Recommended Posts

Toujours bien mieux que l'édifice «H» (construit en 1969-72) du gouvernement du Québec, situé au nord-est du Manège. Dans ce cas, ce n'est pas un «mélange», mais un contraste brutal.

 

C'est cet édifice qui aurait dû prendre feu! Quelle horreur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Inauguration du nouveau Manège militaire de Québec

Publié le jeudi 26 avril 2018 à 13 h 24Mis à jour le 26 avril 2018 à 16 h 19

La nouvelle salle multifonctionnelle du manège militaire de QuébecLa nouvelle salle multifonctionnelle du Manège militaire de Québec Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

 

Le nouveau Manège militaire a été inauguré jeudi par le gouvernement fédéral. Dix ans après l'incendie qui a ravagé le bâtiment construit en 1887, le nouvel édifice a été pensé « entre modernité et patrimoine ».

Près de 700 personnes auront contribué à l'aménagement des lieux, un projet de reconstruction évalué à 104 millions de dollars.

La salle multifonctionnelle, pièce maîtresse du bâtiment, peut accueillir jusqu'à 1300 personnes et peut se diviser en plusieurs parties indépendantes.

Le matériau du plancher a été choisi pour offrir la meilleure acoustique possible. On peut également y insérer des ancrages temporaires et le plancher se « cicatrisera » une fois qu'ils seront enlevés.

 

Un technicien procède à des tests de son avec un groupe de musique au manège militaire de Québec en avril 2018

La salle multifonctionnelle du Manège militaire de Québec peut accueillir jusqu'à 1300 personnes et est à la fine pointe de la technologie Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

Des murs amovibles de près d'un mètre d'épaisseur permettent de tenir plusieurs événements simultanément.

« On pourrait avoir Judas Priest qui joue d'un côté et Metallica de l'autre sans qu'ils s'entendent », résume Jean-Yves Montminy, l'architecte du consortium responsable des travaux.

Une centaine de points d'ancrage au plafond permettent de nombreuses combinaisons scénographiques, sans avoir recours à des monte-charge.

« On peut suspendre 950 000 livres au plafond. Pour imager un peu, c'est plus lourd que Boeing 747 rempli de monde », lance M. Montminy.

 

Photo de profile de Jean-Yves Montminy, l'architecte responsable du projet de la reconstruction du manège militaire de Québec

Jean-Yves Montminy, l'architecte responsable du projet de la reconstruction du Manège militaire de Québec Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

Les travaux ont comporté leurs lots de défis alors que de nombreuses parties de l'édifice avaient été complètement ravagées par l'incendie. Des pierres ont notamment dû être remplacées sur les murs extérieurs.

Elles ont été prises dans la même carrière qu'à l'époque de la construction originale.

 

Un mur extérieur du manège militaire de Québec

Plusieurs briques des murs du Manège militaire de Québec ont été remplacées Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

« Le nouveau Manège militaire est une alliance respectueuse et solide entre patrimoine et modernité », s'est exprimé plus tôt jeudi le ministre fédéral de la Famille, Jean-Yves Duclos.

 

Du plâtre d'origine a été conservé lors des travaux de reconstruction du manège militaire de Québec

Du plâtre d'origine a été conservé lors des travaux de reconstruction du manège militaire de Québec Photo : Radio-Canada

En tout, 10 000 militaires de la grande région de Québec pourront profiter des nouvelles installations.

« Il s'agit de 40 % des Forces armées canadiennes dans tout le Québec », a ajouté M. Duclos.

 

Le nouveau Manège militaire a été construit au coût de 104 millions de dollars.

Le nouveau Manège militaire a été construit au coût de 104 millions de dollars. Photo : Radio-Canada/Nicolas Vigneault

Les Voltigeurs pourront d'ailleurs réintégrer les lieux le 12 mai prochain.

 

L'emblème des Voltigeurs de Québec sur un des murs intérieurs du manège militaire de Québec avec l'inscription qui signifie « Violence aux forts, pitié aux faibles ».

L'emblème des Voltigeurs de Québec Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

Les citoyens pourront aussi bénéficier des espaces multifonctionnels disponibles en location. Un foyer et une passerelle permettent aux visiteurs de contempler les plaines d’Abraham.

Les travaux de reconstruction ont également permis d'installer une porte permettant de passer directement de l'avenue Wilfrid-Laurier aux plaines.

 

Une porte du manège militaire de Québec donne désormais accès aux plaines d'Abraham

Une porte du manège militaire donne désormais accès aux plaines d'Abraham Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

Des journées portes ouvertes sont prévues pour les citoyens les 27, 28 et 29 avril, afin de découvrir les nouveaux espaces.

 

 

Le manège militaire de Québec avec un monument au premier plan, en avril 2018

Le manège militaire de Québec Photo : Radio-Canada/Carl Marchand

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1097518/inauguration-nouveau-manege-militaire-quebec

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par FrancSoisD
      www.journaldemontreal.com/2018/12/11/un-investissement-de-100m-pour-ivanhoe-cambridge-et-claridge
       
    • Par acpnc
      Chaos (nouvelle montagne russe à La Ronde)
      Nouvelle montagne russe à La Ronde pour la saison 2019. Boucle d'une hauteur de 21 mètres, avec 24 passagers.
      Actualités:
       
    • Par Nameless_1
      Le réseau routier croule plus vite qu'on ne peut le réparer
       
      Pont fermé sur l'autoroute 20, à Saint-Hyacinthe.
      PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
      BRUNO BISSON
      La Presse   Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) ne parviendra pas à freiner la détérioration des ponts, des structures et des chaussées de son réseau routier dans les prochaines années, même s'il réalise tous les chantiers prévus jusqu'en 2020, qui totalisent près de 5 milliards.
      Dans un avis transmis au sous-ministre des Transports Marc Lacroix, au début de cette année, un comité formé de trois experts indépendants brosse un portrait préoccupant de la capacité financière et opérationnelle du Ministère à atteindre les cibles fixées pour améliorer l'état de ses ponts et de ses chaussées.
      Ces trois experts étaient appelés à fournir un avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET, annoncée en mars dernier. Cette programmation prévoit des investissements de 4,8 milliards pour financer la construction ou la réfection de 674 ponts sur le réseau routier supérieur, 263 ponts sur les réseaux municipaux (un total de plus de 2000 chantiers).
      Se réjouissant de l'augmentation prévue du niveau d'activité par rapport à l'exercice précédent, le comité conclut toutefois que «même si tous les travaux programmés étaient pleinement réalisés, le résultat ne permettrait pas d'atteindre les cibles du plan stratégique 2017-2020 à l'égard du pourcentage des structures et des chaussées en bon état. En fait, il y aura une détérioration au cours des prochaines années, selon les prévisions du Ministère».
       
      Des progrès compromis
      Ce comité est formé par Jean Bédard, professeur de comptabilité et gouvernance des sociétés à l'Université Laval, Jacques Girard, ingénieur et expert en travaux routiers et en normalisation, et Louis Lévesque, ancien sous-ministre de Transport et Infrastructure Canada. C'est la deuxième fois que ces experts sont appelés à se pencher sur les travaux du MTMDET.
      «Le volume des travaux réalisés dans les deux dernières années est insuffisant pour maintenir les progrès observés au cours de la dernière décennie au chapitre de l'état des structures et du réseau routier.» - Extrait de l'avis sur la programmation 2018-2020 des travaux routiers du MTMDET
      Ces progrès ont été permis par l'injection de dizaines de milliards de dollars dans un vaste plan de redressement du réseau routier lancé il y a 10 ans «en réponse à l'effondrement du viaduc de la Concorde» à Laval en 2006. L'effondrement avait fait cinq morts et six blessés graves et avait mis en lumière la vulnérabilité d'un réseau routier ayant souffert d'un manque d'entretien flagrant durant des années.
      Les améliorations obtenues au terme de ces investissements colossaux sont toutefois fragiles, disent les experts, comme en témoignent les difficultés rencontrées par le Ministère l'an dernier. Les inondations du printemps 2017 et le conflit de travail dans l'industrie de la construction ont ralenti les chantiers du MTMDET. Ces problèmes étaient largement hors de son contrôle, mais le ralentissement qu'ils ont provoqué ne peut pas être rattrapé.
      «Cette réduction des travaux réalisés en 2017 aura un impact négatif permanent sur l'état du réseau, expliquent-ils, puisque les travaux effectués en 2018, qui auraient dû être effectués en 2017, retarderont d'autres travaux à 2019, et ainsi de suite.»
      Manque de compétence et de main-d'oeuvre
      Pour assurer la réalisation d'un volume de travaux suffisant pour améliorer l'état des ponts et chaussées du Québec, les experts plaident pour «une augmentation de la capacité opérationnelle et des ressources financières du Ministère», tout en identifiant une de ses principales faiblesses : «des carences au niveau des ressources humaines, en nombre ou en compétence, ont un impact important sur la capacité à préparer des projets».
      Le Ministère a de la difficulté à recruter et à retenir sa main-d'oeuvre, particulièrement en région, affirment-ils. Et lorsqu'il arrive à convaincre des professionnels compétents d'y travailler, ceux-ci «se voient convoiter par plusieurs employeurs, dont de grandes sociétés privées offrant des conditions très avantageuses».
      Appelé à commenter cet avis du comité d'experts indépendants, le Ministère, qui est actuellement sans ministre à la suite des élections de lundi dernier, n'a pas répondu hier à l'invitation de La Presse.
      https://www.lapresse.ca/actualites/201810/04/01-5199139-le-reseau-routier-croule-plus-vite-quon-ne-peut-le-reparer.php
       
    • Par alihoufani
      Salut à tous, je me demandais s'il y'avais un équivalent d'Info Travaux de la ville de Montréal pour les travaux actuels et futurs du Ministère des Transports?
    • Par vivreenrégion
      Lien rapide entre Montréal et Québec
      Discussion sur le projet d'un train rapide Montréal-Québec.
      Actualités: