Recommended Posts

Pinned posts

Réseau express métropolitain (REM)

carte-REM-2020_FR_gris.jpg

26 stations / 67 km

Liens utiles :


TRAINS

  • Voiture de type métro léger, électrique
  • Flotte de 212 voitures Alstom Metropolis
  • Rame de 4 voitures en heure de pointe; rame de 2 voitures en hors pointe
  • Capacité de 150 passagers par voiture (assis et debout)
  • Configuration entre deux voitures de type "boa"
  • Alimentation électrique par caténaire
  • Systèmes et conduite automatisée des trains
  • Vitesse maximale de 100 km/h

STATIONS / GARES

  • Quais d'environ 80 m de long
  • Portes palières sur les quais
  • Accessibles à pied, vélo, par autobus et en voiture
  • Accès universel
  • Ascenseurs, escaliers mécaniques et supports à vélo
  • Wi-Fi offert sur toute la ligne
  • Préposés circulant dans les rames et stations pour information et contrôle

---
Fil de discussion pour les prolongements hypothétiques:
https://mtlurb.com/index.php?/topic/15107-rem-expansion-future/

Quote

 

Ancienne carte

REM.png

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois également que le BAPE a dépassé son champ de compétence en questionnant les chiffres d'achalandage et le modèle d'affaires de la Caisse. Un point important soulevé par WestAust est de savoir où se trouvaient ces critiques pour le Train de l'Est? Projet qui a non seulement entaché l'AMT mais aussi le développement du transport en commun dans la région et a contribué à la vague de cynisme qu'a une portion des québécois en ce qui concerne les projets d'infrastructure (concernant les dépassements de coût surtout). Où se trouvaient les individus qui clament maintenant que le REM sera un éléphant blanc? Une bonne question qu'il faudrait se poser est: si le REM avait été un projet de l'AMT et financé entièrement par les gouvernements fédéraux et provinciaux, les critiques fuseraient-elles autant? Ou c'est le fait de confier un projet de cette envergure à un fonds de retraite qui engendre un lever de boucliers face à celui-ci?

 

Entendons-nous: le REM n'est pas un projet parfait. Il pourrait être bonifié, notamment en ce qui concerne l'aménagement intelligent autour des stations et une desserte optimale des stations par les TEC, au point où peu de gens voudront utiliser leur véhicule. Par contre, j'ai du mal à comprendre ceux qui amènent le point de l'étalement urbain. Les banlieues s'étalent déjà très rapidement à l'heure actuelle; ne serait-ce pas intelligent de "contrôler" cet étalement par l'entremise de liens de transport collectif? Ou bien il est préférable d'oublier complètement les banlieues moins denses et augmenter l'offre de TEC uniquement sur l'île, ce qui n'enlève pas les problèmes de congestion en entrant/sortant de l'île ou entre les couronnes aux heures de pointe. Les villes de banlieue comme Deux-Montagnes et Brossard méritent autant d'être desservies par un service de transport rapide que Laval et Longueuil.

 

Maintenant, parlons des groupes d'opposition au REM qui prétendent connaître mieux que la centaine d'experts travaillant pour CDPQ Infra... Que proposent-ils en échange déjà? Ah oui, "le Grand Virage", projet de réseau de tramway qui dessert un peu Brossard, un peu Laval mais oublie complètement l'Ouest-de-l'Île... Projet qui néglige complètement un temps de trajet supérieur dû au manque de "grade-separation" et qui au final impose plus de transferts aux usagers (plus de lignes=plus de transferts). Projet qui propose de desservir l'aéroport Trudeau par tramway (??), qui constitue en soi une idée assez farfelue car le tramway est généralement plus lent et possède moins de capacité qu'un SLR. Alors franchement, pour une solution efficace, on en repassera. Le REM reste l'option la plus interconnectrice, rapide et efficace ici.

 

Ce que plusieurs ici ont dit est vrai: l'immobilisme tue le Québec. Et pour une fois qu'un projet veut avancer rapidement, il est freiné dans son ardeur.

Edited by SkahHigh

Share this post


Link to post
Share on other sites

La critique du mode de financement nouveau je veux bien. Est ce une privatisation ? Si la rentabilité n'est pas au rendez-vous ? Etc...inquiétudes légitimes.

Mais la critique de l'empiètement d'une terre agricole, non utilisée et en bordure d'autoroute, la faut arrêter de délirer quand même. C'était prévu de faire pousser des fruits et des légumes enrichis en gaz d'échappement ?

Pareil pour l'étalement urbain... sur l'île de Montréal ! Méchant étalement urbain.

 

Pareil pour le coût, "l'argent serait mieux utilisé ailleurs !" Oui, ou ?

Sûrement dans de nouvelles études pour compléter celles déjà réalisés depuis des décennies sur le prolongement du métro, le tramway et j'en passe ? Ou alors pour élargir les autoroutes ?

Edited by Calvin

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cette phrase semble un peu étrange. Pourquoi serait-il "biaisé" et "subjectif" de se plaindre, quand on ne "reçoit rien" ?

 

Ce projet a des mérites évidents. Mais le souci de rendement financier pour la Caisse semble avoir pris une importance démesurée qui l'emporte sur le souci, qui aurait été plus normal, de chercher d'abord une réponse équilibrée aux besoins en transport collectif pour la région de Montréal. Il est donc tout à fait souhaitable que prenne forme un débat public où tous les points de vue se fassent entendre.

 

Certains ici semblent fantasmer sur les dictatures, seuls régimes où il n'y a pas, en effet, de débats publics...

 

Peut-être que je me suis mal exprimé. Ce que je veux dire, c'est que les individus vont, naturellement, concevoir les actions gouvernementales de façon micro, selon leurs besoins ou préférences personnelles. Très peu d'individus (outre quelques zêlés ou les membres de ce forum) ont la sensibilité ou la volonté d'étudier le contexte et de peser le pour et le contre d'un immense projet d'infrastructure.

 

Cette vision macro, est souvent réservée au politique, où plus précisément aux professionnels qui sont mandatés d'en faire l'étude au nom de l'intérêt commun. L'intérêt commun est difficile à définir, mais il est définitivement plus que la somme des analyses micro de chaque concitoyens, ce que tu suggères que l'on fasse avant d'aller de l'avant avec le REM.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce débat s'en va à gauche et à droite sans cesse... On attaque le BAPE, on attaque l'AMT, on attaque la STM, on attaque les bureaucraties, on attaques les planificateurs en transport, on attaques les "verts", on attaque Martin, on attaque Juliette, etc.

 

Récapitulons: très franchement, y-a-t-il vraiment quelqu'un qui pense que le BAPE serait assez stupide pour dépasser le cadre de son mandat et ainsi prendre le risque de s'auto-discréditer, après avoir fait l'examen de plusieurs autres projets après presque 40 années d'existence?

 

Ce dernier a répondu par communiqué à la CDPQ Infra voyant sa réponse cinglante. Encore une fois, citation:

 

Le BAPE a répliqué en fin d'après-midi par communiqué à ceux qui lui reprochent d'avoir outrepassé son mandat. Il a précisé que la question du développement durable touche aussi l’économie et les questions sociales. Il ajoute qu’il a reçu trop tard certains documents de la Caisse, après avoir écrit son rapport. « [P]lusieurs éléments essentiels du projet n’ont pu être analysés par la commission. D’importants documents ont en effet été acheminés à la mi-décembre à la commission après qu’elle eut complété son analyse et terminé la rédaction de son rapport qui a été déposé au ministre le 22 décembre », peut-on lire.

 

Lien: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1012425/reseau-electrique-metropolitain-cdpq-rem-infra-critique-rapport-bape-cdpq-critique

 

Si des gens se mettent à taper sur le dos du BAPE, c'est qu'il y a alors, ironiquement, une part de vérité dans son rapport et qui gêne énormément les élus et les gens de la CDPQ Infra, démontrant qu'ils n'ont pas fait correctement leurs devoirs ou qu'ils n'ont pas soumis toutes l'informations nécessaires telles que mentionnées ci-dessus. Et il faut aussi rappeler que la CDPQ Infra a elle-même fait appel à un examen du BAPE l'an dernier pour son projet et a même participé au processus d'examen. Donc, elle devait être consciente de ce processus et de ses aboutissements et n'a qu'à assumer les critiques du rapport...

Edited by AMTFan1

Share this post


Link to post
Share on other sites

l'histoire avec le BAPE c'est qu'il ne devrait pas avoir à se prononcer. Il ne devrait pas avoir à dire s'il appuie un projet ou non. La seule chose qu'il devrait faire c'est émettre des suggestions pour améliorer un projet, sans pour autant dire qu'il est d'accord ou non. Pourquoi dire qu''il ne donne pas le feu vert s'il n'a aucun pouvoir de décision ? complètement ridicule. Je crois que ceux qui sont au BAPE se sont enflés la tête.

Edited by vivreenrégion

Share this post


Link to post
Share on other sites

Honnêtement, on s'en bat les couilles du rapport. Il a été complété, malheureusement, avec beaucoup d'information en moins, et il n'a tout de même pas désavoué le projet. Le trajet passant par la 20, ça couterait plus cher et ça séparerait la "ligne" en deux à partir de la gare centrale. Pour le reste, je ne vois pas quelles "recommandations" dans ce rapport qui pourrait être réellement adopté.*

Share this post


Link to post
Share on other sites
l'histoire avec le BAPE c'est qu'il ne devrait pas avoir à se prononcer. Il ne devrait pas avoir à dire s'il appuie un projet ou non. La seule chose qu'il devrait faire c'est émettre des suggestions pour améliorer un projet, sans pour autant dire qu'il est d'accord ou non.

 

... Voilà!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les boys serieusement vous faites durs, les commentaires de certains me font penser a une reunion de partisans de Trump. CDPQ a botche le processus d'audience en envoyant de l'information incomplete, a la derniere minute ou les deux, bref en ne prenant pas vraiment le processus au serieux et le monde s'etonne du contenu du rapport du BAPE?! Et c'est ce dernier qu'on accuse d'etre arrogant et deconnecte de la realite? Pour ceux qui ont moindrement une experience en planification de grand projet, les observations du BAPE n'etaient que malheureusement trop pevisibles. CDPQ est un peewee dans le domaine du developpement de projet public et ils recoltent aujourd'hui le fruit de leur inexperience et ca ne fait que commencer. Attendez vous a un autre "wild ride" car entre leur echeancier irrealiste, les couts sous estimes et leurs methodes bully, ils vont bientot devoir changer leur approche car ils n'auront pas la meme sympathie dans quelques mois lorsqu'ils quemander 2$G de plus aux gouvernements assortis d'une garantie de revenus minimum sur la portion commerciale (car le projet ne sera autrement jamais financable) et une annonce de plusieurs annnees de retard avant meme la premiere pellete de terre quand les consortiums en lice auront confirme qu'ils revent en technicolor!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour clarification, tel que M. Pierre Renaud, l'ancien président du BAPE, l'a mentionné à l'occasion de l'un de mes cours à l'université, le BAPE n'est pas une cours de justice. Elle n'a pas de pouvoir décisionnel, car ce dernier appartient au gouvernement. C'est un organisme qui émet des autorisations à titre consultatif, qui fait l'examen des projets et émet les informations publiquement sur celui-ci. Il en étudie les impacts environnementals, socials et économiques de ces projets qui sont soumis à son examen tout en prenant en compte les 16 principes du développement durable établis au Québec.

 

En ce qui concerne les questions économiques, ce n'est pas la première fois que le BAPE s'y penche. Il l'a déjà fait pour de multiples autres projets, pas nécessairement dans le domaine du transport en commun. Il suffit de penser aux projets miniers ou au projet de la Canadian Malartic, pour lesquels le BAPE a plusieurs fois critiqué le gouvernement pour sa loi sur les mines, qui est désuète, et sur la question des redevances minières et des impôts: La miniere Canadian Malartic n’a jamais paye d’impot | Le Devoir

 

Je trouve troublant que des gens, ainsi que le promotteur lui-même, attaquent un organisme publique, qui a été instauré il y a presque 4 décennies afin de mieux défendre les intérêts du public, plutôt que de seulement ceux des particuliers, simplement parce-qu'il n'a pas dit oui et lancé des roses à un projet, au lieu d'accepter la critique et de s'ajuster par conséquent...

 

EDIT: et pour info, tel que M. Pierre Renaud me l'a mentionné, dans plus de 90% des cas le gouvernement ainsi que les promotteurs des différents projets ont toujours suivi les recommendations du BAPE et se sont ajustés par conséquent. Pourquoi le RÉM devrait faire l'exception?

Edited by AMTFan1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pour ceux qui pensent les questions economiques soulevees par le BAPE non pertinentes car apres tout ce ne sont pas des experts, je tiens tout de suite a vous rassurer, les commentaires de la communaute financiere sur le plan d'affaire de CDPQ concernant le REM sont unanimes: WTF??

 

Et le sens de mon intervention n'est certainement pas de defendre l'amt ou la stm, il me semble juste que dans une democratie fonctionelle, lorsqu'on n'est pas satisfait des institutions ou des processus, on reforme ceux-ci, on ne cree pas des organismes parallele non redevables aupres du public pour court circuiter les processus en place.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Nat
      Ma vision du transport Montréalais :
      - En blanc, les lignes de tramway.
      - En gris, les nouvelles routes.
      - En noir, les voies réservées sur routes existantes.
      1- Rouge : Ligne est-ouest, empruntant le tracé Ouest du REM existant, et à l'est,  les rails ou les boulevards Henri-Bourassa et Maurice-Duplessis
      2- Vert pâle : Tracé REM existant pour la Rive-Sud et l'Ile,  bifurque sur la 15 à Du Ruisseau,  puis sur la 117 à Laval,  puis sur le rail de train de banlieue de Sainte-Thérèse à Saint-Jérôme, avec une branche vers l'aéroport Mirabel (S'il est remis en fonction un jour).
      3- Rose : La ligne Deux-Montagnes, ligne indépendante de la ligne Est-Ouest. Vers le centre-ville en passant par Dorval, Lachine, Montréal-Ouest, puis tracé ligne rose déjà proposé.
      4- Métro ligne bleu ouest : Carrefour 132/730 via Montréal-Ouest et LaSalle.
      5- Métro ligne orange : Branche est prolongée jusqu'à la 15 et le SLR. Branche ouest, déviée vers Du Ruisseau.
      6- Métro ligne verte :  prolongée vers LaSalle.
      7- Tramways, en blanc : à Laval, du REM jusqu'à Pie-IX. Sur la Rive-Sud, du carrefour 132/730 jusqu'à Boucherville, en passant par Taschereau et le Vieux-Longueuil. Tramway sur Pie-IX. Tramway à l'est de Montréal tel que prévu par la CAQ, en passant par Sherbrooke et Langelier.
      8- Routes : un pont traversant le fleuve de part et d'autre de l'Ile, pour dévier le traffic de l'Ile.
      9- Voies réservées : Sur la plupart du réseau autoroutier. Les voies réservées sont moins chères et selon moi plus efficaces qu'un SLR; on peut avoir un «one seat ride». Par exemple, si je vais de Saint-Jean-sur-Richelieu à Sorel, il pourrait y avoir un bus de Saint-Jean au Dix-30 (comme c'est actuellement prévu avec le REM) et un bus partant en direction de Sorel.
      -Désolé pour la qualité, j'ai fait ça sur MS Paint :p

    • By ErickMontreal
      Des autobus privés sur Pie-IX
       

      Le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, est l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.
      Photo Alain Roberge, La Presse
       
      Bruno Bisson
       
      La Presse
       
      L’Agence métropolitaine de transport (AMT) veut confier à un partenaire privé la réalisation et l’exploitation d’une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, dans l’est de Montréal, l’un des corridors de transport collectif les plus achalandés de la métropole.
       
      Ce projet, encore à l’étape préliminaire, est au cœur d’une nouvelle guerre de tranchées entre l’agence gouvernementale et la Société de transport de Montréal (STM) qui exploite les réseaux d’autobus et du métro de Montréal, et qui ne veut rien entendre du projet de l’AMT.
       
      Dans une entrevue à La Presse, hier, le directeur général de la Société de transport de Montréal, Yves Devin, a révélé qu’après « des débats épiques » avec l’AMT, qui relève du ministère des Transports, la STM a décidé de faire cavalier seul, s’il le faut, et de réaliser son propre concept d’autobus express, qui pourrait être mis en service dès 2010.
       
      Le projet de l’AMT, signale M. Devin, ne pourrait voir le jour que deux ans plus tard, en 2012.
       
      Le projet privilégié par l’AMT prolongerait la voie réservée du boulevard Pie-IX au nord de la rivière des Prairies jusqu’à l’autoroute 440, à Laval. Il inclurait la construction de grands stationnements incitatifs. Les autobus circuleraient sur des voies réservées permanentes situées en bordure du boulevard. Les passagers y monteraient donc à partir de quais aménagés sur les trottoirs.
       
      Pour la STM, a affirmé hier M. Devin, la circulation des autobus « en rive », en bordure du boulevard, ne fonctionnera pas, et limitera les performances de ce service qui serait beaucoup trop lent. C’est pourquoi le projet de la STM rendu public, dans ses grandes lignes, la semaine dernière, prévoit l’implantation des voies réservées aux autobus en plein centre du boulevard Pie-IX.
       
      Ce boulevard est une des plus importantes artères de circulation nord-sud à Montréal et est utilisé chaque jour par des dizaines de milliers d’automobilistes. Le projet des voies réservées aurait pour effet de retrancher complètement deux voies de circulation – une par direction – sur ce boulevard de six voies de largeur.
       
      Des voies surélevées
       
      Les voies de circulation destinées exclusivement aux transports en commun seraient surélevées, par rapport aux chaussées des automobilistes, et le bitume serait peint d’une couleur contrastante avec l’asphalte noir conventionnel afin de bien différencier les voies réservées aux autobus des autres voies de circulation.
      Dans une étude préliminaire, le coût de réalisation de ce projet a été très sommairement estimé «entre 45 et 90 millions de dollars».
       
      Selon M. Devin, la STM a reçu du comité exécutif de la Ville de Montréal le mandat prioritaire d’implanter ce projet dans les plus brefs délais possible.
       
      Or, lors d’une rencontre de travail récente, affirme-t-il, l’AMT « a décidé de faire ce qu’on fait généralement quand on ne veut pas prendre de décision. Elle a commandé une étude ».
       
      Le feu aux poudres
       
      Après cinq ans d’études, de discussions, d’enquêtes et de mésentente, ce nouveau mandat d’étude, confié aux firmes d’ingénieurs Cima et Genivar, semble avoir mis le feu aux poudres entre les deux organismes publics qui se livrent une guerre sans partage, depuis des années, pour le contrôle du développement des transports en commun dans la métropole.
       
      Jointe hier pour commenter les affirmations de M. Devin, la vice-présidente aux communications de l’AMT, Marie Gendron, a semblé décontenancée par la virulence de cette sortie, et a affirmé que l’agence gouvernementale, qui relève du ministère des Transports du Québec, s’estime toujours partenaire de ce projet d’autobus express dans l’axe du boulevard Pie-IX.
       
      Mme Gendron a dit tout ignorer quant à la possibilité que ce projet de voie réservée fasse l’objet d’un partenariat public-privé, et a assuré que l’AMT n’a pas commandé d’étude en ce sens. Selon elle, la nouvelle étude commandée « vise à vérifier les conditions d’exploitation d’une voie réservée permanente aux autobus au centre du boulevard Pie-IX, et à valider le scénario élaboré par un consultant, en collaboration avec la STM ».
       
      Jusqu’en juin 2002, l’AMT exploitait une voie réservée aux autobus sur le boulevard Pie-IX, qui fonctionnait à contresens du trafic automobile, pendant les heures de pointe seulement. La STM était responsable du fonctionnement de la voie réservée. Ce sont ses autobus, conduits par ses chauffeurs, qui assuraient cette desserte express très populaire, entre le nord-est de la ville et la station de métro Pie-IX.
       
      Ce circuit d’autobus, le R-505, était, à l’époque, l’un des plus utilisés de la métropole avec une fréquentation pouvant aller jusqu’à 8000 passagers par jour, soit l’équivalent de plusieurs trains de banlieue.
       
      Le service d’autobus a toutefois été interrompu net après la mort tragique d’une jeune femme, happée de plein fouet par un autobus alors qu’elle traversait le boulevard Pie-IX. Malgré les conclusions d’une enquête du coroner, concluant que le principe de la circulation à contresens des autobus pouvait être maintenu, moyennant certains aménagements de la voie publique, l’AMT, la STM et la Ville de Montréal n’ont jamais eu l’intention de rétablir ce service.
       
      À l’AMT, hier, Mme Gendron a assuré que malgré les désaccords entre les parties sur la meilleure manière de rétablir une voie réservée aux autobus, « nous nous entendons toujours sur la nécessité d’implanter un service d’autobus rapide dans cet axe de circulation ».
    • By jerry
      Transports: Du financement pour les tramways de Québec et de l'Est de Montréal
       
      ELSA ISKANDER 
       Mercredi, 26 juin 2019 09:55MISE À JOUR  Mercredi, 26 juin 2019 09:55
      Une entente de principe entre Montréal et le gouvernement du Québec a été conclue pour remettre les 800 millions $ d'une enveloppe fédérale allouée à la Société de transports de Montréal au tramway de Québec, a annoncé ce matin la mairesse de Montréal, Valérie Plante.   
      En contrepartie, le gouvernement donnera une somme équivalente à Montréal pour plusieurs projets de transports, dont un lien de tramway entre Lachine et le centre-ville, qui s'intégrera au projet de tramway dans l'axe de la rue Notre-Dame, dans l'Est de Montréal.   
      C'est une entente «gagnante-gagnante», a soutenu la mairesse.  
      Elle était accompagnée du président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et de la la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, pour cette annonce sur le réseau transport en commun de la ville de Québec, faite à l'hôtel de Ville de Montréal.   
      Plus de détails à venir.
      https://www.journaldemontreal.com/2019/06/26/transports-du-financement-pour-les-tramways-de-quebec-et-pour-la-ligne-rose-a-montreal

    • By Fortier
      Discussion sur la Ligne Rose, proposée par Projet Montréal

      Discussion sur la proposition de Projet Montréal en terme d'expansion du transport en commun à Montréal.
      Entente de principe datant du 2019-06-26 pour le financement de la section ouest de la Ligne Rose, de Lachine vers le centre-ville. Les détails de cette extension ne sont pas connus.
    • By p_xavier
      https://www.tvanouvelles.ca/2019/01/04/en-route-vers-une-prochaine-station 
      Quelques erreurs dans le texte mais ça résume bien les projets STM en 2019.