Jump to content

Recommended Posts

Tout ce que je sais, c'est que cet immeuble était barricadé (et possiblement contaminé) depuis au moins 2011, et que c'est la Société d'Habitation du Québec qui soumet l'appel d'offres pour la démolition.

 

Il me semble que ce «type d'immeuble» n'est pas du genre que la SHQ ou son pendant montréalais aurait fait construire, alors je me demande bien par quel cheminement il (l'immeuble) serait passé dans les mains d'une société publique.

 

Au-delà de la question de savoir si le terrain sera reconstruit ou mis en vente (ou gardé en réserve?), l'information relayée par OursNoir me «rappelle» une crainte bien davantage languissante, soit: le degré appréhendé de détérioration du parc d'immeubles résidentiels locatifs au Québec. Il faudrait obtenir l'heure juste, pendant qu'il est encore temps (?)

Link to comment
Share on other sites

On peut ajouter à cela que ce n'est pas nécessairement l'âge des immeubles qui fait problème, mais leur entretien souvent négligé par les propriétaires. Ironiquement, souvent certains édifices perdent de leur attrait avec le temps parce qu'ils finissent par rapporter de moins en moins en comparaison du marché. Cela peut alors être tentant pour un propriétaire foncier, de le conduire à la démolition et le remplacer éventuellement par des condos, profitant au passage d'une plus value considérable par unité d'habitation. Surtout si la Ville permet dans les circonstances une densité supérieure sur les lots concernés, comme c'est de plus en plus le cas.

Link to comment
Share on other sites

Il me semble que ce «type d'immeuble» n'est pas du genre que la SHQ ou son pendant montréalais aurait fait construire, alors je me demande bien par quel cheminement il (l'immeuble) serait passé dans les mains d'une société publique.

 

Dans ce cas particulier, peut-être ont-ils vu le potentiel d'y construire du logement social? Dans ce cas je préfèrerais une formule coopérative ou du logement privé subventionné que des HLM classiques. Dans tous les cas, encourageons la mixité sociale quand c'est possible. On n'a surtout pas besoin que la pauvreté soit identifiée à un regroupement d'immeubles particuliers. Qu'on le veuille ou pas, la discrimination n'est jamais loin et peut être très insidieuse. On n'a qu'à voir à quel point les Habitations Jeanne-Mance ont en quelque sorte ostracisé les gens qui y habitent.

 

Donc à petite ou grande échelle, intégrons le plus naturellement possible les gens à plus faible revenu dans le tissu urbain. On évitera en même temps de concentrer la petite délinquance, qui est généralement favorisée quand on parque les plus démunis dans des ensembles qui leurs sont destinés.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...