Jump to content

Recommended Posts

  • Administrator

A, B ou C?

bilde?Site=CP&Date=20080405&Category=CPACTUEL&ArtNo=804051171&Ref=AR&Profile=6685&MaxW=300&Q=85plusgrand.gif

Photo Pénélope Fortier

 

 

 

Nicolas Berubé

La Presse

Los Angeles

C'est un détail qui pique la curiosité: à Los Angeles, tous les restaurants affichent dans leur vitrine un certificat arborant une grosse lettre bien visible.

 

 

En se promenant en ville, on voit beaucoup de «A», mais aussi des «B» et quelques «C». Pas de «D», par contre. Quand un restaurant obtient un «D», il est aussitôt fermé par les services sanitaires du comté.

La «cote» affichée est le résultat des inspections de salubrité. Le système a vu le jour il y a 10 ans, faisant de L.A. la première grande ville aux États-Unis à implanter une telle procédure pour informer les clients.

 

Selon le département de santé publique, cette mesure a eu un effet positif sur la propreté des cuisines et le respect des règles d'hygiène. Durant les six premiers mois de son application, 39,9% des établissements ont obtenu la cote «A». Dix ans plus tard, 82,5% ont une note parfaite, souligne le directeur du programme du comté de Los Angeles, Jonathan Fielding.

 

«Le programme a eu pour effet de réduire le nombre d'hospitalisations à la suite d'un empoisonnement alimentaire. Une étude indépendante a noté une réduction de 20% du nombre des visites à l'hôpital à cause des problèmes liés à la nourriture dans les restaurants. Un phénomène qui ne s'est pas produit dans les autres comtés», précise-t-il.

 

Pour John Carnova, propriétaire d'un café dans le quartier Venice, le système de notation des restaurants est une bonne chose. «Ça donne de l'information aux gens. Ils peuvent savoir en un coup d'oeil si le restaurateur est sérieux, ou s'il ne fait pas attention à la propreté. Moi, je n'ai rien contre ça.»

 

Les inspecteurs sont devenus beaucoup plus méticuleux, a expliqué récemment Andrew Casana, porte-parole de l'Association des restaurateurs californiens qui compte 33 000 membres.

 

«C'est un système avantageux pour tout le monde. Avant les lettres, les inspections étaient simples et rapides. Depuis 10 ans, la feuille d'inspection est passée d'une demi-page à quatre. Les inspecteurs regardent tout.»

 

Mais le système provoque aussi des grincements de dents. Un jeune propriétaire d'un restaurant à Santa Monica, qui veut garder l'anonymat, trouve ridicule d'avoir à afficher une lettre dans sa vitrine. Il a pourtant obtenu un «A» à la dernière inspection.

 

«On est quoi, nous? Des enfants de maternelle? C'est encore un exemple du gouvernement qui essaie de montrer son autorité et d'infantiliser les commerçants.»

 

Les inspections en cuisine, dit-il, sont une excellente chose. Un restaurant qui ne convient pas aux normes doit faire des changements, écoper d'une amende, ou bien perdre sa licence.

 

«Mais de mettre une lettre dans la vitrine, c'est ridicule et ça n'aide personne. Selon moi, un restaurant doit être sécuritaire pour les clients, ou sinon fermé. Je ne comprends pas l'idée d'afficher une note comme si nous étions des enfants d'école.»

 

C'est une série de reportages-chocs réalisés dans des cuisines de restaurants avec des caméras cachées qui a poussé les autorités à mettre en place ce système de cotation, en 1997. On y voyait des employés qui fumaient en préparant les aliments, et d'autres abus du même genre.

 

Le département de santé publique du comté a été accusé de laxisme: la plupart des restos filmés dans le reportage avaient obtenu de bonnes notes lors des inspections précédentes.

 

Aujourd'hui, l'une des conséquences du système est de susciter la discussion. L'an dernier, quand le très couru restaurant Axe, à Venice, est passé de la cote «A» à la cote «B», tout le quartier était au courant le jour même. Le resto avait, semble-t-il, perdu des points à cause de la présence de fissures dans ses murs et d'un lavabo mal nettoyé... Une semaine plus tard, le restaurant a retrouvé son «A» et les racontars ont cessé.

 

http://www.cyberpresse.ca/article/20080405/CPACTUEL/804051171/6685/CPACTUEL

 

 

Pourquoi pas à Montréal???

Link to comment
Share on other sites

Bon de la à l'afficher en gros sur la vitrine, y'à une limite, mais je suis pour une meilleure information au consommateur. Je pense que ca encouragerait les restaurateurs à élever leurs standards sanitaires. Mais au lieu des lettres, je vois ca plus soft avec des annotations comme "conforme", "dépasse", "excelle"...

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value