Recommended Posts

Projet de déménagement d'agrandissement du Musée McCord

image.jpg

Actualités:

Citation
Le Musée McCord-Stewart souhaite déménager dans un nouvel édifice

image.jpg

 

Dans un document ayant circulé en interne au Musée McCord, on évoquait la création possible d’un nouveau musée, qui aurait été construit dans l’espace de stationnement compris entre l’avenue du Président-Kenney et le boulevard De Maisonneuve, et entre les rues De Bleury et Jeanne-Mance.

Les musées McCord et Stewart, qui ont fusionné en 2013, cherchent un site, idéalement dans le Quartier des spectacles, pour construire un tout nouveau musée qui pourrait abriter les collections réunies des deux institutions.

 

C’est ce que Monique Jérôme-Forget, la présidente du conseil d’administration du Musée McCord-Stewart, a révélé mardi, en marge d’une table ronde organisée par le CORIM (Conseil des relations internationales de Montréal) sur les musées montréalais, à laquelle elle participait.

 

L’idée, c’est de « construire un nouveau musée », dit-elle. « On a une collection [celle du Musée Stewart] qui est à l’île Sainte-Hélène et une collection au Musée McCord. Ça fait deux ans qu’on a fusionné. Il faudrait qu’on mette nos deux collections ensemble, et on ne peut pas là où on est, sur Sherbrooke. »

 

Persévérer

 

L’ancienne présidente du Conseil du trésor du gouvernement du Québec évalue à « plus de 100 millions » les coûts qu’entraînerait un tel projet. Elle entend poursuivre des demandes auprès des deux ordres de gouvernement pour mener à bien le projet, ainsi qu’auprès du secteur privé. « Cela demande des investissements dans les infrastructures. Avec l’arrivée du Parti libéral fédéral qui dépense dans les infrastructures, ça va peut-être aider », a-t-elle dit. Au sujet de son propre Parti libéral provincial, elle a reconnu qu’il était « plutôt chiche » par les temps qui courent. « C’est pour ça qu’il faut persévérer », a-t-elle dit.

 

« On pourrait toujours garder les deux édifices, mais c’est très coûteux. En matière d’administration, c’est plus coûteux d’avoir deux édifices », poursuit-elle.

 

« Je n’ai pas d’échéancier » pour la réalisation de ce projet, dit Mme Jérôme-Forget, « je suis à la merci des gouvernements. » S’il est vrai que le site du Musée Stewart, sur l’île Sainte-Hélène, est magnifique, l’endroit n’attire pas beaucoup de visiteurs, pas plus de 15 000 par année. Le Musée McCord, rue Sherbrooke, reçoit pour sa part des centaines de milliers de visiteurs par année.

 

Le Musée Stewart a été fondé en 1955 par David Macdonald Stewart et est présentement logé dans un ancien dépôt militaire britannique fortifié de l’île Sainte-Hélène. Le musée McCord, fondé en 1921 par David Ross McCord, est pour sa part installé dans un immeuble de la rue Sherbrooke qui appartient à l’Université McGill.

 

Il y a plusieurs mois, un document avait circulé en interne au Musée McCord évoquant la création possible d’un nouveau musée, qui aurait été construit dans l’espace de stationnement compris entre l’avenue du Président-Kennedy et le boulevard De Maisonneuve, et entre les rues De Bleury et Jeanne-Mance. Ce nouveau musée aurait repris la mission historique du Musée McCord, mais aurait été désigné davantage comme un musée montréalais.

 

 

 

Même mission

 

La mission du nouveau musée demeurerait fondamentalement la même, expliquait mardi Mme Jérôme-Forget, qui rappelle que les collections amérindienne, française et anglaise ainsi que la collection Notman du Musée McCord en font sa particularité.

 

Lors de la table ronde, qui réunissait aussi les présidents des conseils d’administration des musées Pointe-à-Callière, du Musée d’art contemporain et du Musée des beaux-arts de Montréal, Mme Jérôme-Forget a dit ne pas avoir reçu tant de demandes des différentes institutions muséales, alors qu’elle dirigeait le Conseil du trésor du Québec. Elle a par ailleurs relevé la nécessité pour Montréal d’avoir un musée phare, qui attire des visiteurs à Montréal par sa seule présence. Le président du conseil d’administration du Musée des beaux-arts, Brian Levitt, disait par ailleurs que le tiers des visiteurs de ce musée venait de l’étranger, et que le tiers de ce tiers était venu à Montréal spécifiquement pour aller au MBAM.

 

La discussion, animée par Marie-France Bazzo, a aussi porté sur le financement mixte des musées, dont les budgets proviennent à la fois de collectes privées et des fonds publics. Alexandre Taillefer, président du conseil d’administration du Musée d’art contemporain, a fait valoir que l’État ne devrait pas se retirer dès qu’une institution muséale devient plus autonome. Monique Jérôme-Forget a noté que les musées européens s’appuient presque entièrement sur du financement public, tandis que les musées américains sont plutôt financés par le privé.

http://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/453065/le-musee-mccord-stewart-souhaite-demenager-dans-un-nouvel-edifice

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By acpnc
      Chaos (nouvelle montagne russe à La Ronde)
      Nouvelle montagne russe à La Ronde pour la saison 2019. Boucle d'une hauteur de 21 mètres, avec 24 passagers.
      Actualités:
       
    • By Hercule
      À Montréal métropole culturelle, le maire a pris l'engagement face à Phyllis Lambert de réaménager les Places du Canada et Dorchester une fois la place d'Armes réaménagée.
       

    • By Archi Mtl
      SILO NO  5
      NOUS AVONS  UN GAGNANT

      ANDRÉ DUBUC
      LA PRESSE
      C’est la proposition du promoteur Devimco qui a été retenue par le comité d’évaluation mis sur pied par la Société immobilière du Canada (SIC) pour mettre en valeur les terrains de la Pointe-du-Moulin et du Silo no 5, a appris La Presse en consultant plusieurs acteurs de la scène immobilière.
      Le groupe présidé par Serge Goulet a été préféré aux deux autres finalistes, soit First Capital, qui fait équipe avec Montoni, et Prével. À la mi-juin, ces trois groupes avaient présenté de vive voix leur proposition au comité, auquel siègent huit personnes, dont Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal, Pierre Bellerose, VP à Tourisme Montréal, et Sylvie Vachon, PDG du Port de Montréal.
      À la Société immobilière du Canada, le responsable des relations médias, Jean-Philippe Rochette, dit qu’il ne peut rien confirmer ou infirmer, le processus étant toujours en cours. « Aucune annonce ne sera faite avant plusieurs semaines », soutient-il.
      « Nous ne pouvons commenter ce dossier, ayant signé une clause de confidentialité avec la Société immobilière du Canada », a fait savoir de son côté André Bouthillier, porte-parole de Devimco.
      À ce stade du processus, on ignore la teneur de la proposition gagnante, tout comme de celle des deux autres finalistes.
      Faisant un demi-kilomètre de long, le Silo no 5 est désaffecté depuis 1994. Les projets et annonces à propos de sa mise en valeur se sont succédé au fil des ans. Par exemple, en novembre 2010, la SIC annonçait vouloir réhabiliter le silo à temps pour le 375e anniversaire de Montréal, en 2017. Les frais d’entretien de ce mastodonte oscillaient autour de 500 000 $ par année à l’époque.
      De son côté, le Port de Montréal avait lancé un appel d’offres à propos de sa conversion en 2005. Il était alors question d’y ériger une tour locative de 50 étages et d’y déménager le Musée d’art contemporain. 
      CETTE FOIS SERA LA BONNE ?
      La SIC a lancé un appel public à propositions en février dernier. Elle prévoyait que le processus d’évaluation des propositions durerait environ sept mois. Dans ses critères d’évaluation, la SIC s’intéresse à la qualité et à la viabilité du développement, à la préservation des structures patrimoniales, à l’accessibilité du secteur riverain pour le public et aux connectivités avec les quartiers voisins.
      Il était aussi question de donner des points à la proposition en fonction du profil du promoteur, de son expérience, de la qualité du projet proposé et de sa solidité et de sa viabilité financières.
      L’objectif, expliquait la SIC en février, est de densifier le secteur de la Pointe-du-Moulin, qui s’étend sur 750 000 pi2 en y aménagement un quartier à usages multiples : à la fois résidentiel, commercial et touristique. L’aménagement permet de financer la réhabilitation du Silo no 5 en un projet emblématique pour la métropole, une condition sine qua non à l’acceptation du projet.
      La Pointe-du-Moulin est composée du Silo no 5 et des terrains en bordure de la rue Mill.
      DEVIMCO, INCONTOURNABLE
      Retenu pour lotir la Pointe-du-Moulin, Devimco augmente ainsi son emprise sur un secteur de la ville à fort potentiel, à proximité du centre-ville, et qui profitera de l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) dès 2021.
      « L’intérêt manifesté par Devimco [pour la Pointe-du-Moulin] est logique dans les circonstances », a dit Jean Laurin, président et chef de la direction de l’agence Devencore, à qui La Presse a demandé de commenter l’information. Ce vétéran de l’industrie fait référence au fait que Devimco est déjà bien présent dans le quartier.
      Le promoteur, qui construit actuellement des tours d’habitation au square Children’s, sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants, et dans le quartier Solar, à Brossard, détient des options d’achat sur environ 30 % de la superficie des terrains du bassin Peel, où l’on projette de construire un stade de baseball pour le retour des Expos. D’ailleurs, Devimco fait équipe avec Claridge, le holding familial de Stephen Bronfman, pour acquérir un terrain de 1 million de pieds carrés du bassin Peel appartenant aussi à la SIC.
      En outre, Devimco détient aussi des options sur la cour de conteneurs de la société Ray-Mont Logistiques en bordure de la rue Wellington, dans le même secteur.
      Une fois que le projet retenu sera annoncé publiquement par la SIC, il est prévu qu’il fasse l’objet de consultations publiques. Un changement de zonage s’ensuivra. Suivront l’étape des plans et devis puis le début des travaux.
      http://plus.lapresse.ca/screens/61ff2939-df4a-48c8-9357-115c19a71a6d__7C___0.html?utm_medium=Ulink&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen
       
       

    • By philippeC
      Brivia a acheté l'immeuble du Mansfield Gym situé au 1230 Mansfield Street.
      Source: https://www.gascon.ca/en/2019/08/06/sale-of-the-building-housing-the-mansfield-athletic-club/
      Le gym fermera ses portes à la fin du mois d'août 2019. 
       
    • By UrbMtl
      Ça ne mérite pas son propre fil, mais on fait pas mal de pub pour vendre ce terrain : www.785mill.ca