Jump to content

Square Phillips: un stationnement étagé plutôt qu'une tour de bureaux


acpnc
 Share

Recommended Posts

http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201602/23/01-4953587-square-phillips-un-stationnement-etage-plutot-quune-tour-de-bureaux.php

 

 

Square Phillips: un stationnement étagé plutôt qu'une tour de bureaux

 

Exclusif

 

Publié le 23 février 2016 à 06h19 | Mis à jour à 06h19

Maxime Bergeron

La Presse

Le projet de tour de bureaux qui était prévu au square Phillips, en plein coeur du centre-ville de Montréal, pourrait faire place à un stationnement étagé. Le promoteur Canderel projette d'y construire une telle structure pour la louer ensuite à la Ville de Montréal, a appris La Presse Affaires.

 

Canderel prévoyait ériger une tour de bureaux d’une trentaine d’étages, certifiée LEED, au 1201-1215, square Phillips. Ce n'est plus le cas.

 

Canderel vient tout juste de s'inscrire au Registre des lobbyistes dans le but d'officialiser ses pourparlers avec la Ville. Dans son inscription, on apprend que l'entreprise cherche à négocier « une entente avec la Ville de Montréal pour la construction pour la Ville et la location à la Ville de Montréal d'un stationnement à étage pour le public ».

 

Au bureau du maire Denis Coderre, on confirme que des négociations ont bel et bien été entamées avec Canderel « pour la location potentielle d'espaces » au 1201-1215, square Phillips. « Montréal est en train de se doter d'une véritable politique de stationnement et elle analyse actuellement différentes mesures qui pourraient la bonifier », a indiqué Catherine Maurice, l'attachée de presse du maire.

 

Canderel ne vise pas qu'à construire un stationnement vertical sur ce terrain stratégique du centre-ville. Le groupe planche aussi sur un projet d'habitations en partenariat avec une autre entreprise, a souligné hier Daniel Peritz, vice-président principal. Selon nos informations, il s'agirait de résidences étudiantes, ce que le dirigeant a refusé de confirmer.

 

Il n'est pas exclu que le stationnement étagé voie le jour sans le volet résidentiel, et vice-versa. Mais l'objectif ultime de Canderel reste de construire un projet qui comprendrait les deux fonctions, a indiqué M. Peritz.

 

« On ne peut pas prévoir le futur, mais l'idée est vraiment de faire un projet combiné. »

 

Depuis 2008

 

Il s'agit là d'une nouvelle incarnation pour ce vaste terrain de stationnement à ciel ouvert, acquis par Canderel en janvier 2008. Le groupe montréalais prévoyait au départ y ériger une tour de bureaux d'une trentaine d'étages, certifiée LEED, qui aurait compté plus de 600 000 pieds carrés de bureaux et commerces.

 

Le projet n'a pas réussi à attirer les locataires, si bien que Canderel a ensuite contemplé la possibilité de construire un immeuble mixte, qui aurait inclus des bureaux et des logements. Le promoteur a par la suite tenté de revendre le terrain, en 2012, pour le retirer du marché peu après.

 

Pendant un temps, l'Université McGill a aussi contemplé la possibilité de construire un « campus vertical » sur ces terrains. Le projet a été écarté lorsqu'un autre emplacement de taille - l'ancien hôpital Royal Victoria - est devenu disponible pour une conversion à l'automne 2015, a confirmé hier le porte-parole de McGill, Vincent Allaire.

 

Plus de stationnements

 

Ni Canderel ni la Ville n'ont voulu s'avancer sur un échéancier pour leurs négociations. Daniel Peritz ne cache toutefois pas qu'il a hâte de voir un projet se réaliser sur ces terrains évalués à 14,4 millions au dernier rôle d'évaluation foncière.

 

« Notre attitude est toujours : le plus tôt, c'est le mieux », a-t-il dit.

 

Le maire Denis Coderre, pour sa part, martèle depuis plus d'un an qu'il souhaite voir davantage de stationnements au centre-ville de Montréal. Cet enjeu sera d'autant plus crucial pendant les longs travaux de réfection prévus dans la rue Sainte-Catherine, qui ajouteront à la rareté déjà extrême des places disponibles.

 

Denis Coderre a encore une fois réitéré son intention « d'optimiser » le stationnement au centre-ville en décembre dernier, lorsqu'il a annoncé son projet de politique sur le stationnement.

Link to comment
Share on other sites

S'ils construisent une tour à logements sur un podium de stationnements, comme la TDC1 ou la Maison Manuvie, ce serait une bonne idée. Ce terrain doit se développer et pour l'instant une tour à bureau ne semble pas l'option la plus probable.

Link to comment
Share on other sites

Je ne veux pas trop m'avancer, mais on a une vision un peu déformée de l'offre en stationnement au centre-ville qui tend à penser qu'on manque de cases, alors qu'il y en a définitivement plus qu'il y a 30 ans. On ne les voit plus, donc il y en a moins et il en faut plus.

 

La politique du stationnement de la Ville et son affichage "intelligent" aura peut-être ça de bon : faire réaliser qu'on a ben de la place au centre-ville.

Link to comment
Share on other sites

so hilarious. parking downtown is easy. parking for free is difficult. candarel wants the city involved in the parking structure because they think that coderre will pay because of his moronic politics. it does not pencil for a private business, if it did, then other businesses would have done this already. they're asking, basically, for tax money.

 

for the city (and not for candarel or coderre), the best idea here would be to put up a student residence with a very large number (800-1000) smaller units. fill these streets with young, active people and everyone wins. imagine phillips square with the TOM and the candarel site built adding 1200-1500 new residents, would be radical.

Link to comment
Share on other sites

so hilarious. parking downtown is easy. parking for free is difficult.

 

Absolutely right. People want to basically go everywhere without leaving their lazy-boys and for absolutely free. Pathetic.

 

I would even say that I almost always find free parking, in exchange for walking a bit longer. But paying for some parking, relatively close to one's destination, that's very easy.

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Quand on vient de l'extérieur de la ville et qu'on planifie une journée en ville, mieux vaut avoir la tête tranquille et payer un stationnement privé où la voiture sera davantage en sécurité. Avec les restrictions sur rue et les horaires trop variables, sans compter les inconvénients en hiver, la formule intérieure est un excellent compromis. Ainsi tu magasines, tu sors pour un verre, ensuite tu vas au resto et tu finis au théâtre, dans une expo ou au cinéma. Tu reprends ta voiture au chaud et sans neige ou givre, la belle vie sans souci.

 

En ce qui a trait au développement de ce site, je me réjouis que le projet de tour à bureaux soit abandonné au profit d'un stationnement et fort probablement d'un type de résidence. Indépendamment de la clientèle visée, étudiants, locatif ou condos, cela amènera davantage de population au centre-ville, pour y vivre et consommer sur place. C'est ça un vrai centre-ville animé, où toutes les fonctions cohabitent dans une sorte d'autarcie.

Link to comment
Share on other sites

Quand on vient de l'extérieur de la ville et qu'on planifie une journée en ville, mieux vaut avoir la tête tranquille et payer un stationnement privé où la voiture sera davantage en sécurité. Avec les restrictions sur rue et les horaires trop variables, sans compter les inconvénients en hiver, la formule intérieure est un excellent compromis. Ainsi tu magasines, tu sors pour un verre, ensuite tu vas au resto et tu finis au théâtre, dans une expo ou au cinéma. Tu reprends ta voiture au chaud et sans neige ou givre, la belle vie sans souci.

 

En ce qui a trait au développement de ce site, je me réjouis que le projet de tour à bureaux soit abandonné au profit d'un stationnement et fort probablement d'un type de résidence. Indépendamment de la clientèle visée, étudiants, locatif ou condos, cela amènera davantage de population au centre-ville, pour y vivre et consommer sur place. C'est ça un vrai centre-ville animé, où toutes les fonctions cohabitent dans une sorte d'autarcie.

Entièrement d'accord. Quand je vais en ville, je prend toujours un stationnement intérieur pour toutes ses raisond. Il faut dire que je me suis déjà fait défoncer mon char...

Link to comment
Share on other sites

so hilarious. parking downtown is easy. parking for free is difficult. candarel wants the city involved in the parking structure because they think that coderre will pay because of his moronic politics. it does not pencil for a private business, if it did, then other businesses would have done this already. they're asking, basically, for tax money.

 

C'est la Ville qui a d'abord approché Canderel pour qu'ils construisent un stationnement, pas l'inverse. La Ville veut louer le stationnement à Canderel pour l'exploiter elle-même.

 

Ça fait partie de la stratégie pour l'avenir de la rue Sainte-Catherine:

 

les stationnements en bordure de rue pourront disparaître temporairement. La rue pourra aussi être entièrement piétonne selon les besoins du moment. « Ce que je trouve remarquable, c’est la flexibilité qu’on se donne, a commenté le maire Coderre. On peut faire un marché de Noël. On peut piétonniser complètement la rue. On peut penser à des terrasses d’été et d’hiver. »

 

Le maire Coderre avance même qu’avec l’ajout éventuel de stationnements étagés ou souterrains, on pourrait songer à éliminer les stationnements sur rue dans un avenir plus éloigné.

 

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/439950/montreal-aura-des-trottoirs-chauffants

 

 

Je ne veux pas trop m'avancer, mais on a une vision un peu déformée de l'offre en stationnement au centre-ville qui tend à penser qu'on manque de cases, alors qu'il y en a définitivement plus qu'il y a 30 ans.

 

La question de stationnement n'est pas seulement une question de nombre de places.

 

Je vais citer l'analyse que la ville a commandée à AECOM:

 

gyB5owl.png

 

Par ailleurs, le taux d’occupation moyen des stationnements hors rue ouverts au public dans le secteur A est actuellement d’environ 84 %, soit une offre résiduelle théorique d’environ 1 110 places. L’offre résiduelle en stationnement hors rue est donc en théorie largement suffisante pour répondre à une demande supplémentaire de 60 véhicules. Cependant, la tarification des stationnements hors rue étant généralement établie pour une clientèle de longue durée, le tarif pour l’utilisation d’une place pour une courte durée est nettement supérieur à celui du stationnement tarifé sur rue. Il a été estimé que la durée moyenne d’utilisation d’une place de stationnement sur rue était de quelque 95 minutes. La tarification horaire exigée dans le centre-ville pour l’utilisation réglementaire d’une place de stationnement sur rue est de 3 $, ce qui porte le coût moyen de l’utilisation d’une place à 4,75 $. L’utilisation d’une place de stationnement hors rue pour cette même durée implique un coût variant environ entre 12 et 16 $. Cela représente entre 2,5 et 3,5 fois le coût du stationnement sur rue. Par conséquent, l’offre résiduelle de stationnement hors rue n’apparaît pas une option très intéressante, dans le cas d’une perte de places de stationnement tarifé sur la rue Sainte-Catherine.

 

Le site pris en compte pour l’implantation d’un stationnement hors rue en compensation de la suppression de places de stationnement sur rue est localisé dans le secteur du square Phillips. Par rapport au projet d’aménagement de la rue Sainte-Catherine, le site potentiel se situe à l’extrême est, quel que soit le scénario envisagé. Pour rappel, le scénario 1 entraîne le retrait de 60 places de stationnement sur rue tarifée sur une longueur de 300 mètres. La localisation à l’est du site potentiel d’un stationnement hors rue permet d’identifier que la quasi-totalité des utilisateurs des places de stationnement sur rue pourraient se reporter sur le site identifié [...]

 

Dans le cadre du scénario 2, la distance à parcourir depuis le site pris en compte et les places actuellement occupées sur rue varierait entre 0 et 600 mètres. Par rapport aux recherches documentaires effectuées, une distance allant jusqu’à 300 mètres est considérée comme acceptable pour une majorité d’utilisateurs. Entre 300 et 600 mètres, il est estimé qu’une part beaucoup plus faible des utilisateurs des stationnements est prête à parcourir cette distance pour se rendre à son point de destination. Toutefois, le site retenu possède plusieurs avantages dont les principaux sont décrits ci-après :

 

* Le site potentiel est directement accessible, notamment depuis la rue Sainte-Catherine. Les utilisateurs du stationnement potentiel empruntent donc cette artère commerciale dont le réaménagement devrait contribuer à accroître le caractère agréable et la convivialité du cheminement.

 

* Desserte d’un axe fortement attractif pour le magasinage d’où une acceptabilité plus forte d’un allongement du temps de marche.

 

* Localisation à proximité de la rue Sainte-Catherine dont l’impact est significatif en ce qui a trait à la

visibilité de la part des usagers.

 

En fonction de ces éléments, l’hypothèse retenue est la suivante : environ 50% des utilisateurs du stationnement sur rue entre l’avenue McGill College et la rue Peel pourraient se reporter sur un stationnement hors rue au niveau du square Phillips

 

En complément aux estimations directes du report des places de la rue Sainte-Catherine, la pertinence de l’implantation d’un stationnement hors rue dans le cadre de ce projet peut également se justifier par les éléments suivants :

* Le regroupement d’une offre de stationnement au même endroit permet de réduire les kilomètres parcourus liés à la recherche d’une place de stationnement, les émissions de polluants, le temps de recherche d’une place ainsi que d’améliorer le confort et la sécurité des piétons et des cyclistes.

 

* La règlementation du stationnement actuellement en place sur la rue Sainte-Catherine mais aussi à ses abords entraine des contraintes pour les utilisateurs du stationnement. De plus, les chutes de neige viennent également dégrader ponctuellement l’offre en stationnement sur rue. Une offre en stationnement en souterrain ou étagée est, à l’inverse, constante

 

* Le report des automobiles stationnées sur rue permet de libérer de l’espace pour l’aménagement de mesures favorables aux transports en commun, aux piétons ou aux cyclistes.

 

* Avec une occupation actuelle de plus de 85 % pendant plusieurs heures de la journée, le stationnement sur rue de la zone d’étude est considéré à capacité. Cela est donc un point faible en termes d’attractivité de la zone d’étude pour les automobilistes. Dans le cas de l’implantation d’une offre supérieure à celle supprimée, respectant des conditions de tarification de courte durée, la zone d’étude pourrait se voir dynamisée.

 

 

http://realisonsmtl.ca/saintecath/documents/2763/download

Edited by nephersir7
Link to comment
Share on other sites

Ça serait bien si la structure du stationnement soit conçu pour supporter une tour. Comme ça, si un jour il y a un client, ils vont pouvoir construire par déçu le stationnement étagé. Comme la tour des canadiens par exemple.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...