Jump to content

Revitalisation de la rue Saint-Viateur: des bancs œuvres d’art à 5000 $


Recommended Posts

Revitalisation de la rue Saint-Viateur: des bancs œuvres d’art à 5000 $

MONTRÉAL – Alors qu’un nouveau banc public coûte généralement entre 1000 $ et 1700 $, l’arrondissement du Plateau Mont-Royal fera l’achat de 13 bancs à 5000 $ chacun pour revitaliser la rue Saint-Viateur.

 

«Ces bancs sont des œuvres d’art en bois, alors oui c’est cher pour un banc, mais ce n’est pas cher pour une œuvre d’art, lorsqu’on commande une œuvre au Bureau d’Art Public, c’est environ 150 000 $», s’est défendu Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, lundi soir au conseil d’arrondissement, interpelé par Suzanne Craig, une résidente.

«Je trouve que c’est nettement exagéré surtout dans une période d’austérité et alors que Saint-Denis, Saint-Laurent et Mont-Royal sont beaucoup plus en demande», a souligné la citoyenne qui vit dans le quartier depuis 35 ans.

 

Style bohème

 

Dans l’ordre du jour, le nouveau mobilier y est décrit comme ayant «un style de la clientèle d'artistes et de bohème de cette partie du quartier».

«Ce sont des pièces sculptées à la main, à même une seule bille de bois», a ajouté Jean-François Éthier, artisan-ébéniste de Brun Bois qui a obtenu le contrat.

 

«Ce sera une finition au shou sugi ban, ce qui permet une meilleure résistance à l’extérieur», a poursuivi l’artisan connu pour ses participations aux émissions «Méchant changement» à VRAK TV et de «Sauvez les meubles!» à Canal Vie.

 

Créer une signature

 

En misant sur des œuvres d’art plutôt que sur du mobilier traditionnel, l’arrondissement espère revitaliser et donner une signature au coin de la rue Saint-Viateur et de l’avenue de l’Esplanade, où les 13 bancs seront installés à partir de mai.

En été 2013, des bancs d’art public avaient aussi été installés au coin des rues Fairmount et Clark, une dépense d’environ 3000 $ l’unité, mais surtout un vrai succès, selon le maire.

«L’impact commercial est gigantesque et l’achalandage touristique énorme, a mentionné M. Ferrandez. Notre pari c’est que oui, il y aura le même impact sur Saint-Viateur.»

 

Moins cher dans Rosemont

 

L’été dernier, Rosemont a aussi misé sur son mobilier urbain pour animer une artère commerciale, avec la transformation de trois bancs sur la rue Masson.

Mais l’arrondissement n’a pas déboursé d’argent, en procédant plutôt au remplacement des bancs en résine pour des bancs en bois, qui ont été peints par un artiste du quartier.

La SDC Promenade Masson a pour sa part investi 3000 $ dans le projet.

 

Prix pas définitif

 

Enfin, le contrat de 65 558,75 $ octroyé à Brun Bois pour la fabrication de ces 13 bancs ne serait pas définitif, mais plutôt «maximal» puisque l’arrondissement «entend négocier encore pour réduire le coût».

 

«On fait le choix de l’achat local et durable, c’est normal que ça coute un peu plus cher», a souligné Marianne Giguère, conseillère d’arrondissement pour le district de De Lorimier.

L’arrondissement n’a pas souhaité nous fournir des croquis puisqu’ils n’étaient pas finalisés.

Edited by Nameless_1
Link to comment
Share on other sites

Des bancs œuvres d’art à 5000

 

Alors qu’un nouveau banc public coûte généralement entre 1000 $ et 1700 $, l’arrondissement du Plateau Mont-Royal fera l’achat de 13 bancs à 5000 $ chacun pour revitaliser la rue Saint-Viateur.

«Ces bancs sont des œuvres d’art en bois, alors oui c’est cher pour un banc mais ce n’est pas cher pour une œuvre d’art, lorsqu’on commande une œuvre au Bureau d’Art Public, c’est environ 150 000 $», s’est défendu Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, lundi soir au conseil d’arrondissement, interpelé par Suzanne Craig, une résidente.

«Je trouve que c’est nettement exagéré surtout dans une période d’austérité et alors que Saint-Denis, Saint-Laurent et Mont-Royal sont beaucoup plus en demande», a souligné la citoyenne qui vit dans le quartier depuis 35 ans.

 

Style bohème (et vive la bohémienne)

 

Dans l’ordre du jour, le nouveau mobilier y est décrit comme ayant «un style de la clientèle d'artistes et de bohème de cette partie du quartier».

 

«Ce sont des pièces sculptées à la main, à même une seule bille de bois», a ajouté Jean-François Éthier, artisan-ébéniste de Brun Bois qui a obtenu le contrat.

«Ce sera une finition au shou sugi ban, ce qui permet une meilleure résistance à l’extérieur», a poursuivi l’artisan connu pour ses participations aux émissions Méchant changement à VRAK TV et de Sauvez les meubles! à Canal Vie.

 

Créer une signature

 

En misant sur des œuvres d’art plutôt que sur du mobilier traditionnel, l’arrondissement espère revitaliser et donner une signature au coin de la rue Saint-Viateur et de l’avenue de l’Esplanade, où les 13 bancs seront installés à partir de mai.

En été 2013, des bancs d’art public avaient aussi été installés au coin des rues Fairmount et Clark, une dépense d’environ 3000 $ l’unité, mais surtout un vrai succès, selon le maire.

«L’impact commercial est gigantesque et l’achalandage touristique énorme, a insisté M. Ferrandez. Notre pari c’est que oui, il y aura le même impact sur Saint-Viateur.»

Moins cher dans Rosemont

L’été dernier, Rosemont a aussi misé sur son mobilier urbain pour animer une artère commerciale, avec la transformation de 3 bancs sur la rue Masson.

Mais l’arrondissement n’a pas déboursé d’argent, en procédant plutôt au remplacement des bancs en résine pour des bancs en bois, qui ont été peints par un artiste du quartier.

La SDC Promenade Masson a pour sa part investi 3000 $ dans le projet.

 

Prix pas définitif

 

Enfin, le contrat de 65 558,75 $ octroyé à Brun Bois pour la fabrication de ces 13 bancs ne serait pas définitif, mais plutôt «maximal» puisque l’arrondissement «entend négocier encore pour réduire le coût».

«On fait le choix de l’achat local et durable, c’est normal que ça coute un peu plus cher», a fait valoir Marianne Giguère, conseillère d’arrondissement pour le district de De Lorimier.

L’arrondissement n’a pas souhaité nous fournir des croquis puisqu’ils n’étaient pas finalisés.

 

http://www.journaldemontreal.com/2015/12/10/des-bancs-uvres-dart-a-5000

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi ces bancs seraient vandalisés systématiquement?

 

On a plein de choses dans le Mile-End pouvant être systématiquement vandalisées. On a des bancs colorés et designs sur Fairmount, qui sont encore beaux, on a des œuvres d'arts temporaires à toutes les saisons qui sont respectées, on a des boites à livres et à objets réutilisables partout à travers l'arrondissement et je n'ai jamais vu un graffiti dessus ou des crottes de chien dedans. Il y a des instruments de musique en hiver pouvant se faire arracher facilement, des pianos publics qui peuvent être mis en feu, mais ça n'arrive pas... Et j'en passe.

 

Je ne crois pas qu'il faut systématiquement se passer d'avoir du mobilier urbain de qualité à cause d'une peur constante que tout sera détruit, c'est une recette parfaite pour avoir une ville laide, générique, bas de gamme.

 

Ça fait des années que je vois mon quartier oser avec des installations publiques, et ça va bien.

 

L'idée de faire construire des bancs par une petite compagnie locale, c'est extrêmement intéressant, aussi.

 

D'ailleurs, une ville qui ne se respecte pas elle-même en se considérant comme une poubelle de vandalisme n'incite-t'elle pas à se faire considérer comme telle?

Link to comment
Share on other sites

Belle initiative, encore une fois décriée par des citoyens gratte-sous frustrés qui n'ont d'autre chose à faire que d'aller chialer au conseil pour émoustiller leur vie plate.

 

Suzanne Craig (la personne citée dans l'article) est une personne très vocale dans la politique du Plateau Mont-Royal, ce n'est pas son premier rodéo, comme on dit. Je ne suis pas surpris de son opposition, surtout qu'il est question du Mile-End, un quartier qui reçoit une bonne part des investissements.

 

Parfois je me dis que l'administration Ferrandez fait de nombreux projets dans le Mile-End car les commerçants et les citoyens locaux embarquent et en profitent allègrement, plutôt que de faire un scandale à chaque fois :P.

 

vincethewipet ton commentaire est rafraichissant et vraiment pertinent.

 

Merci bien!

Link to comment
Share on other sites

Les bancs de parc laids en plastique brun qu'on retrouve à la grandeur de l'île coûtent à peine moins cher que ceux-ci; l'article ne le mentionne pas mais les bancs à 5000$ sont presque deux fois plus long qu'un banc "ordinaire".

 

Si on n'écoutait que les citoyens frustrés (et celle-ci en particulier, qui lors d'un conseil d'arrondissement précédent s'opposait à ce qu'on interdise aux citoyens de couper des arbres matures sur leur terrain), on n'aurait pas grand choses.

Link to comment
Share on other sites

Cette histoire est un autre exemple, à mon avis, d'une différence entre les lecteurs de ce forum et le citoyen ordinaire. Le lecteur de Mtlurb veut du beau et est prêt à mettre le prix, tandis que plusieurs citoyens ordinaires vont porter toute leur attention sur le coût avant même de voir le produit. Intéressant!

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...