le service sur Vaudreuil-Hudson ne va peut-être pas s'arrêter à Montréal, étant donné le SLR. Mais certainement, il va continuer de desservir les banlieues ouest (Pincourt, Vaudreuil, etc.)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Wow wow wow je suis en attente de mon vol a Zurich. Et paf voila ce que je vois.

 

En plein ce que je pensais. Tout le tracé que j'avais imaginer ils on voler mon idée. Le tracé dans la cour Turcot ne faisait pas de sens. La doney spur jusqu'a la jonction avec la 13. Manque juste la station de metro bois-francs.

 

Esperons que l'on eliminine pas le train de l'ouest quand meme. Mais si Via pousse pour ses voies dediés pour aller a Toronto ca peut aider pour le train de l'ouest.

Edited by andre md

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.montrealgazette.com/business/cnw/release.html?rkey=20160422C8120&filter=5611

 

MONTRÉAL, April 22, 2016 /CNW Telbec/ - CDPQ Infra, a subsidiary of Caisse de dépôt et placement du Québec, unveiled plans today for its Réseau électrique métropolitain (REM), an integrated, world-class public transportation project. Launched 288 days after the creation of CDPQ Infra, the proposal marks the beginning of a series of consultations to be held over the next few months with stakeholder groups and interested citizens.

 

As proposed, the REM will link downtown Montréal, the South Shore, the West Island (Sainte-Anne-de-Bellevue), the North Shore (Deux-Montagnes) and the airport in a unified, fully automated, 67-km light rail transit (LRT) system comprising 24 stations and operating 20 hours a day, 7 days a week.

 

Once completed, the REM will be the third largest automated transportation system in the world after Dubai (80 km) and Vancouver (68 km), and just ahead of Singapore (65 km). For the metropolitan area, the REM also represents the largest public transportation infrastructure since the Montréal metro, inaugurated in 1966. Combined with existing transportation networks (metro, trains and buses), the REM opens a new era of public transit development in the Greater Montréal area.

 

The solution proposed by CDPQ Infra will:

offer an integrated, efficient and reliable service

constitute Québec's first "public-public" partnership project

build a new network of strategic importance for the Greater Montréal area and for Québec

foster environmentally sustainable transportation

 

Integrated, efficient and reliable service

 

As a single, integrated transportation network, the REM will offer a number of efficient travel options in the Greater Montréal area. Connections between the new network and existing bus, metro and train systems have also been designed to simplify itineraries.

 

With frequent and reliable service running from 5:00 am to 1:00 am – 20 hours a day, every day – the REM represents a new paradigm and significant time savings for commuters in the metropolitan region. The decision to use dedicated tracks will allow for quick and uninterrupted travel, and passengers will have Wi-Fi connectivity and access to live status updates.

 

New stations will be integrated into their urban environment and designed to allow easy access for pedestrians, bicycles, cars and buses. All stations will be covered, climate-controlled, equipped with elevators, and will meet the principles of universal access.

 

Finally, by choosing the Highway 40 route to the West Island, the project allows for the creation of a dedicated corridor for public transportation, without the need to share tracks with freight trains.

 

Public-public model

 

The project aims to reinforce the dynamism of the Montréal economy. It demonstrates the potential of CDPQ Infra's public-public partnership model. While improving people's daily lives, the REM will generate stable returns for la Caisse and its clients.

 

"Today we are proposing an innovative public transit solution that will improve the quality of life in Montréal and deliver important economic, social and environmental benefits. It will improve the metropolitan region's overall competitiveness," said Michael Sabia, President and Chief Executive Officer of la Caisse. "The new transit system will also deliver long-term, stable investment returns very well aligned with the needs of our depositors, the people of Québec."

 

"As such, this project is perfectly in line with our overall strategy and with our approach to investing in Québec – focused as it is on the development of high-impact, commercially sound projects. Every time passengers use their new transit system, they will be helping to secure their future retirement. This virtuous circle serves as a good illustration of the principle underlying the public-public partnership model," added Mr. Sabia.

 

"Nine months after the launch of CDPQ Infra, we are taking another important step," said Macky Tall, President and Chief Executive Officer, CDPQ Infra. "Much work remains to be done, but today we are unveiling a state-of-the-art solution. With highly frequent service, 20 hours a day, universal access and Wi-Fi available throughout the network, the REM promises to improve the daily commute of hundreds of thousands of people. We are committed to delivering the project on-time and on-budget."

 

A network of strategic importance for the metropolitan area and for Québec

 

The new network represents an investment of approximately $5.5 billion. La Caisse is willing to commit $3 billion to the project. The proposed financial structure also requires investments by the governments of Québec and Canada.

 

"A network as significant as the one we are proposing could potentially add more than $3 billion to the Québec GDP over four years. We also expect close to $5 billion in private real estate developments along the chosen route," said Christian Dubé, Executive Vice-President, Québec at la Caisse. "Such economic benefits clearly show that la Caisse's return objectives go hand-in-hand with Québec's economic development."

 

The new network will generate approximately 7,500 direct and indirect jobs annually during the 4-year construction phase, and more than 1,000 permanent jobs once in operation.

 

The plan also includes reserve capacity to meet future needs, with five potential stations envisioned for areas such as McGill University and Université de Montréal. The proposed route will also go through areas with high economic development potential, including the airport, Technoparc St-Laurent, Université de Montréal, the Peel Basin and the Wellington-Bridge area.

 

Fostering sustainable transportation

 

The new network will be efficient, accessible and well-connected to existing transit systems, encouraging the use of electric public transportation in five key areas of the metropolitan region.

 

The REM could thus help reduce GHG emissions by 16,800 tonnes annually and accelerate Québec's transition to a low-carbon economy. At the same time, this new public transit system could reduce economic losses associated with traffic congestion, currently estimated at $1.4 billion annually in the Greater Montréal area.

 

Next steps and conditions for success

 

The decision to move forward with the construction of this major public transportation project is conditional upon the financial participation of the governments of Québec and Canada, which forms an integral part of the proposed financial structure.

 

CDPQ Infra will begin a consultation process with various stakeholders in the coming weeks. Information and discussion sessions will also be organized for the general public in all areas affected by this extensive new network. CDPQ Infra is committed to providing open, regular and timely communications through each phase of the project.

 

CDPQ Infra plans to submit this project to the environmental impact public hearing (BAPE) process at the end of the summer of 2016.

 

CDPQ Infra is committed to rigorously managing the procurement process by issuing open and transparent international calls for tenders. This process will be based on global best practices for efficiency and transparency.

 

If all these steps are taken successfully, construction is currently expected to begin in the spring of 2017, so that the first trains can be in service towards the end of 2020.

 

For more information, citizens are encouraged to consult the new Project section in the CDPQ Infra website: cdpqinfra.com.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Donc si je comprends bien ils vont emprunter la ligne ferroviaire qui relie le sud à la gare bonaventure?

Ils vont probablement faire un raccordement à la ligne empruntée par le train de banlieue Mont St-Hilaire au croisement de l'autoroute Bonaventure et utiliser les quais de l'AMT à la Gare Centrale.

 

 

Envoyé de mon SGH-T999V en utilisant Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Amazing news. This is totally outside the scope of what I was thinking. Imagine the frequency when all the branches meet up. Now, THAT, will be service!

 

A promotion video from the CDPQ Infra devision.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Nat
      Ma vision du transport Montréalais :
      - En blanc, les lignes de tramway.
      - En gris, les nouvelles routes.
      - En noir, les voies réservées sur routes existantes.
      1- Rouge : Ligne est-ouest, empruntant le tracé Ouest du REM existant, et à l'est,  les rails ou les boulevards Henri-Bourassa et Maurice-Duplessis
      2- Vert pâle : Tracé REM existant pour la Rive-Sud et l'Ile,  bifurque sur la 15 à Du Ruisseau,  puis sur la 117 à Laval,  puis sur le rail de train de banlieue de Sainte-Thérèse à Saint-Jérôme, avec une branche vers l'aéroport Mirabel (S'il est remis en fonction un jour).
      3- Rose : La ligne Deux-Montagnes, ligne indépendante de la ligne Est-Ouest. Vers le centre-ville en passant par Dorval, Lachine, Montréal-Ouest, puis tracé ligne rose déjà proposé.
      4- Métro ligne bleu ouest : Carrefour 132/730 via Montréal-Ouest et LaSalle.
      5- Métro ligne orange : Branche est prolongée jusqu'à la 15 et le SLR. Branche ouest, déviée vers Du Ruisseau.
      6- Métro ligne verte :  prolongée vers LaSalle.
      7- Tramways, en blanc : à Laval, du REM jusqu'à Pie-IX. Sur la Rive-Sud, du carrefour 132/730 jusqu'à Boucherville, en passant par Taschereau et le Vieux-Longueuil. Tramway sur Pie-IX. Tramway à l'est de Montréal tel que prévu par la CAQ, en passant par Sherbrooke et Langelier.
      8- Routes : un pont traversant le fleuve de part et d'autre de l'Ile, pour dévier le traffic de l'Ile.
      9- Voies réservées : Sur la plupart du réseau autoroutier. Les voies réservées sont moins chères et selon moi plus efficaces qu'un SLR; on peut avoir un «one seat ride». Par exemple, si je vais de Saint-Jean-sur-Richelieu à Sorel, il pourrait y avoir un bus de Saint-Jean au Dix-30 (comme c'est actuellement prévu avec le REM) et un bus partant en direction de Sorel.
      -Désolé pour la qualité, j'ai fait ça sur MS Paint :p

    • By ErickMontreal
      Des autobus privés sur Pie-IX
       

      Le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, est l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.
      Photo Alain Roberge, La Presse
       
      Bruno Bisson
       
      La Presse
       
      L’Agence métropolitaine de transport (AMT) veut confier à un partenaire privé la réalisation et l’exploitation d’une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.
       
      Ce projet, encore à l’étape préliminaire, est au cœur d’une nouvelle guerre de tranchées entre l’agence gouvernementale et la Société de transport de Montréal (STM) qui exploite les réseaux d’autobus et du métro de Montréal, et qui ne veut rien entendre du projet de l’AMT.
       
      Dans une entrevue à La Presse, hier, le directeur général de la Société de transport de Montréal, Yves Devin, a révélé qu’après « des débats épiques » avec l’AMT, qui relève du ministère des Transports, la STM a décidé de faire cavalier seul, s’il le faut, et de réaliser son propre concept d’autobus express, qui pourrait être mis en service dès 2010.
       
      Le projet de l’AMT, signale M. Devin, ne pourrait voir le jour que deux ans plus tard, en 2012.
       
      Le projet privilégié par l’AMT prolongerait la voie réservée du boulevard Pie-IX au nord de la rivière des Prairies jusqu’à l’autoroute 440, à Laval. Il inclurait la construction de grands stationnements incitatifs. Les autobus circuleraient sur des voies réservées permanentes situées en bordure du boulevard. Les passagers y monteraient donc à partir de quais aménagés sur les trottoirs.
       
      Pour la STM, a affirmé hier M. Devin, la circulation des autobus « en rive », en bordure du boulevard, ne fonctionnera pas, et limitera les performances de ce service qui serait beaucoup trop lent. C’est pourquoi le projet de la STM rendu public, dans ses grandes lignes, la semaine dernière, prévoit l’implantation des voies réservées aux autobus en plein centre du boulevard Pie-IX.
       
      Ce boulevard est une des plus importantes artères de circulation nord-sud à Montréal et est utilisé chaque jour par des dizaines de milliers d’automobilistes. Le projet des voies réservées aurait pour effet de retrancher complètement deux voies de circulation – une par direction – sur ce boulevard de six voies de largeur.
       
      Des voies surélevées
       
      Les voies de circulation destinées exclusivement aux transports en commun seraient surélevées, par rapport aux chaussées des automobilistes, et le bitume serait peint d’une couleur contrastante avec l’asphalte noir conventionnel afin de bien différencier les voies réservées aux autobus des autres voies de circulation.
      Dans une étude préliminaire, le coût de réalisation de ce projet a été très sommairement estimé «entre 45 et 90 millions de dollars».
       
      Selon M. Devin, la STM a reçu du comité exécutif de la Ville de Montréal le mandat prioritaire d’implanter ce projet dans les plus brefs délais possible.
       
      Or, lors d’une rencontre de travail récente, affirme-t-il, l’AMT « a décidé de faire ce qu’on fait généralement quand on ne veut pas prendre de décision. Elle a commandé une étude ».
       
      Le feu aux poudres
       
      Après cinq ans d’études, de discussions, d’enquêtes et de mésentente, ce nouveau mandat d’étude, confié aux firmes d’ingénieurs Cima et Genivar, semble avoir mis le feu aux poudres entre les deux organismes publics qui se livrent une guerre sans partage, depuis des années, pour le contrôle du développement des transports en commun dans la métropole.
       
      Jointe hier pour commenter les affirmations de M. Devin, la vice-présidente aux communications de l’AMT, Marie Gendron, a semblé décontenancée par la virulence de cette sortie, et a affirmé que l’agence gouvernementale, qui relève du ministère des Transports du Québec, s’estime toujours partenaire de ce projet d’autobus express dans l’axe du boulevard Pie-IX.
       
      Mme Gendron a dit tout ignorer quant à la possibilité que ce projet de voie réservée fasse l’objet d’un partenariat public-privé, et a assuré que l’AMT n’a pas commandé d’étude en ce sens. Selon elle, la nouvelle étude commandée « vise à vérifier les conditions d’exploitation d’une voie réservée permanente aux autobus au centre du boulevard Pie-IX, et à valider le scénario élaboré par un consultant, en collaboration avec la STM ».
       
      Jusqu’en juin 2002, l’AMT exploitait une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, qui fonctionnait à contresens du trafic automobile, pendant les heures de pointe seulement. La STM était responsable du fonctionnement de la voie réservée. Ce sont ses autobus, conduits par ses chauffeurs, qui assuraient cette desserte express très populaire, entre le nord-est de la ville et la station de métro Pie-IX.
       
      Ce circuit d’autobus, le R-505, était, à l’époque, l’un des plus utilisés de la métropole avec une fréquentation pouvant aller jusqu’à 8000 passagers par jour, soit l’équivalent de plusieurs trains de banlieue.
       
      Le service d’autobus a toutefois été interrompu net après la mort tragique d’une jeune femme, happée de plein fouet par un autobus alors qu’elle traversait le boulevard Pie-IX. Malgré les conclusions d’une enquête du coroner, concluant que le principe de la circulation à contresens des autobus pouvait être maintenu, moyennant certains aménagements de la voie publique, l’AMT, la STM et la Ville de Montréal n’ont jamais eu l’intention de rétablir ce service.
       
      À l’AMT, hier, Mme Gendron a assuré que malgré les désaccords entre les parties sur la meilleure manière de rétablir une voie réservée aux autobus, « nous nous entendons toujours sur la nécessité d’implanter un service d’autobus rapide dans cet axe de circulation ».
    • By jerry
      Transports: Du financement pour les tramways de Québec et de l'Est de Montréal
       
      ELSA ISKANDER 
       Mercredi, 26 juin 2019 09:55MISE À JOUR  Mercredi, 26 juin 2019 09:55
      Une entente de principe entre Montréal et le gouvernement du Québec a été conclue pour remettre les 800 millions $ d'une enveloppe fédérale allouée à la Société de transports de Montréal au tramway de Québec, a annoncé ce matin la mairesse de Montréal, Valérie Plante.   
      En contrepartie, le gouvernement donnera une somme équivalente à Montréal pour plusieurs projets de transports, dont un lien de tramway entre Lachine et le centre-ville, qui s'intégrera au projet de tramway dans l'axe de la rue Notre-Dame, dans l'Est de Montréal.   
      C'est une entente «gagnante-gagnante», a soutenu la mairesse.  
      Elle était accompagnée du président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et de la la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, pour cette annonce sur le réseau transport en commun de la ville de Québec, faite à l'hôtel de Ville de Montréal.   
      Plus de détails à venir.
      https://www.journaldemontreal.com/2019/06/26/transports-du-financement-pour-les-tramways-de-quebec-et-pour-la-ligne-rose-a-montreal

    • By Fortier
      Discussion sur la Ligne Rose, proposée par Projet Montréal

      Discussion sur la proposition de Projet Montréal en terme d'expansion du transport en commun à Montréal.
      Entente de principe datant du 2019-06-26 pour le financement de la section ouest de la Ligne Rose, de Lachine vers le centre-ville. Les détails de cette extension ne sont pas connus.