Jump to content

Recommended Posts

Ca c'est une excellente nouvelle. Et de plus, j'ajouterais qu'il est temps qu'un endroit du genre se retrouve à Montréal afin de faire connaitre davantage les cultures amérindiennes autant du Québec et, espérons le, du Canada. J'aime bien l'idée d'un centre culturel vivant secondé par une resto gastronomique.

 

À mon avis, si ca peut aider les nations autochtones à promouvoir leur arts, cultures et traditions tout en leur permettant de retrouver une certaine fierté à l'idée qu'on parle d'eux pour autre chose que des raisons plutôt négatives, alors c'est tant mieux. Et du coup, les nations autochtones vont aider Montréal à se doter d'un endroit culturel original et intéressant. Ils vont participer pleinement à l'essor artistique de Montréal, alors moi je dis que c'est du gagnant-gagnant.

 

Maintenant, j'ai bien hâte de connaitre l'endroit ou sera construit ce centre.

Link to comment
Share on other sites

Ca c'est une excellente nouvelle. Et de plus, j'ajouterais qu'il est temps qu'un endroit du genre se retrouve à Montréal afin de faire connaitre davantage les cultures amérindiennes autant du Québec et, espérons le, du Canada. J'aime bien l'idée d'un centre culturel vivant secondé par une resto gastronomique.

 

À mon avis, si ca peut aider les nations autochtones à promouvoir leur arts, cultures et traditions tout en leur permettant de retrouver une certaine fierté à l'idée qu'on parle d'eux pour autre chose que des raisons plutôt négatives, alors c'est tant mieux. Et du coup, les nations autochtones vont aider Montréal à se doter d'un endroit culturel original et intéressant. Ils vont participer pleinement à l'essor artistique de Montréal, alors moi je dis que c'est du gagnant-gagnant.

 

Maintenant, j'ai bien hâte de connaitre l'endroit ou sera construit ce centre.

 

Bien d'accord. Et je me pose la même question quant à l'endroit. 6000 m2, ça fait pas mal, mais sûrement pas en largeur. Alors un édifice existant? Ou nouveau?

Link to comment
Share on other sites

Il est en effet grandement temps de parler des autochtones autrement qu'au passé ou de manière négative, en faisant toujours ressortir leurs misères et leur pauvreté. Nous avons d'ailleurs beaucoup à apprendre de leurs cultures et connaissances particulières sur l'environnement notamment. Ce sera aussi bon pour eux, surtout pour la jeune génération qui a besoin de s'approprier davantage ce précieux patrimoine.

 

Disons aussi que la vision autochtone de la nature est beaucoup plus près de l'écologie et des sciences environnementales. Elle s'inscrit donc parfaitement dans cette mouvance internationale de retour à la terre et ses valeurs de respect et d'harmonie avec le territoire. Ainsi en puisant profondément dans les traditions et la science des premières nations, nous amélioreront certainement nos propres façons de faire en développement durable. Nous pourrons en même temps nous imprégner un peu plus de la sagesse ancestrale des premières nations, si longtemps méprisée et incomprise.

 

Je prends particulièrement pour exemple notre profonde méconnaissance des plantes indigènes et leurs usages autant pour les soins de santé, que pour des produits de consommation ou de gastronomie. Comme on dit: il n'y a pas de mauvaises herbes, seulement des plantes dont on ignore les bienfaits et qui nous sont tout simplement étrangères ou malaimées.

 

Bien sûr ce lieu de rencontres et de diffusion devrait dépasser largement le cadre environnemental. Car c'est toute une façon de penser et de concevoir le monde qui nous est offert en partage, en provenance d'un riche passé, tout en étant orienté, on l'espère, vers un avenir meilleur, au profit de toute la communauté.

Link to comment
Share on other sites

It is time that we go beyond `we`and `they`. Who exactly is `we` in Quebec? `We` can learn from `them`??? This is a not-so-subtle way of `othering`people, of reminding `them;` that `they` are different and are not part of the core `we` group.

 

Anyone living in Quebec is part of the `we`, or, much more appropriately, the `nous`. Irrespective of the colour of our skin, our native language, our ethnicity, our religion, we are all equally part of the `nous`.

Link to comment
Share on other sites

It is time that we go beyond `we`and `they`. Who exactly is `we` in Quebec? `We` can learn from `them`???

 

This is why this news is great. This is why we should all be glad that it is finally happening and this is probably the beginning of a new ''collaboration'' beetwen them and us. And I use the term them and us in a way that ''THEM'' represents the Quebec first nations who mostly live in rural or remote areas (except for the mohawks), as oppose to ''US'' who are more urban and montrealers.

 

I'm the one who believes that many of us have ''indian'' blood in our vein. Just like a lot of us have acadian ancestors and I would also love to see the acadians have a better place in Montréal other than street names.

 

Big part of my family lives in Gaspésie. And I refer to them as....''THEM''. Not because they have a different skin colour, a different language, a different religion or ethnicity, of course not, but more because of their rural lifestyle, much closer to the ocean and/or forrest per example as oppose to my lifestyle which is urban.

 

Well, at least, that's how I see it.

 

But above all, this new addition should be great for all of us.....

Link to comment
Share on other sites

Je suis heureux de lire toutes les réactions positives à cette annonce. Nul doute que plusieurs ont déjà une petite idée des trésors à découvrir. Mais ce qui pourra les surprendre davantage, ce sera le professionnalisme de l'organisation et de la mise en oeuvre des initiatives. C'est que, bien que méconnue de «grand public», toute une gamme d'expertise autochtone du Québec en matière de recherche, production, diffusion et de promotion (marketing) culturelle a émergé au cours des dernières années. Ses acteurs et intervenants principaux sont autant du secteur privé que public. Ses relations fonctionnelles se manifestent déjà à Québec et à Montréal, mais aussi ailleurs au Canada, en plus de groupes autochtones dans l'ensemble des Amériques et exceptionnellement dans des parties du reste du monde. Et fait remarquable, en autant que je sache, le leadership est à prédominance autochtone francophone.

 

Quelque soit le sort du projet de «lieu culturel et touristique autochtone au coeur de Montréal» annoncé pour 2018, je suis convaincu que, d'une façon ou d'une autre, l'empreinte culturelle autochtone à Montréal sera de plus en plus visible.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...